TRANSITION DEMOCRATIQUE EN FRANCE - Destitution de M. Macron et sortie de crise pacifique

0 a signé. Allez jusqu'à 10 000 !


FEUILLE DE ROUTE PACIFIQUE POUR LA TRANSITION DEMOCRATIQUE


Les Gilets Jaunes ont fait exploser le dernier couvercle de l’injustice sociale. Le moment que nous vivons est unique. Il ne se reproduira pas avant longtemps. Nous sommes sur la brèche, au sens propre du terme : prêts à tomber d’un côté ou d’un autre de l’Histoire. Notre responsabilité collective est immense.

 
Nous signataires pensons qu’au-delà de la victoire totale des Gilets Jaunes, que nous appelons de nos vœux, il va bien falloir proposer sérieusement une manière concrète et réaliste de changer les choses et modifier en profondeur le système. Il est possible qu’une telle feuille de route soit d’ailleurs un préalable au changement de système, car dans le chaos, beaucoup de citoyens auront peur de perdre le système qu’ils ont sans savoir où ils vont, même s'ils savent que le système actuel les opprime et qu'un système plus juste est possible. Il est donc TRES IMPORTANT de proposer des pistes crédibles et réalisables.

 
Nous, signataires, pensons qu’une feuille de route pacifique pour la transition démocratique est possible, qui répondrait au double impératif :

1) de sortie de crise sans tout détruire
et surtout
2) de réponse profonde aux attentes : la justice sociale et les conditions de sa mise en œuvre.

 
Ces conditions de mise en œuvre dépendent avant tout d’UNE chose : l’organisation des « Institutions », qui créent le collectif en élaborant des règles communes. Règles auxquelles on entend se soumettre volontairement, pour peu que les autres s’y soumettent aussi.

Afin de changer les conditions de la justice sociale, nous signataires, constatons donc qu’il FAUT changer les institutions.

Nous, signataires, proposons à tous les gilets jaunes et au gouvernement la feuille de route suivante pour sortir de cette crise démocratique sans nouveaux dégâts humains et matériels


FEUILLE DE ROUTE DE SORTIE DE CRISE PACIFIQUE

 
A) Démission de M. Macron et de l’ensemble du gouvernement

1 – Interim à la tête de l’État par le président du Sénat, avec une seule et unique mission : organiser la transition démocratique et républicaine sur deux ans.

2 - Nomination d’un gouvernement de transition, dont la seule mission est d’assurer la gestion des affaires courantes

3-Pas de dissolution de l’Assemblée, afin de ne pas tout casser, de s’inscrire dans un processus de transition et non de rupture brutale et afin de respecter le vote démocratique des législatives de 2017. Le contexte est incendiaire pour faire appel calmement aux votes des citoyens et ce serait trop tôt pour une simple raison : seuls pourraient se présenter ceux que les français souhaitent dégager. Sur deux ans, les parlementaires tels qu’ils ont été élus, ont eux aussi une unique mission : la participation à l’organisation de la transition républicaine. Par exemple : ils participent avec les citoyens et sous leur contrôle, dans leur circonscription, à l’organisation des états généraux et des cahiers de doléances, qu’ils font remonter à l’Assemblée et dont ils rendent régulièrement compte, en travaillant à la cohésion au niveau national.


B) Ouverture d’une période de transition sur deux ans

 
1-Elaboration des structures et outils permettant la mise en place d’Etats Généraux (de très nombreuses pistes et réflexions existent). Par nature, dans ce processus, les gilets jaunes n’ont PAS à désigner de « représentants » ou de « porte-parole », ce qui pose problème et c’est bien normal puisque nous entendons exercer une expression directe : en effet, par nature de ce processus de transition, les gilets jaunes et TOUS les citoyens pourront eux-mêmes, partout, pendant deux ans, de manière réfléchie et plus sereine, faire entendre officiellement leur doléances et leurs idées pour l’organisation collective future.

2-Appel aux corps professionnels des constitutionnalistes, juristes, sociologues, syndicats, représentant des territoires, pour compiler les doléances, les idées et élaborer et proposer un nouveau texte constitutionnel.

3-Soumission du nouveau texte à Référendum

 4-Si elle est adoptée par référendum, approbation de la nouvelle Constitution

 

C) Proclamation d’une assemblée constituante sur la base de la nouvelle Constitution :

 1-Dernière mission du pouvoir d’intérim, convoquer des élections mettant en œuvre les nouvelles modalités électives définies dans le nouveau texte

 2-Proclamation de l’assemblée constituante et de la nouvelle République

 

EN OUTRE, afin de donner corps immédiatement à la nouvelle justice sociale, nous gilets jaunes signataires, exigeons les points suivants afin d’arrêter le mouvement :

 A) Immédiatement, à décider avant Noël et mettre en œuvre au 1er semestre 2019 par le pouvoir de transition :

 1-retour de l’ISF, suppression de la taxe sur les carburants, revalorisation des retraites, hausse significative du SMIC (1500€ net) et de tous les minima sociaux, ré-affectation de la moitié du CICE à un fond de soutien au PME, artisans, etc. pour financer l’augmentation massive des salaires

 2-Ré-écriture de la loi de finance 2019 avec une priorité absolue : la justice fiscale et la transition écologique (pour l’instant en faisant ce qu’on peut dans cette période transitoire) ; Ré-affectation de l’autre moitié du CICE à l’embauche de médecins/infirmière (Santé) et de professeurs (Education)

 3-Embauche de 2000 fonctionnaires des impôts pour lutter contre la fraude fiscale – Ré-écriture immédiate des dispositifs de sanctions fiscales, suppression du verrou de Bercy.

