Topic

justice

17 petitions

Update posted 3 months ago

Petition to Emmanuel Macron

Libération de Josu Urrutikoetxea

Libération immédiate de Josu Urrutikoetxea Le 16 mai 2019, Josu Urrutikoetxea a été arrêté dans un hôpital public au milieu de soins urgents qui lui étaient prodigués. Josu Urrutikoetxea est un artisan de premier plan de la fin de la lutte armée au Pays basque et le promoteur d’une résolution juste et durable du dernier conflit armé d’Europe occidentale. Une tribune publiée le vendredi 31 mai par le quotidien Libération alerte l’opinion publique sur ce coup inconsidéré porté à la diplomatie et à la paix. Par cet appel, en sollicitant l’appui de la communauté internationale, nous demandons aux institutions françaises et européennes de soutenir le processus de paix au Pays basque, ainsi que l’arrêt immédiat de toutes poursuites, la mise en liberté et la garantie de protection de Josu Urrutikoetxea. Signez la pétition et faites-la largement circuler.Lire la tribune de Libération (Alain Badiou, Etienne Balibar, Thomas Lacoste, Jean-Luc Nancy, Toni Negri & Jacques Rancière) Retrouver la liste des signatairesDécouvrez la liste des soutiens Si vous souhaitez intégrer le groupe de soutien, nous écrire à cette adresse (en précisant vos prénom, nom et qualité) : info@labandepassante.org #FreeJosu ------------------------- Appeal for the release of Josu Urrutikoetxea On 16 May 2019, Josu Urrutikoetxea was arrested in a public hospital while receiving urgent treatment. Josu Urrutikoetxea is a leading contributor to bringing an end to  armed struggle in the Basque Country and the promoter of a just and lasting resolution of the last armed conflict in Western Europe. An article published on Friday 31 May by the French daily newspaper Libération alerted public opinion to this ill-considered  blow to diplomacy and peace. Through this appeal, which seeks the support of the international community, we call on French and European institutions to support the peace process in the Basque Country, as well as to immediately halt all legal proceedings, release Josu Urrutikoetxea and guarantee his protection. Please sign the call and largely circulate it. Read the article of Libération (Alain Badiou, Etienne Balibar, Thomas Lacoste, Jean-Luc Nancy, Toni Negri & Jacques Rancière) Find the list of signatories Find the list of supports If you would like to join the support group, write to us here (specifying your first name, surname and position): info@labandepassante.org #FreeJosu------------------------- Llamamiento para la liberación de Josu Urrutikoetxea El 16 de mayo de 2019 Josu Urrutikoetxea fue detenido en un hospital público  cuando se disponía a recibir asistencia médica de carácter urgente. Josu Urrutikoetxea es uno de los principales artesanos del fin de la lucha armada en el País Vasco y uno de los impulsores para alcanzar una resolución justa y duradera al último conflicto armado en Europa Occidental. El pasado viernes 31 de mayo, el diario Liberation publicaba una tribuna en la que alertaba a la opinion pública del duro golpe que, para la diplomacia y la paz, suponía la detención de Josu Urrutikoetxea. Por medio de este llamamiento solicitamos el apoyo de la Comunidad Internacional, al tiempo que exigimos a las instituciones francesas y europeas que apoyen el proceso de paz en Euskal Herria, así como el cese immediato de todo procedimiento judicial contra Josu Urrutikoetxea, su puesta en libertad inmediata y la garantía para su seguridad. Firmen aquí el llamamiento. Leer la tribuna de Libération (Alain Badiou, Etienne Balibar, Thomas Lacoste, Jean-Luc Nancy, Toni Negri & Jacques Rancière) Encuentren la lista de los firmantes Podrán encontrar el listado de los apoyos aquì Si quieres incorporar el grupo de apoyo, escribirnos aquí (nombre, apellido, en calidad de): info@labandepassante.org #FreeJosu------------------------- Josu Urrutikoetxearen askatasunaren aldeko deialdia 2019ko maiatzaren 16an Josu Urrutikoetxea erietxe publiko batean urjentziazko mediku arta jasotzen ari zela atxilotu dute. Josu Urrutikoetxea Euskal Herrian ziklo armatuaren bukaeraren artisau nagusietarik bat izan da, Europa mendebaldeko azken gatazka armatua gainditzeko konponbide justu eta iraunkorraren sustatzailea. Maiatzaren 31an Libération egunkarian argitaratu den iritzi artikulua iritzi publikoari zuzentzen zaio diplomaziaren eta bakearen aurkako eraso honen aurrean. Dei honen bidez, nazioarteko komunitatearen eskuartzea eskatzearekin batean, Frantziako eta Europako instituzioei zuzentzen gatzaizkie Euskal Herrian bake prozesua babestu dezaten. Bidenabar, Josu Urrutikoetxearen aurkako jaurkimendu oro bertan behera uzteaz gain, berehala aska dezaten eta bere segurtasuna berma dezaten galdegiten dugu. Izenpetu deia. Iritzi artikulua irakurtzeko (Alain Badiou, Etienne Balibar, Thomas Lacoste, Jean-Luc Nancy, Toni Negri & Jacques Rancière) Izenpetzaileen zerrenda Sostengatzaileen zerrenda Sostengu taldean agertu nahi baduzu, idatzi hemen (izena, abizena, kalitatea): info@labandepassante.org#FreeJosu-------------------------Elles & ils soutiennent la libération de Josu UrrutikoetxeaThey support the release of Josu UrrutikoetxeaEllas & ellos apoyan la libertad de Josu UrrutikoetxeaJosu urrutikoetxearen askatasuna sostengatzen dute Gilbert Achcar (écrivain & professeur à l’Ecole des études orientales et africaines, Université de Londres), Christophe Aguiton (altermondialiste), Paul Alliès (homme politique & universitaire), Nils Andersson (ancien éditeur), Alexis Argyroglo (libraire), Clémentine Autain (députée de la 11ème circonscription de Seine-Saint-Denis), Beatrice Avakian (responsable des enseignements Ecole des Mines ParisTech), Geneviève Azam (économiste & altermondialiste), Marie-Hélène Bacqué (sociologue & urbaniste), Alain Badiou (philosophe), Etienne Balibar (philosophe), Ludivine Bantigny (historienne, université de Rouen), Thomas Bardinet (réalisateur), Dominique Barneaud (producteur), Pernando Barrena (eurodéputé EHBILDU), Alexandra Baudelot (critique d’art et commissaire d’exposition), Fred Bellaïche (producteur), Fethi Benslama (psychanalyste & universitaire), Mixel Berhocoirigoin (paysan & syndicaliste), Vincent Bertholet (musicien, Genève), Olivier Besancenot (membre du NPA), Eric Beynel (porte parole de Solidaires), Thomas Bidegain (scénariste), Jacques Bidet (philosophe), Jean Bigot (producteur & membre d’Ensemble), Catherine Bizern (directrice artistique), Jean-François Blanco (avocat & conseiller régionale de Nouvelle-Aquitaine), Pierre-Alexandre Bliman (senior researcher at Inria), Frédéric Bodin (secrétariat national Solidaires), Pascal Boissel (psychiatre), Bernard Bolze (fondateur de l’Observatoire international des prisons), Maria Bonsanti (directrice artistique), Marion Bottollier (actrice), Gérard Bras (philosophe), Michel Broué (mathématicien), Judith Butler (philosophe, University of California, Berkeley), Xantiana Cachenaut (avocate), Michel Cahen (historien, directeur de recherche au CNRS), Andy Carl (peacebuilding practitioner, UK), Jean-Michel Carré (réalisateur), Ximun Carrere (producteur), Laurent Cauwet (éditeur), Sorj Chalandon (romancier), Gérard Chaouat (immunologiste, directeur émérite CNRS), Bernard Chappellier (maire adjoint du Kremlin-Bicêtre - 94), Martial Chappet (Solidaires Paris), Alexandre Charlet (producteur), Natacha Chetcuti-Osorovitz (sociologue), Noam Chomsky (professor emeritus MIT and U. of Arizona), Josu Chueca Intxusta (historien, Université EHU-UPV), Nara Cladera (réseau syndical international de solidarité et de luttes), Maxime Combes (économiste), Jean-Louis Comolli (réalisateur & écrivain), Eric Coquerel (député de la première circonscription de Seine-Saint-Denis), Philippe Corcuff (politiste, IEP de Lyon), Claude Corman (cardiologue), Annick Coupé (syndicaliste & militante altermondialiste), Thomas Coutrot (économiste), Alexis Cukier (philosophe), Marie Darrieussecq (écrivaine), Alain Darroze (chef cuisinier), Emilie Deleuze (réalisatrice), Alice Diop (réalisatrice), Keith Dixon (professeur honoraire de civilisation britannique), Véronique Dudouet (chercheuse en résolution des conflits, US), Peio Dufau (syndicaliste cheminot), Marianne Dumoulin (productrice), Emilie Dutoya (conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine, élue de territoire Pays basque), Annie Ernaux (écrivaine), Jean-René Etchegaray (président de la Communauté d’agglomération Pays basque & maire de Bayonne), Txetx Etcheverry (membre de la coordination de Bizi), Niko Etxart (chanteur), Gonzalo Etxebarria (artiste-peintre), Antton Etxeberri (journaliste), Geneviève Fraisse (philosophe), Hélène Franco (magistrat & syndicaliste), Rui Frati (comédien & metteur en scène), Bernard Friot (sociologue & économiste), Jean-Michel Frodon (critique de cinéma & universitaire), Ximun Fuchs (acteur & réalisateur), Jacques Gaillot (évêque de Partenia), Thierry Garrel (conseiller artistique cinéma), Dario Gentili (philosophe, Université Roma Tre), Susan George (écrivain), Sylvain George (réalisateur), Federica Giardini (philosophe, Roma Tre), Arlette Girardot (réalisatrice), Jérôme Gleizes (conseiller de Paris, économiste Paris 13), Roland Gori (psychanalyste, professeur honoraire à l’université D’Aix Marseille & président de l’Appel des appels), Alain Gresh (journaliste), Ramón Grosfoguel (sociologue, Porto Rico), Robert Guédiguian (réalisateur), Nacira Guénif (sociologue, Université Paris 8), Roberto Flores Guevara (médecin, chercheur INSERM), Michel Guerre (SUD PTT), Hugo Haas (architecte), Fabienne Hanclot (responsable association cinéma), Jean-Marie Harribey (économiste), Eric Hazan (éditeur), Hans van den Hoogen (senior humanitarian advisor, ministry of foreign affairs, the Netherlands), Alain Iriart (vice-président de la Communauté d’agglomération Pays Basque & maire de Saint Pierre d’Irube), Frédéric Jaëck (mathématicien, ENS), Chantal Jaquet (philosophe), Francis Jauréguiberry (sociologue), Louis Joinet (magistrat à la Cour de Cassation, expert à l’ONU pour les doits de l’homme), Michel Kail (philosophe), Jacques Kebadian (cinéaste), James Kelman (écrivain, Booker Prize 1994, Scotland), Pierre