Topic

droits de l'homme

14 petitions

Update posted 2 weeks ago

Petition to Bruno RETAILLEAU, Patrick KANNER, Hervé MARSEILLE, François PATRIAT, Jean-Claude REQUIER, Éliane ASSASSI, Claude MALHURET, Philippe ADNOT, Richard Ferrand, Christian Jacob, Marc Fesneau, Franck Riester, Jean-Luc Mélenchon, André Chassaigne, Olivier Faure, François de Rugy, Yaël Braun-Pive

Non au projet de loi Asile et Immigration !

Mesdames et Messieurs les Parlementaires, Le candidat Macron le déclarait lors de sa campagne présidentielle : « Un homme ou une femme qui demande asile en France, qui met sa vie en danger, s’est battu pour sa liberté et celle de sa famille est quelqu’un, en vertu de nos principes, qui doit être accueilli. » (1) Un discours qui, rappelons-le, faisait alors barrage au Front national. Le projet de loi « asile et immigration », qui a été présenté mercredi 21 février en Conseil des ministres et qui sera discuté en commission à l’Assemblée nationale au mois de mars, est pourtant loin de cette philosophie. Aujourd’hui, si nous sommes en marche, c’est vers l’abolition du principe même de la demande d’asile en France et la fabrication massive d’une population sans statut, sans toit, sans droits et sans ressources sur notre sol. Car nous sommes face aujourd’hui à des femmes, des enfants, des hommes fuyant toutes sortes de tragédies. Si les personnes exilées sont certes plus nombreuses à venir chercher refuge parmi nous depuis l’été 2015, elles représentent cependant à peine 1 % de la population européenne. Nous n’assistons donc pas à une « crise migratoire », mais bien à une crise tragique de l’hospitalité, laquelle est pourtant, selon le président Macron, « notre honneur et notre tradition » (2). Les atrocités et les souffrances vécues par les personnes exilées ne s’arrêtent pas une fois les côtes européennes atteintes. Et alors qu’elles devraient trouver asile et répit une fois arrivées en France, elles sont au contraire souvent en butte à une maltraitance administrative et policière qui les amène à se cacher, où elles le peuvent, pour fuir encore et encore ce qu’elles pensaient désormais derrière elles. Ne les laissez pas mener cette politique en notre nom  Nous, habitants, citoyens, contribuables, électeurs, représentants associatifs de ce pays, qui croyons en nos valeurs, héritées de la Révolution de 1789 et rappelées dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948, en notre histoire de résistance et en nos institutions, sommes horrifiés qu’une telle politique puisse être menée en notre nom aujourd’hui. Comment nos « principes » pourraient-ils être en accord avec un projet de loi qui conduira à l’enfermement en centre de rétention et à l’expulsion systématisée d’hommes, de femmes et d’enfants ayant déjà tellement souffert sur les routes de l’exil ? D’hommes et de femmes qui n’attendent de notre part que la reconnaissance de leurs souffrances, et de notre pays que sa protection, en vertu du droit international établi au sortir de la Seconde Guerre mondiale ? Comment ne pas s’insurger quand déjà une proposition de loi est venue donner le pouvoir aux préfets d’enfermer avant expulser les demandeurs d'asile dits « dublinés » ? Des hommes et des femmes dont le seul tort est d’avoir eu leurs empreintes digitales prises de force au cours de leur parcours d’exil – parfois dans des États où le nationalisme a déjà triomphé, et qui n'hésitent pas à les réexpédier vers leur pays en guerre ! Nous avons cru que ces personnes trouveraient enfin en France, pays des Droits de l’Homme, des moyens pour se reconstruire. Nous y croyons encore. Mais le projet de loi « asile et immigration » organise au contraire la réduction des droits des demandeurs d’asile, limite leurs délais de recours et augmente la durée de leur rétention de façon à intensifier ces expulsions. C'est votre vote que l'Histoire retiendra Cette politique est et sera onéreuse, inefficace et inhumaine, plongeant des êtres humains, des familles entières dans la clandestinité et dans une terrible précarité. Elle plonge la France dans la honte, celle d’être incapable d’honorer ses propres principes. Nous, habitants, citoyens, contribuables, électeurs, représentants associatifs de ce pays, vous demandons de prendre les responsabilités que requiert le