Topic

Handicap

5 petitions

Update posted 2 months ago

Petition to Ministre français de la Santé, Secrétariat d'État chargé des Personnes handicapées, Premier Ministre, President de la République

Abolir l'hospitalisation forcée et le traitement forcé.

petition in english hereDroits de l'Homme en Psychiatrie:Abolir l'hospitalisation forcée et le traitement forcé. Articles 12,14,15,16,17 de la Convention ONU relative aux Droits des Personnes Handicapées (CDPH). Nous demandons le respect des Droits de l'Homme en France. Nous demandons les Droits de l'Homme en psychiatrie. La fin de la discrimination devant la loi pour cause de handicap psychosocial. Nous demandons un modèle du handicap basé sur les Droits de l'Homme: Nous ne sommes pas des maladies à soigner, nous sommes des êtres humains avec des droits à égalité avec les autres. Nous demandons l'abolition des traitements forcés et des hospitalisations forcées, conformément à la Convention Droits des Personnes Handicapées de l'ONU. CG1 sur article 12. G-Article 14. "Les États parties doivent examiner l’ensemble de leur législation dans tous les domaines afin de s’assurer que le droit à la capacité juridique des personnes handicapées n’est pas limité par rapport à celui des autres. Depuis toujours, les personnes handicapées sont privées de leur droit à la capacité juridique dans de nombreux domaines de manière discriminatoire dans le cadre de systèmes de prise de décisions substitutive comme la tutelle, la curatelle et les lois relatives à la santé mentale qui permettent le traitement forcé. Ces pratiques doivent être abolies afin que les personnes handicapées retrouvent une pleine capacité juridique, sur la base de l’égalité avec les autres." "Comme le Comité l’a indiqué dans plusieurs observations finales, être traité contre son gré par des psychiatres et autres médecins et professionnels de la santé constitue une violation du droit à la reconnaissance de la personnalité juridique dans des conditions d’égalité et une atteinte au droit à l’intégrité de la personne (art. 17), au droit de ne pas être soumis à la torture (art. 15) et au droit de ne pas être soumis à l’exploitation, à la violence et à la maltraitance (art. 16). Une telle pratique constitue un déni de la capacité juridique d’une personne de choisir un traitement médical et constitue donc une violation de l’article 12 de la Convention. Les États parties doivent au contraire respecter la capacité juridique des personnes handicapées de prendre des décisions en tous temps, y compris dans les situations de crise; ils doivent veiller à ce que des informations exactes et accessibles soient disponibles quant aux diverses options et à ce que des approches non médicales soient mises à disposition; et ils doivent donner accès à un accompagnement indépendant. Les États parties ont l’obligation de donner aux personnes handicapées accès à un accompagnement aux fins des décisions concernant les traitements psychiatriques et autres traitements médicaux. Être traitées contre leur gré constitue un problème particulier pour les personnes souffrant de handicaps psychosociaux et mentaux ou d’autres handicaps cognitifs. Les États parties doivent abolir les politiques et abroger les dispositions législatives qui autorisent ou prévoient un traitement de force, car il s’agit d’une violation autorisée par les lois sur la santé mentale dans le monde entier alors que des preuves empiriques indiquent qu’un tel traitement est inefficace et que les usagers des systèmes de santé mentale auxquels il a été administré déclarent que celui-ci leur a causé des souffrances et traumatismes profonds. Le Comité recommande aux États parties de faire en sorte que les décisions touchant l’intégrité physique ou mentale de la personne ne puissent être prises qu’avec le consentement libre et éclairé de la personne concernée." ONU Convention CDPH, Commentaire général 1 sur article 12, paragraphes 7 et 42. Références: La convention ONU relative aux droits des personnes handicapées (CDPH)http://www.un.org/french/disabilities/default.asp?id=1413 L’Observation générale n° 1 sur l’article 12:http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/CRPD/Pages/GC.aspx Guidelines on article 14:http://www.ohchr.org/Documents/HRBodies/CRPD/GC/GuidelinesArticle14.doc Initiative Quality Rights de l'OMS:https://www.who.int/mental_health/policy/quality_rights/QRs_flyer_fr_2017.pdf?ua=1 Page facebook:https://www.facebook.com/PetitionStopAbusPsychiatrie/Blog depsychiatriser:http://depsychiatriser.blogspot.fr/ Mail: droitsdelhommeenpsychiatrie@gmail.com