Khalfa (économiste, membre de la Fondation Copernic), Hubert Krivine (physicien), Latifa Laâbissi (chorégraphe & danseuse), Thomas Lacoste (réalisateur), Annie Lacroix-Riz (historienne), Stéphanie Lagoutte (senior research in human rights, Copenhagen, Denmark), Bernard Lahire (sociologue, ENS de Lyon), Martin Lamotte (anthropologue, Stanford), Marcelo Langieri (profesor de sociología, Buenos-Aires), Anne Leclerc (militante féministe), Hervé Le Corre (romancier), Olivier Le Cour Grandmaison (universitaire), Jérôme Lèbre (philosophe), Loïc Legrand (producteur), Alice Leiciagueçahar (conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine), Gilles Lemaire (militant écologiste), Didier Lestrade (journaliste & écrivain), Alain Lipietz (militant écologiste), Michael Lowy (sociologue), Antonio Magliano (producteur), Christian Mahieux (réseau syndical international de solidarité et de luttes), Noël Mamère (militant écologiste), Monèle & Yves Mandagot (libraires), Diletta Mansella (philosophe), François Marchand (administrateur de Nonviolent Peaceforce), Jean-Pierre Martin (psychiatre), Myriam Martin (conseillère régionale Occitanie), Josu Martinez (réalisateur), Gustave Massiah (économiste, Conseil international du forum social mondial), Jean-Pierre Massias (professeur de droit), Txoli Mateos Gonzalez (sociologue, Université EHU-UPV), Sandro Mezzadra (philosophe), Christophe Mileschi (professeur des universités, études italiennes), Catherine Miller (anthropologue& sociolinguiste, directrice de recherche, CNRS, IREMAM), Marie-José Mondzain (philosophe), Christian de Montlibert (sociologue, professeur émérite), Corinne Morel-Darleux (auteure & conseillère régionale Auvergne Rhône Alpes), Gabriel Mouesca (coprésident du Comité des droits de l'homme du pays basque & ancien président de l'Observatoire International des Prisons), Jean-Luc Nancy (philosophe), Toni Negri (philosophe), Bernard Noël (poète), Bertrand Ogilvie (psychanalyste & philosophe), Elsa Oliarj (réalisatrice), Jean Ortiz (universitaire), Yves Pagès (écrivain & éditeur), Rithy Panh (cinéaste), Julie Paratian (productrice), Dominique Pâris (monteuse), Marcelo Parrilli (avocat, Buenos Aires), Jaime Pastor (politiste, Madrid), Willy Pelletier (sociologue, fondation Copernic), Nathalie Périn (philosophe), Vladimir Perisic (cinéaste), Roland Pfefferkorn (sociologue), Michel Pigenet (historien), Pierre Poggioli (homme politique & écrivain corse), Patrick Polge (chef d’entreprise), Gérard Pommier (psychiatre & psychanalyste), Serge Portelli (magistrat), Philippe Poutou (membre du NPA), Nathalie Quintane (écrivaine), Luis Rainha (sociologue, Instituto Universitário de Lisboa, Portugal), Jacques Rancière (philosophe), Elsa Renaut (présidente de la LDH Corse), Bernd Riexinger (coprésident du parti de gauche DIE LINKE, Allemagne), Patrick Rödel (écrivain), Fito Rodriguez (philosophe, Université EHU-UPV), Patxi Saiz (musicien), Lucia Sanchez (actrice & réalisatrice), Régis Sauder (réalisateur), Pierre Savelli (maire de Bastia), Clément Schneider (cinéaste), Fourouzan Seban (chercheuse en études cinématographiques), Artur Serra (member of the leadership of the European Network of Living Labs This & Deputy Director of the Foundation i2cat Foundation, research and innovation centre about the Internet, Universitat Politecnica de Catalunya), Patrick Silberstein (médecin), Yves Sintomer (politiste, Paris 8), Nilza Maria Soares dos Anjos (sociólogo, Universidade de Brasília - UnB), Jorge Sorda (sociólogo, Universidad de Buenos Aires), Ronen Steinberg (historian, Michigan State University), Jean-Michel Steiner (historien), Jean-Guy Talamoni (président de l’Assemblée de Corse), Bernard Stiegler (philosophe), Michel Surya (écrivain & éditeur), Alberto Toscano (journaliste & politiste), Enzo Traverso (historien, Cornell University, US), Aurélie Trouvé (économiste & altermondialiste), Marguerite Vappereau (historienne du cinéma), Jean-Baptiste de Vathaire (chef d’entreprise), Françoise Vergès (politologue), Dominique Vidal (journaliste & historien), Charles Videgain (linguiste), Mathilde Villeneuve (critique d’art), Gilles Volta (monteur), Sophie Wahnich (historienne, directrice de recherche Cnrs, membre de la social science school ias Princeton), Frank Wynne (traducteur & écrivain), Julen Zabalo Bilbao (sociologue, Université EHU-UPV), Jorge Zabalza (fondateur du mouvement Tupamaros), Philippe Zarka (astrophysicien, CNRS, Observatoire de Paris), Raul Zelik (conseil fédéral de Die Linke, Allemagne) & Slavoj Žižek (philosophe). #FreeJosu Voir la liste des soutiens Lire la tribune dans Libération d'Alain Badiou, Etienne Balibar, Thomas Lacoste, Jean-Luc Nancy, Toni Negri & Jacques Rancière Lire la tribune dans Le Monde de Véronique Dudouet, Andy Carl & Jean-Marie Muller Lire la tribune dans Le Monde de Gerry Adams (Sinn Féin) & Ronnie Kasrils (ANC) Lire la tribune sur le site de Mediapart et le quotidien Libération de Esther Benbassa, José Bové, Eva Joly & Noël Mamère Lire le communiqué "Josu Urrutikoetxea en danger" publié sur le blog de Mediapart par Egoitz Urrutikoetxea

