Topic

justice pénale

9 petitions

This petition won 2 weeks ago

Petition to TGI de Cahors - Lot, DDCSPP du Lot

Le vol de Naya (Bouvier bernois de 8 mois)

Mesdames, Messieurs Naya a été volée chez ses propriétaires par une association de protection animale, cette association a agi sans enquête au préalable mais sur des témoignages du voisinage L'association en question est Savoir Donner Adresse actuelle : Savoir Donner, Cami de Bach 46260 Varaire Responsable de l'association : David Penava Savoir Donner sur internet : Aucun site internet mais une page facebook, https://www.facebook.com/savoir.donner.7/   Il est impensable qu'une association de protection animale agisse sur de simples témoignages, ces témoignages viennent de personnes proches de l'association en question. Ces témoignages accusent une personne d'avoir maltraité sa chienne, de nombreux coups lui auraient été administré, elle aurait été contrainte à vivre en extérieur, elle serait fugueuse. Les explications du responsable de l'association sont confuses et contradictoires. Voici le lien du groupe facebook concernant cette histoire : https://www.facebook.com/groups/VoldeNaya/   Voici maintenant le témoignage de la propriétaire : Bonjour à tous et à toute! je M’appelle Allison, jeune maman de 19ans. Comme vous l’aurez compris je suis là propriétaire de Naya. Aujourd’hui je peux enfin exprimer et dire la vérité! (Comprenez bien que je faisais la « morte » car sur sa page on m’aurais harceler. Alors je vais prendre le temps de vous racontez mon histoire du début à la fin. « Alors que nous étions partis faire des courses... en revenant notre portail était ouvert et Naya n’étais plus là.. étonner nous avons penser à une fugue... alors j’ai fait une annonce sur pert alert ainsi que mon facebook perso. 3 jours plus tard un dame (je ne dirais pas son nom pour la protéger ) m’a envoyer un message avec le lien de la première publication de penava. Étonner je pensais comme beaucoup que ceci était un vrai refuge alors je l’ai contacter... pas besoin de vous décrire notre conversation vous verrez sur les photos suivante. Depuis j’ai eu droit à un « fan club « et dès mot plein de « tendresse » (aujourd’hui j’essaye d’en parler avec humour car je ne veux plus me renfermer comme je l’ai été... Donc mr Penava me fait passer pour une maltraitantes compagnie comme vous l’avez compris... A cause de lui et sa complice qui était la voisine j’ai démanger d’urgence car on m’espionnais !! oui oui vous avez bien lu, on m’espionnais !! Donc j’ai déménager en l’espace de deux semaine et donc perdu beaucoup d’argent... même comme il dit si bien je n’ai pas déménager en pleine nuit mais en plein jour comme tout le monde!!! Aujourd’hui j’ai trouver un cocon très chaleureux où je me sent en sécurité ou mon enfant est en sécurité! Et Naya y sera en sécurité lorsqu’elle sera de retour auprès de nous... Naya est une chienne gentille, douce et câline et fofolle qui adore s’amuser, elle allais dehors la journée, en fin de journée nous l’amenion en fin de journée au bord de l’eau et l’été on allais se baigner avec elle... le soir elle dormais auprès de nous dans le lit ^^ ... ce qui est de ma grossesse , elle l’a vécu auprès de moi et dès le début à été très protectrice elle posais toujours ses patte et parfois sa tête sur mon ventre pour sentir son petit frère s’amuser dans mon ventre... lorsque j’ai accoucher nous somme partis en pleine de nuit vers 2heure du matin et mon conjoint est revenu à le soir vers 22h00 donc ce temps là elle était toute seule mais en même temps je ne pouvais pas l’amener à la maternité... pendant mon séjour mon conjoint rentrait tout les soir s’occuper et rester auprès d’elle et venais me voir moi et son fils la journée... lorsque je suis rentrée Naya était folle de voir son petit frère... elle dormais au pied du lit de mon fils pour le protéger... lorsque je prenais mon fils avec moi dans le lit elle venais au pied du lit et parfois venais mémé nous voir pour voir si tout allais bien ! Elle faisais même des bisous à mon fils ! (Photo à l’appuie) voilà pour vous dire à quel point je suis drôlement une maltraitante... voilà l’histoire de Naya de comment elle vivais! Aujourd’hui elle nous manque, c’était comme la grande sœur de mon fils il nous tardais de voir notre fils jouer avec... mais des gens cruelle apparement ne voudrais pas voir le sourire d’un enfant... ne voudrais pas voir une famille heureuse et comblée... aujourd’hui je me battrais pour elle je ferais tout pour la récupérer... Maintenant si je ne me déplace pas la raison c’est que les gendarmes me l’ont interdit pour pas qu’il ne me fasse du mal... voilà j’espère que maintenant beaucoup ouvrirons les yeux fasse à tout sa. Et merci à tous ceux qui m’aide vous êtes des personnes formidables L'association Savoir Donner n'a aucune légitimité pour avoir un refuge, selon la DDCSPP qui est de nouveau passée le 19 janvier 2018 (Mise à jour de la pétition)  Signez et partagez cette pétition, par avance merci   Rappel d'une pétition passée concernant cette association : https://www.change.org/p/saisie-de-la-totalité-des-animaux-fermeture-du-refuge-savoir-donner-et-condamnation-de-david-penava-pour-les-faits-énoncés        

