Petitioning Université de Franche-Comté (Direction)

Répression anti-syndicale à l'Université de Franche-Comté : ça suffit !

171
Supporters

Les directions de la Fac de lettres et de l'Université de Franche-Comté ont décidé de saisir la section disciplinaire du conseil académique de l'UFC, qui a convoqué notre camarade B., inscrit en licence à l'UFR SLHS et syndiqué à la CNT du Doubs, accusé de "porter atteinte à l'ordre et au fonctionnement de l'Université". Les faits qui lui sont reprochés sont en rapport direct avec sa participation aux mobilisations syndicales des étudiant-es et personnels de l'année universitaire écoulée. Il est question de "mots pas très sympathiques", et d'affiches apposées en dehors des panneaux d'affichage... que l'administration a elle-même supprimé. Pour ce faire, la direction tente de dresser les étudiant-es et personnels les un-e-s contre les autres, en montant en épingle une "altercation" ayant eu lieu au lendemain de la sortie de garde-à-vue des étudiant-es réprimés pour s'être mobilisé-es en défense de leurs intérêts en février dernier.
(voir sur ce lien un témoignage et le communiqué signé par onze syndicats : https://lelibertairebisontin.wordpress.com/2017/02/16/besancon-une-repression-dune-violence-inouie-contre-les-etudiant-e-s/).
Pourtant, MM. Mariage et Bahi s'étaient engagés à abandonner toute poursuite disciplinaire, voilà comment ils tiennent parole. Comble de l'ironie, une des attributions du conseil académique est précisément de faire respecter les libertés syndicales et politiques des étudiant-es ; et l'on utilise comme pièces à charge des documents émanant du CHSCT, relatifs aux conditions de travail des agents, alors même que le mouvement étudiant auquel participe notre camarade lutte, contre la direction, pour l'amélioration de ces conditions !
La section disciplinaire est une procédure exceptionnelle, principalement destinée à punir les fraudes aux examens, les "atteintes à l'ordre" étant un cas (encore plus) particulier. C'est donc une "justice" d'exception et expéditive que la direction souhaite appliquer à un militant syndiqué, pour punir ses activités syndicales, et à travers lui intimider tous les opposant-es à la gestion libérale-féodale qui mène l'Université à sa ruine. B. voit la possibilité de poursuivre ses études remise en cause, parce qu'il refuse de se taire.
Il est prévu que la commission d'instruction se tienne le 12 juillet (mercredi prochain) à 10h30, à la Maison de l’Université rue Goudimel (près de la station de tram de la place de la révolution). En pleines vacances d'été, la direction, à la fois juge et procureur, rend impossible le recueil des témoignages des principales personnes à même d'indiquer si oui ou non le comportement de notre camarade perturbe les activités d'enseignement et de recherche de l'Université (enseignant-es et étudiant-es de L2 d'allemand, autres témoins des faits rapportés). Elle réduit aussi considérablement la possibilité pour lui de se faire conseiller et accompagner par une personne membre de l'Université. Par ailleurs, une partie des documents qui lui ont été adressés, censés justifier les poursuites contre lui, sont des photocopies illisibles.
Nous demandons l'abandon de cette procédure, et exigeons au minimum son report à une date ultérieure à la rentrée de septembre.
Au cas où cette juste demande serait rejetée, nous invitons toute personne solidaire à être présente le 12 juillet, pour soutenir notre camarade, et au-delà défendre la liberté d'expression et de manifestation, car c'est bien de cela qu'il s'agit.
En complément, il est souhaitable que toute personne, liée ou extérieure à l’Université, à titre individuel ou collectif, contacte directement la direction de l'Université, pour lui faire part de son indignation.

This petition will be delivered to:
  • Université de Franche-Comté (Direction)

    CNT Doubs started this petition with a single signature, and now has 171 supporters. Start a petition today to change something you care about.




    Today: CNT is counting on you

    CNT DOUBS needs your help with “Université de Franche-Comté (Direction): Répression anti-syndicale à l'Université de Franche-Comté : ça suffit !”. Join CNT and 170 supporters today.