Topic

éducation

39 petitions

Update posted 2 months ago

Petition to Danielle Casanova,, Bruno Gilles,, Jean-Claude Gaudin

Des toits pour nos écoles !

Bonjour,  Je m'appelle Anne-Claire, je suis maman d'une petite fille qui vient d'avoir trois ans.  Elle est entrée à l’école en septembre à l’Ecole Saint Vincent de Paul, rue chape dans le 4ème. Elle était fière avec son sac chien, son doudou chat et sa gourde arc-en-ciel. La maîtresse est super, la cantine un peu moins mais qu’importe, elle a déjà plein de nouveaux copains dans sa classe. Sauf que depuis les grandes pluies du mois d'octobre, il pleut entre son dortoir et sa classe. Le matin l’équipe nettoie l’eau qui recouvre le sol et les plaques de faux plafonds tombent... Une inconcevable odeur de moisi empeste le dortoir.  C’était déjà arrivé l’année dernière nous dit-on, et l’année d’avant et encore d’avant. Les toits de deux écoles publiques marseillaises se sont déjà effondrés (Ecole Canet Jean Jaurès 14ème arrondissement et Ecole Bugeaud 2ème arrondissement), fort heureusement jusqu'à présent la catastrophe est arrivée le week-end, lorsqu’il n’y avait personne. Et si cela arrivait un jour d’école ? Nos enfants et ceux d'autres écoles à Marseille sont en danger.  Alors que dois-je répondre à ma fille quand elle me demande, « Maman, pourquoi ils ne veulent pas faire les travaux la Mairie ? » Alors je nous, je vous lance le défi, je suis convaincue qu’avec nos milliers de signatures de parents, d’amis, de marseillais, de citoyens d’ici et d’ailleurs, on réussira à obtenir un nouveau toit pour l’Ecole. A votre avis combien de signatures faut-il pour obtenir la réparation du toit pour l'Ecole Saint Vincent de Paul ?  Et combien de signatures faut-il pour obtenir la rénovation effective de toutes les écoles marseillaises qui en ont besoin ?   On y va ? Vous signez ? #DesToitsPourNosEcoles  Des liens pour comprendre et en savoir plus : https://marseille-contre-les-ppp.fr/le-cas-decole-saint-vincent-de-paul-ecole-publique/  https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/plafonds-ecole-maternelle-s-effondrent-marseille-1458341.html http://www.lamarseillaise.fr/marseille/flash/72774-marseille-un-nouveau-plafond-s-effondre-dans-une-ecole    

anneclaire GOSSELIN
8,466 supporters
Update posted 2 months ago

Petition to Emmanuel Macron

L’EDUCATION A L'ENVIRONNEMENT EST PRIORITAIRE SUR LE SERVICE NATIONAL UNIVERSEL !