Aline CREMOLI-GARCIA
4,064 supporters
Started 2 months ago

Petition to Emmanuel Macron

Migrants : Lettre ouverte au Président de la République

Monsieur le Président, À Névache, dans les Hautes‐Alpes, la neige tombe depuis plusieurs jours, la Lombarde est parfois brutale ! Les températures nocturnes passent maintenant entre 10 et 15 degrés sous zéro, mais les migrants venant d'Italie continuent d'arriver… Jeunes, souvent mineurs, ils tentent le passage du Col de l'Échelle (1 700 mètres) pour rejoindre ensuite la ville de Briançon ; 20 kilomètres à pieds si aucun automobiliste ne veut ou ne peut les prendre en charge. À moins qu’un fourgon de gendarmerie ne les intercepte pour les reconduire à la frontière, de jour comme de nuit, sans tenir compte de la réglementation concernant les mineurs isolés ou les demandeurs d’asile. Ils ont des ordres, disent‐ils ! Des ordres pour ne pas respecter la réglementation ? Ces migrants, d'Afrique subsaharienne et le plus souvent francophones, sont pourtant prêts à tout pour rejoindre notre pays et y rester pour reconstruire dignement leur vie en travaillant. Nous devrions en être fiers. Dans les conditions actuelles, nous les accueillons comme des terroristes en leur appliquant une législation antiterroriste qui n'a pas été faite pour eux ! La lecture du code Schengen des frontières est, à cet égard, très claire. Vous avez, nous dit‐on, découvert récemment, à la suite d'un reportage de CNN, l'horreur des marchés aux esclaves de Tripoli.Quelques contacts directs avec les Névachais ou les Briançonnais vous en auraient appris bien davantage, depuis deux ans au moins.Ancien officier formé à Saint‐Cyr, je m'interroge sur ce que pouvaient bien faire nos services de renseignement !?Pourtant, mais vous n'avez pas abordé cette question en nous parlant des marchés de Tripoli, l'Union Européenne (dont l'Italie et la France) paît les gardes‐côtes libyens pour récupérer en mer un maximum de migrants et les renvoyer en Libye ; où ils les revendent peut‐être, une deuxième fois ?L'Union Européenne et notre pays (qui revendiquent leurs racines chrétiennes quand cela les arrange) contribuent ainsi au bon fonctionnement d'un commerce que l'on croyait à jamais disparu. Bilan de ce long voyage : lorsqu'il parvient sur notre territoire, un migrant a souvent perdu le tiers de ses compagnons de route entre le Sahara, la Libye, la Mer Méditerranée et la France. Aujourd’hui, l’hôpital de Briançon en ampute certains qui ont « pris froid » dans la montagne au péril de leur vie. Devons nous attendre des morts pour que nos institutions réagissent humainement ? On comprend que, pensant arriver dans la commune de Névache au terme d'un voyage qui aura souvent duré deux ans, rien ne les empêchera de s'engager dans la traversée du Col de l'Échelle, quelles que soient les conditions. Pour nous, Névachais, l'impératif humanitaire s'impose même si les forces de l'ordre s'efforcent de nous en dissuader. Il faut les retrouver si possible, les recevoir, les remettre en forme, les soigner puis les conduire à Briançon où ils pourront commencer à traiter leurs problèmes administratifs avec les associations en charge de ces questions. Au cours du mois de décembre, nous avons dû, à six reprises au moins, faire appel au « Secours en Montagne » pour leur éviter la mort, non sans éviter gelures et traumatisme divers. Pas encore de morts reconnus, mais cela viendra, Monsieur le Président. Et tout cela avec des bénévoles non seulement sans aide de l'État mais au contraire sous la menace des forces de maintien de l'ordre. À vouloir faire œuvre humanitaire, nous Névachais et Briançonnais, sommes traités comme des délinquants ! On nous interdit de prendre un Africain en stop, quelles que soit la température et l'heure ! Depuis quand l'automobiliste devrait‐il refuser un passager au seul vu de sa couleur ? Dans la Clarée, Monsieur le Président, nous refusons l'apartheid ! Quelles que soient les menaces, nous ne pouvons refuser l'action humanitaire, à commencer par le secours à personnes en danger, lorsque les pouvoirs publics abandonnent cette mission. Les ordres reçus ne sont pas de pratiquer une action dignement humaine mais de renvoyer en Italie un maximum de migrants au mépris de leurs droits. Où est la solidarité européenne, Monsieur le Président ? Monsieur le Président, je sais que nous ne sommes pas les seuls français dans cette situation. Vous vous trouvez dans une position qui durera aussi longtemps que l'on ne prendra pas le mal à ses sources, réchauffement climatique, sous développement de nos anciennes « colonies » et autres. Vous savez vendre des avions, pour tuer ! Pouvez‐vous prendre en considération la misère de ces migrants, comme le Pape François y invite nos contemporains ? Les Névachais et les Briançonnais, respectueux de la loi, sont prêts à travailler avec les services de l'État pour trouver des solutions, à condition que l'État accepte de les entendre, ce qui n'a pas encore été le cas, et de les entendre sans vouloir en faire des auxiliaires de police ! Nous pourrons alors retrouver la fierté de nos cimes et redonner à notre pays l'honneur qu'il est en train de perdre et que nous perdons tous avec lui. Souvenons‐nous de ces milliers d'Africains morts pour la France au cours des deux dernières guerres mondiales. Ce sont leurs petits‐enfants que nous devrions laisser mourir dans la neige ? Pour l'ancien Saint‐Cyrien que je suis, dont la promotion porte le nom d'un colonel Géorgien mort au combat, de telles perspectives sont insupportables, Monsieur le Président. Nous comptons encore sur vous mais le temps presse. Bernard Liger – citoyen de Névache (05100)eMail : bernardliger05@gmail.comTél. 06 08 99 62 56‐‐‐Quelques liens récents :Libération : http://www.liberation.fr/france/2017/12/17/migrants-les-sommets-de-la-honte_1617322Radio Nova : https://twitter.com/laRadioNova/status/932499508767977472?s=09Le Figaro : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/02/10/01016-20170210ARTFIG00157-raphael-krafft-le-journaliste-qui-a-aide-des-migrants-a-passer-la-frontiere.phpFrance Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/le-magazine-de-la-redaction/quand-les-mineurs-africains-sont-abandonnes-dans-la-montagneFrance Info : https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/col‐de‐l‐echelle‐la‐traversee‐a‐hauts‐risque‐des‐migrants_2512131.htmlLe Temps : https://www.letemps.ch/monde/2017/11/17/col-lechelle-jeunes-migrants-pieges-froid-renvoyes-france