Jules Malleus
13,173 supporters
Update posted 4 months ago

Petition to Emmanuel Macron

"Douze millions de citoyens #Handicapés, ça mérite un vrai Ministère"

"Douze millions de citoyens Handicapés, ça mérite un vrai ministère" ! C'est ce que déclare Philippe Croizon, aventurier amputé des 4 membres. Nous partageons son point de vue.  Ras l'bol d'être représentés par un médecin, valide, à la tête d'un secrétariat d'état sans budget ni pouvoir !  Nous voulons un vrai "Ministère du Handicap" avec un ministre concerné et qui sait de quoi il parle ! Un médecin est là pour soigner les gens pas pour décider de la vie et l'avenir des Personnes Handicapées.  Il faut nommer un Handi ministre des Handicapés avec un budget pour améliorer la vie et l'Accessibilité de nos citoyens !    Pétition inspirée de l'article de notre Ami Philippe CROIZON dans le JDD du 10-04-2017. Le nombre de Personnes Handicapées extrait de "Rétrospective 2015 les chiffres clés du Handicap" talenteo.fr du 04-01-2016  PÉTITION CRÉÉE ET GÉRÉE PAR : Patrick & Michelle TOUCHOT d'Accessible POUR TOUS  Pour suivre 7j/7 toute l'actualité du #Handicap et de son #Accessibilité : Abonnez-vous à votre réseau ci-dessous (plus de 65 000 Abonnés) : Facebook - Twitter - Instagram - YouTube  https://www.facebook.com/Accessible.POUR.TOUShttps://www.facebook.com/accessiblepourtousdansehttps://www.twitter.com/@tomipa06https://www.instagram.com/accessiblepourtous https://www.youtube.com/user/accessiblepourtous  ENSEMBLE PLUS FORT ! 