La Bande Passante
9,319 supporters
This petition won 4 months ago

Petition to Petro Porochenko, Pavlo Petrenko

Ukraine : Let's help victims of war to restore justice

In three years, the war in Ukraine has resulted in close to 10,000 deaths and more than 23, 000 wounded. Thousands of civilians are being taken and jailed, tortured and put under pressure to silence them. Another number remains in the shadows: victims of sexual violence. All this happens in the middle of Europe. Right now! Today it is very difficult to investigate, to gather evidences and to bring to justice those responsible for these crimes. In addition to it Ukrainian laws do not allow us to condemn them properly. To fight against impunity, we have to change ukrainian laws by putting them in compliance with the international human rights standards. With your signatures and you supports, let’s change this!Who we are ?My name is Oleksandra, I am a human rights defender from “Center of Civil Liberties”. It has been 3 years now I am documenting war crimes and crimes against humanity in the international armed conflict in Ukraine. I am Marion and with Inna we are part of the team ZERO IMPUNITY, an international movement who fight against impunity of sexual violences. Together we are asking you to sign the petition to support the law Oleksandra and her colleagues have built. It’s about filling a big gap by putting the Ukrainian laws in compliance with the international human rights standards so that no victim is forgotten. All together let’s pressure on the Ukrainian government and parliament to pass this law!Why is it so important?In march 2014, Russia annexed Crimea and has carried out in eastern ukraine for almost 3 years an hybrid war. Russia supported armed groups in Donbas which began to terrorize the civilian population and quickly gained control over the region. Many people are illegally deprived of liberty and kept in inhumane conditions. Journalists,  civil activists,  lawyers, scientists and volunteers. Even pregnant women. After being released they talk about beatings and tortures.The first victim kidnapped and tortured to death was Volodymyr Rybak, who tried to return the Ukrainian flag to the office building. Thereafter, according to human rights organisations, the unofficial jails in Donbas have seen tens of thousands of people. This practice continues. Thousands of civilians are being taken and jailed, tortured and put under pressure to silence them. But another number remains in the shadows: victims of sexual violence. Though the issue has been shrouded in silence, sexual humiliation, rape and genital mutilation have slowly become common practice in secret detention centers (link to the ZERO IMPUNITY report).Today it is very difficult to investigate, to gather evidences and to bring to justice those responsible for these crimes.  In addition to it Ukrainian laws do not allow us to condemn them properly. Let’s change this. Let’s put the Ukrainian laws in compliance with international humanitarian law and fight against international crimes!You can help us to fight against impunityUkraine must punish properly the abuses committed on its soil, even in such difficult conditions when parts of its territory are under effective control of the Russian Federation. It is crucial that Ukraine investigates crimes and brings to justice the perpetrators who commit crimes on the territory controlled by the Ukrainian government. But in its domestic law Ukraine has significantly limited the opportunities of the investigation and to bring the perpetrators of international crimes to justice. How is it possible the national Criminal Law still does not provide adequate legal instruments for this task? And why doesn’t the Criminal Code even includes the concept of crimes against humanity and articles on war crimes are very general and hard to apply? This is a direct path to impunity. And it’s irresponsible to the people who survived and to their pain.Together with the Human Right Agenda in Ukraine we have written a draft of law to bring the Criminal Code of Ukraine in line with international humanitarian law, to provide simple tools to prosecute grave crimes against human rights in an efficient way.It’s been presented to the Administration of President, the Ministry of Justice and the different departments of the Ukrainian governmental agencies. Now these agencies shall tell us if they would consider bringing it to the Rada, the Ukrainian Parliament for it to be voted.Your signatures and your support will show a national and an international interest for the question, which will make Ukrainian authorities take our draft law seriously and to offer the victims and to our country a path to justice.

Marion, Nicolas et Stéphane (ZERO IMPUNITY)
39,919 supporters
Update posted 2 months ago

Petition to Autorité des Marchés Financiers, le Comité d'entreprise de Renault, le conseil d'administration de Renault, l'etat

Suite au scandale Carlos Ghosn, demandons le départ des commissaires aux comptes.

ANGLAIS Les commissaires aux comptes sont les piliers des marchés financiers puisqu'ils certifient la régularité, c’est-à-dire la légalité, des comptes des entreprises. Or les grandes firmes d’audit, parce qu’elles proposent de multiples services aux multinationales dont elles vérifient les comptes, peuvent laisser passer divers abus comme observé récemment chez Renault et Nissan. Certains auditeurs des meilleurs cabinets ont pu laisser faire des actes affectant l'avenir des entreprises et l’emploi.  Puisque ces auditeurs sont les seul garde-fous protégeant les actionnaires, administrateurs, salariés et contribuables, et même, les consommateurs, il convient de les rappeler à leur responsabilité. Les commissaires aux comptes de Renault et de Nissan, les cabinets ERNST & YOUNG Audit ( EY) et KPMG Audit (KPMG), auraient du et pu empêcher Carlos Ghosn, le PDG du groupe automobile, d'abîmer, comme il semble l’avoir fait, le groupe qu'il avait pourtant construit. Ils ont beaucoup vu et n'ont pas agi comme il fallait. Cette pétition demande donc leur départ et la mise en jeu de leur éventuelle responsabilité. Pétition des parties prenantes de la société française cotée Renault SA adressée à l'Etat français, à l'AMF, au conseil d'administration et au comité d'entreprise de la société pour l’examen de la récusation ou du relèvement judiciaire des commissaires aux comptes du groupe Renault-Nissan, les sociétés EY et KPMG. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------ EXPLICATION Alors que, depuis le lancement de cette pétition,  la dissimulation de 140 millions de dollar de rémunérations occultes a déjà été reconnue par Nissan et son ancien PDG, .les soussignés demandent le remplacement des commissaires aux comptes actuels de Renault et de sa filiale japonaise cotée à 43% Nissan Motors, les cabinets d’audit EY and KPMG. Pour une meilleure protection des salariés, clients, actionnaires et administrateurs du groupe Renault,  nous demandons par la présente à l'État français actionnaire de la société Renault SA, à l'Autorité des Marchés Financiers, au conseil d'administration et au comité d'entreprise de la société, de procéder dans les meilleurs délais, en application des articles  L823-6  and  et  L823-7 du Code de commerce, à la demande en justice de la récusation prévue à l’article L823-6  ou du relèvement judiciaire prévue à l'article L823-7 des deux commissaires aux comptes titulaires nommés par le conseil d’administration et par les actionnaires de Renault, EY and KPMG. Les motifs de cette démarche sont constitués par l’accumulation de manquements apparents aux obligations déontologiques et à la mission permanente de contrôle des comptes sociaux, négligences portant sur l’information financière et sur le contrôle des conventions réglementées : un certain nombre de transactions apparement décidées par la présidence de ces groupes automobiles concernaient les personnes liées n’ont pu être contrôlées et certaines rémunérations n'ont pas été communiquées aux actionnaires en violation des obligations légales de publication.   Toutes ces opérations mentionnées ci-après, relevées par la presse japonaise ou française, auraient dû être communiquées soit comme transaction avec partie liée, soit comme rémunération : elles ne l’ont pas été, empêchant de ce fait administrateurs et actionnaires d'exercer leur contrôle légal. La responsabilité des commissaires aux comptes de l'Alliance Renault-Nissan Les grandes compagnies d'audit, et particulièrement les quatre premiers d'entre elles, proclament que leur réseau international étendu est un avantage pour leurs clients industriels multinationaux. Parmi ces "quatre grands", EY est le commissaire aux comptes titulaire de Renault et de Nissan Motors, société japonaise détenue à 43% par Renault, et KPMG est le second commissaire aux comptes titulaires de Renault.   Rappelons que le 19 novembre 2018 Nissan Motor Co., Ltd a révélé que son Président, Carlos Ghosn, et l’administrateur Greg Kelly avaient pendant des années minoré les rémunérations à déclarer à la bourse,  le Tokyo Stock Exchange. Sur une période de dix ans Nissan a indiqué payer son président une rémunération d'environ un milliard de yen par an alors qu'elle payait en sus environ un milliard de plus en rémunération différée, cumulant un écart de l’ordre de dix milliards de yen sur la période. Nissan Motors le même jour révélait des « actes significatifs de méconduite »  de la part de son président Carlos Ghosn incluant l’utilisation personnelle d’actifs de la société. Quelques jours plus tard le grand quotidien japonais Japanese Asahi Shimbun  (cf. REUTERS   28 novembre 2018  “Auditor had questioned Nissan on payments to Ghosn”) , révélait que le commissaire aux comptes de Nissan Motors, Ernst & Young ShinNihon, associé du réseau mondial EY, avait indiqué avoir questionné à plusieurs reprises depuis 2013 la direction de Nissan au sujet de diverses opérations comprenant l’acquisition et la rénovation de résidences de luxe par une filiale hollandaise de Nissan disposant de liquidités à hauteur de 70 millions d’euros, Zi-A Capital BV, société coquille présidée par Carlos Ghosn jusqu’en 2012. Ainsi, toujours selon ce communiqué de Reuters, une résidence fut acquise au Liban en 2012 pour 9,5 millions de dollar puis rénovée pour 7,2 millions.   