bernard LIGER
73,009 supporters
Update posted 2 months ago

Petition to Jean-Yves Le Drian, Emmanuel Macron, Marlène Schiappa

JUSTICE POUR FLORENCE DENEFLE

À M. Emmanuel Macron, Président de la République française, À M. Jean-Yves le Drian, Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, À Mme Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Il y a plus de sept ans, le 25 mars 2010, Florence Denèfle, ma soeur, qui était fonctionnaire de l'Etat français, était assassinée et abandonnée au bord d'une route, à 25 km de Guatemala Ciudad. Elle enseignait au Lycée français Jules-Verne de Guatemala City depuis 3 ans. Elle était âgée de 33 ans. Depuis plus de sept ans, son assassin, qui a été formellement identifié, jouit d'une impunité totale. Nous, membres de la famille de la victime, nous ses amis, ses anciens élèves, ses collègues, nous citoyens français ou étrangers, exigeons que les recherches reprennent et que justice soit rendue. Pour ce faire, nous demandons au gouvernement français qu'il intervienne fermement auprès des autorités guatémaltèques pour que l'assassin soit arrêté et jugé. Nous demandons au gouvernement français de réagir face à la mort d'un des agents de la fonction publique, de montrer son implication dans la protection des français de l'étranger, en imposant aux autorités guatémaltèques de faire respecter la loi sur leur sol. Nous croyons que chaque vie humaine compte et ne voulons pas d'un monde où un meurtre puisse rester impuni. IL EST TEMPS D'AGIR, pour Florence, pour la justice. La pétition sera remise aux décisionnaires avec une lettre, ainsi qu'un dossier de presse. Rejoignez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/justicepourflo/ Pour contacter les auteurs de la pétition : justicepourflo@free.fr Les auteurs,Les signataires.                         * * * ENGLISH VERSION To Mr Emmanuel Macron, President of the French Republic, To Jean-Yves le Drian, Minister for Europe and Foreign Affairs, To Ms Marlène Schiappa, Secretary for Equality between Women and Men, More than seven years ago, on 25 March 2010, Florence Denèfle, a French national and civil servant of the French State, was murdered and abandoned on a roadside, 25 km from her home in Guatemala City where she had been teaching English at the French Jules-Verne high school for 3 years. At the time of her death, she was 33 years old. For more than seven years, her murderer, who has been formally identified, has enjoyed total impunity. Today he is no longer wanted by the police. We demand that the investigation begin again. We, members of the victim's family, friends, alumni, colleagues, French and foreign citizens, now demand that justice be done at last. To this end, we call on the French government to intervene firmly with the Guatemalan authorities so that the murderer be arrested, and for a trial to be held.We ask the French government to answer for the death of a French civil servant, and to show its involvement in the protection of French citizens abroad.We want the French government to demand that the Guatemalan authorities enforce law on their soil. We believe that every human life counts and do not want to live in a world where murder goes unpunished. IT IS TIME TO ACT, for Florence, for justice, for all of us. The petition will be delivered to the French authorites with a letter, as well as a press kit. For further information : https://www.facebook.com/justicepourflo/                 * * * VERSIÒN EN ESPAÑOL A Jean-Yves Le Drian, ministro de Asuntos ExterioresA Marlene Schiappa, secretaria de Estado para la igualdad de género A Emmanuel Macron, presidente de la República francesa Hace 7 años, el 25 de marzo 2010, Florence Denefle, funcionaria del Estado Francés fue asesinada y arrojada al borde de una carretera a 25 km de Ciudad Guatemala donde daba clases en el liceo francés Jules-Verne. Tenía 33 años.Después de 7 años de este suceso, el asesino todavía sigue impune a pesar de haber sido expresamente identificado. Actualmente su asesino ya no es buscado por la policía. Exigimos que la investigación comience de nuevo. Nosotros, miembros de su familia, amigos, exalumnos, ciudadanos franceses y extranjeros exigimos que se haga justicia.Mediante ese manifiesto,pedimos al gobierno francés que intervenga con firmeza ante las autoridades guatemaltecas para que el asesino sea arrestado y procesado judicialmente. Exigimos al gobierno francés que actúe ante este cruel asesinato de uno de sus funcionarios y demuestre su protección y apoyo a los ciuadanos franceses residentes en el extranjero. Pedimos que se exija a las autoridades guatemaltecas el respeto de las leyes de su territorio.Creemos que cada vida humana cuenta y nos negamos a vivir en un mundo en el que el crimen pueda quedar impune. Es el momento de actuar en favor de Florence, de la justicia y de la humanidad.La solicitud será transmitida a la persona encargada así que a un gabinete de prensa.Más información: http://www.facebook.com/justicepourflo/ Para contactar los autores de esta solicitud : justicepourflo@free.fr  #féminicide #reconnaissonsleféminicide

Muriel DENÈFLE
123,828 supporters
Update posted 4 weeks ago

Petition to CGT Precaires Saint-Etienne

NON AU PROCÈS POLITIQUE ! Soutien aux jeunes de Saint-Étienne !

