Topic

écologie

13 petitions

Started 2 weeks ago

Petition to Mme Ursula Von der Leyen, M. David Sassoli, M. Koen Lenaerts, Donald Tusk

ÇA SUFFIT ! L’Europe doit protéger son patrimoine culturel et naturel face aux éoliennes !

I. UN CONSTAT ACCABLANT  Il faudrait être de mauvaise foi pour ne pas voir que les paysages, l'environnement  et le patrimoine culturel des pays d'Europe sont en train d'être détériorés de manière inquiétante.  En effet, l'Union européenne (UE), ses institutions et ses Etats membres ont accéléré le développement des éoliennes industrielles géantes en Europe. En favorisant l'économie et les intérêts de la puissante industrie de l'éolien, publique et privée, ils ont sacrifié le patrimoine culturel, naturel et paysager.  Pourtant, cette énergie n'engrange pas de résultat satisfaisant contre le réchauffement climatique. En effet, comme les éoliennes sont intermittentes, elles doivent être ainsi relayées en cas d'absence de vent par d'autres énergies émettrices de dioxyde de carbone (Co2). Et ces émissions de Co2 accélèrent le réchauffement de la planète.  II. DES CONSÉQUENCES DEFINITIVES  En matière d'environnement, les éoliennes détruisent à jamais les sols et la biodiversité . Les tonnes de béton (1 500 par pylône soit une petite maison) et les tiges métalliques implantées dans les terres pour implanter chaque mât rendent les sols stériles. Leurs structures ne sont pas recyclables et malgré les promesses non tenues des promoteurs publics et privés, on stocke ou on enterre les pylônes et les pales périmés dans la terre.  En outre, les "terres rares", ces métaux qui servent à armer les génératrices,  sont importées de Chine où des travailleurs, non protégés par le droit du travail et exploités, s'empoisonnent à extraire ces matières premières.  "Ils servent aussi à fabriquer des téléphones portables" nous dit le lobby éolien pour se défausser. Très bien mais contrairement aux promoteurs des éoliennes, aucun fabriquant de SmartPhones n'a jamais osé dire qu'ils étaient écologiques.  https://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/chine-monopole-production-terres-rares-51380/ Concernant le patrimoine culturel, religieux, profane et paysager, l'outrage est manifeste et malheureusement durable.  Les éoliennes défigurent pour toujours les patrimoines paysagers, historiques et religieux européens uniques au monde et façonnés par l'Histoire. On construit ainsi des usines d'éoliennes de 180 mètres de haut aux portes de de nos cathédrales gothiques, de nos églises romanes, de nos phares, de nos montagnes, de nos estuaires et de nos châteaux.  https://france3-regions.francetvinfo.fr/centre-val-de-loire/eure-et-loir/chartres/chartres-plus-150-personnes-reunis-devant-cathedrale-lutter-contre-installation-parcs-eoliens-1725923.html Même le classement d'un site ou monument au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l’UNESCO n'est plus un frein à ces injures faites à la culture qui constitue notre identité commune.  https://www.demeure-historique.org/politique/patrimoine-face-a-leolien/ Dans ces deux cas de figure, le droit européen, faible, lacunaire et influencé dans ce sens par des groupes d'intérêts très actifs auprès de la Commission européenne et des eurodéputés , n' a pas pu réguler la construction d'éoliennes.  III. DES VIOLATIONS CONSTANTES DU DROIT  Comme dans une société sans loi, ces politiques publiques européennes et nationales ont été mises en oeuvre en violation des quelques règles européennes de protection de l'environnement, de la biodiversité et du patrimoine culturel.  Ce droit européen, qui aurait du servir de bouclier conforment aux traités fondateurs de l'Union européenne, a inversement servi de moteur et de prétexte à l'Union européenne, aux Gouvernements et aux Parlements des Etats membres pour affaiblir les lois nationales de protection de l'environnement. Peu à peu, des lois ont été suggérées par les représentants des intérêts de l'éolien par des groupes de pression à un personnel politique pressé d'agir sous la pression de deux intérêts : l'abandon ou la baisse de l'énergie nucléaire et la menace de réchauffement climatique qui, pourtant, n'est pas réglée par les éoliennes car elles fabriquent du Co2 par ricochet.  Bref, c'est un processus inacceptable pour nos démocraties européennes et sans contre-pouvoir qui s'est mis en place.  