EY ShinNihon a été le commissaire aux comptes des groupes japonais Toshiba Corp. et Olympus Corp. qui ont été affaiblis par de sérieux scandales financiers ces dernières années. Par ailleurs le réseau EY qui est l’un des plus grands réseaux de certification de comptes du monde est nécessairement au fait des règles légales internationales et françaises concernant le contrôle les conventions réglementées.  Aux termes de l’article L823-12  du Code de commerce « Les commissaires aux comptes signalent à la plus prochaine assemblée générale ou réunion de l'organe compétent les irrégularités et inexactitudes relevées par eux au cours de l'accomplissement de leur mission (..) Ils révèlent au procureur de la République les faits délictueux dont ils ont eu connaissance, Aux termes de l’article L 225-38 « Toute convention intervenant directement ou par personne interposée entre la société et son directeur général, l'un de ses directeurs généraux délégués, l'un de ses administrateurs (…) doit être soumise à l'autorisation préalable du conseil d'administration. Il en est de même des conventions auxquelles une des personnes visées à l'alinéa précédent est indirectement intéressée. » Aux termes de l’article L 225-40 : « Le président du conseil d'administration donne avis aux commissaires aux comptes de toutes les conventions autorisées et conclues et soumet celles-ci à l'approbation de l'assemblée générale. Les commissaires aux comptes présentent, sur ces conventions, un rapport spécial à l'assemblée, qui statue sur ce rapport. » Or ces transactions n’ont jamais été rapportées par le  président de Nissan et de Renault Carlos Ghosn ou par ses collaborateurs, ni portées au rapport spécial signé par EY et par son commissaire aux comptes adjoint KPMG pour les administrateurs de Renault et les administrateurs. Certaines opérations ont été menées par l'intermédiaire d'une filiale hollandaise, Renault Nissan BV,  commune aux deux groupes Renault et Nissan et employant les fonds de ces derniers, mais elles n’ont pas non plus été rapportées par les commissaires aux comptes du groupe français.  Il est ainsi établi qu’EY et KPMG, qui avaient bien connaissance de diverses opérations, ont sans doute « questionné le management à plusieurs reprises », mais n’ont pas, malgré de substantiels honoraires, engagé les moyens nécessaires ni pour empêcher ces opérations ni pour les faire autoriser par les voies légales.   La liste des manquements rapportés par la presse La presse française et japonaise a largement diffusé de nombreux soupçons de transferts directs ou indirects en faveur de Carlos Ghosn ou de ses proches par l'intermédiaire de filiales ou de sous-filiales de Nissan ou de Renault.   1/ Pour Carlos Ghosn, en sus de l'utilisation exclusive de la résidence du Liban, le département de la justice japonaise a mentionné:   -         le transfert à Nissan de contrats de couverture de change représentant une perte de 1,85 milliard de yen de pertes potentielles liées à une position personnelle, puis, après un transfert de ces contrats de change à Carlos Ghosn en février 2009 et la reprise de ce risque par Khaled Juffali, co-actionnaire saoudien de Nissan Gulf,  le paiement par  Nissan Middle East,  filiale de Nissan des Emirats Arabes Unis, de 1,3 milliard de yen à une société détenues par Khaled Juffali entre 2009 et 2012. -         un paiement non expliqué et non communiqué de 8,8 millions de dollar  fait en 2018  par une filiale à  50-50 de Nissan Motors Co. et de Mitsubishi Motors Corp. créée en 2017 à Amsterdam.  -         un paiement de 5 millions de dollar provenant du distributeur de Nissan à Oman, Suhail Bahwan Automobiles (SBA), suite à un transfert de  15 millions fait par une filiale de Nissan, Nissan Middle East,  filiale de Nissan des Emirats Arabes Unis entre décembre 2015 et juillet 2018. -         la location, l'achat et/ou la rénovation de résidences de luxe pour son usage personnel exclusif  à Amsterdam, Paris, Tokyo, Beyrouth et  Rio de Janeiro pour un budget moyen annuel de un million de dollar -         enfin différents éléments de rémunération dissimulés dont 43 millions de dollar (5 milliards de yen pour la période 20110-2015) en rémunérations différées de l'ordre de un milliard chaque année. 2/ Pour son fils les avantages indirects de transferts de fonds faits à la  SBA qui selon le quotidien Asahi Shimbun, sont passé à GFI une société personnelle libanaise laquelle de 2015 à 2018 a apporté  27,5 millions de dollar de concours financiers à la société américaine dirigée par Anthony Ghosn. 3/ Pour sa sœur Claudine Bichara de Oliveira l'avantage de paiements réguliers par Nissan totalisant 1,7 million de dollar et de la résidence permanente dans l'appartement du groupe situé sur le front de mer à Rio de Janeiro. 4/ Pour seize de ses amis essentiellement libanais et sa sœur une invitation à participer au festival de Rio de Janeiro en février 2018 pour un budget de 100 000 dollar Par ailleurs, la presse française et libanaise a dévoilé diverses autres manifestations pouvant constituer des avantages personnels pour Carlos Ghosn, notamment à l'occasion d'un anniversaire personnel au château de Versailles en octobre 2016, comme communiqué par Renault le 7 févier 2019,  et d'un dîner de gala également organisé au château de Versailles, le 9 mars 2014,  jour des 60 ans du dirigeant, représentant  une dépense respective de 50 000 euros et de 636 000 euros payés par le groupe.  Enfin, selon l’agence Reuters (1er février.  