Non au procès politique ! Nous soutenons les jeunes poursuivis pour les actions contre la "Loi Travail" à Saint-Étienne ! /!\ MISE A JOUR, jeudi 25 janvier 2018 /!\ Après la relaxe en première instance de Nina, Yvan et Jules, la Cour d'appel de Lyon les condamne à payer plus de 6000€ d'amendes et d'indemnités et 4 mois de sursis pour Jules. Pour protester contre ce jugement inique, nous appelons à un rassemblement lundi 5 février devant la Cour d'appel de Lyon à 13h (1 rue du Palais de Justice - Lyon) pour la troisième comparution de Martin, suite ubuesque d'une chronique judiciaire sans fin et sans fond. /!\ MISE A JOUR, mercredi 13 septembre 2017 /!\ Le procès en appel de Martin aura lieu le lundi 9 octobre 2017 à 16h à la Cour d'appel de Lyon. Nous appelons à un rassemblement à 15h30 devant le bâtiment. /!\ MISE A JOUR, lundi 26 septembre 2016 /!\ Nina, Jules et Yvan sont relaxés en première instance. J-L Gagnaire et le parquet font appel de la décision. Martin est condamné à 8 mois de prison avec sursis, 3850€ d’indemnités aux "victimes" et 5 ans d'inscription au casier judiciaire n°2 (soit 5 ans d'interdiction d’exercer dans la fonction publique). Il fait appel. Nous sommes donc dans l'attente de deux nouvelles dates de procès afin d'organiser un rassemblement devant le TGI de Lyon où auront lieux les deux appels. Le 13 juillet 2016, Martin, 24 ans, Nina, 24 ans, Jules, 25 ans, et Yvan 29 ans, sont convoqués devant le Tribunal de Saint-Étienne pour y être jugés. Ils sont accusés de dégradations, de rébellion et de violences sur policiers suite à la manifestation du 12 mai au cours de laquelle un millier de personnes est allé interpeller les deux députés de Saint-Étienne sur la loi travail et le 49-3. Ces accusations graves - dont les conséquences peuvent être lourdes pour la vie de jeunes qui sont : étudiant en sociologie et surveillant, employée, assistant de vie scolaire, musicien -, sont mensongères. Il s'agit d'un procès politique pour frapper des opposants à la "loi travail", et faire déraper un mouvement social qui ne faiblit pas malgré toutes sortes de manœuvres. Car depuis plusieurs mois c'est une stratégie de la tension qui est mise en œuvre dans de nombreuses villes par le gouvernement Valls-Cazeneuve, pour faire peur, décrédibiliser le mouvement et le faire basculer dans la violence.   A Saint-Etienne, depuis début mars, les journées de mobilisation contre la loi travail se succèdent à l’initiative des organisations syndicales et de jeunesse. Elles sont marquées par la présence dynamique des jeunes, dont des milliers d'entre eux sont descendus dans la rue. Pas difficile de comprendre pourquoi. Déjà victimes d'une précarité de masse, ils seront au premier rang pour encaisser la suppression des droits, garanties et protections contenus dans le code du travail que cette loi démantèle, puisque la possibilité pour le patronat d'imposer des accords d'entreprises inférieurs à la loi et inférieurs aux conventions collectives des branches donnera le signal d’un dumping social généralisé. "A ceux qui veulent précariser les jeunes, les jeunes répondent "résistance", et le cortège jeune l’a fait, en actes et avec des images fortes : le 31 mars en construisant avec des parpaings le "mur du dialogue social" devant le Préfecture, le 9 avril en dénonçant les banques alors qu'éclatait le scandale des Panama papers, le 28 avril en guillotinant le Code du Travail sur les marches de l'Hôtel de Ville, le 3 mai avec la parade des esclaves enchaînés du MEDEF, le 12 mai en interpellant les députés et en tendant une banderole sur la façade de la permanence de JL Gagnaire, supporter de la loi travail, du 49.3 et complice de l'évasion fiscale des profits des grandes entreprises. Ce sont ces actions pleines de sens que le pouvoir ne supporte pas. Elles ont été menées sans aucune violence physique. A Saint-Etienne, les commerçants ne ferment jamais leurs vitrines - pas besoin… Elles ont été faites sans violences vis-à-vis des policiers, alors même que depuis le 31 mars, des policiers sans brassards - certains cagoulés -, infiltrent le cortège des jeunes, les insultent, les menacent et les provoquent. Le 12 mai, un millier de personnes a interpellé les deux députés de Saint-Etienne. Une banderole a été déployée depuis le balcon de la permanence de JL Gagnaire, absent au rendez-vous. Il reconnaît lui-même "ni vol ni vandalisme" dans sa permanence. Mais le 13 mai le ministre de l'intérieur Cazeneuve de passage à St-Etienne a appelé à "punir les casseurs" et "professionnels de la haine". Arrêtés chez eux avec perquisitions de leurs logements et de celui de certains de leurs parents le jeudi 2 juin à 6 heures du matin, dans une opération qui a mobilisé une centaine de policiers, puis gardés à vue 36 heures, Martin, Nina, Jules