Particules Fines Mortelles: Exigeons un plan gouvernemental à la mesure du désastre.

0 have signed. Let’s get to 75,000!


TRAGEDIE PARTICULES FINES MORTELLES - EXIGEONS UN PLAN GOUVERNEMENTAL A LA MESURE DU DESASTRE. 

Chers signataires actuels  ou futurs ,je suis René Hamon- 83 ans- citoyen lambda- grand- père soucieux de l’avenir de tous  nos enfants et petits- enfants  - auteur et lanceur de cette pétition qui exprime toute mon indignation et ma révolte  devant un exemple flagrant du non-respect  des droits universels des humains à la vie et à la santé- le résultat d’une tolérance coupable de la part de nos dirigeants vis-à-vis  des agissements des puissants  lobbies!
AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,  AU PREMIER MINISTRE, AU MINISTRE DE LA TRANSITION ECOLOGIQUE ET SOLIDAIRE, A LA MINISTRE DE LA SANTE, A LA MINISTRE DE LA JUSTICE.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’agence « Santé publique France » qui dépend du ministère de la Santé,   la  pollution chronique de l’air par les particules fines cause en France 42000 à 48000 morts par an, soit plus de 120 morts par jour !

 Le bilan depuis l’an 2000 dépasserait donc aujourd’hui  le million de victimes  sacrifiées.

C’est  pour la France la « Grande  Catastrophe Humanitaire », de ce début de siècle !!!

En aggravant ou provoquant de nombreuses maladies, le fléau des particules fines frappe d’abord les plus vulnérables d’entre nous, nos personnes âgées, nos  enfants en bas-âge, nos femmes enceintes, les personnes déjà affaiblies par la maladie.

Avant 2012, début du dernier mandat présidentiel, les effets mortels  de la pollution de l’air  par les particules fines commençaient  seulement à être suspectés, mais depuis des  évaluations approfondies du  nombre des victimes   et  une liste des maladies aggravées ou provoquées qui ne cesse de s’allonger au fur et à mesure des découvertes médicales, ont permis  de révéler un atroce désastre ! En double cliquant sur ce lien consultez, cette longue liste qui cite l’effet cancérogène des particules fines  mais aussi beaucoup d’autres graves pathologies qu’elles provoquent ou aggravent.

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), les principales pathologies causes des décès liés à la pollution chronique de l’air se répartissent ainsi : 40% d’ AVC (Accidents Vasculaires Cérébraux) - 40% de cardiopathies coronariennes - 11% de maladies pulmonaires - 6% de cancers du poumon - 3% de maladies respiratoires de l’enfant.

 A dessein, on nous a laissé croire, que les effets graves causés à la santé par ces particules fines, se produisent pendant les pics, alors  qu’ils résultent en totalité de l’exposition continue des victimes à  la pollution chronique. Cette pollution  est  celle, qui, à des niveaux de concentration variables, règne à longueur d’année dans l’air. Respirée en continu, elle tue même lorsque la teneur en particules fines dans l’air  est inférieure à la limite maximum à ne pas dépasser fixée par les normes européennes en vigueur. Ces normes sont inefficaces. Or, rien ne peut arrêter les particules fines ! Intimement mélangée avec l’air dont on ne peut se passer pour respirer, elles envahissent même nos demeures ! Impossible de se soustraire à une exposition continue à la pollution chronique!  Nul ne peut donc prédire ce qu’il en adviendra pour nos vies et nos  santés car nous respirons tous notre dose quotidienne de particules fines qui s’accumulent dans notre organisme qui est incapable de les éliminer.
C’est en effet, seulement pendant les pics que les effets nuisibles de cette pollution chronique deviennent  visibles car ils sont alors aggravés ce qui entraine un afflux inhabituel de consultations aux urgences. Cette très courte  manifestation peut être comparée  à une toute  petite partie émergente de l’énorme iceberg figurant le bilan total des victimes de la pollution chronique. Les ravages observés pendant les pics ne contribuent donc à ce sinistre  bilan que pour une faible part. Ceci jette un véritable doute sur la portée  des mesures prises par les pouvoirs publics pendant les alertes aux pics de pollution.

