Topic

aquarius

2 petitions

Update posted 7 months ago

Petition to Emmanuel Macron, GERARD LARCHER, Richard FERRAND

Migrants : Un pavillon français pour l'Aquarius et un hot-spot protégé en France

Monsieur le président de la République, monsieur le président de l'Assemblée Nationale, monsieur le Président du Sénat. En 2015, il s'est produit en Europe ce que l'on a appelé une crise migratoire : plus d'1 million d'étrangers migrants sont arrivés en Europe, par différentes voies d'accès. Cette "crise" est derrière nous, puisque le nombre d'arrivées en Europe est revenu à un niveau voisin du niveau antérieur. Comme l'écrivent les conclusions du sommet européen du 28 juin 2018 (article 1) : " le nombre de franchissements illégaux des frontières de l'UE détectés a été réduit de 95 % par rapport au pic qu'il avait atteint en octobre 2015". Pourtant, des centaines de personnes continuent à se noyer en tentant de rejoindre l'Europe, notamment parce que les bateaux des ONG rencontrent de plus en plus d'obstacles à remplir leur mission humanitaire. " La mer Méditerranée a été "plus mortelle que jamais" pour les migrants au cours des premiers mois de 2018, plus de 1 600 personnes ayant trouvé la mort depuis le début de l'année" (rapport du HCR cité par Le Figaro, 3 sept. 2018). La Méditerranée, un des berceaux de notre civilisation, est devenue un cimetière. Nous nous sommes habitués à ne plus regarder les photos dramatiques, comme celle du petit Aylan échoué sur une plage, face contre le sable, le 3 septembre 2015. Pour autant, l'urgence humanitaire reste la même quel que soit le niveau numérique de ces arrivées de migrants. Et l'harmonisation européenne des politiques migratoires est au point mort, malgré les résolutions du Conseil européen qui a réuni les 27 dirigeants de l'UE à Bruxelles le 28 juin 2018. La France a été à l'origine d'une partie des préconisations retenues par ce Conseil Européen, notamment en proposant l'idée de plateformes de débarquement et de centres protégés d'accueil. Elle doit maintenant continuer à tracer la voie, parce qu'elle a vocation à jouer un rôle leader dans l'Union Européenne, ce qui est conforme et cohérent avec la politique que vous menez, monsieur le président de la République. La France le doit d'autant plus que, dans beaucoup de pays européens, sont arrivés au pouvoir des partis et des personnes qui menacent l'avenir même des valeurs européennes les plus essentielles.Enfin, nous savons que le nombre de bateaux d'ONG en Méditerranée a considérablement diminué et que plusieurs, tels l'Aquarius, voient leurs difficultés d'agir entravées par les refus d'accoster que leurs opposent certains pays, ou par la menace de perdre leur droit à naviguer. Les signataires de la présente pétition demandent deux choses : 1. l'engagement de la République française auprès des navires affrétés par les ONG pour secourir les femmes, les enfants et les hommes qui traversent la Méditerranée sur des embarcations de fortune, quels que soient leurs statuts, et quelles que soient les raisons qui les ont poussés à entreprendre cette traversée. Cet engagement de la république repose sur les principes humanitaires universels auxquels notre pays souscrit par de nombreux traités européens et internationaux, par sa constitution du 4 octobre 1958, et par toute son histoire et ses valeurs. Nous demandons à ce que ces navires affrétés par les ONG puissent accoster dans des ports français dès qu'ils le demandent, et que la République soutienne leurs efforts, y compris en accordant à ces navires de naviguer sous pavillon français. 2. l'ouverture sur le territoire métropolitain français d'une des plateformes régionales de débarquement prévues dans les conclusions du sommet européen du 28 juin, à l'article 5 des conclusions, et de l'un des centres contrôlés prévus à l'article 6 de ces mêmes conclusions. L'ouverture de ces structures ne peut pas être reportée au prétexte de l'attente d'accords plus complets de la Commission et du Conseil européens, tant nous savons que les conditions politiques d'obtention et de finalisation de tels accords sont illusoires. Il revient à la France de se comporter en la matière en "premier de cordée" de l'Union Européenne, de donner l'exemple et de tracer la voie. Des ONG, des associations, des élus ont déjà porté ces demandes. Nous, citoyennes et citoyens, affirmons notre soutien et notre désir de fraternité.En répondant clairement et rapidement à ces deux demandes, la France enverrait à toute l'Europe et au monde, un signal fort de sa détermination à faire vivre coûte que coûte le droit d'asile et les droits de l'homme, sa devise de fraternité universelle et sa détermination farouche à résister aux vents mauvais qui nous agressent.

Vincent CABANEL
227 supporters