et Yvan ont été traités comme des "terroristes". Le 13 juillet prochain, ils seront conduits au Tribunal accusés de dégradations, rébellions violences sur policiers. C'est un procès politique dont l'objectif est de faire taire et dérailler le mouvement social contre la loi travail, et de punir des jeunes qui s'occupent de la politique de leur pays. Nous ne sommes pas dupes de la stratégie du gouvernement pour imposer une loi inspirée par le MEDEF. Nous exigeons que cessent ces opérations de provocation, nous exigeons le respect des libertés publiques. Nous affirmons notre solidarité avec les jeunes menacés et notre soutien à leur engagement citoyen, syndical et politique contre la loi Travail. Nous exigeons leur relaxe ! Nous appelons à les soutenir et à être à leurs côtés le mercredi 13 juillet au Tribunal de Saint-Étienne [relaxe obtenu pour Jules, Nina et Yvan] et le mardi 6 septembre [pour obtenir la relaxe pour Martin] : Rassemblement à 13h mardi 6 septembre, devant le Tribunal de Grande instance de Saint-Étienne ! Premières organisations signataires : Mouvement des Jeunes Communistes de la Loire (MJCF42), Comité CGT des Travailleurs Privés d'Emploi et Précaires de Saint-Étienne (CGT-CTPEP), Confédération Nationale du Travail de la Loire (CNT42), Solidaires Loire, Fédération Syndicale Unitaire Loire (FSU42), #OnPeutVivreMieux, Parti Communiste de la Loire (PCF42), Collectif pour la solidarité entre les peuples et contre les guerres impérialistes, Loi Travail : Non Merci 42, Union Départementale CGT 42, Comité Antifasciste Saint-Etienne, Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF - organisation nationale), Union des Étudiants Communistes (UEC - organisation nationale), Coordination des Groupes Anarchistes (CGA - organisation nationale), Union des Étudiants Communistes de la Loire (UEC42), Nouveau Parti Anticapitaliste de la Loire (NPA42), Union Nationale Lycéenne de Saint-Étienne (UNL42), Mouvement Républicain et Citoyen de la Loire (MRC42), Syndicat CGT des Travailleurs Précaires et Privés d'Emploi de Montpellier, Jeunes Communistes de Lyon, Union locale CGT d'Aulnay-Sous-Bois, Union locale CGT Saint-Etienne, Organisation de Solidarité Étudiante (OSE), Ensemble ! 42-Sud, Mouvement Jeunes Communistes du Loiret (MJCF45), Mouvement Jeunes Communistes du Loire-et-Cher (MJCF41), Association des Amis de l'Humanité Loire, Union locale CGT Roanne, Comité Départemental de la Loire pour la Relaxe des 8 de Goodyear pour les Droits et la Défense des Libertés Individuelles et Collectives (DDLIC42), Union locale CGT Rive-de-Gier, Section PCF de Saint-Étienne, Collectif Truc Machin, Coordination des Groupes Anarchistes Saint-Étienne (CGA), Coordination des Intermittents et Précaires de la Loire (CIP42), Comité Nationale CGT des Travailleurs Privés d'Emploi et Précaires (CNTPEP-CGT - organisation nationale), Réseaux Citoyens, Mouvement des Jeunes Communistes des Bouches-du-Rhône (MJCF13), Mouvement des Jeunes Communistes d'Ardèche (MJCF07), Section PCF de Firminy, Union locale CGT Feurs, Union Syndicale Régionale de l'Agroalimentaire et des Forêts Rhône-Alpes (USRAF-CGT Rhône-Alpes), Union locale CGT de Boën, Section PCF de Rive-de-Gier, Parti de Gauche Loire (PG42), Mouvement des jeunes Communistes de l’Hérault (MJCF34), Comité CGT des Travailleurs Privés d'Emploi et Précaires de Lyon 7e-8e, UL CGT Andrézieux-Bouthéon, USD CGT Santé-Action Sociale 42, UEC Nanterre, Section PCF Saint Quentin, UL CGT Chambery, UL CGT Ondaine, Syndicat CGT CH-Rouffach, USI-CGT Union Syndicale de l'Intérim CGT, CTPEP-CGT Lunel (34), Syndicat CGT Vinatier, Syndicat CGT Axletech, UL CGT Quartier Nord - Marseille, Solidaires Etudiant-e-s Nanterre, Syndicat CGT du Centre Hospitalier Lyon SUD, Le comité central de la Ligue de la Jeunesse Communiste du Canada, La Commune - Association Monnaie complémentaire du roannais, Mouvement des Jeunes Communistes de La Vienne (MJCF86), Syndicat CGT cheminots de Versailles, CSD CGT des Côtes-d'Armor (22), Syndicat CGT Nestlé Purina de Veauche, Section PCF Paris XVe, MJCF Paris XVe, UL CGT Gaillac [81], CTPEP-CGT Gaillac, Syndicat CH St-Cyr [69], Association France-Palestine Solidarité de Saint-Etienne (AFPS42), UL CGT Tour du Pin [38], Jeunes pour la Renaissance du Communisme en France (JRCF - organisation nationale),... SIGNATAIRES :- Responsables syndicaux : Philippe Martinez (secrétaire général de la CGT), Jean-Michel Gourgaud (secrétaire général de l'UD CGT 42), Laurent Pinatel (porte-parole nationale de la Confédération Paysanne), Louis Viannet (ancien secrétaire général de la CGT), Denis Gravouil (secrétaire général CGT Spectacle), Philippe Nackaerts (secrétaire général du CNTPEP-CGT), Pierre Héritier (ancien responsable syndical national - Forum social européen), Clara Jaboulay (présidente de l'UNL), Lou Curien (déléguée nationale du Syndical Général des Lycéens) et élue lycéenne au Conseil supérieur de l’Éducation), Myriam Garcia (co-secrétaire Solidaires Loire), Jean-Marc Hostachy (co-secrétaire SUD éducation Loire), Laurent Barbier (secrétaire général de l'UL CGT d'Aulnay-sous-Bois), Sylvain Valla (secrétaire général de l'UL CGT Saint-Etienne), Damien Neel (responsable d'OSE), Iliane Aslafy Gauthier (responsable fédéral de l'UNL42), Frédéric Sanchez (secrétaire général de la Fédération CGT des Travailleurs de la Métallurgie), Jérémy Rousset (co-secrétaire du SNUipp42-FSU), Ghiles Salhi (secrétaire général de la CGT-CTPEP de Montpellier), Serge Lenoir (secrétaire général de l'UL Roanne), Ginette Moulin (secrétaire adjointe de l'UL Rive-de-Gier), Marie-Christine Eigeldinger (secrétaire générale de l'USRAF-CGT Rhône-Alpes), Ludwig Beraud (secrétaire général de l'UL CGT Feurs), Catherine Barra (secrétaire générale de l'UL CGT de Boën), Mireille Carrot (secrétaire générale adjointe de l'UD CGT42 et membre de la commission exécutive confédérale), Tennessee Garcia (secrétaire général du CTPEP-CGT Lyon 7e-8e), Patrick Soulinhac (secrétaire général de l'UL CGT Lyon 7e-8e), Jean-Luc Ferrapie (secrétaire général de l'UL CGT d'Andrezieux-Bouthéon), Magali Badiou (secrétaire générale du syndicat CGT des territoriaux de Saint-Étienne et secrétaire fédérale CGT du Service public), Gérard Charrue (secrétaire général du CTPEP-CGT de l'Yonne), Laurie Narduzzo (secrétaire générale de l'UL CGT Ondaine), Julien Perez (secrétaire départemental CGT Educ'Action 42), Emmanuel Roux (secrétaire général du CTPEP-CGT13 et membre du bureau du CNTPEP), Béatrice Barbier (secrétaire générale de l'USD CGT Santé-Action sociale 42), Martial Volet (DSC Haulotte Group), Annie Diaz (secrétaire générale UL CGT Lyon 3e-6e), Yann Venier (secrétaire général de l'UL CGT de Nancy), Samuel Archer (secrétaire général du syndicat Axletech), Olivier Lafferière (co-secrétaire de a fédération SUD éducation), Jean-Marc Terle (DS et SG CGT Intertechnique du groupe Zodiac), Sylvain Excoffont (secrétaire général du SNPREES-FO Loire), Bruno Bouvier (SG Comité Régional CGT Rhône-Alpes), Matthieu Bolle-Reddat (SG du syndicat CGT des cheminots de Versailles), Philippe Julien (ex-secrétaire du syndicat CGT PSA Aulnay); Andrien Berteaux (délégué national UNL), Patrick Valette (élu CGT-SNPTAS à la DDT d'Ardèche [07]), Estelle Tomasini (secrétaire adjointe de la FSU42), Sophie Dietrich (élue CGT ville de St-Etienne), Yann Manneval (secrétaire de l’Union Locale CGT de Martigues [13]), Didier Cochet (SG syndicat de Bressor), Jérôme Constant (DS Hôpital de Firminy), Guy Moulin (DS CPAM), Augustin Vinals (militant CGT, ancien président du conseil de prud’hommes de St-Chamond), Fabien Flandin (DP - CGT métallurgie), Marc Souveton (syndicaliste enseignant), Pierre Krasucki, Alain Issartel (SG CGT retraités du Roussillion), Muriel Wolfers (SG UL CGT La Courneuve),... - Responsables politiques : Pierre Laurent (secrétaire national du PCF), Philippe Poutou (candidat à l'élection présidentielle pour le NPA), Eric Coquerel (coordinateur politique du PG et conseiller régional d'Ile de France), Myriam Martin (porte parole d'Ensemble/FDG, conseillère régionale d'Occitanie Ensemble/FDG), Christine Poupin (porte-parole nationale du NPA), Martine Billard (co-fondatrice PG), Camille Lainé (secrétaire nationale du MJCF), Bureau nationale de l'UEC, Antoine Guerreiro (secrétaire national de l'UEC), Olivier Besancenot (porte-parole nationale du NPA), Alain Pecel (secrétaire fédéral du PCF42), Corinne Oumakhlouf (co-secrétaire départementale du PG42), Martin Pontier (secrétaire fédéral du MJCF42), Denis Rivier (secrétaire du comité NPA de Saint-Étienne), Raphael Da Silva (secrétaire politique de section des JC de Lyon), Mathilde Moulin (secrétaire fédéral du MJCF45), Alexis Bouchou (secrétaire fédéral du MJCF41), Vanessa Pecel (secrétaire de la section PCF de Saint-Etienne), Coralie Cros (secrétaire fédérale du MJCF07), Jean-Jacques Charroin (secrétaire de section du PCF Firminy), Camil Antri Bouzar (secrétaire fédéral du MJCF13), Christophe Privas (secrétaire de section PCF Rive-de-Gier), Romain Barbazange (secrétaire fédéral du MJCF34), Jean-Pierre Vergnes (secrétaire de section du PCF Roujan [34]), Mohamed AISSANI (secrétaire de section PCF Bobigny [93]), Mathieu Gallois (secrétaire départemental PCF du Loiret [45]), Stéphanie Dupré (ajointe à l'action sociale de la mairie de Champigny-sur-Marne [94]), Christian Chauve (secrétaire PCF section Champigny-sur-Marne [94]), Arthur Giry (secrétaire fédéral du MJCF86), Corinne Bécourt (secrétaire de la section PCF Saint-Quentin [02]), Marie-Christine Burricand (conseillère municipale PCF de Vénissieux et conseillère