Contre la suppression massive de places en master psycho UT2J

Contre la suppression massive de places en master psycho UT2J

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
R2de a lancé cette pétition adressée à UFR psychologie et à

RASSEMBLEMENT CONTRE LA SUPPRESSION MASSIVE DES MASTERS DE PSYCHOLOGIE (Université Toulouse 2) !

Suite à la décision du Conseil de l’Unité de Formation et de Recherche (UFR) de Psychologie, impliquant la suppression de certains masters et la baisse des capacités d'accueil globales, ce sont 60 places en Master de psycho qui risquent de disparaître l'an prochain !

Si nous ne réagissons pas, les 429 places maximales déjà quasi inaccessibles au vu des 2500 candidatures reçues à la rentrée 2019, seront réduites à 369 seulement à la rentrée 2020 ! Voici nos revendications

Face au constat de la vacance d’une centaine de places laissées vides dans l’ensemble des masters 1 de psychologie de l’UT2J, due notamment à une absorption partielle des effets des nouvelles procédures de sélection, il est inconcevable de supprimer les choix de carrière de nombreus·e·s étudiant·e·s dans ces conditions.

Face au constat d’une infime redistribution de places bien en deçà des moyens réels d’enseignement, le sacrifice à la chaîne des capacités d’aspirant·e·s psychologues à concrétiser leur avenir est injustifiable. Nous exigeons alors la redistribution intégrale des pertes de places entraînées par les fermetures de masters.

Face au constat d’une création - retardée - de deux futurs masters, qui ne suffisent déjà pas à compenser les fermetures d’autres masters en cours, nous exigeons une réelle procédure pour favoriser la transition des parcours de formations pour l’année 2020 .

Nous exigeons également que soit effectif le réexamen des projets d’ouvertures de deux autres masters proposés, où cette fois-ci les porteuses et porteurs de ces projets pourront éclairer les votes; cela accompagné de la consultation réelle du corps étudiant de psychologie sur ce sujet.

Enfin, nous revendiquons la nécessité d’une augmentation des ressources allouées à l’UFR et plus globalement à l’Université, pour assurer réellement sa mission de service public. La précarité criante de ce secteur n’est pas sans effet sur la souffrance ressentie par ses personnels et usagers.

AGISSONS DES MAINTENANT contre cette sélection de plus en plus drastique, creusant toujours plus les inégalités, précarisant les étudiant·e·s !

Chaque étudiant·e n’a pas à payer les pots cassés d’une organisation défaillante. Chacune de ces personnes a le droit à une chance réelle et juste, qu’elle doive assumer en parallèle un travail, une vie de famille, ou des problèmes de santé et de précarité.

Si la tension budgétaire de l’enseignement en psychologie n’est pas nouvelle, la pénalisation radicale des étudiant·e·s pour s’adapter à cette contrainte n’est pas un choix neutre.

Rassemblement sous la canopée MARDI 10 DÉCEMBRE à 8h30 pour faire entendre la voix des étudiant·e·s ! En psycho comme ailleurs, les abus de la sélection on n'en veut pas !

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !