Topic

Formation professionnelle

2 petitions

Started 3 weeks ago

Petition to Muriel Pénicaud, Emmanuel Macron, Edouard Philippe

Sauvons nos apprentis ! Changeons la réforme de l'apprentissage

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel MACRON promettait de "remettre l'entreprise au cœur de l'apprentissage" Un an plus tard, dans son projet Loi "pour la liberté de choisir son avenir professionnel", le Gouvernement entreprend effectivement de réformer notre système d'apprentissage. Après 3 mois de concertation, menée par la Ministre du Travail Muriel PENICAUD, tous les acteurs avaient le sentiment d'avoir été écoutés......Finalement, aucun n'aura été entendu. Retirer aux régions la définition de la carte des CFA, pour la confier à d’autres, plus capables et mieux organisés ? D'accord. Mais en supprimant la compétence des régions sur les CFA, le gouvernement n’a pas seulement changé de pilote, il a supprimé le cockpit !Plus aucun contrôle, plus aucune cohérence, ni sur les ouvertures, ni sur l'aménagement du territoire. Et avec un financement aveugle : un contrat / un chèque, plus aucune logique de performance ! Ne nous y trompons pas : quand on ne dira plus à l'argent où aller, il n'ira pas tout seul chez ceux qui en ont le plus besoin ! L'effet sera immédiat : des dizaines et des dizaines de nouveaux CFA vont fleurir partout sur le territoire. Plus de CFA, avec un financement qui, lui, n'augmentera pas, c'est moins de moyens pour tout le monde ! Combien de temps les financiers des branches mettront-ils pour calculer qu'un CFA tertiaire est bien plus rentable qu'un CFA de la construction, ou de l'artisanat ?Quand les branches seront devenues juges et parties, en déterminant à la fois le prix d'un contrat et en prenant la décision d'ouvrir les centres, pensez-vous qu'elles hésiteront longtemps à ouvrir un CFA en comptabilité, plutôt qu'un CFA de la Boulangerie ? Le risque, ça n'est pas de tuer l'apprentissage, c'est de le soustraire aux métiers qui en ont vraiment besoin ! En continuant à confondre, jusqu'à l'intérieur du texte de loi, apprentissage et alternance, le Gouvernement frappe les métiers au cœur et met en danger l'exceptionnelle valeur des ouvriers de France et de nos apprentis qui font pourtant l'image et la fierté de notre pays. S'il faut reconnaître à cette loi un mérite, c'est qu'elle est égalitaire : tout le monde y perd ! * La prime spécifique pour les apprentis handicapés ? Disparue ! * L'aide au recrutement d'un apprenti pour les entreprises ? Terminé ! * La prime d'apprentissage ? Fini ! * Le crédit d'impôt ? Supprimé ! * Le dispositif TPE jeune apprenti : Oublié ! Une seule prime pour les remplacer toutes, et la promesse que chacun s'y retrouvera : mais nous ne connaissons tous que trop bien cette chanson... Si nous nous mobilisons aujourd'hui, ça n'est pas pour défendre notre pré carré, ni pour maintenir un hypothétique financement. Non, c'est parce qu'en confiant l'intégralité des ressources de l'apprentissage aux branches, le Gouvernement met en danger nos apprentis, tout en ajoutant des charges supplémentaires aux entreprises ! Là où la taxe d’apprentissage leur servait bien souvent à financer la formation de leurs propres apprentis, elles n’auront désormais plus leur mot à dire à ce sujet. Drôle de façon de « remettre l’entreprise au cœur de l’apprentissage ». C’est : payez et circulez ! Remettre les entreprises au cœur de l'apprentissage ? Oui ! Mais les vraies entreprises, par les syndicats professionnels pilotés par le MEDEF et la CPME !Non, l'apprentissage ne doit pas être le lot de consolation des syndicats suite à la réforme de la formation professionnelle !   Parce que les apprentis de France sont la fierté de leur pays, parce qu'ils sont bien plus que l'image trop souvent simpliste que l'on veut leur prêter, parce que leur passion pour leur métier nous communique à tous la fierté de travailler, sauvons nos apprentis ! Il n'est pas trop tard pour faire de cette réforme la grande réussite que tout le monde attendait ! Nous savons que le Gouvernement peut se montrer pragmatique si, tous ensemble, apprentis, professeurs, directeurs, présidents, administrateurs, citoyens, clients, nous mobilisons pour faire vivre l'apprentissage en France !

Vincent JEANBRUN
21 supporters
Started 3 weeks ago

Petition to Fédération Française d'Equitation

Plus de formations professionnelles pour les enseignants équestres !

Le constat des enseignants Le secteur sport-loisir équestre, composé en majorité de centres équestres et d’écuries de sport, représente près de la moitié de l’emploi de la filière équine. Même si celle-ci permet d’offrir un environnement de travail qui peut plaire, les conditions de travail des enseignants y sont souvent rudes (extérieur, très physique, grosses horaires , travail le dimanche...). Le niveau des rémunérations y est également souvent faible. Le diplôme BPJEPS est très souvent obligatoire pour postuler à un emploi d’enseignant d’équitation dans un centre équestre. Les entreprises recherchent des candidats motivés avec un bon niveau équestre, avec des compétences très polyvalentes sur différents métiers et avec de l’expérience. Cependant, la concurrence y est souvent très rude. Pénuries de formations professionnelles pour les enseignants Si la formation diplômante, validée par un diplôme d’Etat, reste la principale voie de formation choisie, la formation qualifiante, qui a un objectif professionnel et vise à l’acquisition de compétences spécifiques, est pratiquement absente de la filière. La fédération forme de nombreux enseignants, mais ceux-ci se sentent laissés à l’abandon une fois sur le marché du travail et ont des difficultés à monter en compétences et beaucoup décident de changer rapidement de voie. Des inégalités budgétaires dans le secteur Il faut également savoir que la filière équine dépend du même régime que celui de l’agriculture. Mêmes syndicats, budget commun alloué aux formations professionnelles, mais une répartition inégale. La filière équine est laissée à l’abandon face au secteur de l’agriculture et ne récupère presque aucun budget pour la formation professionnelle.  Les challenges pour les coachs sont nombreux Trouver du temps pour progresser et se former et renouveler sa pédagogie Se différencier pour recruter de nouveaux élèves et se démarquer des autres coachs Créer de l’enthousiasme dans son club et augmenter les taux de fréquentation avec de nouvelles méthodes de coaching et ludiques Trouver des ressources pour accroître son business et augmenter le niveau de rémunération Échanger avec le monde de l’enseignement équestre  Le besoin en formation professionnelle et montée en compétences devient nécessaire. En signant cette pétition, nous demandons donc aux organismes d’état et à la fédération de prendre en considération l’avis des enseignants et de : Proposer des appels d’offres de formations professionnelles dans les différentes régions françaises. Revoir l’allocation du budget en formation pour une répartition plus équitable entre les cotisants du secteur.

Nicolas VAUCHERT
233 supporters