métropolitaine du Grand Lyon), Emmanuel Dang Tran (secrétaire de section PCF Paris XVe et conseil national du PCF), Hélène Lacheret (co-secrétaire départementale du PG de la Drôme [26], élue au Conseil National), Pierre-Ange Muselli-Colonna (secrétaire fédéral du MJCF de Corse [2A & 2B]), Bernard Trannoy (administrateur site Pcfbassin Réseau FVR-PCF),... - Élus : Jean-Luc Mélenchon (député européen PG), Patrick Le Hyaric (directeur de l'Humanité, député et vice-président du groupe de la Gauche Unitaire au Parlement européen), Cécile Cukierman (conseillère régionale PCF Rhône-Alpes-Auvergne et sénatrice de la Loire), André Chassaigne (député et président du groupe Gauche Démocrate et Républicaine à l'assemblée nationale), Jean-Jacques Candelier (député PCF du Nord), Yves Ravel (ancien adjoint au sport PCF de la mairie de Saint-Étienne), Marie-Hélène Thomas (élue communiste à la ville de Saint-Étienne), Maryse Bianchin (élue communiste à la ville de Saint-Étienne), Olivier Morin (journaliste à l'Humanité et conseiller municipal communiste à Mont-Pres-Chambord [41]), Christophe Faverjon (maire d'Unieux [42]), Marc Faure (maire de la Ricamarie [42]), Cyrille Bonnefoy (premier adjoint au maire de la Ricamarie [42]), Nathalie Desa Ferriol (conseillère départementale de la Loire), Violette Auberger (conseillère départementale de la Loire), Thomas Boulard (conseiller municipal PCF de Divion [62]), Daniel Favier (SUNDEP-Solidaires et adjoint à la mairie de la Ricamarie), Marie-Pascale Dumas (adjointe au maire de La Ricamarie), Jean François Téaldi (Membre du Conseil National Associations Élus Communistes et Républicains), Corinne Morel-Darleux (conseillère régionale PG Auvergne-Rhône-Alpes), Emilie Marche (conseillère régionale PG Auvergne-Rhône-Alpes), Marie-Christine Vergiat (député européenne FdG), Jean-Charles Kohlhaas (conseiller régional EELV Auvergne-Rhône-Alpes),... - Militants associatifs et de mouvements citoyens : Daniel Linossier (président de l'Association des Amis de l'Humanité Loire), Roger Dubien (Réseaux Citoyens), Georges Günther (Réseaux Citoyens), Martine Chevalier (Faucheurs Volontaires / Réseaux citoyens de St-Etienne), Jérôme Vernay (responsable de La Commune - Monnaie complémentaire du roannais), Marc Bardin (technicien service public), Dolorès Ponramon (militante associative), Paul Boiron (retraité, militant associatif et militant CGT Casino), Pascale Girod (professeur d’histoire, militante syndicale et associative), Yves Pichon (professeur d’histoire, militant syndical et d’association d’aide aux familles sans ressources), Marie-Pierre Manevy (militante associative), Pierre Rachet (professeur d’histoire, militant associatif), Jeannine et Michel Rachet (militants associatifs), Hélène Dervieux (cheminote retraitée), Josiane Reymond (responsable d’association de pédagogie sociale), Aïcha Knis (militante pour les droits des Palestiniens – BDS), Monira Mouhoun (militante pour les droits des Palestiniens – BDS), Jean-Luc Juthier (Faucheur Volontaire, militant de la Confédération Paysanne), Ahmed Abdelouadoud (Al Qalam), Michael BAOUZZI (logisticien humanitaire), Andrée Taurinya (enseignante), Jacqueline Crozet (militante féministe et Femmes en Noir pour la paix en Palestine), Jean-Marc Goubier (retraité, militant), Pierre-Marie Dugas (consultant retraité, militant associatif et politique), Jean-François Peyrard ( RESF / Collectif Pour que Personne ne dorme à la rue), Annick et Norbert Bossu (militants associatifs), Michel Coudroy (président Attac Loire-Sud), Père Christophe Bérard (prêtre du diocèse de Saint-Étienne, missionnaire en Corée du Sud), France Chabert (présidente de l'AFPS - Saint-Etienne),... - Universitaires et intellectuels Philosophes, écrivains, poètes, anthropologues, sociologues, historiens,... Alain Badiou (philosophe), Bernard Friot (militant PCF et sociologue), Henri Sterdyniak (économiste atterré), Jacques Bidet (universitaire), Jean-Christophe Bailly (écrivain, poète et dramaturge), Enzo Traverso (historien, professeur à l'université de Cornell, États-Unis), François Cusset (professeur à l'université de Paris Ouest, historien et écrivain), Georges Didi-Huberman (philosophe et historien de l'art), Michel Surya (écrivain, philosophe et éditeur), Marie-José Mondzain (philosophe), Jean-Luc Nancy (philosophe), Bernard Noël (poète, essayiste, critique d'art et romancier), Jacques-Henri Michot (écrivain), Michèle Riot-Sarcey (professeur émérite d'histoire contemporaine et du genre - Paris VIII),... Marc Vericel (Doyen de la faculté de Droit Saint-Étienne), Dominique Belkis (anthropologue - maitre de conférence à l'UJM), Sophie Béroud (maitre de conférence en science politique à l'université Lyon 2), Manuel De Souza (Maître de Conférences en Histoire à l'université de Saint-Étienne), Florence