Petition Closed
Petitioning ASSEMBLEE NATIONALE FRANCE DEPUTES

CENTRALE NUCLÉAIRE DE FESSENHEIM-FRANCE, DEMANDE D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE

(photo du haut, chez moi au milieu des arbres, forêt classée « Natura 2000 » au titre des sites naturels européens identifiés pour leur rareté et la fragilité des espèces sauvages animales ou végétales, située à quelques kilomètres de la centrale nucléaire de Fessenheim, dans la zone d'évacuation en cas d'accident nucléaire majeur).

Foto oben: Der Wald bei mir zuhause, der - eingestuft als "Natura 2000", eine Einstufung für europäische Naturlandschaften, die wegen der Seltenheit der in ihnen lebenden Pflanzen- und Tierarten einmalig und schützenswert sind - nur einige Kilometer vom AKW Fessenheim entfernt und der im Falle eines "größeren Atomstörfalles" mitten in der Evakuierungszone liegt.

(TOP PHOTO MY HOUSE IN THE FOREST NEAR NUCLEAR POWER PLANT)

                         -DEUTSCHE VERSION BELOW-

                           -ENGLISH VERSION BELOW-

------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour.

Des médias allemands (Süddeutsche Zeitung et WDR) ont révélé le vendredi 4 mars 2016 qu'un réacteur de la doyenne des centrales nucléaires françaises avait été hors de contrôle le 9 avril 2014 et qu'EDF avait dû procéder à son arrêt d'urgence à l'aide d'un produit chimique (bore), procédure à ce jour jamais utilisée dans une centrale nucléaire en Europe selon l'expert allemand Manfred Mertins.

Le Maire de Fessenheim en charge de la sécurité sur le territoire de sa commune a déclaré à l'AFP que l’événement était «un petit incident de rien du tout », interview diffusée par le journal l'Express le 11 mars 2016 et sur la chaine de télévision d'information en continue BFMTV. (lien interview : https://youtu.be/kZeVrUhnYRQ)

 EDF et l'ASN indiquent que l'incident du 9 avril 2014 n'a rien d'anormal alors que les médias allemands (Süddeutsche Zeitung et WDR) parlent d'une succession de défaillances techniques dans la gestion de la crise ce jour là au sein de la centrale nucléaire de Fessenheim qui ont conduit à la perte de contrôle d'un réacteur et à la décision de procéder à son arrêt d'urgence par l'injection de bore.

L'expert allemand du nucléaire Manfred Mertins indique que c'est la première fois qu'on utilisait du bore dans une centrale nucléaire en Europe montrant ainsi que l'arrêt du réacteur atomique n'était plus possible autrement.

 Désormais seule une enquête parlementaire française peut permettre de savoir ce qui s'est réellement passé à la centrale nucléaire de Fessenheim le 9 avril 2014. Cette enquête devra notamment répondre à trois questions:

 1/ Quels sont les événements qui ont conduit le 9 avril 2014 à la perte de contrôle du réacteur atomique et quelle procédure a été enclenchée pour gérer la situation de crise et notamment le recours inédit à l'usage de bore pour procéder à l'arrêt d'urgence du réacteur nucléaire?

 2/ Pourquoi l'utilisation du produit chimique utilisé pour procéder à l'arrêt d'urgence du réacteur nucléaire n'a pas été consigné dans le compte rendu de l'incident par le gestionnaire de la centrale nucléaire de Fesssenheim le 9 avril 2014 ?

3/ Pourquoi la procédure normale d'arrêt d'urgence d'un réacteur nucléaire, lâcher des barres de contrôle dans la cuve, a été écartée au profit de l'arrêt par une procédure inédite. La chute des barres de contrôle, pouvait-elle entrainer un risque de rupture au niveau de la vieille cuve atomique ayant subie depuis 1977 les effets mécaniques de la fission nucléaire?

