Topic

justice économique

36 petitions

Update posted 1 week ago

Petition to L'AEFE , L'ambassade France au Kenya, Le Comité de Gestion du LFDD

Ensemble pour le lycée français de Nairobi - United for the french school of Nairobi

Version française / english version below Depuis l’application d’une convention fiscale datant de 2007, à l’initiative de l’ambassade de France et avec l’assentiment de l’AEFE par le biais des personnels de direction qui se sont succédés, les contrats des personnels de droit local stipulent que :- les personnels kenyans et africains s’acquittent de leurs impôts sur le revenu au Kenya ;- les personnels français et européens s’acquittent de leurs impôts sur le revenu dans leur pays d’origine. A l’époque, les revenus des personnels concernés par l’imposition au Kenya avaient été partiellement compensés. Actuellement, tous les personnels déclarent leurs revenus dans un pays ou un autre. Le ministère français des finances a ainsi perçu 12 années d’impôts sur le revenu. En 2019, le comité de gestion a informé le personnel de droit local que les impôts sur le revenu et sur les avantages en nature devraient être acquittés au Kenya à compter de janvier 2020. Le taux de cette imposition est de 30%. Cette nouvelle exigence a un impact très important, non seulement sur le budget du lycée, mais aussi sur les budgets des parents et des personnels. Le 29 novembre, le Conseil d’Administration du LFDD a voté une compensation des salaires des personnels à hauteur de 5%, inférieure à l’inflation annuelle du coût de la vie, et une augmentation des frais de scolarité de 5% pour les parents, mettant, de fait, les enseignants recrutés localement dans des situations financières inacceptables. Ni les parents, ni les personnels du lycée ne sont responsables de cette situation. Ni les parents, ni les personnels n’ont à supporter seuls le poids financier de cette nouvelle exigence. Nous demandons que l’Etat français, au travers de l’ambassade de France et de l’AEFE, assume sa part de responsabilité, tant légale que financière et que le comité de gestion propose un budget sincère et courageux qui ne mettra pas en péril l’avenir du LFDD. Notre école mérite de conserver des personnels de qualité décemment rémunérés. ----- Following the adoption of the 2007 tax agreement, at the instigation of the French embassy and with the support of the French agency for teaching abroad (AEFE, via the successive heads of school and administration), the contracts of the locally recruited staff established that:- Kenyan and African staff pay their income tax in Kenya;- French and European staff pay their income tax in their country of origin. At the time, the salaries of those members of staff asked to pay their income tax in Kenya had been partially compensated. All staff currently declare their income in one country or another. The French finance ministry has thus received 12 years of income taxes. In 2019 the school’s board informed locally contracted staff that all taxes on income and benefits would have to be be paid in Kenya from January 2020. The tax rate is 30%. This new rule has a very significant impact, not only on the school’s budget, but also on the budgets of parents and staff. On 29th November, the LFDD’s Conseil d’Administration voted a salary increment of 5%, below annual inflation, and an increase of 5% of school fees for parents, thus pushing locally contracted staff into an unacceptable financial situation. Neither the parents nor the staff are responsible for this situation. Neither the parents nor the staff should be asked to solely bear the financial burden of this new rule. We ask that the French state, via the French Embassy in Nairobi and the AEFE, accept its legal and financial responsibilities and that the board put together a honest and courageous budget that does not endanger the school’s future. Our school deserves to keep quality, decently paid staff.

