Topic

expulsion

15 petitions

Update posted 1 week ago

Petition to Gérard Collomb, Ziad Khoury

Pour le retour des enfants auprès de leur mère en France

Article de L'Est Républicain du 03/02 Pour le retour de Lusine (7 ans), Hayk-Didier (4 ans) et David (18 mois) en France auprès de leur maman. En juillet 2012, la famille Sahakyan, craignant pour sa sécurité et ayant subie de grandes violences, est contrainte de fuir l'Arménie. Après une année compliquée, ils sont arrivés en août 2013 en Haute-Saône. Depuis, avec le soutien de nombreuses personnes, ils ont retrouvé une vie plus apaisée. Ils se sont bien intégrés : les enfants (Hovannès, Maryam et Lusine) parlent français couramment. La famille s'est agrandie avec la naissance de deux autres enfants : Hayk-Didier (2014) et David (2016). Le 1er février dernier, une terrible tragédie s'est produite à Saint-Loup-sur-Semouse, là où la famille réside. Karen, le papa, ainsi que les trois plus petits (Lusine, Hayk-Didier et David) ont été arrêtés par les gendarmes. Ils ont été conduits à Metz et expulsés manu militari le lendemain en Arménie avec une autre famille. Ils n'ont pu prendre aucune affaire, et le dernier, encore allaité par sa mère, souffre d'asthme. Je vous demande de signer cette pétition : — Pour les camarades de classe d'Hovannès, de Maryam, de Lusine et de Hayk-Didier, qui ne se sont toujours pas remis de la disparition de leurs camarades, très appréciés. — Pour les équipes éducatives du collège, de l'école et de la maternelle, toutes très choquées par ce qui s'est passé. — Pour tous les amis et proches de la famille, ainsi que pour les membres de l'ASDA (Association de soutien aux demandeurs d'asile). Tous ont beaucoup œuvré pour cette famille, et ils ont noué de fortes relations avec elle. Chacun refuse que cela se termine de cette manière. — Pour ma famille, qui a accueilli pendant 10 mois Nina (la mère), Karen (le père), Hovannès, Maryam, Lusine, et, à partir de février 2014, Hayk-Didier (le deuxième prénom a été donné par reconnaissance). Nous ne sommes pas prêt de les oublier. — Pour Hovannès et Maryam, jeunes adolescents de 15 et 12 ans contraints de quitter précipitamment le collège et de se cacher afin d'éviter l'expulsion. Ils sont séparés du reste de leur famille. — Pour Karen, qui n'est pas en sécurité en Arménie. — Pour Nina, totalement effondrée à la suite de la séparation avec ses trois enfants. Les autorités l'ont laissé libre et attendent que les deux autres enfants rentrent afin de pouvoir les expulser ensemble. — Pour Lusine, Hayk-Didier et David, qui ont adopté notre pays. Tels des repris de justice, ils étaient encadrés avec leur papa par 28 membres des forces de l'ordre dans l'avion. Ce qui s'est passé est traumatisant pour eux, et leur avenir immédiat en Arménie est plus qu'incertain. En vertu de la Déclaration des droits de l'enfant de 1959, adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies le 20 novembre 1989, l'expulsion brutale de Lusine, Hayk-Didier et David, ainsi que la séparation avec leur mère restée en France, enfreint l'article 9 de la Convention relative aux droits de l'enfant : Article 9 1. Les États parties veillent à ce que l’enfant ne soit pas séparé de ses parents contre leur gré, à moins que les autorités compétentes ne décident, sous réserve de révision judiciaire et conformément aux lois et procédures applicables, que cette séparation est nécessaire dans l’intérêt supérieur de l’enfant. Une décision en ce sens peut être nécessaire dans certains cas particuliers, par exemple lorsque les parents maltraitent ou négligent l’enfant, ou lorsqu’ils vivent séparément et qu’une décision doit être prise au sujet du lieu de résidence de l’enfant. » De même, le principe 6 de la Déclaration des Droits de l’Enfant affirme que « l’enfant en bas âge ne doit pas, sauf circonstances exceptionnelles, être séparé de sa mère ». David, toujours nourrisson, a besoin de sa maman. Même en faisant abstraction de cela, cette situation est humainement et moralement inacceptable. Je vous invite à signer cette pétition et à la partager, car je suis convaincu que cette histoire, avec votre soutien, peut bien se terminer. J'encourage également toutes les personnes qui ne connaissent pas la famille Sahakyan à signer cette pétition. Simplement parce que c'est une bonne cause. Une cause juste. N. B. : la photo en illustration a été prise le 17/12/2016 par un journaliste de L'Est Républicain.