Patrick et Michelle TOUCHOT
226,758 supporters
Update posted 3 weeks ago

Petition to Emmanuel MACRON, Julien Denormandie

Plus Sans Ascenseurs

Monsieur le Ministre, Notre Collectif « Plus Sans Ascenseurs » souhaiterait vous sensibiliser à nos démarches et nos actions.  Notre collectif existe depuis plus de trois ans. Il a commencé à arpenter la Seine-Saint-Denis, puis progressivement l’ensemble de l’Ile de France et agit maintenant sur la France entière, pour répondre aux nombreuses demandes des habitants qui se retrouvent prisonniers dans leur appartement des jours, des semaines voire des années, suite aux dysfonctionnements et aux mauvais entretiens du parc ascenseurs français. Cette situation peut paraître anecdotique, mais la réalité en est toute autre. De trop nombreuses personnes nous contactent à ce jour, pour nous demander de l’aide, car elles se trouvent dans des situations dramatiques. Elles n’ont  plus la possibilité de se soigner, d’exercer leur métier et parfois ne peuvent même plus sortir de chez elle ! Composé exclusivement de bénévoles, le collectif est aujourd’hui dépassé par les demandes et n’est plus en mesure de répondre aux trop nombreux appels aux secours. Mais nous sommes une équipe motivée et nous continuons à nous battre chaque jour pour que toute personne habitant un immeuble avec, ou même sans ascenseur, soit dans la capacité d’aller et venir comme tout un chacun. Pour que cela puisse concrètement se faire, nous lançons une expérimentation, avec plusieurs bailleurs et villes de Seine Saint Denis, qui consiste à transporter des personnes porteuses de handicap, au moyen d’appareils spécialisés, pouvant effectuer un transport vertical. Nous collaborons avec un fournisseur d’équipement pour personnes handicapées : avec Axsol notre partenaire la mobilité verticale devient un enjeu essentiel, en effet, l’ascenseur est le premier moyen de transport en France avec 100 millions de trajet par jour. Par ailleurs, nous souhaitons vous alerter sur des situations dramatiques que nous soutenons et défendons avec l’aide de l’avocat du Collectif, Maître Charles MOREL : Nelly, femme aveugle et dialysée, habitant dans un logement social à Bobigny, n’a plus d’ascenseur depuis 5ans ! Vincent, partiellement handicapé suite à la chute de son ascenseur du 8ème étage de son immeuble en habitat social. Il a été licencié en raison de son invalidité. Il n’a à ce jour reçu aucune indemnité pour les préjudices physiques et moraux, vivant dans la précarité la plus totale. Othmane, enfant de 7 ans, décédé en octobre 2015, étouffé par sa trottinette, restée coincée dans la porte de l’ascenseur défectueux. Ses parents dévastés, demandent aujourd’hui en appel, la condamnation du bailleur, relaxé malgré les réquisitions du parquet. Monsieur le Ministre, notre association « Plus Sans Ascenseurs », est déterminée à œuvrer sur tout le territoire pour que chacun soit libre de ses mouvements. Nous vous avions convié à notre soirée de lancement le 22 mars 2019. C’est pourquoi nous vous adressons aujourd’hui une demande de rendez-vous afin d’évoquer avec vous les actions que vous pouvez mener dans ce domaine et la place de l’action du collectif aux côtés des pouvoirs publics. Si nous pouvons d’ores et déjà compter sur le soutien de plusieurs élus locaux et parlementaires tels que Claire LANLY, Stéphane TROUSSEL, Valérie PECRESSE, Stéphane PEU, Clémentine AUTAIN, Olivier JACQUIN, Olivier BARON, Samira SAKI AIDOUD, Thierry MEIGNEN, Sylvine Thomassin, Raphaël GLUCKSMANN, Nathalie ARTHAUD et Yannick JADOT, il est assuré que c’est pour nous une mission régalienne et votre place est parmis nos soutiens. La rentrée septembre 2019 marquera un tournant pour notre collectif avec notre experimentation assurée par AMV (l'Assistance à Mobilité Verticale ). Assurer la mobilité verticale pour tous est l'enjeu de l'année 2020.    Fouad BEN AHMED

Fouad BEN AHMED
128,145 supporters
Update posted 2 days ago

Petition to Monsieur le Premier Ministre, Madame La Ministre de la Santé et des Solidarités, Madame le Secrétaire d'Etat chargée des Personnes Handicapées

Urgence handicap : danger !