FSU Lycée français Denis Diderot
583 supporters
Started 3 weeks ago

Petition to Ministerio de Educación, Cultura y Deportes

Solución para el pago de los auxiliares de conversación en España

(english below / français ci-dessous) Estimado/a señor/a En la presente petición, deseamos expresar nuestra indignación con respecto a la manera de gestionar el pago a los auxiliares de conversación enviados a España desde el inicio del año académico. Desde la incorporación al puesto el 1 de octubre, por parte de los asistentes y asistentas, se han ocasionado numerosos retrasos en los pagos, a un nivel de casi un mes de retraso en nuestro salario, suponiendo que llegue, según lo prometido, en los próximos días. Esta situación es absolutamente inaceptable. Estos retrasos reiterados cada año colocan a los auxiliares en situaciones de gran precariedad. He aquí algunos ejemplos: - Dificultad o incluso imposibilidad de hacer la compra o de alimentarse adecuadamente.- Dificultad o incluso imposibilidad de permitirse pagar los títulos de transporte. Para algunos auxiliares, esto puede conllevar problemas para desplazarse, así como para acudir a su puesto de trabajo.- Dificultad o incluso imposibilidad de pagar el alquiler. Algunos auxiliares también han debido presenciar amenazas de expulsión por parte de los propietarios de sus viviendas de alquiler.- Gastos bancarios suplementarios, generados a raíz de deudas que no pudieron saldarse antes de final de mes. Recordamos que estos gastos pueden volverse muy elevados rápidamente y reforzar la situación de precariedad de los auxiliares. Nos parece algo absolutamente anómalo que en el marco de un programa internacional de intercambio como el de auxiliares de conversación, y que además está gestionado por un ministerio (en este caso el Ministerio de Educación, Cultura y Deporte), haya personas que se encuentren en situaciones tan difíciles, llegando hasta el punto de arriesgarse a encontrarse en la calle, como resultado de una falta de rigor por parte de las instituciones. Hace varios años ahora que el problema no se ve resuelto. Cada año, los auxiliares y sus acompañantes pedagógicos tratan de tomar acción, de alertar sobre este problema en todos niveles. Si bien podemos comprender que hayan podido darse problemas técnicos, no podemos contemplar que estos problemas no se hayan resuelto desde años y, sobre todo, que no se hayan propuesto soluciones temporales. Por consiguiente, si bien es cierto que algunos establecimientos han avanzado el dinero de su paga a los auxiliares que trabajaban para ellos, otros no han podido desembolsarlo o simplemente se han negado a hacerlo. Reclamamos, por lo tanto, un cambio importante en la gestión del pago a los auxiliares, en nombre propio y en el de los auxiliares de los próximos años. El Ministerio de Educación, Cultura y Deporte debe encontrar soluciones para que los pagos se efectúen en los plazos acordados y debe por ello prever, en cooperación con los establecimientos que acogen a los asistentes, soluciones urgentes en el caso en el que este pago no se pueda efectuar en el plazo establecido. Se trata aquí de la imagen de este Gobierno y este país al internacional. Agradecemos de antemano al Ministerio de Educación, Cultura y Deporte por la toma en consideración de nuestras reclamaciones, mientras esperamos a que se adopten medidas con la mayor prontitud. ----- Dear Sir / Madam, With this petition we hereby express our indignation at the way the payment of language assistants in Spain has been handled since the beginning of the school year. In fact, since taking up our posts as assistants on the 1st of October, an almost one month late payment has been observed, if not more as we hope it will be paid as promised within the coming days. This situation is absolutely unacceptable! These repeated delays over several years place language assistants in a most precarious position, of which some examples are: -Difficulty or even impossibility to be able to shop for food and eat properly-Difficulty or even impossibility to be able to afford the monthly travel pass. For certain assistants this has meant an inability to get around, as well as to be able to get to their place of work-Difficulty or even impossibility to pay rent. As such, a number of assistants have witnessed threats of eviction from their landlords-Extra bank charges, due to overdrafts that won’t have been able to be repaid at the end of the month. We remind you that these bank charges can mount very quickly and add to the sense of financial insecurity felt by assistants. It seems absolutely abnormal that within the framework of an international exchange, such as the Language Assistants programme, the