Jonas BARBEROT
2,129 supporters
This petition won 2 days ago

Petition to Charles Michel, Théo Francken, Office des étrangers, Droits de l'homme, Amnesty International

Non à l'expulsion de notre élève Salima Ali Simutinje, Athénée Royal d'Ixelles

Une élève de 6 ième de notre école a pu bénéficier durant des années d'un visa pour raisons médicales et a pu, dès lors, suivre sa scolarité en Belgique.Elle est aujourd'hui majeure et ne bénéficie plus de ce visa; elle est donc en situation irrégulière d'après les services gouvernementaux.Messieurs Michel et Francken, dans votre approche humaine de la gestion des sans papiers, pourquoi :- l'avertir en plein milieu de sa rétho, qu'elle doit quitter le territoire et finir ses études secondaires ailleurs.- venir l'arrêter en pleine nuit chez l' oncle qui l'a prise à sa charge, sans expliquer que cette démarche pouvait être contrée et contestée.- l'amener, par deux fois, à l'aéroport de Zaventem, l'isoler pendant quatre heures dans le froid, pour finir par essayer de lui faire signer un "document de départ volontaire" puisque l'avion l'attend et la ramener au centre fermé suite à son refus de le faire.- suite à un incendie accidentel, laisser les occupants, de 22 heures à 6 heures du matin, dans le froid sur une pelouse humide, debout sans rien.Quelle est la valeur d'un acte s'il est obtenu par la contrainte, la pression ou la torture morale ?Humain ?Est-ce possible en 2018 en Belgique ? Salima, une fille courageuse, en enseignement Général à l'Athénée Royal de Watermael, la Brise, elle parlait difficilement le français, bien encadrée elle a vite fait des progrès, un an plus tard elle décide de s'orienter vers l'enseignement technique, en section marketing à l'Athénée Royal d'Ixelles, toujours bien entourée, motivée, assidue au cours, évoluant très rapidement dans la langue française, posant mille questions sur tous les sujets, se créant petit à petit un cercle d'amis, courageuse Salima... il faut que tout ça cesse enfin!  

Nathalie AUDRANT
4,291 supporters
Update posted 4 weeks ago

Petition to Emmanuel Macron

M.Macron: stop à la circulaire sur la traque des étrangers dans les centres d'hébergement

Monsieur le président, Militant des droits humains, ancien dirigeant d'associations humanitaires, j'ai voté pour vous, notamment sur la base de l'orientation sociale de vos promesses électorales. Nombreux sont ceux qui voient en vous un homme capable de renouveler notre pays, avec une vision constructive et une approche sociale, qui vous croient attentif aux plus faibles, quels qu’ils soient. Votre programme sur la question des migrations se différenciait de ceux des autres candidats. Et pourtant, des membres de votre gouvernement, au premier rang desquels le ministre de l’intérieur, ont signé une circulaire qu’aucun autre gouvernement avant eux n’avait osé signer. Cette circulaire crée un corps d’agents de l’administration pour se rendre dans les centres d’hébergement d’urgence afin d’y traquer les personnes en situation irrégulière, et plus spécifiquement ceux qui font l’objet d’une obligation de quitter le territoire français. Ces centres d’hébergement sont un lieu de repos et de mise à l’abri pour des personnes qui fuient les difficultés de leurs pays, que ces difficultés soient de nature sécuritaire, sanitaire ou économique ; elles fuient une situation invivable, dans l’espoir de construire un avenir meilleur. Cette circulaire va à l'encontre des principes de base du travail social. Elle incitera les personnes traquées à se cacher, les mettant encore plus en situation de faiblesse. Cette circulaire est indigne de votre gouvernement, indigne de l’esprit de votre campagne, et simplement indigne de vous. Vous pouvez faire en sorte que cette circulaire soit annulée. Vous en avez le pouvoir. Vous honoreriez beaucoup de ceux qui ont voté pour vous et qui vous font encore confiance.

