Petition update

Lettre ouverte à Benoît Hamon et Emmanuel Macron

Alain FROBERT
France

Mar 25, 2017 — Lettre ouverte à Benoit Hamon et Emmanuel Macron

( Cette lettre ouverte est proposée à votre signature avant d’être adressée à la presse.
Si vous le souhaitez signifiez cette intention avec votre commentaire.
Et diffusez le plus possible autour de vous. )

Parmi les onze candidats à l’élection présidentielle il y a les libéraux qui sont de fervents défenseurs du tout libéralisme en médecine comme ailleurs. Le libéralisme économique mondialisé est sensé tout réguler par magie et être le système parfait pour une société où chacun aurait la même chance d’être libre, riche et en bonne santé. Malheureusement ce système a produit en France 6 millions de chômeurs et neuf millions de pauvres, il a créé aussi la paupérisation de l’hôpital et les déserts médicaux.
Les médecins en ambulatoire n’ont jamais eu le choix en France de pouvoir exercer autrement, leur activité est dominée par l’obligation de faire des actes pour assurer leurs revenus et non par le souci de répondre aux besoins de la population.
C’est cette conception de la médecine payée à l’acte qui est responsable du désintérêt au quotidien pour la santé publique, pour la médecine préventive, pour la réponse sociale à la maladie.
Pourtant en Europe beaucoup de systèmes différents existent en Espagne, au Portugal, en Suède, en Norvège, en Finlande avec un système national de centres de santé, d’autres formes d’organisation comme en Allemagne avec un système de capitation…
Benoit Hamon et Emmanuel Macron comment intégrer la prévention dans la médecine ambulatoire, comment être vraiment modernes ?
Vous mettez en avant la nécessité de la prévention, le défi des maladies chroniques mais comment réaliser cela au quotidien dans la pratique de la médecine ambulatoire payée à l’acte ?
Comment faire de la prévention et changer la prise en charge des maladies chroniques ?
En doublant le nombre des Maisons de Santé libérales payées à l’acte curatif ?
Comment garantir alors les temps nécessaires de réunions d’équipe pluridisciplinaire, comment garantir un observatoire épidémiologique de terrain, comment garantir le temps des échanges entre structures et le temps d’analyse, comment garantir la mise en place de pratiques nouvelles de groupe autour par exemple de la prise en charge de l’hypertension artérielle, de l’obésité, du diabète, des addictions, des troubles du sommeil et des conduites dépressives ?
Faut-il inventer pour cela les actes légers, les actes semi lourds, les actes lourds, les actes de télé médecine, les actes de prévention primaire, les actes de prévention secondaire, les actes de conseils téléphoniques, les actes de réunions en inventant des petites réunions et des grandes réunions… Quelle complexité supplémentaire !
Et il faudra négocier pendant des mois et des années le tarif de chaque acte avec les syndicats libéraux qui de toute façon vous réclameront toujours plus … quelle perte de temps et quelle perte d’argent public !
Il y a une différence fondamentale entre le système des Maisons Libérales regroupant des services existant et des pratiques existantes et un nouveau « Réseau National de Centres de Santé » budgétisés pour une nouvelle médecine ambulatoire globale incluant soins, préventions quotidiennes et réunions de projet de soins d’équipe.
En Espagne il a été démontré que le système nouveau des centres de santé a permis de diminuer le nombre d’accidents vasculaires cérébraux, diminuer l’incidence des maladies cardiovasculaires.
La Suède et ses centres de santé est citée comme exemplaire en matière d‘accès aux soins !
Pourquoi ne pas considérer leurs apports et inventer une véritable nouveauté Française, une médecine globale, d’accès aux soins gratuit coordonnant les différents points d’observations que seront chaque centre, valorisant les pratiques préventives évaluées au quotidien et que certains médecins ont déjà mis en œuvre.
Non seulement ces pratiques répondront à vos souhaits, seront efficaces sur la véritable épidémie de maladies chroniques mais elles auront des effets que vous ne soupçonnez pas sur la création de nouveaux métiers, sur la valorisation des professionnels de santé non médecins.
Deux exemples parmi d’autres :
1. L’hypertension artérielle n’est pas bien dépistée ni bien suivie par la seule prise de tension mensuelle. Apprendre l’auto-mesure en fournissant des appareils de mesure remboursés à tous ceux qui auront appris avec des infirmiers qualifiés à faire ces mesures et à les interpréter sera bien plus efficace .
Au cours de ces séances d’apprentissage et de suivi d’autres informations seront échangées avec le temps nécessaire à leurs acquisitions, comme l’importance du contrôle de la quantité de sel consommé ou d’autres aspects diététiques.
Pour mémoire les pays qui ont su faire diminuer la consommation de sel ont obtenu une baisse de deux points sur la tension artérielle, sans médicament.
Cela ne peut s’apprendre en consultation médicale mensuelle de 12 minutes.
Prenons exemple sur la Suède ou le Danemark ou la Finlande où les infirmiers ont des fonctions beaucoup plus importantes et participent aux dépistages et au suivi des maladies chroniques …


