Topic

alsace

4 petitions

Update posted 1 month ago

Petition to M. Nicolas Hulot, M. Roland Ries, M. Robert Herrmann, M. Pierre Coppey, M. Marc Bouron, Marc Papinutti, Michèle Pappalardo, Élisabeth Borne, Jean-Luc Marx, Yves Seguy

TOUS UNIS CONTRE LE GCO (Grand Contournement Ouest de Strasbourg)

Cette pétition appelle à la responsabilité et à la prise de conscience de la population alsacienne ! En signant ce texte, vous vous associez au collectif « GCO Non Merci »  pour réclamer le moratoire du Grand Contournement Ouest de Strasbourg en vue de son abandon à terme. Pourquoi ? - Parce qu'en contournant Strasbourg ce projet n'améliorerait en rien son accessibilité. Pire, il la dégraderait, - Parce qu’il serait néfaste du triple point de vue sanitaire, environnemental et économique. Les lignes suivantes en développent les raisons : Selon la conclusion du rapport de la commission d'enquête publique de 2007, « le désengorgement de Strasbourg n’est ni l’enjeu ni l’objectif du GCO ». Il ne ferait qu’accroître jour et nuit un trafic poids lourds entre le nord et le sud de l’Europe, traversant l’Alsace de part en part sans s’arrêter, à des conditions tarifaires bradées au regard de l’Allemagne *. Cette autoroute de 24 km serait inutile pour les usagers qui se rendent à Strasbourg ou trop coûteuse pour les particuliers qui en auraient l’usage (environ 220 Euros mensuels). Elle serait par contre une aubaine pour les poids lourds nord-sud européens qui réaliseraient une économie représentant jusqu'à 80 % pour les plus polluants par rapport à la Lkw Maut allemande. La seule étude sur la qualité de l’air disponible réalisée par l’ASPA pour évaluer l’impact polluant de cet ouvrage, atteste que l’ensemble de la région souffrira du dépassement des valeurs guides de l’OMS pour les particules fines et plus encore pour les ultra fines à l’origine d’une mort prématurée sur 6 dans le monde et de l’accroissement spectaculaire des AVC en Alsace, région de France la plus touchée par ce fléau. Comment ce couloir à poids lourds n’accroîtrait-il pas la pollution de manière considérable ? Par ailleurs, tout en bénéficiant d’un financement via un prêt de la Banque Européenne d’Investissement à hauteur de 280 millions d’Euros, les recettes  à percevoir de ce projet tomberaient pendant 54 ans à 100% dans l’escarcelle de Vinci. » C'est dans ce contexte délétère que l’Eurométropole accepte aux côtés de l’Etat de bétonner 300 ha de terres agricoles exceptionnelles en saccageant la beauté de paysages que les commanditaires du GCO tiennent pour rien, en proposant de pseudo compensations environnementales. Il est indispensable que vous preniez conscience du caractère fallacieux des informations officielles du même ordre que les fables rassurantes après la catastrophe de Tchernobyl. Les procédures réglementaires à caractère formel n’ont d’autre but que de mener ce projet à terme au profit de la multinationale VINCI quelles qu’en soient les conséquences. Compte tenu de l’état préoccupant du monde (la maison brûle -sic-), stopper ce projet dévastateur constitue une obligation vitale pour nous et les générations à venir. Repenser les transports au niveau européen, créer un RER départemental et une écotaxe dissuasive pour les poids lourds, réhabiliter le fret ferroviaire, améliorer les transports collectifs, promouvoir le covoiturage, développer le dernier kilomètre propre, rebasculer les crédits GCO sur des solutions pérennes et relocaliser la production agricole, conduiront plus utilement à réduire les nuisances pour tous et réduire les bouchons pour tous sans sacrifier le Kochersberg !" Pour signer cette pétition, rendez-vous en bas de page de votre navigateur Internet. Le Collectif GCO Non Merci, Strasbourg, le 22 décembre 2017 * Voir l'explication du couloir à poids lourds nord-sud Alsacien :https://gcononmerci.org/bon-a-savoir/gco-lalsace-couloir-a-camions/   ----------------------------------------------------------------------------------------- Texte original, avant mise à jour du 22/12/2017 :   Citoyens, éleveurs et agriculteurs, élus de tous bords, soyons tous unis contre le projet de Grand Contournement Ouest de Strasbourg ! Mais qu’est-ce que le GCO ? Le Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO), ou A355, ou COS, est un projet d’autoroute à péage de 2x2 voies et de 24 km de long, qui relierait Vendenheim au nord, à Duttlenheim au sud, en passant à toute proximité d’une grosse vingtaine de communes de la périphérie de Strasbourg. Sa réalisation a été confiée à ARCOS, une filiale du groupe de BTP Vinci. Les travaux préparatoires sur le terrain ont démarré fin 2016, et se poursuivent actuellement.ARCOS espère démarrer la construction de l'autoroute avant le 23 janvier 2018, date d'expiration de la Déclaration d'Utilité Publique délivrée le 24 janvier 2008. Plus d’info sur gcononmerci.org et www.developpement-durable.gouv.fr/Autoroute-de-contournement-ouest.htmlVisualisez une carte du possible GCO : https://goo.gl/sx4nR4 Le GCO : un partenariat public privé (PPP) complètement fou Fin janvier 2016, l’État concèdait au consortium ARCOS, porté par le groupe Vinci, une concession d’une durée de 54 ans, et cela sur la base d'un projet vieux de près de 40 ans ! Le constructeur injecterait 700 millions d’euros dans la construction de cette autoroute à péage de 24 kilomètres, soit pas loin de 30 millions d'euros par kilomètre !  