Topic

déontologie

5 petitions

Update posted 2 days ago

Petition to Madame Agnès BUZYN Ministre des Solidarités et de la Santé

Pour que cesse l'ambiguïté des pratiques médicales

J'ai pris acte avec la plus grande satisfaction de la tribune écrite par 124 médecins à propos des médecines non conventionnelles. C'est probablement la première fois que des professionnels de santé passent outre collectivement à l'exigence de confraternité. Le moment est donc venu pour chacun de nous de prendre notre part à ce combat, car la santé n'est pas que l'affaire des médecins, c'est avant tout l'affaire des citoyens et des patients. Après plus de 25 ans d'études sur ces sujets controversés, l'écriture de trois livres, de nombreux articles, le passage dans de nombreux médias et les témoignages de multiples patients, je pense être autorisé à formuler quelques propositions simples, mais indispensables pour que les Français recouvrent la confiance dans la médecine scientifique. - Interdire strictement aux médecins de pratiquer des médecines non conventionnelles sous le couvert de leur diplôme Il faut impérativement faire cesser ce qui constitue un détournement de diplômes, car aucune médecine non conventionnelle ne fait partie du cursus normal des études médicales. Les patients l'ignorent le plus souvent! Le citoyen qui franchit le seuil d'un cabinet médical doit avoir la certitude qu'il sera soigné conformément aux données de la science. - Exiger de tous les médecins une participation réelle au service public de la santé A une époque où existent des déserts médicaux, il est inadmissible que des praticiens formés aux frais de l'État et payés par la collectivité sociale se consacrent à des pratiques illusoires qui n'ont jamais fourni la preuve de leur efficacité. - Tolérer les médecines non-conventionnelles sans pour autant les reconnaître Il n'est pas pour autant souhaitable de jeter l'opprobre sur les patients qui souhaitent utiliser des médecines non-conventionnelles auprès de praticiens non-médicaux ou à titre d'automédication familiale. Si ces pratiques leur donnent satisfaction, c'est qu'ils sont atteints de maladies qui guérissent spontanément et que l'intervention d'un médecin et la prescription de médicaments pas toujours anodins n'est sans doute pas souhaitable. Faisons leur confiance, si le soulagement ne vient pas, ils ne manqueront pas de se tourner rapidement vers la médecine scientifique. C'est ce qui se passe dans de nombreux pays sans provoquer la moindre hécatombe sanitaire. D'ailleurs, sur environ 400 médecines non-conventionnelles répertoriées seules moins d'une dizaine sont pratiqués par des médecins. Aucune ne doit l'être! Rien ne justifie cette différence! Faire en sorte que le patient fasse son choix dans la clarté. - Il faut prendre conscience que la pratique par des médecins de médecines non conventionnelles peut être dangereuse. Chaque fois que des conséquences dramatiques sont apparues, on a pu constater que c'est l'argument d'autorité du médecin et la confiance aveugle dans la possession d'un diplôme qui a amené le patient ou son entourage à persister dans son refus de la médecine scientifique. Madame la ministre vous avez su faire preuve d'un grand courage en résistant au lobby anti-vaccination. Vous vous honoreriez de poursuivre dans la même voie en faisant en sorte que la médecine retrouve le chemin de la science et le culte de la preuve que nous a légué Claude Bernard.

Jean BRISSONNET
188 supporters
Update posted 1 year ago

Petition to Emmanuel Hoog, Olivier Schrameck

Les médias doivent retrouver leur vraie place

Qui a pu échapper à la saturation a propos de l'affaire Fillon? Elle est évidemment choquante mais questionne sur le rôle et la place des médias. Cette pétition n'est pas un soutien envers François Fillon, elle a pour objectif d'interpeller les médias sur leur fonctionnement et leur faire prendre conscience que le fossé existant entre les médias et les Français et du même ordre que celui envers les politiques. En effet, ce n'est pas la première fois que les médias exploitent un sujet de manière totalement disproportionnée surfant sur la superficialité et le sentimentalisme général par calcul commercial ou politique. Cette dérive ne touche pas que les affaires mais tout ce qui peut trouver une résonnance dans la population: catastrophes, exploits, affaires...avec parfois une sélection peu objective ou orientée. Nous demandons aux médias de nous informer, de nous permettre de réfléchir. La liberté de la presse doit être  protégée mais à pour contre-partie la responsabilité c'est pourquoi Ils doivent garder une seine distance vis à vis de la vie politique et de la justice d'autant plus en période d'élection. Revenons à l''affaire Fillon. Elle révèle des pratiques choquantes, assimilables à du favoritisme et pour des niveaux de salaires importants.Sans chercher à relativiser, n'oublions pas qu'il est loin d'être le seul. Ces pratiques sont connues depuis longtemps et il est troublant qu'une affaire de ce type sorte à ce moment pour viser un candidat a l'élection présidentielle qui plus est l'un des favoris.Qui est à l'origine de cette tempête médiatique? Nous ne le savons pas pour l'instant mais il est clair que les médias s'en sont saisi avec délectation jusqu'à nous en saturer les oreilles. Pas sur qu'ils en sortent grandis. Au contraire, ils risquent  de creuser un peu plus le fossé entre les Français et la classe médiatico politique pour le plus grand bonheur de Marine Lepen. La liste des parlementaires employant des proches est facile à trouver tout comme celle de ceux ayant casé leur proches. Ces pratiques touchent aussi bien la droite que la gauche et doivent cesser car les personnalités publiques ont le devoir d'être exemplaire pour mériter notre confiance.  S'en prendre à cette pratique est très différent de cibler un homme et sa famille. L'éthique de responsabilité ou de conviction ne peuvent être appelé en renfort, il y a clairement une volonté de lui nuire, pas dans le fait d'interroger des faits mais dans la personnalisation excessive.Si François Fillon a commis des actes répréhensibles, il devra les assumer mais c'est à la justice de le dire. Les médias doivent nous informer quelque soit le sujet avec mesure, discernement et impartialité. C'est encore plus vrai des affaires qui visent des personnes ayant droit à la présomption d'innocence comme tout citoyen. Lorsqu'il s'agit de diffamation, les dégâts ne sont pas réparables, les médias doivent donc agir avec la plus grande vigilance mais nous informer malgré tout de cette affaire comme de toutes les autres et notamment de celles touchant Marine Lepen ou Emmanuel Macron...  J'en appelle donc à vous tous pour que nous mettions les médias face à leur responsabilité qui est de nous informer, de nous faire réfléchir pas de nous livrer du prêt à penser ou de se substituer à la justice. Aux médias de montrer l'exemple de la moralisation de leur activité, celle de la vie politique devra être l'un des chantier majeur du prochain quinquennat pour réconcilier les Français et leurs dirigeants. Que ce temps de campagne électorale soit un temps de débat de qualité, pas de règlement de compte, tel est l'enjeu du moment et cela dépend en parti du comportement des médias!  

Florent CARPENTIER
851 supporters