Les familles d'enfants et de jeunes adultes, en situation de handicap grave, s'alarment de la casse annoncée des institutions médico-sociales, au nom d’une prétendue inclusion. Cet argument masque un choix économique, visant au remplacement de ces établissements par des plateformes désincarnées de services et de prestations. Nous affirmons, au contraire, que les actuels établissements médico-sociaux sont d’indispensables lieux de vie, de diagnostic, d'éducation et de soins, que personne n'y est enfermé et que les professionnels, fiers de leurs métiers, offrent à chacun au quotidien, les conditions d'une vie digne, accompagnée et durable, en co-construction avec les familles. C'est à leur défense qu'est consacrée cette pétition proposée par des personnes handicapées, des parents, des professionnels, des amis, des universitaires et des élus. https://www.facebook.com/DuneMaisonalAutre/videos/1762274484068525/ ILS S'ATTAQUENT AUSSI AUX ÉTABLISSEMENTS ACCUEILLANT DES PERSONNES HANDICAPÉES. NE LES LAISSONS PAS FAIRE !  NON, Monsieur le Premier Ministre,NON, Madame la ministre de la Santé et des Solidarités,NON, Madame la Secrétaire d’État chargée des Personnes Handicapées,Vous ne fermerez pas les établissements médico-sociaux que nous avons eu tant de mal àconstruire, à faire financer et à faire vivre. Nous nous y opposerons par tous les moyens. Nous nous y opposerons : ➢ Parce que, contrairement à tout ce que vous affirmez, il faut créer 45 000 places en établissements médico-sociaux. C’est une réponse réelle et concrète aux besoins et aux demandes des personnes en situation de handicap comme à ceux de leurs familles.➢ Parce que l’inclusion dont vous parlez tant, vise seulement à dissimuler les« économies » que vous avez décidé de réaliser dans le secteur du handicap, au mépris des personnes les plus fragiles.➢ Parce que remplacer les établissements par des « plateformes d’orientation et deservices » ne fera que renvoyer aux familles l’intégralité de l’accompagnement d’un enfant ou d’un adulte handicapé. Risque d’isolement, perte du lien social. Quelle régression ! Les établissements médico-sociaux sont d’abord des lieux de vie et d’accueil, de diagnostic, de soins concertés et d’éducation. Ils sont aussi de véritables tremplins, de vraies passerelles vers le droit commun (l’éducation nationale, la citoyenneté, l’emploi, le logement). Les nouvelles normes de gestion qui leur sont imposées (CPOM, Serafin-PH) réduisent à des actes tarifés leur éthique, leur clinique et la totalité de leur accompagnement. Comment peut-on imaginer qu’une vie se résume à une fiche de besoins et de prestations et qu’un professionnel de l’action médico-sociale ne soit qu’un gestionnaire de cas ?Personne n’accède au droit commun sans supports. Toute inclusion nécessite des aides, des professionnels et des institutions alliant compétence, pérennité et confiance partagée. L’idée de désinstitutionaliser pour inclure est d’abord un enfumage mais aussi une absurdité.OUI, on est heureux dans ces lieux de vie.OUI,on y tisse de belles relations, hors de la famille.OUI, les professionnels y exercent d’indispensables métiers variés, exigeants et profondément humains.Ils travaillent au sein d’une équipe pluridisciplinaire pour un même but : le mieux-être des personnes handicapées. Leurs compétences et leurs pratiques s’enrichissent des partages et des confrontations d’idées. Imposer la concurrence entre ces établissements, les fermer, met ceux qu’ils accueillent dans une situation dramatique et plonge les familles dans une grande détresse.Car pour nos enfants, nos adolescents, nos adultes, certainement moins autonomes que d’autres, inclusion rime avec institution ! - Vous, qui accompagnez un enfant, un adolescent ou un adulte en situation de handicap et qui enavez la responsabilité au quotidien,- Vous, qui êtes depuis des années en attente d’une place, d’une vraie place dans un établissement médico-social,- Vous, professionnels du secteur médico-social, qui assurez tous les jours les soins, l’éducation et l’inclusion sociale de ces enfants, ces adolescents, ces adultes,- Vous aussi, décideurs politiques de tous les horizons, qui avez par vos fonctions la responsabilité de la vie dans la cité des personnes handicapées (scolarisation, accessibilité, logement, emploi),- Vous, citoyens lucides qui ne vous laissez pas berner par les « écrans de fumée » et qui refusez de cautionner