2019 “Renault-Nissan payments to political advisers draw scrutiny”),  plusieurs paiements faits  par Renault-Nissan BV à des consultants et conseillers, notamment pour un total de 20 millions d'euros en 2015,  poseraient problème.    Conclusion. Il apparaît clairement que les groupes EY et KPMG ont été informés ou témoins de la plupart sinon de toutes les opérations mentionnées ci-dessus. Ces commissaires aux comptes, mandataires sociaux désignés par la société, savaient et n’ont pas agi comme ils le devaient en ligne avec leurs missions de contrôle et de surveillance de la société ou encore en vertu de leurs obligations d’informations des actionnaires. Il importe qu’ils soient, à défaut de démissionner, remplacés dans les meilleurs délais et, pour que soient assumés les conséquences financières graves de leurs manquements, que soit étudié tout recours de droit opportun visant à actionner leur responsabilité.   Pierre-Henri Leroy                avec mes remerciements amicaux à Baudoin de Pimodan, Yves Thomazo,  Loïc Dessaint, Marie-Jeanne Pasquette, Loïc de la Cochetière,                                                                       16 mai 2019       Cf. version anglaise sur le même site Change.org   Resumé traduit de l'article de presse sur le comportement de EY vis à vis de Nissan Asahi Schimbun / Reuters 28 novembre 2018 « Le commissaire aux comptes de Nissan Motor Co. avait bien questionné sur les opérations d’une filiale évoqués sur avec les allégations de manquements financiers qui ont entraîné l’arrestation du Président évincé Carlos Ghosn. L’auditeur a exprimé ses préoccupations à plusieurs reprises autour de 2013 sur les acquisitions de plusieurs propriétés de luxe à l’étranger réservées à l’usage privé de Ghosn, et voulait savoir précisément l’objet social de la filiale. Nissan a répondu que tout ce qui concernait cette filiale, Zi-A capital BV, basée à Amsterdam, était régulier, selon les déclarations reçues le 2 décembre par l'Asahi Shimbun. Les membres du Conseil d’administration de cette filiale comprenaient l’ancien directeur délégué de Nissan, Greg Kelly, 62 ans et Carlos Ghosn, 64 ans, tous deux arrêtés le 19 novembre, soupçonnés d’avoir sous-déclaré la rémunération de Ghosn. Un dirigeant du  Secrétariat central de Nissan était membre du Conseil d’administration de cette filiale et avait participé à la création de documents qui stipulaient que le constructeur devait reporter une partie de la rémunération annuelle de Ghosn jusqu’à sa retraite. ./.. La filiale n’était pas assujettie aux résultats financiers de Nissan sur une base consolidée et, pour cette raison, n’était pas couverte par l’audit. Toutefois, l’auditeur avait remarqué le problème tout en vérifiant les flux de fonds de et vers Nissan.   Les responsables de l’entreprise lui ont expliqué que la filiale était engagée dans la réalisation d’investissements solides et qu’il n’y avait rien à craindre. Le département d’instruction spécial a maintenant une idée plus claire de la raison pour laquelle les propriétés outre-mer ont été achetées.  Ghosn aurait dit aux enquêteurs que les propriétés étaient nécessaires parce qu’il voyageait fréquemment autour du monde pour les affaires, et Kelly aurait indiqué aux enquêteurs que Ghosn avait prévu d’acheter les maisons à des prix du marché appropriés après sa retraite. »  Annexe  juridique  Article L823-12 ·         Modifié par Ordonnance n°2016-315 du 17 mars 2016 - art. 37 Les commissaires aux comptes signalent à la plus prochaine assemblée générale ou réunion de l'organe compétent les irrégularités et inexactitudes relevées par eux au cours de l'accomplissement de leur mission, et, lorsqu'ils interviennent auprès d'une entité d'intérêt public, l'invitent à enquêter conformément aux dispositions de l'article 7 du règlement (UE) n° 537/2014 du Parlement européen et du Conseil. Ils révèlent au procureur de la République les faits délictueux dont ils ont eu connaissance, sans que leur responsabilité puisse être engagée par cette révélation. Sans préjudice de l'obligation de révélation des faits délictueux mentionnée à l'alinéa précédent, ils mettent en œuvre les obligations relatives à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme définies au chapitre Ier du titre VI du livre V du code monétaire et financier. La Récusation judiciaire du Commissaire aux comptes, de l' article L823-6 du Code de commerce est demandée à l’initiative : -          d’un ou plusieurs actionnaires    représentant  au  moins  5  %  du  capital  social,                                      -          du  comité  d'entreprise,                                      -          du ministère public,                                      -          de l'Autorité des marchés financiers. Le relèvement, en cas de faute ou d’empêchement, prévu à l'article L 823-7, peut être demandé en justice, à l’initiative :                                     -          de l’organe collégial chargé de l'administration,                                      -          de l'organe chargé de la direction,                                      -          d’un ou plusieurs actionnaires représentant  au  moins  5  %  du  capital  social,                                      -          du  comité  d'entreprise,                                      -          du ministère public,                                      -          de l'Autorité des marchés financiers.     