combat pour la dignité humaine. Ne participez pas à l’écriture de nouvelles pages d’Histoire que nous ne saurons expliquer à nos enfants. À notre échelle, nous avons, au quotidien, hébergé quelques personnes pour en laisser des centaines dehors, distribué quelques repas pour nous rendre compte que ce n’était pas encore suffisant, offert quelques tentes et sacs de couchages pour constater, au petit matin, leur destruction par la police. Pour de telles actions, certaines et certains d’entre nous se retrouvent devant les tribunaux, coupables de  délit de solidarité. Nous vous demandons de prendre acte, à nos côtés, de cet enjeu politique et moral en rejetant le projet de loi « asile et immigration », et en entamant des discussions avec la société civile et les associations de terrain pour présenter une politique d'accueil digne de notre pays, conforme aux engagements du Président et non aux idées qu’il prétendait battre dans les urnes. Nous comptons sur vous. Premiers signataires:  Personnalités : Marie-France Alvarez (comédienne), Bally Bagayoko (Maire adjoint à Saint-Denis), Pierre Emmanuel Barré (humoriste-chroniqueur-comédien), Arno Bertina (écrivain), Yoann Boennec (réalisateur), Olivier Bordaçarre (écrivain), François Brun (producteur), Bun Hay Mean (humoriste), Pierre Caillot (musicien), Patrick Chamoiseau (écrivain), Ludovic Delaherche (Président de l’ICO club de France), Emmanuelle Escourrou (comédienne), Marina Foïs (actrice), Mata Gabin (actrice et écrivain), Sylvie Glissant (artiste plasticienne - Institut du tout monde), Youssef Hajdi (comédien), Raphaël Hattab (réalisateur), Cédric Herrou (Défends ta citoyenneté), Olivier Jamain (réalisateur), Anne Jammet (1ère assistante réalisateur), Nathalie Joli (écologiste marine), Laurent Jumeaucourt (comédien), Mathieu Kassovitz (comédien-réalisateur), Samuel Légitimus (Collectif James Baldwin), Denis Lemasson (écrivain), Lucie Lucas (comédienne), Madjid Messaoudene (Elu FG à Saint-Denis), Teddy Masson (réalisateur), Maxime Motte (acteur), Matthieu Nina (comédien), Marie Payen (actrice), Lilou Prévost (comédienne), Sandra Regol (porte-parole EELV), Jean-François Rial (PDG du groupe Voyageur du monde), Christophe Ruggia (cinéaste), Isabelle Serro (reporter et réalisatrice), Jean-louis Tribes (comédien), Matthieu Tribes (réalisateur), Marie-Christine Vergiat (Eurodéputée gauche Européenne), Karin Viard (actrice), Zag & Sia (Street artistes). Associations et Collectifs : Act for Ref, Allamma Internationale, Amicale du camp de Miellin, Association DTC (Défends ta citoyenneté), Association Encrages, Association Hospitalité Chinonaise aux migrants, Association Humanity, Association Jarez solidarité, Association Polyvalence, Association Revivre, Association Scarabée, Association SOLREMI, Association stop racisme Pézenas, Association Thot, Association tous citoyens, Association un petit bagage d'amour, ASYLUM Rennes, CADM-70, Cimade 05, Cimade des Pyrénées-Orientales, Citoyens solidaires 06, CODAC18, Collectif accueil migrants Valfleury, Collectif Amiénois des sans-papiers, Collectif de Roscoff, Collectif de soutien aux demandeurs d'asile d'Appoigny, Collectif le temps partagé, Collectif migrant-s bienvenue 34, Collectif migrants : Changeons notre regard, Collectif Œil, Collectif Sénonais de soutien aux migrants et aux réfugiés, Collectif solami d’Aubenas, Compagnie ma quête, Des lits solidaires, Égalité nationale, EL MANBA Collectif migrant 13, Ensemble pour Le Luc et Le Centre Var, Entraides citoyennes, Frida à Paname, Fumigène magazine, Génération futur, Kâli, KA Timmy, L’Auberge des migrants, La gamelle de Jaurès, La Maison solidaire 42, La Maison solidaire, Le Rassemblement humain, Le Vestiaire des migrants, Les Utopistes en action, Méditerranée heureuse, Michto solidaire, Montagne accueil et solidarité de Peyrat le Château, Montagne accueil solidarité, MRAP Aubenas, Nouvelle jungle, Paris d’exil, Place à la solidarité, P’tit dèj à Flandre, Rébellion Blida, Réseau soutien migrants de l'Yonne (RSM89), RESF19, RESF38, RESF48, Solidarité 51, Solidarité migrants Collectif 06, Solidarité migrants Moselle, Solidarité RESF 47, Terre d'errance Norrent-Fontes/Quernes, Terre d'Errance, Transport People and Care, Une terre pour tous, United migrant, UTOPIA 56, Wise.  