 En tant que riverain de la CNPE de Fessenheim et père de deux enfants vivant à Fessenheim, je demande une enquête parlementaire, je demande par mesure conservatoire et au non du principe de précaution l'arrêt immédiat de la centrale nucléaire de Fessenheim et je me réserve le droit de déposer plainte pour « mise en danger de la vie d'autrui » suite à l'incident préoccupant survenu à la centrale atomique de Fessenheim le mercredi 9 avril 2014.

Sachez aussi que le mercredi matin du 16 mars 2016, une équipe de télévision franco-allemande venue pour m'interviewer dans le cadre d'un reportage à Fessenheim concernant l'incident nucléaire du 9 avril 2014 a été contrôlée par la Gendarmerie française et empêchée de travailler dans de bonnes conditions près de la centrale nucléaire pourtant en zone ouverte au public.

Une journaliste allemande était accompagnée d'un ingénieur du son, d'un caméraman et de moi-même en tant que riverain de la centrale nucléaire. Elle travaillait pour la chaîne allemande ARD, 1ère télévision en Allemagne.

Alors que l' interview venait de débuter, une voiture de la gendarmerie française est arrivée par derrière hors champ de la caméra, interrompant l'équipe dans son travail. Malgré la présentation des pièces d'identité et des cartes de presse, les 2 gendarmes sont restés durant tout l'interview, interrompant à plusieurs reprises l'équipe de télévision dans son travail pour poser des questions et gênant ainsi considérablement l'interview en cours. Par exemple, on m'a demandé comment j'avais rencontré la journaliste allemande. Un contrôle d'identité n'est pas un interrogatoire! En ce qui me concerne à propos de l'interview, voir un gendarme juste derrière le caméraman dans ma ligne de mire et répondre en même temps aux questions de la journaliste ne créait pas les conditions propices à la liberté d'expression. A ces faits, il faut rajouter que l'interview a été à plusieurs reprises interrompue par les interventions verbales du second gendarme situé en contre-bas du lieu de tournage, près de la voiture de gendarmerie. Ainsi, les deux gendarmes sont donc restés jusqu'à la fin du tournage, nous suivant ensuite pour les dernières images filmées de la centrale nucléaire.

Faire un tournage de télévision sous surveillance policière pose la question de la liberté de la presse et de la liberté d'expression aujourd'hui en France lorsqu'on exprime une opinion différente sur la question des centrales nucléaires françaises.

La suite du tournage s'est bien passée et pour cause, l'équipe de télévision interviewait le maire de Fessenheim et d'Hartheim en Allemagne, reçus conjointement, juste après mon interview.

La Gendarmerie n'est pas mise en cause, mais bien les ordres reçus d'en haut, du Ministère de l'intérieur.

Cette atteinte à la liberté d'expression et à la liberté de la presse est inacceptable en France.

La répression accrue sur les citoyens engagés dans la défense de l'Environnement, la surveillance de leurs lignes téléphoniques, de leurs mails et de leur vie privée portent préjudice à l’engagement citoyen en France.

Les possibilités nouvelles offertes par l’État d'urgence, permettent désormais les perquisitions de nuit sur simple autorisation du Préfet sans aucun contrôle du pouvoir judiciaire, les assignations à résidence et assimile ainsi le simple citoyen engagé dans la vie publique à un « terroriste en puissance ».

Les exigences de sécurité française, d'autant que la sûreté nucléaire n'est même pas assurée dans notre pays comme le montre l'incident du 9 avril 2014 survenue à la centrale nucléaire de Fessenheim, doivent s'articuler avec les liberté publiques car dans le cas contraire nous assistons à l'émergence d’un État pro-nucléaire en France et les citoyens engagés pour la sortie du nucléaire deviennent de-facto des dissidents.

 

Gabriel WEISSER.
Riverain inquiet de la centrale nucléaire de Fessenheim.

Copie envoyée à Mesdames et Messieurs les Députés de l'Assemblée nationale.

Copie à Monsieur le Maire de Fessenheim-France en charge de la sécurité des citoyens sur le territoire de sa commune.