Dursapt (professeur de philosophie), Serge Proust (universitaire UJM), Jérôme Michalon (sociologue), Thierry Winiarski (directeur de recherche ENTPE), Marine Maurin (sociologue), Michel Ayrault (retraité université de Saint-Étienne), Georges Grekos (mathématicien), Itidel Fadhloun Barboura (universitaire et présidente de la LDH section Roanne), Aurélie Dumain (ethnologue), Jérôme Beauchez (maitre conférence en sociologie à l'UJM), Adrian T. Sîrbu (philosophe, enseignant-chercheur, expert pour les sciences sociales de l'Institut française à Bucarest [Roumanie]), Anne Soulié (professeur agrégée de l'université et musicienne professionnelle),Claire Autant-Dorier (Sociologue Université Jean Monnet Saint Etienne – UDL), Adèle Roux (aménageur du territoire), Eric Verney (enseignant-chercheur UJM),... Laurent Ott (philosophe social), Dalila Meziane (avocat au Barreau d'Alger exerçant sur Lyon - Lauréate du Prix International des Droits de l'Homme "Ludovic Trarieux"), Alain Jugnon (Philosophe), Brice Matthieussent (Écrivain, traducteur et éditeur), Michel Gaillot (Philosophe et membre de De(s)générations, Camille Fallen (Philosophe et membre de De(s)générations), Jean-Marie Gleize (Écrivain, professeur émérite à l'ENS de Lyon), Liliane Giraudon (Écrivain), Fabrice Lauterjung (Cinéaste et enseignant à l'ESADSE), Yves Rozet (Artiste et enseignant à l'ESADSE),... Fabien Vélasquez (Documentaliste), Jean-Jacques Viton (Écrivain), Henri Deluy (Écrivain), Christian Tarting (Écrivain, professeur des universités, directeur des éditions chemin de ronde), Jean Marc Cerino (Artiste, professeur à l’Esban et membre de De(s)générations), Philippe Roux (Historien des idées, rédacteur en chef de De(s)générations), Demosthene Agrafiotis (Poète, artiste intermedia), Franck Enjolras (Psychiatre et anthropologue), Daniel Boitier (Philosophe et Président de la fédération LDH de la Loire), Lise Guéhenneux (Critique d'art - AICA), Zahia Rahmani (Écrivain), Isabelle Quaglia (Bibliothécaire), Francisco Jarauta (Philosophe), Luc Vincenti (Professeur des Universités, dpt de philosophie, chercheur à C.R.I.S.E.S.), Pascale Pichon (Sociologue et professeure à la faculté de Sociologie de Saint-Etienne), Jean-François Puff (Écrivain, professeur de littérature à la faculté de Saint-Étienne), Eric Suchère (Écrivain et enseignant à l'ESADSE), Denis Laget (Artiste et enseignant à l'ESADSE), Nathalie Quintane (écrivain), Mathieu Riboulet (écrivain), Romain Mathieu (historien d’art et enseignant à l’ESADSE), José Fort (ancien journaliste de L'Humanité, spécialiste des questions internationales),... - Artistes et acteurs du monde culturel Musiciens Dub Inc, La Compagnie Jolie Môme, Les Ogres de Barback, Barrio Populo, La caravane des saltimbanques, Michèle Bernard (chanteuse, auteur-compositeur), Steve Ollagnier (musicien), Jérôme Pimenta (musicien), Christopher Murray (simple citoyen), Anne Soulié (professeur agrégé de l'Université et musicienne professionnelle), Atmane Dahmani (chansonnier),... Plasticiens, photographes, cinéastes, vidéastes,... Robert Guédiguian (réalisateur, producteur et scénariste), Xavier Cantat (photographe), Gérard Mordillat (romancier et cinéaste), Françoise Davisse (réalisatrice), Olivier Dutel (cinéaste), Gilles Perret (réalisateur documentariste), Valerie Jouve (Photographe, vidéaste et réalisatrice), Gaëlle Vicherd (cinéaste), Boze (vidéaste), Maurice Muller (photographe), Julien Ouguergouz (documentariste et historien), Eric Manigaud (Artiste), Nicolas Daubanes (Artiste), Jean-Baptiste Sauvage (Artiste et professeur à l’ESADMM), Paul Eudeline (Étudiant à à l'ESADSE), Cassandre Lafon (Étudiante), Sophie NicosiaI (Étudiante à l'ESADSE), Théo Zerbib (Étudiant à l'ESADSE), Mehdi Baouzzi (réalisateur), Raphaëlle Bruyas (réalisatrice), Samir Abdallah (réalisateur), Adrien Milliot (réalisateur), Denis Bador (cinéaste), Sean Laval Hart (artiste), Mathieu Bonjour (artiste), Franck Gimenez (réalisateur), Anne-Sophie Seguin (réalisatrice), Abdenour Titem (artiste peintre),... Théâtre et spectacle vivant Le Cri de la Lune (collectif d'arts et de spectacle), L'Estancot (mutualisation de compagnies de théâtre), Théâtre de la Tarlatane, Lucile Paysant (comédienne), Maud Lefebvre (comédienne), Manon Cazes (danseuse chorégraphe), Laurie Cabrera (danseuse chorégraphe), Marijke Bedleem (Metteur en scène/enseignante),... Associatifs et acteurs du monde culturel Marcelle Bonjour (Consultante en France et en Europe pour la Danse), Delphine Alleaume (coordinatrice culturelle), Noël Claude (Responsable d'associations culturelles à Nantes), Jean Rochard (Producteur de musique),... Vous pouvez nous contacter sur : cgt.precaires.saintetienne@gmail.com

Comité des Travailleurs Privés d'Emploi et Précaires de Saint-Etienne
8,138 supporters