Le remboursement de cette dette, alourdi des intérêts cumulés sur 54 ans, seraient supportés par nos générations futures au travers d'un péage. Une telle somme pour un projet dont l’efficacité ne serait que minime. Un projet dont l’enquête publique a conclu : “le désengorgement [de l’A35] n’est ni l’enjeu, ni l’objectif”. Un projet “privé” financé par l’aide publique !!! La Banque Européenne d’Investissement a jugé recevable la demande de Vinci d’obtenir un prêt public de 280 millions d’€ pour financer la construction du GCO (source BEI), et ceci dans le cadre d’un plan “Pour des routes et des autoroutes durables” ! Le financement du GCO ne serait donc pas 100% privé… Mais nous avons bon espoir que la BEI renonce à financer le projet. Alsace Nature a d'ailleurs formulé un recours dans ce sens, lequel doit être éxaminé prochainement par la BEI.Quoi qu'il en soit, les recettes et dividendes du GCO seraient bien 100% privées ! Les enjeux de la pollution et de l'accessibilité à Strasbourg Le collectif GCO Non Merci s’oppose depuis de très longues années à ce projet d’un autre temps. Ses membres, de simples citoyens, agriculteurs, élus locaux et des associations diverses s’efforcent de convaincre qu’avec la mise en service du GCO, la circulation et la pollution atmosphérique sur Strasbourg s'accentueraient… Davantage de routes, c’est aussi davantage de circulation, et donc de pollution. Le GCO serait un aspirateur à bouchons et à particules. La réalisation du GCO pourrait également entraîner à moyen terme la réalisation d'un nouvel axe autoroutier au nord de l'Alsace à travers la forêt du Bienwald dans le Palatinat (projet de transformation de la B9 allemande en autoroute du "Bienwald" : https://goo.gl/6YK3Vu) Visualisez l'interview de Dany Karcher, maire de Kolbsheim, qui vous fait visiter le parc du château de Kolbsheim. Des alternatives à ce projet existent. Elles ont déjà été proposées par GCO Non Merci et peuvent être rapidement mises en oeuvre (voir "10 propositions pour faire sauter les bouchons, le livret"). Nul besoin d’attendre 2020. Une atteinte irréversible à la nature et la biodiversité en Alsace ! Le GCO serait responsable de la destruction de milieux naturels précieux tels que la forêt de la Grittwald, de milieux humides le long de la Bruche, de bosquets dans le Kochersberg.Une telle atteinte serait un coup d'accélérateur vers la disparition de nombreuses espèces. Le Grand Hamster, une espèce très menacées, verrait ses derniers territoires largement amputés au profit du GCO. Cette infrastructure menacerait également le Crapaud Vert, mais aussi d'autres nombreuses espèces présentes en Alsace !En plus de la confiscation de près de 350 hectares, le GCO couperait également 6 corridors écologiques du Bas-Rhin !Le 20 septembre 2017, une action de désobéissance civile exemplaire a bloquée une première fois les tronçonneuses commanditées par ARCOS (voir photos ici : https://goo.gl/tJbr47) Une conviction sans faille Rejoignez ceux qui refusent d’abandonner ! Ensemble, réaffirmons notre opposition à une infrastructure délirante qui ne résoudrait en rien la problématique de l’accessibilité à Strasbourg, et encore moins celle de la pollution automobile, comme le laisse à penser certains responsables politiques. Face à une volonté farouche des porteurs du projet, aujourd'hui plus que jamais, nous avons besoin de vous ! Si vous aussi êtes sensibles à la préservation des terres agricoles, si vous êtes convaincus par l’inutilité de ce projet, si vous êtes tout simplement opposés au principe d’une concession de 54 ans et de son péage, si vous avez d'autres solutions à moins de 700 millions, alors affirmez votre refus du GCO et signez cette pétition ! Tous ensemble, demandons à nos décideurs d’en revenir à la raison et d’abandonner définitivement ce projet. Visualisez l'intervention de Maurice Wintz, Vice-Président d'Alsace Nature, lors des portes ouvertes au jardin du château de Kolbsheim le 18 décembre 2016. Agenda des actions Retrouvez toutes nos actions et manifestations sur le site du collectif GCO Non Merci  Soutenir GCO Non Merci Pour soutenir financièrement nos actions, vous pouvez faire un don sur la page HelloAsso Cabane Anti-GCO.