 Liens médias :

http://www.sueddeutsche.de/wissen/frankreich-panne-im-akw-fessenheim-war-gravierender-als-gedacht-1.2890408

http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/03/04/un-incident-dans-la-centrale-de-fessenheim-a-ete-plus-grave-qu-annonce-selon-des-medias-allemands_4876722_3244.html#FCIe60mik3sZeTOm.99

http://www.dna.fr/actualite/2016/03/04/un-incident-grave-a-la-centrale-nucleaire-de-fessenheim-en-2014-selon-la-presse-allemande

http://www.ouest-france.fr/environnement/nucleaire/nucleaire-un-incident-dans-une-centrale-francaise-plus-grave-quannonce-4073207

http://www.bfmtv.com/planete/que-s-est-il-passe-a-fessenheim-en-avril-2014-956643.html

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

                                 -DEUTSCH VERSION-

AKW Fessenheim, Frankreich

Antrag auf eine parlamentarische Untersuchung

gerichtet an die Abgeordneten der französischen Nationalversammlung

gestellt durch die Gemeinschaft der elektrisch Verantwortlichen

 
Zone Fessenheim, Frankreich, den 13. März 2016
AKW FESSENHEIM, FRANKREICH
ANTRAG AUF EINE PARLAMENTARISCHE UNTERSUCHUNG


Am 4. März 2016 berichteten WDR und Süddeutsche Zeitung, dass am 9. April 2014 im ältesten französischen AKW ein Reaktor außer Kontrolle geriet. EDF bewirkte seine Notabschaltung durch Einleiten von Bor, laut dem deutschen Atomexperten Manfred Mertins ein in Europa bis heute noch nie angewandtes Verfahren.


In einem Interview mit der Zeitung Express, das am 11. März 2016 ausgestrahlt wurde, erklärte Fessenheims Bürgermeister, der für die Sicherheit seiner Gemeinde verantwortlich ist, der französischen Nachrichtenagentur AFP, dass dieser Störfall “nur ein unbedeutendes Zwischenfällchen” gewesen sei. (siehe Interview im Express vom 11. März https://youtu.be/kZeVrUhnYRQ


EDF und die französische Atomsicherheitsaufsichtsbehörde ASN behaupten, dass an diesem Störfall nichts Besonderes war, während die oben genannten deutschen Medien davon sprechen, dass an jenem Tag im AKW Fessenheim eine Aufeinanderfolge von technischen Fehlern im Krisenmanagement zum Kontrollverlust eines Reaktors führte, bis man beschloss, durch Einleiten von Bor seine Notabschaltung herbeizuführen.

Der deutsche Atomexperte Manfred Mertins weist darauf hin, dass man zum ersten Mal in einem europäischen AKW Bor anwendete, was beweist, dass die Notabschaltung des Reaktors anders nicht mehr möglich war.


Um zu erfahren, was wirklich am 9. April 2014 in Fessenheim geschah, bleibt nur die Möglichkeit einer französischen parlamentarischen Untersuchung. Eine solche


Untersuchung müsste u.a. folgende drei Fragen beantworten:


1) Welche Ereignisse haben am 9. April 2014 den Kontrollverlust über den Reaktor bewirkt? Welche Maßnahmen wurden eingeleitet, um diese Krisensituation zu bewältigen, u.a. den unüblichen Gebrauch von Bor, um den Reaktor notabzuschalten?


2) Warum hat der Leiter des AKW Fessenheim in seinem Bericht über den Störfall die Anwendung von Bor als Mittel zur Notabschaltung des Reaktors nicht protokolliert?

 
3) Welche Folgen hat dieser Störfall auf den allgemeinen technischen Zustand dieses alten Kernreaktors, der seit 1977 am Netz ist und der im Laufe seiner Betriebszeit schon zahlreiche Störfälle erlitten hat?

 
Als Nachbar des AKW Fessenheim und Vater zweier in Fessenheim lebender Kinder beantrage ich eine parlamentarische Untersuchung.