C-N-R Collectif pour une Nation Refuge
95,801 supporters
Update posted 4 weeks ago

Petition to Ministro Napoleão Nunes Maia Filho, Ministro Alexandre de Moraes

Soutenons le peuple Guarani, il lutte aussi pour notre avenir ! Vamos apoiar os Guarani!

Soutenons le peuple Guarani, il lutte aussi pour notre avenir !  "Nous, peuples indigènes, sommes déterminés à maintenir notre territoire et à protéger la planète !Il ne s'agit pas seulement de protéger le droit des peuples indigènes mais bien de préserver la vie sur terre et l'humanité." affirme un leader indigène de la Commission Guarani Yvyrupa de São Paulo. Appuyons les peuples indigènes dans leur lutte, pour le droit au territoire, le maintien des cultures traditionnelles, le droit à la vie et pour la préservation de notre planète ! Il est urgent de montrer aux décideurs brésiliens que des citoyens du monde entier sont conscients de l'importance d'attribuer aux indigènes l'intégralité des territoires qu'ils revendiquent et de leur en laisser la gestion. Ils doivent pouvoir continuer et étendre leur travail de maintien des forêts primaires et de leurs modes de vie, lutter contre les conséquences d'une exploitation écocidaire du territoire brésilien au profit d'intérêts privés et/ou étrangers, conséquence de la mondialisation. Le peuple indigène Guarani revendique des territoires ancestraux. La délimitation de deux Terres Indigènes Guarani est en jeu ! La semaine prochaine, le Tribunal Supérieur de Justice et le Tribunal Suprême Fédéral brésiliens rendront deux décisions à Brasilia, concernant : - la délimitation de la Terre Indigène du Jaraguá (São Paulo, Brésil), le ministre du Tribunal Supérieur de Justice (STJ) Napoleão Nunes Maia Filho coordonnera un jugement sur l’annulation du décret 683, ce mercredi 13/12 ; - la délimitation de la Terre Indigène do Morro dos Cavalos (Santa Catarina, Brésil), le ministre du Tribunal suprême fédéral (STF) Alexandre de Moraes coordonnera une audience publique, ce jeudi 14/12. La pétition sera adressée aux juges et remise à la Commission Guarani Yvyrupa de São Paulo qui sera présente à Brasília. Signons-la ! Citoyens Solidaires au peuple Guarani --- Vamos apoiar o povo Guarani, ele luta para o nosso futuro também! "Nós, povos indígenas, estamos determinados a manter nosso território e proteger o planeta! Não se trata só de proteger o direito indígena mas se trata também de preservar a vida na terra assim como a humanidade." afirma uma liderança da Comissão Guarani Yvyrupa. Vamos apoiar os povos indígenas nesta luta, pelo direito ao território, para manter as culturas tradicionais, pelo direito à vida e pela preservação do nosso planeta! É urgente mostrar às autoridades competentes que cidadãos do mundo inteiro estão conscientes da importância de manter a integridade dos territórios reivindicados pelos povos indígenas. Eles devem poder continuar e ampliar o trabalho de manutenção das florestas e dos modos de vida, assim como lutar contra uma exploração ecocidiária do território brasileiro realizada pelos interesses privados e/ou estrangeiros, consequência da mundialização. O povo indígena Guarani revendica territórios ancestrais. A demarcação de duas Terras Indígenas está em jogo!Na semana que vem, o Superior Tribunal da Justiça e o Suprêmo Tribunal Federal tomarão duas decisões em Brasília sobre:  - a demarcação da Terra Indígena do Jaraguá,O ministro do Superior Tribunal da Justiça (STJ) Napoleão Nunes Maia Filho julgará a anulação da portaria 683 na quarta dia 13/12; - a demarcação da Terra Indígena do Morro dos Cavalos,O ministro do Suprêmo Tribunal Federal (STF) Alexandre de Moraes coordenará uma audiência pública na quinta dia 14/12. Essa petição será enviada para os ministros e entrega à Comissão Guarani Yvyrupa que estará presente em Brasília. Vamos assinar! Cidadãos solidários com o povo Guarani. --- Let’s give our support to the Guarani people, it is also striving for our future!  “We, the native peoples, are determined to keep our territory and to protect the planet!It is not only a question of protecting the right of native peoples, but also of preserving humanity and life on earth as a whole.” says a native leader of the Yvyrupa Guarani Commission of São Paulo. Let’s support the native peoples in their struggle, for their territory, the preservation of their traditions, their right to life and for the conservation of our planet! It is urgent to show to the Brazilian decision-makers that citizens from all over the world are aware of the importance to restitute the land claimed by the native peoples and let them manage those lands. They must be able to continue to spread their work on the preservation of the virgin forests and their way of life. This ever more important due to the fight against the  ecocidal exploitation of the Brazilian territory in favor of private and / or foreign interests, which is in itself a consequence of globalization. The Guarani people claims their ancestral territories. The demarcation of two Guarani Lands is at stake! Next week, the Brazilian Federal Supreme Court and the Superior Court of Justice  will deliver two decisions in Brasilia, concerning: - The delimitation of the Native Land of Jaraguá (São Paulo, Brazil), coordinated by the minister of the Superior Court of Justice , Napoleão Nunes Maia Filho, on Wednesday December 13; - The delimitation of the Native Land of Morro dos Cavalos (Santa Catarina, Brazil), coordinated by the minister of Federal Supreme Court, Alexandre de Moraes, on Thursday December 14. The petition will be sent to the judges and handed over to the Guarani Yvyrupa Committee of São Paulo which will be present in Brasilia. Let’s sign it! Citizens in solidarity with the Guarani people --- Apoyemos al pueblo Guarani, lucha también por nuestro futuro !“¡Nosotros, pueblos indígenas estamos determinados a mantener nuestro territorio y a proteger nuestro planeta!No se trata solamente de proteger el derecho de los pueblos indígenas sino más bien de preservar la vida en la tierra y la humanidad.” afirma un líder indígena de la Comisión Guaraní Yvyrupa de Sao Paulo. ¡Apoyemos los pueblos indígenas en su lucha por el derecho al territorio, por mantener las culturas tradicionales, el derecho a la vida y por la preservación de nuestro planeta!Es urgente mostrar a los que deciden en Brasil que ciudadanos del mundo entero están conscientes de la importancia de atribuir a los indígenas la integralidad de los territorios que revindican y de dejarles la gestión de éstos. Tienen que poder continuar y ampliar su trabajo de mantenimiento de los bosques primarios y de sus modos de vida, luchar contra las consecuencias de una explotación ecodidaria del territorio brasileño en aras de intereses privados y/o extranjeros, consecuencia de la mundialización. El pueblo indígena Guaraní revindica territorios ancestrales. ¡La delimitación de dos Tierras Indígenas Guaraní está en juego! Esta semana, el Tribunal Superior de Justicia y el Territorio Supremo Federal brasileños tomarán dos decisiones que conciernen:- La delimitación de la Tierra Indígena de Jaraguá, el ministro del Tribunal Superior de Justicia (STJ) Napoleão Nunes Maia Filho coordinará un juicio sobre la anulación del decreto 683, este miércoles 13 de diciembre.- La delimitación de la Tierra Indígena do Morro dos Cavalos (Santa Catarina, Brésil), el ministro del Tribunal supremo federal (STF) Alexandre de Moraes coordinará una audiencia pública, este jueves 14 de diciembre.  La petición será enviada a los jueces y entregada a la Comisión GuaraniYvyrupa de São Paulo que estará presente en Brasilia. ¡Firmémosla!