2. Le suivi des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer est insuffisant mais la prescription mensuelle de médicament dont l’effet a été très largement remis en question coûte 70 euros par mois pour le médicament. Calculez depuis 15 ans sur l’ensemble des malades concernés le coût de cette prescription largement influencée par les lobbys pharmaceutiques.
Plusieurs centaines de millions d’euros !
Il est démontré que les réunions avec les aidants, que les approches ergothérapiques avec réaménagement des environnements ont beaucoup plus d’effets sur le maintien de l’autonomie et sur la qualité de vie.
Ce serait dans le cadre des centres de santé une pratique naturelle à développer, avec le médecin traitant mais aussi l’ergothérapeute, le psychologue, l’orthophoniste, pratique impossible à réaliser avec le système du paiement à l’acte.
3. On pourrait multiplier les exemples en expliquant comment les addictions peuvent être abordées dans des pratiques associant paroles libres, informations préventives, éducation sanitaire ou en abordant les maladies liées au burn-out à la dépression, aux troubles de comportement dans l’enfance ou l’adolescence ....

Enfin l’exemple Espagnol montre que beaucoup de demandes de santé sont aussi des demandes sociales et qu’il est une grande perte de temps et d’efficacité de ne pas faire travailler ensemble sur le même lieu soignants et personnel social.

Toutes ces nouvelles formes de prise en charge de la santé sont incompatibles avec le paiement à l’acte et ne peuvent être réalisées que dans le cadre d’équipe de professionnels salariés.

Benoit Hamon et Emmanuel Macron

19 millions d’euros ont été consacrés aux Maisons de Santé Libérales, et c’est 30 millions d’euros qui sont négociés actuellement.
La CSMF le syndicat libéral de la médecine ambulatoire demande ce jour l’abandon du tiers payant et 5 milliards d’aides publiques pour les 5 ans à venir.
Dans un article récent du « Quotidien du médecin » 30% des médecins se déclarent en faveur du salariat, 90 % des jeunes médecins déclarent qu’ils ne veulent pas être libéraux et vous voudriez rester sur de vieilles recettes de l’exclusivité de la médecine libérale malgré ses échecs, malgré ses demandes réitérés de subventions sans contrepartie !
Le contenu de la pratique en centres de santé, c’est l’échange quotidien sur des projets de soins entre différents professionnels, c’est la réalisation de vos projets de prévention et grâce à ce réseau national et à toutes les passerelles qu’il permet, à tous les terrains de stage nouveaux qu’il offre ce serait la fin des déserts médicaux.

Economiquement possible ?

Un think tank international le Laboratoire International de Recherches vient de publier une étude prospective d’une nouvelle conception de la médecine ambulatoire telle qu’exerceraient les centres de santé.
Think tank européen qui ne peut être soupçonné d’utopistes car financé par une dizaine de firmes pharmaceutiques ! Et pourtant…
Les effets sur la prise en charge des maladies chroniques et des pratiques préventives induiraient selon ce think tank entre 3 et 5 milliards d‘économies sans compter l’économie sur la souffrance humaine.
Benoit Hamon et Emmanuel Macron
Ayez le courage de proposer dans vos programmes présidentiels la création d’un système national de centres de santé budgétisés pour une médecine globale attrayante avec de nouvelles répartitions des taches, avec des pratiques de réelle prévention, de réelle éducation thérapeutique, de réelles concertations quotidiennes d’équipe pluridisciplinaire .


Keep fighting for people power!

Politicians and rich CEOs shouldn't make all the decisions. Today we ask you to help keep Change.org free and independent. Our job as a public benefit company is to help petitions like this one fight back and get heard. If everyone who saw this chipped in monthly we'd secure Change.org's future today. Help us hold the powerful to account. Can you spare a minute to become a member today?

I'll power Change with $5 monthlyPayment method

Discussion

Please enter a comment.

We were unable to post your comment. Please try again.