Topic

droits des migrants

10 petitions

This petition won 2 months ago

Petition to M. Stéphane Bouillon

Remise en liberté de Saber Benyoussef

Un père tunisien de 5 enfants, présent en France depuis 7 ans, tente de se suicider : il est placé en garde à vue puis en centre de rétention. Suite à 7 années d’hébergements chaotiques, de précarité matérielle et de pressions administratives constantes, Saber Benyoussef, un jeune père tunisien de 5 enfants,vivant et travaillant en France depuis 7 ans, a tenté de mettre fin à ses jours vendredi 30 mars, dans son immeuble du quartier Point du Jour, à Lyon.Après de brefs soins aux urgences, il a été immédiatement placé en garde à vue vendredi en fin d’après-midi, sans aucun égard pour son état psychologique.Le lendemain, samedi 31 mars, la Préfecture du Rhône décidait de le placer en rétention, au Centre de Rétention Administrative de Lyon-Saint Exupéry, au mépris de ses droits les plus élémentaires. Aucun médecin n’a pu à ce jour lui rendre visite dans le Centre de Rétention.Lundi 2 avril, Saber est passé en audience à 10h au Tribunal de Grande Instance de Lyon. Le Juge des libertés et de la détention a décidé de le maintenir en rétention afin de procéder à son expulsion dans les plus brefs délais.Saber étant sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire exécutoire, et le recours déposé par l’avocate n’étant pas suspensif, Saber risque une expulsion imminente car il porte sur lui son passeport tunisien.Tout doit être fait pour protéger la santé et la dignité de Saber Benyoussef et empêcher que la Préfecture ne sépare Saber de sa femme et de ses 5 enfants.Un suivi médical doit être mis en place sans délai et Saber remis en liberté.

ARMELLE NAVARRANNE
2,499 supporters
Started 6 months ago

Petition to Emmanuel Macron

Migrants : Lettre ouverte au Président de la République

Monsieur le Président, À Névache, dans les Hautes‐Alpes, la neige tombe depuis plusieurs jours, la Lombarde est parfois brutale ! Les températures nocturnes passent maintenant entre 10 et 15 degrés sous zéro, mais les migrants venant d'Italie continuent d'arriver… Jeunes, souvent mineurs, ils tentent le passage du Col de l'Échelle (1 700 mètres) pour rejoindre ensuite la ville de Briançon ; 20 kilomètres à pieds si aucun automobiliste ne veut ou ne peut les prendre en charge. À moins qu’un fourgon de gendarmerie ne les intercepte pour les reconduire à la frontière, de jour comme de nuit, sans tenir compte de la réglementation concernant les mineurs isolés ou les demandeurs d’asile. Ils ont des ordres, disent‐ils ! Des ordres pour ne pas respecter la réglementation ? Ces migrants, d'Afrique subsaharienne et le plus souvent francophones, sont pourtant prêts à tout pour rejoindre notre pays et y rester pour reconstruire dignement leur vie en travaillant. Nous devrions en être fiers. Dans les conditions actuelles, nous les accueillons comme des terroristes en leur appliquant une législation antiterroriste qui n'a pas été faite pour eux ! La lecture du code Schengen des frontières est, à cet égard, très claire. Vous avez, nous dit‐on, découvert récemment, à la suite d'un reportage de CNN, l'horreur des marchés aux esclaves de Tripoli.Quelques contacts directs avec les Névachais ou les Briançonnais vous en auraient appris bien davantage, depuis deux ans au moins.Ancien officier formé à Saint‐Cyr, je m'interroge sur ce que pouvaient bien faire nos services de renseignement !?Pourtant, mais vous n'avez pas abordé cette question en nous parlant des marchés de Tripoli, l'Union Européenne (dont l'Italie et la France) paît les gardes‐côtes libyens pour récupérer en mer un maximum de migrants et les renvoyer en Libye ; où ils les revendent peut‐être, une deuxième fois ?L'Union Européenne et notre pays (qui revendiquent leurs racines chrétiennes quand cela les arrange) contribuent ainsi au bon fonctionnement d'un commerce que l'on croyait à jamais disparu. Bilan de ce long voyage : lorsqu'il parvient sur notre territoire, un migrant a souvent perdu le tiers de ses compagnons de route entre le Sahara, la Libye, la Mer Méditerranée et la France. Aujourd’hui, l’hôpital de Briançon en ampute certains qui ont « pris froid » dans la montagne au péril de leur vie. Devons nous attendre des morts pour que nos institutions réagissent humainement ? On comprend que, pensant arriver dans la commune de Névache au terme d'un voyage qui aura souvent duré deux ans, rien ne les empêchera de s'engager dans la traversée du Col de l'Échelle, quelles que soient les conditions. Pour nous, Névachais, l'impératif humanitaire s'impose même si les forces de l'ordre s'efforcent de nous en dissuader. Il faut les retrouver si possible, les recevoir, les remettre en forme, les soigner puis les conduire à Briançon où ils pourront commencer à traiter leurs problèmes administratifs avec les associations en charge de ces questions. Au cours du mois de décembre, nous avons dû, à six reprises au moins, faire appel au « Secours en Montagne » pour leur éviter la mort, non sans éviter gelures et traumatisme divers. Pas encore de morts reconnus, mais cela viendra, Monsieur le Président. Et tout cela avec des bénévoles non seulement sans aide de l'État mais au contraire sous la menace des forces de maintien de l'ordre. À vouloir faire œuvre humanitaire, nous Névachais et Briançonnais, sommes traités comme des délinquants ! On nous interdit de prendre un Africain en stop, quelles que soit la température et l'heure ! Depuis quand l'automobiliste devrait‐il refuser un passager au seul vu de sa couleur ? Dans la Clarée, Monsieur le Président, nous refusons l'apartheid ! Quelles que soient les menaces, nous ne pouvons refuser l'action humanitaire, à commencer par le secours à personnes en danger, lorsque les pouvoirs publics abandonnent cette mission. Les ordres reçus ne sont pas de pratiquer une action dignement humaine mais de renvoyer en Italie un maximum de migrants au mépris de leurs droits. Où est la solidarité européenne, Monsieur le Président ? Monsieur le Président, je sais que nous ne sommes pas les seuls français dans cette situation. Vous vous trouvez dans une position qui durera aussi longtemps que l'on ne prendra pas le mal à ses sources, réchauffement climatique, sous développement de nos anciennes « colonies » et autres. Vous savez vendre des avions, pour tuer ! Pouvez‐vous prendre en considération la misère de ces migrants, comme le Pape François y invite nos contemporains ? Les Névachais et les Briançonnais, respectueux de la loi, sont prêts à travailler avec les services de l'État pour trouver des solutions, à condition que l'État accepte de les entendre, ce qui n'a pas encore été le cas, et de les entendre sans vouloir en faire des auxiliaires de police ! Nous pourrons alors retrouver la fierté de nos cimes et redonner à notre pays l'honneur qu'il est en train de perdre et que nous perdons tous avec lui. Souvenons‐nous de ces milliers d'Africains morts pour la France au cours des deux dernières guerres mondiales. Ce sont leurs petits‐enfants que nous devrions laisser mourir dans la neige ? Pour l'ancien Saint‐Cyrien que je suis, dont la promotion porte le nom d'un colonel Géorgien mort au combat, de telles perspectives sont insupportables, Monsieur le Président. Nous comptons encore sur vous mais le temps presse. Bernard Liger – citoyen de Névache (05100)eMail : bernardliger05@gmail.comTél. 06 08 99 62 56‐‐‐Quelques liens récents :Libération : http://www.liberation.fr/france/2017/12/17/migrants-les-sommets-de-la-honte_1617322Radio Nova : https://twitter.com/laRadioNova/status/932499508767977472?s=09Le Figaro : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/02/10/01016-20170210ARTFIG00157-raphael-krafft-le-journaliste-qui-a-aide-des-migrants-a-passer-la-frontiere.phpFrance Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/le-magazine-de-la-redaction/quand-les-mineurs-africains-sont-abandonnes-dans-la-montagneFrance Info : https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/col‐de‐l‐echelle‐la‐traversee‐a‐hauts‐risque‐des‐migrants_2512131.htmlLe Temps : https://www.letemps.ch/monde/2017/11/17/col-lechelle-jeunes-migrants-pieges-froid-renvoyes-france