Désormais, dans certains Etats comme en France, les recours des ONG contre les projets d'usines éoliennes sont privés des règles d'accès à la Justice. En effet, elles ont été "simplifiées" mais pour accélérer l'appétit de compagnies commercialisant les éoliennes et au préjudice du droit des citoyens d'avoir accès à un procès équitable. Ainsi, la contestation d'un projet éolien n'est plus fait devant le tribunal administratif et la cour administrative d'appel mais uniquement devant la Cour d'appel où le ministère d'avocat est obligatoire. Pour nous, cette simplification du droit procédural est contraire à la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'Homme.  Pourtant, l'article 37 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne ne stipule-t-elle  pas que : "Un niveau élevé de protection de l’environnement et l’amélioration de sa qualité doivent être intégrés dans les politiques de l’Union et assurés conformément au principe du développement durable". https://www.europarl.europa.eu/charter/pdf/text_fr.pdf IV. NOS EXIGENCES CLAIRES, ACCESSIBLES ET NON NÉGOCIABLES  Pour ces raisons, Nous, Nathalie, Djamel, Alina, Oskar, Zoé, Nicolas, Leonor, Andrea, Louise, Quentin, citoyens européens d'Autriche, de Belgique, d'Espagne, de France, de Grèce d’Italie et soutenus par des centaines de citoyens européens d'autres Etats membres, exigeons d'urgence des présidents de la Commission européenne, du Conseil de l'Union européenne, du Parlement européen et de la Cour de justice de l'Union européennes qu'ils :  1) Mettent un terme à ces violations continues du droit européen de l'environnement et qu'ils interdisent la construction d’éoliennes dans les forêts, les sites naturels classés "Natura 2000" et les zones humides d'importance majeure.   2) Prescrivent, par le biais d'une nouvelle directive européenne, que la construction de toute éolienne est interdite à l'intérieur d'un rayon d'au moins 20 kilomètres autour de tout bâtiment classé "Monument historique" et sous réserve que les aérogénérateurs ne soient pas visibles du site 3) Révisent d'urgence ces politiques énergétiques européennes qui ne règlent pas la question du réchauffement climatique mais nuisent durablement à l'environnement des habitants de l'Union européenne et polluent de manière irrémédiable les sols   4) Mettent en place un Fonds européen d'indemnisation pour les dommages sanitaires, culturels et environnementaux qui sont causés par les éoliennes et qui le seront toujours plus dans un avenir proche.  V. NOTRE MISE EN GARDE POUR L'AVENIR  Sachez-le, Madame la Président de la Commission européenne, Monsieur le président du Conseil européen, M. le président du Parlement européens, vous les eurodéputés et M. le président de la Cour de justice de l'Union européenne, la crise inédite et durable que traverse l'Union européenne et ses institutions ne sera jamais réglée si les intérêts économiques de certains continuent à balayer le droit, l'accès à la justice, l'environnement, la biodiversité et le patrimoine paysager, le patrimoine historique, religieux, profane et culturel de l'Europe. En ces temps incertains, ces patrimoines constituent l’un des derniers ciments de cette union sans cesse plus étroite entre les peuples européens. La méconnaître pourrait malheureusement faire voler en éclats cette fragile mosaïque.                                                                     *** These last years, the European Union (EU) has accelerated the development of Giant Wind Turbines and the Wind Turbines Industry's economy in flagrant violation of fundamental rules for the protection of the environment, biodiversity, landscapes and European heritage. European norms, instead of protecting our common values, have contributed to weakening national laws in this area. We, Alina, Djamel, Nathalie, Oskar, Athina, Nicolas, Leonor, Andrea, Louise, Quentin and thousands of European citizens, are watching the construction of industrial wind turbines around Europe without any support from Law.  However, this energy, which has no positive results against global warming, destroys forever the soil, the biodiversity, the environment and affects the European landscapes and heritage. Consequently and taking into account the emergency, We call on the European Union political, legislative and judicial bodies to urgently review these policies and obsolete laws and create the European legislative rules in order to : 1) Put an end to such violations of Law 2) To review these European Policies that are more based on profits that the interests of the European Citizens and the protection of environment, biodiversity and cultural heritage  AND 2) To prevent an ecological, financial and health scourge that will strike all European Union Member States in the years to come with damages that will be impossible to repair as well as compensate.      