Citoyens Solidaires Guarani
2,366 supporters
Update posted 3 months ago

Petition to La commission des droits de l'homme, L'organisation des nations-unies, Les citoyens du monde, Toute personne physique, HCDC

Exigez que les terroristes soient automatiquement déchus de leur nationalité!

Le terrorisme endémique gangrène le monde. Chacun d'entre nous est une victime potentielle et il serait inconscient de penser que cela ne peut arriver qu'aux autres.  Un ouvrier sur le chemin de son travail, une famille en vacances, un employé derrière son bureau, des adolescents assistant à un concert ou même un citoyen tranquillement assis sur son canapé sont devenus des cibles pour des fous furieux, pour la plupart délinquants et criminels avérés, pétris d'égocentrisme dont le seul désir est de passer l'éternité à déflorer des vierges consentantes.  Il est temps de refuser cette fatalité. Gerbes de fleurs, minutes de silences et drapeaux en berne ne suffisent pas. Dénonçons la barbarie et combattons-la avec l'unique langage qui ait encore cours en ce bas-monde: l'argent! Nerf de la guerre, refusons de dépenser le nôtre, l'argent de nos impôts pour défendre ces criminels. Signez pour une déchéance de nationalité automatique des terroristes! Plus d'ambassades ou consulats à solliciter, plus de dépenses pour leur défense sur nos deniers, plus d'allocations familiales ni d'aides sociales pour leurs proches. Refusons que notre argent soit dépensé pour des meurtriers.  Qu'il soit créé un statut d'apatride irrévocable, en dérogation de la Convention relative au statut des apatrides, adoptée le 28 septembre 1954 par une conférence de plénipotentiaires réunie en application des dispositions de la résolution 526 A (XVII)  du Conseil économique et social en date du 26 avril 1954 et entrée en vigueur : le 6 juin 1960, conformément aux dispositions de l'article 39 et notamment en dérogation de son article 7: Article 7. -- Dispense de réciprocité 1. Sous réserve des dispositions plus favorables prévues par cette Convention, tout Etat contractant accordera aux apatrides le régime qu'il accorde aux étrangers en général. 2. Après un délai de résidence de trois ans, tous les apatrides bénéficieront, sur le territoire des Etats contractants, de la dispense de réciprocité législative. 3. Tout Etat contractant continuera à accorder aux apatrides les droits et avantages auxquels ils pouvaient déjà prétendre, en l'absence de réciprocité, à la date d'entrée en vigueur de cette Convention pour ledit Etat. 4. Les Etats contractants envisageront avec bienveillance la possibilité d'accorder aux apatrides, en l'absence de réciprocité, des droits et des avantages outre ceux auxquels ils peuvent prétendre en vertu des paragraphes 2 et 3, ainsi que la possibilité de faire bénéficier de la dispense de réciprocité des apatrides qui ne remplissent pas les conditions visées aux paragraphes 2 et 3. 5. Les dispositions des paragraphes 2 et 3 ci-dessus s'appliquent aussi bien aux droits et avantages visés aux articles 13, 18, 19, 21 et 22 de cette Convention qu'aux droits et avantages qui ne sont pas prévus par elle.  Exigeons la déchéance de nationalité et l'abrogation immédiate de cet article 7 pour ces bourreaux de la liberté au nom de nos droits de l'homme à nous autres victimes! ENGLISH Endemic terrorism gangrene the world. Each of us is a potential victim and it would be unconscious to think that this can only happen to others.A worker on his way to work, a family on holiday, an employee behind his desk, teenagers attending a concert or even a quietly seated citizen sitting on his couch in front of a TV set have become targets for furious madmen, mostly common law self-centered criminals, whose only desire is to spend eternity deflowering consenting virgins.It is time to refuse this fatality. Flowerbeds, minutes of silences and flags at half-mast are not enough. Let us denounce barbarism and fight it with the only language that still exists in this world: money! Nerve of war, let us refuse to spend ours, the money of our taxes to defend these criminals.Sign for an automatic cancelation of nationality for terrorists! No more embassies or consulates to solicit, no more expenses for their defense on our moneys, no more family allowances or social benefits for their families. Let's deny that our money is spent on murderers.That an irrevocable stateless status be created as a derogation from the Convention relating to the Status of Stateless Persons, http://www.unhcr.org/protection/statelessness/3bbb25729/convention-relating-status-stateless-persons.html and especially cancel article 7 for them:Article 7. - Exemption from reciprocity1. Subject to the more favorable provisions of this Convention, a Contracting State shall accord to stateless persons the same treatment as is accorded to aliens generally.2. After a period of three years' residence, all stateless persons shall enjoy the exemption from legislative reciprocity in the territory of the Contracting States.3. Any Contracting State shall continue to grant to stateless persons the rights and benefits to which they may already be entitled, in the absence of reciprocity, on the date of entry into force of this Convention for that State.4. The Contracting States shall give sympathetic consideration to the possibility of granting stateless persons, in the absence of reciprocity, rights and benefits in addition to those to which they are entitled under paragraphs 2 and 3, Exemption from reciprocity for stateless persons who do not fulfill the conditions referred to in paragraphs 2 and 3.5. The provisions of paragraphs 2 and 3 above shall apply both to the rights and benefits referred to in Articles 13, 18, 19, 21 and 22 of this Convention and to the rights and benefits not provided for therein. Let us demand the forfeiture of nationality and the immediate abrogation of this Article 7 for these executioners of freedom in the name of our human rights to us victims!  

Laila WAHBI
2,464 supporters