Olivier LEBEL
68,729 supporters
Started 3 months ago

Petition to PREFET DE VENDEE

DROIT A LA SECURITE, A L'ECOLE ET A LA SANTE POUR LEDJON

DROIT A LA SECURITE, A L’ECOLE ET A LA SANTE POUR LEDJON La famille de Ledjon, enfant de 5 ans, a fui son pays, Leur fuite n’est pas un choix mais un acte de survie et de protection vis-à-vis de leur famille! Il est urgent qu’un logement et une réponse décente, digne des valeurs républicaines permettent à cet enfant et à sa famille d’être protégés et de trouver dignement une place sur la terre française républicaine, parmi nous. Nous ne pouvons pas supporter ni accepter une rupture dans sa scolarité, la mise en danger de la santé des membres de la famille faute de logement. Cette famille faisant preuve de discrétion, d’efforts d’intégration ; leur enfant trouvant sa place au sein de l’école française et développant son engagement et ses apprentissages, ne peuvent être oubliés. Leurs efforts ne peuvent être balayés et saccagés par le manque de solidarité. Leurs droits d’hommes et de femmes, d’enfant, ne peuvent être bafoués et niés ! Monsieur le Préfet, Nous vous écrivons aujourd’hui pour vous faire part de notre inquiétude et indignation de citoyens français, hommes et femmes, parents. Nous voyons chaque jour, la famille de ce jeune enfant, survivre et se battre pour offrir à leur fils une vie digne. L’an passé, cet enfant est arrivé dans notre ville et s’est intégré malgré une vie rude. En effet, il y a la vie laissée derrière, le voyage, les conditions de vie ou plutôt de survie extrêmes, indécentes et insalubres. Malheureusement, dans le courant de l’année scolaire passée, nos enfants perdent leur camarade qui ne vient plus à l’école, nous interrogent et restons sans réponse à leur donner. Nous apprendrons plus tard que leur camarade a été hospitalisé ayant développé une bronchite chronique aigue du fait des conditions misérables dans lesquels sa famille parvenait à s’abriter. Au printemps, nos enfants retrouvent enfin leur camarade et nous comprendrons plus tard qu’au regard des conditions de santé de cet enfant, des voies qui ont pu se faire entendre et des sensibilités de plusieurs, au titre de la trêve hivernale, un mobil homme aura pu être mis à disposition dans une autre commune et ainsi un retour à la scolarité sur ce nouveau lieu d’accueil. La trêve achevée, la famille a de nouveau cherché abri dans notre ville afin de permettre à son enfant de retrouver ce qu’il appelait « son école ». 7 juillet 2017 : à la veille des « grandes vacances » , quoi de plus inadmissible que l’expulsion manu militari de cet enfant et de sa mère tandis que son père est parti à la recherche de la ration d’eau quotidienne ! La mère de Ledjon, traumatisée et paniquée par la menace de mort qui plane au dessus de sa tête a une crise, d’angoisse dans l'avion devant son petit garçon de 4 ans alors. Le pilote refuse alors de l'accepter à bord et ils sont remis "en liberté" aux portes de l'aéroport. La mobilisation de plusieurs associations, la contribution du ministère de l’intérieur, ont permis un retour dans la région nantaise dans des conditions bien entendu toujours précaires. Après une semaine dans une école à Nantes, c’est à nouveau lui qui demandera à ses parents de «revenir dans son école» à La Roche-sur-Yon. Ledjon est vu comme un élève plutôt agréable et en demande d'apprentissages malgré son histoire et les conditions de précarité extrême dans lesquelles il survit.  Il y a peu, vos services ont statué sur leur demande de carte de séjour par un refus, au titre de la vie familiale et privée. Nous vous demandons de bien vouloir prendre en compte les droits d’homme et de citoyen, de femme, les droits de l’enfant afin d’œuvrer dans le sens des valeurs que notre République défend. Nous vous prions de reconsidérer sous cet angle leur demande qui se trouve être finalement plus que légitime. Vous connaissez l'histoire de cette femme encore recherchée par ses proxénètes, et celle de ses enfants La traite humaine tout autant que l’exploitation des enfants ne peuvent être acceptées aujourd’hui par notre pays, ses acteurs politiques, ses citoyens. Nous vous faisons part de notre désarroi, de notre colère. Cette situation est indigne de notre nation qui se retrouve alors dépouillée de ses qualités et valeurs. Aujourd'hui, nous ne sommes pas seuls à nous indigner et ne resterons pas muets. Nous sommes nombreux à réclamer un traitement décent pour cet enfant, pour ses parents qui ne font que se tourner vers la Vie, à défaut, vers la SURVIE, eux qui n’ont pas LE CHOIX tandis que nous et vous l’avons, portons nos responsabilités d’hommes et de femmes, tandis que vous avez une partie des cartes de leur vie en main. Nous vous demandons, de bien vouloir mobiliser des moyens afin que cette famille soit protégée et obtienne un statut qui permette son maintien sur le territoire dans des conditions décentes pouvant garantir la vie de chacun de ses membres, abrités sous un toit, leur garantir les droits fondamentaux à l’éducation et à la santé. Que dirons-nous à nos enfants bâtisseurs, fondateurs du monde de demain lorsque cet enfant et ses parents seront encore sous la menace, seront malades et sans accès à l’école, à un toit, à l’eau ?! Quelle responsabilité accepterons-nous et accepterez vous dignement d’endosser face à cela ?!  La seule chose que nous puissions faire, c'est dénoncer par tous les moyens l'indignité de ce qui est fait ou n’est pas fait en notre nom à tous. Veuillez agréer, Monsieur,  l'expression de nos sentiments républicains. Des représentants de parents d'élèves de l'école maternelle et les signataires de la pétition, citoyens, hommes, femmes, parents.  

Anne-Cecile DUCASSOU
805 supporters