 4-Nationalisation des autoroutes et affectation des recettes à la transition démocratique et écologique – Arrêt définitif de la vente des barrages et de toute infrastructure– Arrêt définitif des projets portant préjudice à l’environnement (rocade de grande ville, montagne d’or en Guyane, etc.) - Arrêt définitif du projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure.

 5-Déblocage de fonds d’urgence pour les DOM-TOM

 


B) Informer nos partenaires européens de la suspension de la soumission de la France à tous les traités Européens : le peuple français a décidé de changer les règles du jeu, qui l’oppriment depuis trop longtemps au bénéfice d’une infime minorité de personnes nuisibles au cœur du pouvoir, de la finance et de l’industrie.

Nous, signataires, souhaitons très ardemment construire une Union des Peuples d’Europe, mais nous, français, devons d’abord nous refonder en tant que peuple français qui a été bafoué et trahi par ses dirigeants, et nous devons redéfinir nos conditions de mise en œuvre de la démocratie et de la justice sociale. Ensuite, selon ce qui sortira d’un nouveau processus démocratique que nous mettons en place, nous pourrons alors proposer à nos partenaires de nouvelles modalités pour construire l’Union des Peuples d’Europe. Nous signataires, constatons que l’Europe telle qu’elle est bâtie depuis 60 ans est aujourd’hui un échec et ne protège en aucune manière les peuples d’Europe. A titre d’exemple, nous accusons cette Europe d’avoir fait souffrir le martyr au peuple grec dont nous nous sentons profondément solidaire. La nomination de M. Juncker à la tête de la Commission, ancien chef de l'Etat voyou du Luxembourg qui a pillé les finances publiques de tout ses partenaires européens pendant des années, a été une insulte jetée au visage des peuples de l'Union, participant à trahir et détruire l'idéal européen.

Dans l’attente, nous appelons de tous nos vœux au même processus dans tous les Pays d’Europe, selon les manières de faire de chacun. ATTENTION, dirigeants européens, vos propres Peuples grondent aussi très fort et risquent d’avoir envie de faire comme les Français.

 

LA DESTITUTION DE M. MACRON

 Nous signataires, pensons que le démarrage de ce processus pacifique, c’est-à-dire la destitution de M. Macron et de son gouvernement, peut advenir selon deux hypothèses :

 -la démission volontaire, fruit d’une soudaine lucidité, une forme de conscience du président de son échec total et de son immense responsabilité dans la possibilité d’une guerre civile. Ce sera alors la seule manière pour lui de s’inscrire dans l’histoire autrement que comme un fou destructeur.

 -un retournement des institutions que sont les forces armées, police et/ou armée, décidant collectivement qu’elles refuseront de tirer à balles réelles sur le peuple quand la guerre civile aura VRAIMENT éclatée, car elle éclatera si le pouvoir se maintient alors que le peuple exige son départ. Ce serait alors les forces armées qui, de facto, renverseraient le président et le gouvernement et confieraient le pouvoir de transition aux structures d’interim. Nous signataires, faisons confiance à notre Armée : dans un pays comme la France, qui peut soupçonner nos généraux de vouloir profiter d’une crise de régime pour établir une « dictature des Généraux » ? Les militaires et les Généraux nous semblent être des gens beaucoup plus censés et au contact du réel que les politiciens fous qui sont actuellement au pouvoir et conduisent la France là où elle est.

 
DES PISTES D’AVENIR

Pour les institutions futures, de très nombreuses pistes et idées existent. Nous signataires, pensons qu’il est CAPITAL de trouver D'ABORD une feuille de route de sortie pacifique de la crise, AVANT de chercher précisément les consensus de mise en œuvre de la justice sociale, ce que nous n’arriverons jamais à faire dans une période de trouble et en respectant la diversité d’opinion. UNE FOIS que nous serons dans le processus instituant / constituant, alors sera venu le temps pour les citoyens d’exiger et de mettre REELLEMENT en place la démocratie participative, le référendum révocatoire, la prise en compte du vote blanc, la limitation des mandats et des privilèges associés, la justice sociale, la justice fiscale, etc.

 
Il ne s’agit pas seulement d’une révolution, mais d’une métamorphose. Cela n’a jamais été tenté.

 
UN DOUBLE AVERTISSEMENT

 ENFIN, nous signataires, adressons au pouvoir un double avertissement :

 1-Vous n’arrêterez pas le soulèvement en cours.

 2 – Le Peuple français vous l’impose : Le temps est venu pour le choix, la métamorphose ou le chaos. Chaos de l’échec de la simple révolution, chaos de la poursuite du système actuel.

 
Le défi est IMMENSE, mais nous, signataires, citoyens du peuple français, entendons le relever, avec ou sans vous. Nous, signataires, sommes déterminés à aller jusqu'au bout pour assurer un avenir digne à nos enfants et à ceux de tous les peuples de la planète.