Pierre Henri LEROY
591 supporters
Update posted 8 months ago

Petition to United Nations Human Rights Council

NO DEATH PENALTY FOR JUVENILES / ABOLITION DE LA PEINE DE MORT APPLICABLE AUX MINEURS

NO DEATH PENALTY ON IMPRISONED JUVENILE OFFENDERS(french version below) The Swiss NGO Vivere (www.vivere.ch) - ''protecting people whose lives are endangered by unacceptable discrimination'', has initiated this petition to save the lives of inmates at risk of being sentenced to the death penalty for crimes committed when under the age of 18.          13 countries have the legal provision to enforce the death penalty on adults who were under the age of 18 at the time of their offences. Currently, 67 countries sentence young people to life imprisonment. These countries clearly violate Articles 6 and 37 of the Convention on the Rights of the Child (1989) which they have signed and ratified. This convention states that a child’s right to life and development is non-negotiable and that both the death penalty and life sentences are forbidden.                 Arguments such as cultural diversity, public opinion and ‘the deterrence effect’, are merely pretexts for more repression. Capital punishment and life imprisonment deny any possibility of reform to juveniles who have the right to development.                      Some ‘Reservations’ from States which ratified the Convention say that, as a general principle, customary or religious laws and values hold precedence. This is a flagrant violation of Article 19(c) of the Vienna Convention on the Law of Treaties (1969), stating that national laws or regulations cannot have precedence over international treaties. A state cannot ratify an International Convention prohibiting the death penalty and then issue a Reservation which undermines this; it amounts to state-sponsored murder. We, the undersigned therefore demand that: 1.   All countries who currently condemn juveniles to the death sentence and life imprisonment announce a moratorium on these sentences and executions with immediate effect.    2.These countries must initiate legislation prohibiting these two sentences in their juvenile penal code since they are in flagrant violation of basic human and children’s rights.                                                                                                                                                                            March 2018   For Vivere :  Mike Hoffman : contact@vivere.ch   -   Bernard Boëton : bernard.boeton@vivere.ch     Please go to Child Right Information Network (CRIN) for more detailed information (facts and figures) :         https://www.crin.org/en/home/campaigns/inhuman-sentencing For more information on Vivere : www.vivere.ch             This petition is based on a legally based study which can be found on the Vivere website : https://www.vivere.ch/en/argument/ Vivere is also actively giving legal aid to individuals who currently face either the death penalty or a life sentence for crimes committed when under 18 years of age. To support individual cases financially, please go to https://www.vivere.ch/en/comment-aider-en/ or through Bank transfer : Banque Cantonale Vaudoise - IBAN : CH82 0076 7000 Z099 5652 9              Vivere   7 av. d'Yverdon  -  C.H.1004  Lausanne  (Switzerland)             Human Rights reward with special mention, Republic of France, 2007       Non-profit association in compliance with Swiss laws and with no political or religious bias     ----------------------------------------------------------------------------------------------                                                                                                            NON A LA PEINE DE MORT ET A LA PRISON A VIE SUR DES ENFANTS L’Association suisse VIVERE lance une pétition destinée à abolir la peine de mort et la prison à vie contre des détenus ayant commis leurs crimes avant l’âge de 18 ans.                                          PETITION INTERNATIONALE Nous soussignés, considérant :    Que la peine de mort est encore prononcée et applicable, dans au moins 13 pays, envers des adultes condamnés pour des crimes commis lorsqu’ils étaient mineurs ;    Que la peine d’emprisonnement à vie est explicitement prévue, ou implicitement possible, envers des enfants dans 67 pays ;                          Que cette situation est en violation flagrante des Articles 6 et 37 de la Convention relative aux droits de l’enfant (que ces pays ont pourtant ratifiée) qui garantit le droit à la vie et au développement et interdit la peine de mort comme la prison à vie pour les mineurs ;   Que les arguments, tels que la diversité culturelle, la pression de l’opinion publique, le soi-disant effet dissuasif de la peine de mort, sont des prétextes à l’instauration d’une politique pénale toujours plus répressive vis é vis des mineurs ;                 Que plusieurs Etats justifient ces peines par des « Réserves » générales affirmant la primauté de règles coutumières ou religieuses, en violation flagrante de l’Article 19 (c) de la Convention de Vienne sur le droit des Traités (1969) qui stipule que les lois et règles nationales d’un pays ne peuvent prévaloir sur le contenu d’un traité international qu’il a ratifié ; en conséquence, Nous demandons que tous les pays qui disposent encore de lois autorisant la peine de mort et la prison à vie pour des détenus ayant commis leurs crimes avant 18 ans décrètent un moratoire, avec effet immédiat, sur les sentences et l’exécution de ces peines, et d’initier un chantier législatif pour leur abolition explicite et définitive.                                                                                                                                                                                             Mars 2018    Pour l’Association VIVERE           Mike Hoffman et Bernard Boëton  Av. d’Yverdon, 7 - CH - 1004 Lausanne    Site : www.vivere.ch Contact : contact@vivere.ch  et  bernard.boeton@vivere.ch                                                                          MERCI DE CONTRIBUER ALA DIFFUSION DE CETTE PETITION.         Pour toute information détaillée avec faits et chiffres, consulter le site :            https://www.crin.org/fr/accueil/campagnes/sentences-inhumaines      Cette pétition est basée sur une analyse juridique disponible sur le site:            https://www.vivere.ch/argumentaire/ Pour aider VIVERE à soutenir financièrement la défense de cas individuels, faites un don à Banque Cantonale Vaudoise : IBAN : CH82 0076 7000 Z099 5652 9 https://www.vivere.ch/comment-aider/    

Bernard BOËTON
13,222 supporters