running of which is incumbent upon a ministry (in this case the Ministerio de Educación, Cultura y Deporte), people can find themselves in such difficult situations, to the point of being at risk of homelessness, because of a lack of rigor on the part of institutions. It has been several years now that the problem remains. Every year, the assistants and their pedagogical entourage try to take action, to alert about the situation on every plan. If we can understand that technical problems may be encountered, we can not however see how these problems have not been solved for many years now and particularly that no temporary solutions have been proposed. And so, if some schools have agreed to help financially its assistants temporarily, others haven’t been able to, or have refused to. We therefore call for a significant change in the management of the payment of language assistants, both on our behalf and on behalf of the assistants in the coming years. The Ministerio de Educación, Cultura y Deporte must find solutions so that payments are made on time, and additionally must make sure, in cooperation with the schools hosting assistants, that emergency solutions are in place, should payment not be able to be made within the correct timeframe.  We are talking here about the dignity and the reputation of the Spanish Government and of the country in itself, on no less than an international scale. We thank the Ministerio de Educación, Cultura y Deporte in advance for taking into consideration our grievances, in the hope that measures will be taken rapidly. ----- Madame, monsieur, Par la présente pétition, nous souhaiterions exprimer notre indignation face à la manière dont est géré depuis le depuis de l'année scolaire le paiement des auxiliaires de conversation envoyés en Espagne. En effet, depuis la prise de poste des assistants au 1er octobre, de nombreux retards de paiement ont pu être constatés, portant à presque un mois le retard de notre paye, si tant est qu'elle arrive comme promis dans les jours à venir. Cette situation est absolument inacceptable. Ces retards répétitifs mettent les auxiliaires dans des situations de grande précarité dont voici quelques exemples : - Difficulté voire impossibilité de faire des courses et de se nourrir convenablement.- Difficulté voire impossibilité de payer ses titres de transport. Pour certains auxiliaires, cela peut se traduire par des problèmes pour se déplacer ainsi que pour se rendre sur leur lieu de travail.- Difficulté voire impossibilité de payer son loyer. Certains auxiliaires ont ainsi témoigné de menaces d'expulsion de la part de leur propriétaire.- Frais bancaires supplémentaires, générés en raison de découverts qui n'auront pas pu être comblés avant la fin du mois. Nous rappelons que ces frais peuvent vite être très élevés et renforcer la situation de précarité des auxiliaires. Il nous semble absolument anormal que dans le cadre d'un programme international d'échange tel que celui des auxiliaires de conversation, qui plus est quand la gestion en incombe à un ministère (ici le Ministerio de Educación, Cultura y Deporte), des personnes se retrouvent dans de telles situations de difficultés, allant jusqu'à risquer de se retrouver à la rue, en raison d'un manquement de rigueur de la part des institutions. Cela fait maintenant plusieurs années que le problème est le même. Chaque année, les auxiliaires et leur entourage pédagogique essaient d'agir, d'alerter à ce sujet à tous les niveaux. Si nous pouvons comprendre que des problèmes techniques puissent être rencontrés, nous ne pouvons envisager que ces problèmes n'aient pas été réglés après tout ce temps et surtout que des solutions temporaires n'aient pas été proposées. Ainsi, si certains établissements ont avancé l'argent de leur paye aux auxiliaires qui travaillaient pour eux, d'autres n'ont pas pu débloquer cet argent ou ont tout simplement refusé de le faire. Nous réclamons donc un changement important dans la gestion du paiement des auxiliaires, en notre nom et au nom des auxiliaires des années à venir. Le Ministerio de Educación, Cultura y Deporte doit trouver des solutions pour que les paiements soient effectués en temps et en heure et doit par ailleurs prévoir, en coopération avec les établissements accueillant des assistants, des solutions d'urgence au cas où ce paiement ne pourrait pas être effectué dans le délai prévu. Il en va de la réputation du Gouvernement Espagnol mais aussi de l'Espagne en elle-même, sur le plan européen et international. Nous remercions par avance le Ministerio de Educación, Cultura y Deporte pour la prise en considération de nos doléances, en espérant que des mesures soient prises rapidement.

L L
259 supporters
Update posted 3 weeks ago

Petition to CBC/Radio-Canada, Ian Scott, Steven Guilbeault

Free CBC access petition-Pétition accès gratuit à Radio-Canada

English version below Pétition accès Radio-Canada Depuis quelque années, plusieurs citoyen-ne-s du Québec et du Canada n’ont plus accès à ICI Radio-Canada Télé / CBC depuis le passage forcé au numérique. Cette transition qui nous promettait une image de très haute qualité, sans neige, a finalement été remplacée, pour beaucoup, par un écran vide. La société d'État a choisi de ne pas investir davantage dans l'installation d'antennes de distribution numérique dans les régions éloignées pour des raisons monétaires. Je vous rappel que  Radio-Canada bénéficie d'un financement publique qui est sa source de revenu principal. pour ceux et celles qui ignorent ce qu'est un financement publique, c'est une sommes cumulative prélevé à même la paye de chaque travailleurs et travailleuses du Canada. Donc tous et toutes financent, indépendamment de votre volonté les services de Radio-Canada. Il y a présentement 27 studios de télévision au total donc 27 antennes de distributions éparpillés partout au pays. Aucune installation supplémentaires n'est prévus à leurs réseau de distribution. Il n’y a donc pas d’émetteurs numériques de Radio-Canada en Gaspésie, sur la Côte-Nord comme ailleurs au Québec et au Canada , puisque la priorité de la société d’État est maintenant sur le web. La tendance de consommation est maintenant en ligne et en progression, mais ce qu'ils ne mentionnent pas, c'est que l'absence de transmetteurs locaux forcent les citoyens à adopter cette solution s'ils ne désirent pas souscrire à un service de télévision par câble ou satellite. Malheureusement pour des milliers de gens, une connexion internet suffisamment rapide n'est pas toujours disponible pour profiter de ces services en ligne.  { En vertu de la Loi sur la radiodiffusion, la programmation de CBC/Radio-Canada doit « être offerte partout au Canada de la manière la plus adéquate et efficace, au fur et à mesure de la disponibilité des moyens ». La transmission analogique hertzienne est devenue une technologie obsolète que très peu de Canadiens utilisent. Nous ne pouvons plus la considérer comme un moyen adéquat et efficace d’offrir notre programmation aux Canadiens. La programmation télévisuelle est aujourd’hui un service distribué par câble, satellite ou Internet.  Leon MarDirector, Media Relations and Issues Management | Corporate SpokespersonDirecteur, Relations avec les médias et Gestion des enjeux | Porte-parole institutionnel } Donc ici ce que Monsieur Leon Mar explique, c'est que Radio-Canada ne souhaite plus offrir ces services par antennes, qu'il nous faut souscrire à un service de télé par câble ou par satellite. À défaut d'un service de télévision, il nous faut une connexion à internet haute vitesse. Donc on nous dit, financez nos services de vos poches, vous n'avez pas un mot à dire, et si vous voulez écouter ce que l'on diffusent, payez un abonnement au câble. Une réponse que j'ai trouvé intéressante aussi fut ''Les chaines de radio de Radio-Canada couvrent tout le territoire.'' Bien sure, c'est tellement logique, vous avez envi de regarder la télé (unité 9) donc allumez la radio (et ecouter de la musique, ça vas vous calmer), c'est tellement pareil.   Il existe une méthode de diffusion bien connue partout dans le monde: la transmission gratuite par satellite fta ou free to air en anglais. Cependant, très peu de gens en ont été informés au Canada. Ainsi, des gens de partout dans le monde, résidents en sol québécois, ont la possibilité d’accéder aux chaînes internationales via satellite gratuitement, alors que chez nous, nous avons du mal à accéder à nos propres chaînes. Une demande à été formuler afin que des flux réseau qui sont diffusé sur le web, une en anglais et l'autre en français soient diffusé sur le satellite Galaxy 19. Pourquoi les flux web? ils sont dépourvus de programmes donc les droits de diffusion sont trop restreint pour une diffusion libre. Pourquoi ce satellite? Il a une position idéale et n’appartiens pas à des distributeur canadiens qui pourraient avoir des réservent à diffuser ce type de transmission depuis leurs installations. Si vous êtes de ceux qui sont abonné à un service par câble ou satellite, je vous demande svp de signer pour ceux qui n’ont pas cette chance. Si vous voulez au contraire payer moins cher d’impôt et que radio-canada cesse de se financer directement sur votre paye, c'es la pétition suivante. http://chng.it/YzSGvhvK Selon la Loi sur la radiodiffusion, la Société Radio-Canada doit « être offerte partout au Canada de la manière la plus adéquate et efficace, au fur et à mesure de la disponibilité des moyens ». Puisque vous avez cessé de transmettre votre signal par le réseau d'antennes analogiques et que vous avez négligé d'installer des antennes numériques ATSC HDTV, vous avez failli à votre mandat envers ceux qui financent votre chaîne avec leurs impôts. La diffusion en ligne, bien que louable, n’est malheureusement pas accessible à tous et toutes, considérant que la connexion à Internet haute vitesse n’est pas disponible partout sur le territoire. Cette pétition est un appel à tous les citoyens et citoyennes, qui habite en milieu urbain et rural, à manifester leur désir de retrouver l’accès gratuit à cette chaîne qui est financée par nos impôts. ________________________________________________________________________ _______________________________________________ Pétition Par la présente, nous, signataires, demandons à la Société Radio-Canada/CBC de nous restituer l’accès à sa programmation par le retour d’un émetteur terrestre de Radio-Canada dans l’Est et sur la Côte-Nord, ainsi que de rendre disponible par satellite en claire sur bande Ku une des chaînes francophones et anglophones de la société qui sont financés par les fonds publics. Nous demandons également au CRTC ainsi qu’au ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault d'intervenir dans ce dossier afin que les Québécois-e-s et les Canadien-ne-s aient accès gratuitement à des services qui sont payés par leurs impôts, et ce, peu importe où ils habitent.  ==================English Version================ Petition access CBC In recent years, many citizens of Quebec and Canada no longer have access to ICI Radio-Canada Télé / CBC since the digital forcing. This transition, which promised us an image of very high quality, without snow, was finally replaced, for many, by an empty screen. The crown corporation chose not to invest more in the installation of digital distribution antennas in remote areas for monetary reasons. I would like to remind you that Radio-Canada receives public funding, which is its main source of revenue. for those who do not know what public funding is, it is a cumulative sum collected from the pay of every worker in Canada. So everyone is funding Radio-Canada's services independently of your wishes. There are currently 27 television studios in total, with 27 distribution outlets scattered across the country. No additional installations are planned for their distribution network. So there are no CBC digital transmitters  for a large part of Canada, since the priority of the Crown corporation is now on the web. The consumer trend is now online and growing, but what they do not mention is that the absence of local transmitters forces citizens to adopt this solution if they do not wish to subscribe to a television service by cable or satellite. Unfortunately for thousands of people, a fast enough internet connection is not always available to take advantage of these online services. {Pursuant to the Broadcasting Act, CBC / Radio-Canada's programming must "be offered throughout Canada in the most appropriate and effective manner, as and when available." Hertzian analogue transmission has become an obsolete technology that very few Canadians use. We can no longer see it as an adequate and effective way to deliver our programming to Canadians. Television programming is today a service distributed by cable, satellite or Internet. Leon MarDirector, Media Relations and Issues Management | Corporate SpokespersonDirecteur, Relations avec les médias et Gestion des enjeux | Porte-parole institutionnel } So what Mr. Leon Mar is saying is that CBC no longer wishes to offer these services by antenna, that we must subscribe to a cable or satellite TV service. In the absence of a television service, we need a high speed internet connection. So we are told, finance our services from your pockets, you do not have a word to say, and if you want to listen to what we broadcast, pay a cable subscription. One answer that I found interesting was also '' CBC's radio channels cover the entire territory. ( Of course, it's so logical, you want to watch TV  so turn on the radio and listen to music, it'll calm you down, it's so much the same. ) There is a well-known method of diffusion all over the world: the free satellite transmission, fta or free to air . However, very few people have been informed in Canada. Thus, people from all over the world, residents of Canada, have the opportunity to access international channels via satellite for free, while at home, we have trouble accessing our own channels. A request has been made so that network feeds that are broadcast on the web, one in English and the other in French, will be broadcast on the Galaxy 19 satellite. Why web feeds? they are devoid of programs so the broadcast rights are too restricted for free distribution. Why this satellite? It has an ideal position and does not belong to Canadian distributors who may have reservations to broadcast this type of transmission from their facilities. If you are a subscriber to a cable or satellite service, please sign for those who are not so lucky. If, on the contrary, you want to pay less tax and CBC stops funding directly on your payroll, that's the next petition. http://chng.it/YzSGvhvK  According to the Broadcasting Act, the Canadian Broadcasting Corporation must "be offered everywhere in Canada in the most appropriate and effective manner, as and when resources become available". Since you have stopped transmitting your signal through the analog antenna network and you have neglected to install ATSC HDTV digital antennas, you have failed in your mandate to those who finance your channel with their taxes. The online broadcast, although laudable, is unfortunately not accessible to all, considering that the high speed Internet connection is not available everywhere in the territory. This petition is an appeal to all citizens, living in urban and rural areas, to express their desire to regain free access to this channel, which is financed by our taxes.  ___________________________________________________________Petition We, the signatories, hereby request the Canadian Broadcasting Corporation / CBC to restore access to our programming through the return of a Radio-Canada ground transmitter in the East and on the North Shore, as well as to make available by satellite in clear on Ku-band one French-speaking and English-speaking channels of the society which are financed by public funds. We also ask the CRTC and the Minister of Canadian Heritage, Steven Guilbeault to intervene in this matter so that Québécois and Canadians have free access to services that are paid for by their taxes, no matter where they live.     

Steve CHRÉTIEN
653 supporters