une telle attaque contre ce que nous avons, collectivement, eu tant de mal à construire, à faire financer et à faire vivre : les établissements médico-sociaux,                                     AGISSEZ AVEC NOUS                                 SIGNEZ CETTE PÉTITION ! Merci à notre Marraine et nos Parrains Sophie DELOCHE, Productrice de la série « Vestiaires » France 2 Fabrice CHANUT, Scénariste « Vestiaires » France 2 Adda ABDELLI, Scénariste et acteur « Vestiaires » France 2   Isabelle PERDEREAU, Présidente de la commission du dvpt économique et Innovation Région IDF, Agnès ABARCA, éducatrice spécialisée, Roza AIT MEZIANE, éducatrice spécialisée, Jean-Sébastien ALIX, enseignant, Marie ALLAINGUILLAUME, éducatrice spécialisée, François ASTOLFI, inspecteur principal des affaires sanitaires et sociales, Cécile AUGUSTO-VAZ, parent, Mathieu BELLAHSEN, Psychiatre, responsable de secteur psychiatrique, Roger BELLO, Vice-président d’association, Marianne BELTRAN, parent, Béatrice BENNEVAULT, pédopsychiatre, Corinne BEN SAMOUN, directrice d’IME, Didier BERTRAND, directeur d’ESMS, Michel BILLÉ, sociologue, Cécile BIZEUL, professeur de sports, Magali BONNET, parent, Arnaud BOURDON, accompagnement éducatif et social, Amarantha BOURGEOIS, parent, Directrice de JADE - Jeunes Aidants Ensemble, Julien BRICAUD, éducateur spécialisé, responsable de formation, Jean-Marc BRUN,  Directeur CERPE  - Centre d'Études et de Formation pour la Petite Enfance , Luc CADILLON, ancien infirmier psychiatrique, La Force, Catherine CALECA, psychologue, psychanalyste, Michel CHAUVIERE, sociologue, Philippe CHAVAROCHE, éducateur, association La Palabre, La Force, Brigitte COUDIERE, infirmière, Sylvie CRUZILLAC, directrice d’IME, Jean-Yves DARTIGNAVE, Professeur de sociologie, Pierre DELION, Professeur émérite, faculté de médecine, Mireille DENOYER, chef de service dans le secteur médico-social, Dominique DEPENNE, formateur, Jean-Pierre DRAPIER, médecin directeur CMPP, Psychanalyste, Henriette ETCHEVERRY, travailleuse sociale, Diane FACIOLLE, parent, Françoise FITER, vice-présidente du Conseil Départemental 66, Marie-Paule GAILLARD, psychologue, Richard GAILLARD, enseignant-chercheur en sociologie, Gabrielle GARRIGUE, éducatrice, formatrice, Mélinda GENESTE, parent, Corinne GUIGOU, éducatrice spécialisée, Amar HENNI, Anthropologue, Christiane HENRY, assistante sociale, Joël HENRY, éducateur spécialisé, ancien directeur AEMO, Serge KLOPP, Référent psychiatrie PCF, François LACROIX, Directeur d’association, Cédric LAHEYNE, formateur, Geneviève LANGLAIS, assistante sociale, Francis LEBON, maitre de conférences en sciences de l’éducation, Sara LOPEZ, Psychiatre. Hôpital pour adolescents Le Relais SERENA, Stéphanie LUNEAU, parent, Jean-Eudes MAILLE, Psychiatre, Médecin Directeur Hôpital pour adolescents Le Relais SERENA, Bénédicte MALAURENT, sociologue SGDL (Société des Gens de Lettre), Helen MANIAT, parent, Bernadette MARCHAL, infirmière, Céline MARIN, chef de service dans le secteur médico-social, Jacques MARPEAU, Docteur en sciences de l'éducation, Stéphane MARTIN, travailleur social, Nathalie MICHEL, secrétaire de direction, Isabelle NODIN, parent, Elizabeth OLIVEIRA SANTOS, parent, Julien PARENT, éducateur spécialisé, formateur, Séverine PEREZ, parent, Martine POTTIER, éducatrice spécialisée, dir. pédagogique, centre de formation, Jean-René RAIMBAULT, étudiant, assistant de service social, Francis ROQUE, parent, président de l'Association de Défense des Polyhandicapés - ADEPO, Joseph ROUZEL, ancien éducateur, formateur, psychanalyste, écrivain, Benjamin ROYER, psychologue clinicien, chargé d’enseignement, Grégory SÉDEK,  Christine SOVRANO, formatrice, CGT Santé Action Sociale, Magalie SWIATEK, éducatrice jeunes enfants, Dominique TERRES, pédopsychiatre, psychanalyste, Huguette TESSIER, travailleuse social, Marie-Dominique THARREAU, éducatrice, Martine TRAPON, assistante sociale, ancienne directrice de l’ENS, Christine VAUGIN, parent, Béatriz WILCHES, psychologue, Christophe ZUCALLI, parent ASSOCIATIONS Appel des Appels Collectif Avenir Educs Collectif D’une Maison à l’Autre IRE - Inter-régionale des formateurs en travail social MAIS - Mouvement pour accompagnement et insertion sociale Sud Santé sociaux 86 Altérité UFAS CGT  (Union Fédérale de l'Action Sociale) Collectif "Jeunes sourds / Jeunes aveugles : pour l'égalité des chances".    

sos medicosocial
26,851 supporters