Julien WURTZ
7,413 supporters
This petition won 4 years ago

Petition to Emma Bonino, On. Emma Bonino

La culture italienne ne doit pas abandonner la capitale d'Europe. Non à la fermeture de l'Institut Culturel Italien de Strasbourg.

NOUS AVONS GAGNÉ ! - ABBIAMO VINTO     [La cultura italiana non deve abbandonare la capitale d’Europa.] [No alla chiusura dell’Istituto Italiano di Cultura di Strasburgo] [Versione italiana a seguire quella francese]   En 2014, l’Institut Culturel Italien devrait fêter ses 50 ans d’activité à Strasbourg et environs. Créé en 1952 - suite à l’accord bilatéral de 1949, dont les signataires étaient Robert Schuman pour la France et Carlo Sforza pour l'Italie, Ministres des Affaires Etrangères de leurs Pays respectifs - l'Istituto Italiano di Cultura a été inauguré officiellement en 1964. Malheureusement, une proposition émanant du Ministère italien des Affaires Etrangères italien risque de faire de transformer cet anniversaire  en une définitive fermeture. Cette proposition s’inscrit dans le cadre d’un programme de réorganisation du réseau des Instituts Culturels Italien et du corps  diplomatico-consulaire italien à l’Etranger. En France, plusieurs institutions italiennes sont concernées par ces mesures.  Une réorganisation qui donnera lieu à l’absence totale à Strasbourg d’institutions italiennes destinées au public et qui fera table rase d’un seul coup de 50 ans de travail aux côtés des « Strasbourgeois » provenant de tous pays passionnés d’Italie et autres partenaires français et étrangers. 50 ans pendant lesquels l’Institut a su nouer et consolider des liens forts avec les institutions administratives, culturelles, scientifiques, diplomatiques, scolaires et universitaires, en devenant rapidement  un interlocuteur privilégié. Strasbourg, étant capitale de l’Europe, cette fermeture pourrait être interprétée comme un manque d’intérêt de la part de l’Italie pour les cultures, les institutions et les peuples européens. La décision de fermeture, si elle s’avérait effective, pénaliserait avant tout Strasbourg et sa Région et surtout les amis de la culture et la langue italiennes qui perdraient un important repère pour une des cultures européennes parmi les plus appréciées en France. Compte tenu de la présence italienne qui ne cesse d’augmenter depuis plusieurs générations et de l'intérêt particulier des Français pour l'Italie, l’Alsace est une région où il serait préférable de renforcer les institutions italiennes que de les réduire.  ************************************************** Nel 2014 l’Istituto Italiano di Cultura di Strasburgo festeggerà i suoi 50 anni di attività. Creato nel 1952, in seguito all’accordo bilaterale del 1949 di cui furono signatari Robert Schuman per la Francia e Carlo Sforza per l’Italia (Ministri degli Affari Esteri dei rispettivi paesi), l’Istituto Italiano di Cultura é stato inaugurato ufficialmente nel 1964. Sfortunatamente una proposta del Ministero degli Affari Esteri italiano rischia di trasformare questo anniversario in una chiusura definitiva. Tale proposta si inscrive nel quadro di un programma di ristrutturazione della rete degli Istituti Italiani di Cultura e del corpo diplomatico-consolare italiano all’estero. In Francia, diverse istituzioni italiane sono oggetto di tali misure. Una riorganizzazione che darà luogo a Strasburgo all’assenza totale di istituzioni destinate al pubblico e che farà tabula rasa di 50 anni di lavoro accanto agli “Strasburghesi” originari di tanti paesi e appassionati dell’Italia e accanto ad altri partner francesi e non. 50 anni durante i quali l’Istituto ha saputo stringere e consolidare legami forti con le istituzioni amministrative, scientifiche, diplomatiche, scolari e universitarie, divenendo rapidamente un interlocutore privilegiato. Essendo Strasburgo la capitale d’Europa, questa chiusura potrebbe essere interpretata come un disinteresse dell’Italia per le culture, le istituzioni e i popoli europei. La decisione di chiusura, se dovesse essere confermata, penalizzerà innanzitutto Strasburgo e la sua regione e soprattutto gli amici della cultura e della lingua italiana che perderebbero un importante punto di riferimento per una delle culture europee più apprezzate in Francia. Tenuto conto della presenza italiana che continua ad aumentare da varie generazioni e dell’interesse specifico dei francesi per l’Italia, l’Alsazia é una regione in cui sarebbe preferibile rinforzare le istituzioni italiane piuttosto che ridurle.    

Amis de l'Institut Culturel Italien de Strasbourg
2,087 supporters