Monsieur Emmanuel MACRON, Président de la République, Votre gouvernement veut mettre en place à partir de 2019, un service national universel obligatoire (S.N.U) (1) d’une durée d’un mois, pour les jeunes aux alentours de 16 ans. Au programme : des modules d'information, de formation et de mise en pratique sur la défense et la sécurité ainsi que deux semaines  consacrées à une mission d'intérêt général auprès des collectivités locales, d’associations ou de corps d’armée. Ce projet a déjà fait l’objet d’un désaccord de la part des principales organisations de jeunesse.(3) Au-delà du problème que pose la mise à disposition d’une main d’œuvre gratuite, ce S.N.U pose également un problème de choix de paradigme. Dans le Compte rendu du Conseil des ministres du 27 juin 2018 (4), il est dit que ce S.N.U  «sera l’aboutissement du parcours citoyen débuté à l’école primaire et poursuivi au collège …mis à profit pour prolonger la formation civique et la sensibilisation aux sujets de sécurité et de défense en vue d’accroître la résilience individuelle et collective....»  Le parcours citoyen dans les établissements scolaires (5) couvre 8 grands domaines de l'éducation à la citoyenneté, pour ne parler que de celui de l'éducation à l'Environnement (que nous préférons à celui de développement durable) (6), qui est pourtant une obligation depuis presque 13 ans, il n’a toujours pas décollé ! Au 1ER Juillet 2017 seulement 18 % d’écoles et établissements scolaires étaient labellisés E3D, (cette labellisation académique voulant dire que ces structures scolaires associent tous leurs intervenants : administration, enseignants, personnel, élèves, parents d'élèves, dans une démarche d’éducation à l'Environnement.) Ce faible résultat prouve que l’Education à l'Environnement est la grande oubliée de la politique de transition écologique, alors qu’elle est l’une des pièces maîtresses, pour ne pas dire la pierre angulaire, d’un changement que nous attendons tous. Notre planète est aujourd’hui à son point de rupture car des générations entières ont manqué d’une éducation solide à l’environnement, de ses connaissances et de ses valeurs de respect fondamentales. Cette éducation, ce n’est pas simplement apprendre aux enfants et aux étudiants à faire du recyclage  ou à consommer bio : c'est beaucoup plus que cela ! Dans les prescriptions de l’éducation nationale, celle ci se conçoit dans une démarche démocratique et se construit collectivement, en y associant les élèves, c'est le  chemin vers l'alternative à la société de consommation,  l'apprentissage de la culture de l’économie sociale et solidaire (E.S.S) grâce notamment aux partenariats que peuvent développer les structures scolaires avec des acteurs extérieurs qui oeuvrent dans le domaine de l’environnement. Il s'agit de former des éco citoyens responsables et solidaires ! L’Education à l'Environnement réclame  des moyens  importants et une formation des enseignants, le but de cette pétition est  de resituer les véritables priorités et urgences : NOTRE PLANETE SE MEURT. Il est du rôle de l’Etat, de prendre toutes les dispositions législatives et pédagogiques nécessaires pour favoriser la transition écologique, en commençant par là où elle doit commencer : L’EDUCATION. - Nous demandons le transfert du financement prévu pour le Service National Universel Obligatoire (estimé au bas coût à 2 à 3 milliards d’euros par an) à l'éducation à l'Environnement, dans toutes les écoles et les établissements scolaires; Ainsi qu’au développement de formations et de métiers éco-responsables. - Que la  Journée mondiale de l'environnement, célébrée le 5 juin soit l’occasion d’un grand rendez-vous citoyen et de dialogue territorial et Intergénérationnel dans tous les établissements scolaires ouverts aux familles, au public, à la presse, aux acteurs et aux experts de l’environnement, aux médias…Que la France ENTIERE puisse se retrouver pour un partage d’informations, de savoir-faire et de savoir-être. Votre gouvernement doit aider la jeune génération qui a déjà suffisamment de problèmes, sans en ajouter avec la gestion d’une planète dévastée par la pollution. Notre Charte de l’Environnement (7) qui a valeur constitutionnelle proclame à son Article 1er : « Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé. » Il est urgent de garantir ce droit à nos enfants.   (1)  https://www.gouvernement.fr/qu-est-ce-que-le-service-national-universel-snu (2)  https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/ArticlesImpression&cid=1250281507389 (3)  https://www.lejdd.fr/politique/15-organisations-de-jeunesse-sopposent-a-un-service-national-universel-obligatoire-3670232 (4)  https://www.gouvernement.fr/conseil-des-ministres/2018-06-27/les-grands-principes-du-service-national-universel (5)  http://eduscol.education.fr/cid107463/le-parcours-citoyen-eleve.html (6) https://www.monde-diplomatique.fr/publications/manuel_d_economie_critique/a57054 (7)  https://www.conseil-constitutionnel.fr/le-bloc-de-constitutionnalite/charte-de-l-environnement-de-2004

myriam ALDERTON
2,397 supporters
Update posted 2 months ago

Petition to Doug Ford, Caroline Mulroney, vic fedeli, merrilee fullerton, Amanda Simard

Rétablissez nos acquis! / Restore franco-ontarian acquired rights!