Sauvegarde de l'environnement et du patrimoine de l'Europe
846 supporters
Update posted 3 weeks ago

Petition to Emmanuel Macron, Edouard Philippe, GERARD LARCHER, Richard FERRAND

Déclarons l'Urgence Écologique et Climatique ! #Allinforclimateaction

Cette pétition fait partie du mouvement international #Allinforclimateaction. A Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Président du Sénat, Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale Messieurs, Vous avez l’honneur et la responsabilité d’être à la tête de notre pays à l’heure où l’humanité fait face à la pire menace de son histoire. À vrai dire, pour retrouver trace d’une crise de cette ampleur, il faut remonter quelques millions d’années en arrière, bien avant qu’Homo Sapiens ne foule le sol de la Terre. C’est de notre survie, et de celle de millions d’espèces qui peuplent cette planète, qu’il s’agit. Aucun chef d’État, aucun responsable politique, n’a, de toute l’histoire de l’humanité, eu à exercer dans des circonstances aussi décisives et aussi dramatiques. Qu’il s’agisse du climat ou de la biodiversité, nos scientifiques sont à la tâche, pour observer, comprendre, évaluer, mettre en garde et alerter. GIEC, IPBES, leur message ne pourrait être plus clair : l’humanité est responsable d’un dérèglement climatique et d’une chute de la biodiversité d’une ampleur qui menace de crise grave ou d’extinction, dans les prochaines décennies, de millions d’espèces, dont la nôtre. Il y a quelques mois, au lendemain de la démission de Nicolas Hulot, j’ai lancé un appel intitulé « Non, Monsieur Hulot, vous n’êtes pas seul ». Je ne pouvais pas me résoudre à l’impuissance et à l’inaction. Près de 150 000 personnes ont rejoint cet appel, des personnes conscientes de la gravité de la crise écologique, et prêtes à se mobiliser pour changer. De cet appel est né le collectif Un Climat de Changement, qui a contribué, parmi bien d’autres groupes, à l’élan citoyen qui se manifeste en France depuis, à travers les marches, les pétitions, les actions, les tribunes, et d'innombrables initiatives. Cet élan ne cesse de s’amplifier, et nous sommes nombreux à prendre notre part de responsabilité et à être prêts à des changements radicaux. Mais ce n’est pas suffisant, et aujourd’hui, nous nous tournons vers vous pour sonner à nouveau l’alarme : la crise écologique en cours mérite une mobilisation sans précédent. Toute notre action, en premier lieu la vôtre, en tant que responsables politiques, doit être tendue vers les objectifs de limiter la catastrophe et nous y préparer. Il nous reste très peu de temps. Nous vous appelons donc : À déclarer solennellement, devant la Nation, l’Urgence Écologique et Climatique. À dire la vérité à nos concitoyens : à quelles menaces faisons-nous face, à quelle échéance ? Qu’est-ce que cela implique dans nos façons de vivre, d’être au Monde ? À ne prendre plus aucune décision incompatible avec ces objectifs. A revenir sur les décisions passées qui sont contradictoires avec ceux-ci. À reconnaître le crime d’écocide en droit pénal français et à faire condamner les atteintes à l’environnement, pour lutter contre l’impunité vis à vis des actes de destruction de la nature et de la biodiversité. Messieurs, l’urgence est absolue. Nous n’avons plus le temps, et nous n’avons plus le droit de faillir. C’est le combat de notre génération, c’est le combat de tous les Vivants. Le Royaume-Uni l’a fait le 1er mai. (https://metro.co.uk/2019/05/01/mps-declare-climate-emergency-calling-government-act-9378336/). L’Irlande lui a emboîté le pas le 9 mai (https://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/10/apres-le-royaume-uni-le-parlement-irlandais-declare-a-son-tour-l-urgence-climatique_5460459_3210.html). Ne tardons pas à les imiter ! Cet appel a été initité par Un Climat de Changement, collectif des signataires de la pétition « Non, Monsieur Hulot, vous n’êtes pas seul », qui travaille depuis plusieurs mois à informer, sensibiliser, interpeler au sujet de la gravité des enjeux écologiques. Je tiens à remercier tous les membres du collectif pour leur soutien et leurs suggestions ! Ils soutiennent l'appel ! Boycott Citoyen United4Earth Little Citizens for Climate Unis pour le Climat Citoyens pour le Climat RESPIRE Parents for Future Tous Unis avec Nicolas Hulot Résistance Climatique

Mathieu HESTIN
164,843 supporters
Started 4 weeks ago

Petition to Michèle Lutz

Luttez contre la fermeture du Parking de la Fonderie (200+ places perdues)