 
Außerdem verlange ich die sofortige Stilllegung des AKW Fessenheim als Vorsichtsmaßnahme und im Namen des Vorsorgeprinzips.


Ich behalte mir vor, Klage einzureichen wegen “Gefährdung des Lebens Dritter” als Folge des besorgniserregenden Störfalles vom 9. April 2014.


Sehr geehrte Frau Abgeordnete, sehr geehrter Herr Abgeordneter, ich bedanke mich für Ihre Aufmerksamkeit.


Gabriel WEISSER
Besorgter Anrainer des ältesten französischen AKWs.


Kopie an Herrn Bürgermeister von Fessenheim, zuständig für die Sicherheit der in seiner Kommune lebenden Bürger.


Zeitungsbericht deutsch:

http://www.sueddeutsche.de/wissen/frankreich-panne-im-akw-fessenheim-war-gravierender-als-gedacht-1.2890408

------------------------------------------------------------------------------------------------------  -ENGLISH VERSION-

 Fessenheim Area, France, 13 March 2016.

NUCLEAR POWER PLANT OF FESSENHEIM, FRANCE

Request for Parliamentary Investigation

Honourable Members, Ladies and Gentlemen,

On 4 March 2016, the German radio station WDR and the newspaper Süddeutsche Zeitung revealed that one reactor of the oldest French nuclear power plant had been out of control on 9 April 2014 and the French electric utility company EDF had to carry out an emergency shutdown procedure using the chemical substance boron. This procedure has never been used before in Europe, according to the German nuclear expert Manfred Mertins.

In an interview with the newspaper Express being broadcasted on 11 March 2016, the Mayor of Fessenheim, who is responsible for the safety of his town, declared to the French News Agency AFP that this failure had only been a „small incident of nothing“. (see link of the Interview of Express on 11 March on https://youtu.be/kZeVrUhnYRQ

EDF and the French Nuclear Safety Authority ASN assert that this incident was nothing special, but the above mentioned German media claim that on this day there had been a succession of technical errors in the crisis management leading to loss of control of a reactor and to the decision to carry out an emergency shutdown injecting boron.

The German nuclear expert, Manfred Mertins, indicates that this was the first time to use boron in an European nuclear power plant which proves that there was no other way to carry out the emergency shutdown procedure.

Now, the only possibility to learn what really happened on 9 April 2014 in Fessenheim is to file a petition for a French parliamentary investigation. Such an investigation should give answers to the following questions:

1)      Which were the events on 9 April 2014 that led to loss of control in the reactor? Which measures were taken to cope with this critical situation, notably the unprecedented use of boron to shut down the reactor?

2)      Why was the chemical substance used for carrying out the emergency shutdown not mentioned in the incident report about the failure?

3)      Which are the consequences of this incident for the general technical condition of this old nuclear plant that has been on line since 1977 and that has suffered already several incidents?

As a neighbour to the nuclear plant Fessenheim and father of two children living in Fessenheim I herewith apply for a parliamentary investigation.

Furthermore, I demand immediate decommissioning of the nuclear power plant Fessenheim as a precautionary measure. I reserve the right to bring an action because of threat to health and life of third persons as a consequence of the alarming incident on 9 April 2014.

 Ladies and gentlemen, I thank you for your kind attention.

 Gabriel Weisser,

Concerned neighbour of the oldest French nuclear power plant of Fessenheim

 Copy to the Major of Fessenheim, responsible for the safety of his community.

This petition was delivered to:
  • ASSEMBLEE NATIONALE FRANCE
    DEPUTES


    COLLECTIF ELECTRIQUEMENT RESPONSABLE started this petition with a single signature, and now has 1,132 supporters. Start a petition today to change something you care about.




    This petition can’t win without you

    Add your name to help “WEISSER GABRIEL: CENTRALE NUCLÉAIRE DE FESSENHEIM DEMANDE D'ENQUÊTE PARLEMENTAIRE” win today. Every signature matters.