[English version follows] RÉTABLISSEZ NOS ACQUIS! Orléans (Ontario), vendredi 16 novembre 2018. L'énoncé économique présenté par le gouvernement provincial de Doug Ford le 15 novembre 2018 a aboli le Commissariat aux services en français et l'Université de l'Ontario français. Deux acquis et piliers de la communauté franco-ontarienne disparaissent et cette dernière prend un grand recul dans son destin et son développement. ATTENDU que la présence francophone en Ontario remonte à plus de 400 ans. ATTENDU que le gouvernement de l'Ontario a présenté des excuses officielles en 2016 pour les torts causés à la communauté franco-ontarienne lors de la crise du Règlement XVII (1912-1927). ATTENDU que la fondation d'une université de langue française en Ontario est réclamée par la communauté franco-ontarienne depuis des décennies. ATTENDU que la recommandation principale des États généraux communautaires sur le postsecondaire en Ontario français de 2013 était la fondation d'une université de langue française en Ontario. ATTENDU que les Franco-Ontarien.ne.s sont en droit d'étudier dans leur langue dans des institutions qui les rassemblent et ressemblent et que la création de l'Université de l'Ontario français se veut le parachèvement de ce droit. ATTENDU que la communauté franco-ontarienne est en droit se doter d'outils collectifs afin d'assurer sa pérennité et son développement. ATTENDU que la Loi sur les services en français, adoptée à l'unanimité par l'Assemblée législative de l'Ontario en 1986, jouit d'un statut quasi-constitutionnel. ATTENDU que le Commissariat aux services en français se dotait de son mandat avec rigueur et professionnalisme depuis sa fondation en 2007. ATTENDU que le Commissaire aux services en français est un officier indépendant de l'Assemblée législative de l'Ontario depuis le 1er janvier 2014. ATTENDU que l'indépendance du commissaire, doté d'un pouvoir d'enquête, permettait d'assurer une supervision de l'application de la Loi sur les services en français et offrait un recours aux Franco-Ontarien.ne.s lorsque cette loi était bafouée par les instances gouvernementales et les organismes désignés. Les signataires de cette pétition réclament que le Commissariat aux services en français de l'Ontario et l'Université de l'Ontario français soient rétablis sur-le-champ. Les cosignataires principaux : Diego Elizondo (Orléans), Claire Dutrisac (Ottawa) et Éric Desrochers (Ajax).  *** RESTORE FRANCO-ONTARIAN ACQUIRED RIGHTS! The economic statement presented by Doug Ford’s provincial government on November 15th, 2018 abolished the Office of the French Language Services Commissioner and the Université de l’Ontario français. Two achievements and pillars of the Franco-Ontarian community are disappearing, a huge setback in that community’s future and development. WHEREAS the francophone presence in Ontario goes back more than 400 years. WHEREAS the Government of Ontario has formally apologized in 2016 for the harm done to the Franco-Ontarian community during the Regulation XVII (1912-1927) crisis. WHEREAS the Franco-Ontarian community has been calling for the creation of a French-language university in Ontario for decades. WHEREAS the main recommendation of the 2013 community-led États généraux sur le postsecondaire en Ontario français was the creation of a French-language university in Ontario. WHEREAS Franco-Ontarians have the right to be educated in their own language in institutions that unite them and that the creation of the Université de l’Ontario français is intended to meet that objective. WHEREAS the Franco-Ontarian community has the right to develop the community tools it requires to ensure its sustainability and development. WHEREAS the French Language Services Act, unanimously passed by the Legislative Assembly of Ontario in 1986, was given quasi constitutional status. WHEREAS the Office of the French Language Services Commissioner has been working scrupulously and with great professionalism since it was founded in 2007. WHEREAS the French Language Services Commissioner has been an independent officer of the Legislative Assembly of Ontario since January 1, 2014. WHEREAS the independence of the Commissioner, with the power to investigate, provided an oversight of the application of the French Language Services Act and provided a recourse to Franco-Ontarians when this Act was flouted by the government and designated agencies. The signatories of this petition demand that the Office of the French Language Services Commissioner of Ontario and the Université de l’Ontario français be reinstated immediately. Principal co-signers: Diego Elizondo (Orléans), Claire Dutrisac (Ottawa) and Éric Desrochers (Ajax)

Diego ELIZONDO
26,605 supporters