Signez cette pétition, afin d'alerter la municipalité de cette situation intenable !  La Mairie de Mulhouse a autorisé la construction d'un complexe immobilier, à l'emplacement de l'ancien parking, supprimant ainsi plus de 200 places, dans un quartier où se mêlent riverains, patients et visiteurs de la clinique du diaconat, étudiants et personnels du campus de la FSESJ. Mises au courant de la situation au cours de l'été, l'Association Des Etudiants de la Fonderie, et les associations signataires du campus, ont décidé de mettre en oeuvre tous les moyens à leur disposition pour s'y opposer.Il convient de préciser que les étudiants et les associations qui les représentent sont très concernés par la cause environnementale et mènent ou participent régulièrement à des évènements en vue de sensibiliser, réduire ou réparer les dégâts causés à notre planète. Dans cette optique, la volonté municipale de réduire l'empreinte carbone du parc automobile est pour le moins nécessaire et saluée par les étudiants de la Fonderie, toutefois et comme il en a été discuté avec la Présidence de l'Université de Haute Alsace, les moyens de transports alternatifs proposés ne sont pas suffisants, tant au niveau municipal que départemental. Aujourd'hui, une partie de la population étudiante provient des communes de la M2A voir de plus loin, ainsi, il est malaisé d'utiliser les transports en commun lorsque l'on habite à Wittenheim, Habsheim, Blotzheim, Walheim, et très difficile lorsque l'on vient de Guebwiller, Thann, Burnhaupt, Kembs ou encore Ensisheim. En effet le réseau ferré et la flotte de bus ne permettent pas de pallier aux besoins. Quelles solutions pour ces étudiants, dont l'utilisation de la voiture est presque obligatoire ?   Signez cette pétition, afin d'alerter la municipalité de cette situation intenable ! 

Association Des Etudiants de la Fonderie
4,583 supporters
Started 6 months ago

Petition to P.-A. Hildbrand, municipal de Lausanne responsable de la sécurité, N. Litzistorf, municipale de Lausanne chargée de l’environnement, P. Bruttin, premier président du tribunal de Lausanne, C. Schulz, première greffière du tribunal de Lausanne, T. Thiam, PDG de Crédit Suisse, T. Brandli, avocat de Crédit Suisse, roger federer, Laurence Boillat, procureure, C. Weil, greffière