bernard LIGER
83,783 supporters
Update posted 7 months ago

Petition to United Nations, African Union, ECOWAS, Etat Lybien, Amnesty International

Stop au trafic humain de migrants africains en Lybie

Des ventes aux enchères clandestines d’êtres humains se dérouleraient une ou deux fois par mois en Libye, non loin de la capitale, Tripoli. Des migrants "noirs" d’Afrique subsaharienne sont cédés par des passeurs pour des sommes allant de 500 à 700 dinars libyens (jusqu’à 435 euros). Voici ce qui arrive désormais nombreux migrants qui transitent par la Libye pour gagner l’Italie, porte d’entrée en Europe. Il est temps de dire stop ! En 2017 ceci ne devrait pas être possible, un retour à la barbarie est inacceptable ! Signez cette pétition pour interpeller toutes les autorités compétentes pour libérer tous les captifs, punir les trafiquants et trouver une solution viable à cette migration du désespoir de la jeunesse Africaine !                                            English Clandestine auctions of human beings are taking place once or twice a month in Libya, not far from the capital, Tripoli. "Black" migrants from sub-Saharan Africa are ceded by smugglers for sums ranging from 500 to 700 Libyan dinars (up to 435 euros). Here is what happens now to many migrants who transit through Libya to reach Italy, gateway to Europe.It's time to make it stop! In 2017 this should not be possible, a return to barbarism is unacceptable! Sign this petition to call on all the competent authorities to release all captives, punish traffickers and find a viable solution to this desperate migration of African youth!

Hawa S DIOP
57,340 supporters
Started 7 months ago

Petition to Eric Swalwell, Association of International Olympic Winter Sports Federations, Justin Bieber, Mark Zuckerberg, Milly_yb

Luttons contre l'esclavage en Libye

Bonjour  Je me permets de vous écrire parce que je suis non seulement en colère de voir que les grandes personnalités comme vous ne pas  bouger un seul  doigts pour agir sur ce qui se passe en Libye. Nous somme en 2017 comment pouvons nous fermé les yeux sur l'esclavage  des noirs alors qu'elle a été abolie depuis des siècles, nos ancêtres ce sont bâtu pour en arriver là.  Et aujourd'hui on laisse une ouverture à ce crime d'humanité qui a eu à devaster toute une population.. J'ai peur pour notre génération, celle a venir, celle de nos enfants et de nos petit enfant. Voilà pourquoi je demande votre aide s'il vous plaît lèvre vous et agissez pour le bien de l'humanité   noir  blancs rassemblons nous et combattons ensemble ce mal.  Une mère en colère    HelloI allow myself to write because I am not only angry to see that great personalities like you do not move their fingers to act on what happens in Libya. We are in 2017 comment we closed our eyes on the black slave when it was abolished for centuries, our ancestors are here to go there. And today we leave an opening to this crime of humanity that had to devastate an entire population.I am afraid for our generation, the future, of our children and grandchildren. That's why I'm asking for your help please lip and act for the sake of the black mankind white people gather together and fight together this evil. An angry mother      

Julia BAKITH
22,210 supporters