Pas de criminalisation de l'engagement écologique

Avertissement : l'argent donné sur cette pétition revient à change.org et n'est pas pour soutenir le mouvement écologique. Nous avons lancé une cagnotte pour cela. Warning : the money given on this petition goes to change.org and is not to support the environmental movement. We have launched a crowfunding for this. –– English below ––   20'000 francs d'amende pour avoir dénoncé les investissements de Crédit Suisse  Le 22 novembre 2018 un groupe d’une trentaine de personnes déguisées en joueur·s·e·s de tennis a fait irruption dans les locaux lausannois du Crédit Suisse pour une occupation pacifique d'une heure et demie. Au même moment des actions similaires avaient lieu dans les locaux genevois et bâlois de la banque. Pendant ce court laps de temps la banque fut le théâtre d’un simulacre de partie de tennis visant à dénoncer l’hypocrisie d’un établissement qui s’associe par son marketing à l’image positive véhiculée par le personnage de Roger Federer tout en participant sans vergogne à la destruction de notre environnement. Aujourd’hui, cette action menace de nous coûter la somme totale de 21'600 CHF.  Vous vous trompez de coupables  Les investissements de la finance suisse sont responsables de dix fois plus d’émissions de CO2 que la population suisse. Le Crédit Suisse, notamment, finance le réchauffement climatique à travers son investissement dans le secteur de l’énergie fossile. Entre 2015 et 2017 la banque a investi 7 milliards de dollars dans le secteur du fossile extrême (centrale à charbon, sables bitumineux, pétrole arctique, fracking, etc.) C’est pour ces raisons et du fait du manque global de transparence de cette institution que nous avons décidé d’en occuper les locaux et c’est pour interpeller Roger Federer dont la notoriété est instrumentalisée pour présenter une image positive de la banque que nous nous sommes déguisé·e·s en joueur·euse·s de tennis en adoptant le slogan « Si Roger savait ». Des peines injustifiées Chaque militant·e impliqué·e dans le sit-in a été condamné·e à 600 CHF d’amende ferme, convertible en 20 jours de prison, ainsi qu’à 30 jours-amendes (soit 900 CHF) avec un sursis de deux ans et une inscription au casier judiciaire. Aux condamnations pour violation de domicile, refus d'obéir et manifestation non autorisée s'ajoute les frais de justice s'élevant déjà à 2'500 CHF. Et ce pour être resté assis pendant 1h30 dans les locaux d’une banque aux agissements tragiquement destructeurs. Nous refuserons de payer cette amende et sommes ainsi prêt·e·s à aller jusqu'en prison pour dénoncer l'absurdité de ces peines. A Genève, un militant est menacé de plus de 1'000 CHF d'amende et de frais pour avoir apposé une main rouge sur la façade de la même agence bancaire. La lutte continue Nous avons fait opposition et aurons donc droit à un procès public. Nous dénonçons ces condamnations disproportionnées et la justice inadaptée aux enjeux actuels. La défense s'organise : un collectif d'avocat·e·s est en train de se constituer, des personnalités telles que le prix Nobel Jacques Dubochet et le professeur Dominique Bourg nous soutiennent. Nous avons besoin de lois pour encadrer les investissements des banques, pas pour réprimer les personnes qui s'engagent pour le bien commun et un avenir vivable ! Nous appelons la municipalité à prendre position en notre faveur quant à la répression de ces actions éminemment politiques. Nous appelons les magistrat·e·s du tribunal de Lausanne à réellement exercer leur fonction, celle de faire prévaloir la justice. Acquittez-nous.  Nous exigeons que Crédit Suisse retire sa plainte. Faites le choix de vous engager pour notre avenir en désinvestissant des énergies fossiles plutôt que de jeter la jeunesse en prison. Roger Federer, soyez à la hauteur de votre réputation. Refusez de laisser votre image être associée à cette banque aux agissements déplorables. La vidéo de l'action. Vous pouvez nous soutenir en participant à notre cagnotte. Retrouvez-nous et restez informé·e sur notre page facebook ! La presse parle de nous : le Courrier, 24 heures, 20 minutes        –––––––––––– ENGLISH ––––––––––––   20,000 CHF for reporting Credit Suisse's investments On November 22, 2018, a group of about thirty people dressed up as tennis players broke into the Lausanne premises of Credit Suisse for a peaceful one-and-a-half hour occupation. At the same time, similar actions were taking place in the bank's Geneva and Basel offices. During this short period of time, the bank was the stage of a playful tennis match aimed at denouncing the hypocrisy of an establishment that, through its marketing strategy, associates itself with the positive image conveyed by tennis player Roger Federer's character, while simultaneously shamelessly contributing to the destruction of our environment. Today, this action threatens to cost us a total of CHF 21,600. You've got the wrong people to blame Swiss financial investments are responsible for 10 times more CO2 emissions than the Swiss population. Credit Suisse, in particular, finances global warming through its investments in various fossil fuel sectors. Between 2015 and 2017, the bank invested 7 billion dollars in the extreme fossil sector (coal-fired power plant, oil sand, Arctic oil, fracking, etc.). It is for these reasons, and because of the overall lack of transparency of this institution, that we decided to occupy its premises, and it is to call on Roger Federer, whose reputation is instrumentalised to present a positive image of the bank, that we disguised ourselves as tennis players by adopting the slogan "If Roger knew". Unjustified penalties Each activist involved in the sit-in was sentenced to a fixed fine of CHF 600 (convertible into 20 days' imprisonment), as well as a 30-day fine (amounting to CHF 900) with a two-year stay (and a criminal record). In addition to the convictions for home invasion, refusal to obey and unauthorised demonstration, there are already legal costs of CHF 2,500. All this for having remained seated for 1h30 in the premises of a bank with tragically destructive acts and policies. We will refuse to pay this fine and are therefore prepared to go as far as prison to denounce the absurdity of these sentences. Simultaneously in Geneva, an activist is threatened with a fine and costs of more than CHF 1,000 for having affixed a red hand on the front of the same bank. The struggle continues We have opposed this sentence and will therefore be called to a public trial. We denounce these disproportionate sentences and the justice system's inadequacy to deal with the issue. The defence is getting organized : a collective of lawyers is being formed, personalities such as the Nobel Prize winner Jacques Dubochet and Professor Dominique Bourg are openly supporting us. We need laws to regulate bank investments, not to repress people committed to the common good and a liveable future! We call on the municipality to take a stand in our favour regarding the repression of these eminently political actions. We call on the judges of the Lausanne court to really exercise their function, that of ensuring that justice prevails. Acquit us. We demand that Credit Suisse withdraw its complaint. Make the choice to commit to our future by disinvesting from fossil fuels rather than throwing youths in jail. Roger Federer, live up to your reputation. Refuse to let your image be associated with this appallingly behaving bank.

LAC LAUSANNE ACTION CLIMAT
5,074 supporters