Le « laisser- faire », c’est le « laisser- mourir » ! Le gouvernement précédent en cédant aux pressions du puissant lobby des industries de l’automobile s’était  laissé entraîner dans cette dérive dramatique qui se poursuit encore aujourd’hui ! Malgré les preuves de leur lourde responsabilité qui s’accumulent  les   dirigeants de ce lobby  confondent leur propre rentabilité avec un intérêt général dont la priorité absolue au respect de la vie serait exclue. En vendant des milliers de véhicules qui présentent l’inconvénient d’empoisonner l’air, ils sacrifient délibérément, sans scrupule, et en continu, des milliers de nos vies et de nos santés. Certains ont même, pour cacher leur incapacité à respecter les normes,  truqué les contrôles de pollution des véhicules qu’ils produisent.

 Selon notre code pénal nous sommes  devant  deux graves délits : « un délit de mise en danger mortel d’autrui délibérée » de la part  des constructeurs automobile qui continuent de distribuer des véhicules tout en sachant qu’ils génèrent une pollution mortelle, « un délit d’une non- assistance à personnes en danger caractérisée  » de la part de l’Etat qui ne dénonce pas cet état de fait qui constitue un véritable crime.

C’est  un scandale pire que celui de l’amiante qui   rattrape ses responsables.  Les droits universels des citoyens  à la vie et à la santé inscrits dans la liste des droits de l’homme qui figure en tête de notre constitution dont le président de la République est le garant, sont violés en permanence!

 On ne transige pas avec les droits universels! Peuple français indigne toi ! 

Soyons des milliers à entrer en « résistance pacifique » en signant cette pétition nationale.

 Par  la masse de nos signatures, venons  au secours des milliers de victimes à venir et à l’aide de celles qui ont en vain déjà porté plainte, à l’aide des médias, des associations, de ceux des  maires des grandes agglomérations  qui se battent pour éveiller les consciences et obtenir des pouvoirs publics une prise en compte radicale de tous les ravages de la pollution de l’air que ce soit dans la vallée de Chamonix-Mont Blanc, à Fos sur Mer, dans les agglomérations, aux abords des périphériques et des grands axes routiers et partout où les particules fines de toutes origines sont  meurtrières.       

 Monsieur le Président de la République, la violation des droits de l’homme et de nos valeurs n’a que trop longtemps été tolérée. Nous demandons au gouvernement  de définir et appliquer enfin un grand -plan de lutte, une stratégie de changement à la mesure de l’ampleur de cette tragédie. Cela doit relever d’un véritable « état d’urgence » car environ 120 nouvelles victimes décèdent chaque jour alors qu’autant de maladies s’aggravent ou se déclarent! Ces souffrances, ces sacrifices humains, cyniquement  admis par beaucoup comme inéluctables, sont la honte de notre pays !

En Allemagne, la chancelière Angela Merkel, poussée par les actions en justice en cours à ce sujet, a promis dans sa campagne pour sa réélection de consacrer un milliard d’euros à la lutte contre la pollution par les particules fines et le dioxyde d’azote.

La France, pays le plus diésélisé d’Europe donc le plus impliqué, a le devoir impératif de faire beaucoup plus ! Nos vies sont sacrées et ne sauraient avoir un prix !

Les 27 états d’Europe, dont la France, portent la lourde responsabilité du choix et du maintien  des  normes inefficaces de limitation de la teneur en particules  dans l’air. Rappelons  que  le seuil de concentration en particules fines au-dessous duquel plus  aucun effet nuisible à la santé n’est constaté,  n’est  toujours   pas connu et reste à déterminer ! Pour les particules fines d’un diamètre inférieur à 2,5 micromètres (PM 25), les plus dangereuses pour la santé, la directive européenne sur l'air de 2008 a imposé aux états membres un plafond moyen annuel de 25 microgrammes/m3 dans l’air, tandis que l'Organisation mondiale de la santé (OMS), expert en la matière,  préconise comme valeur limite 10 microgrammes/m3... C’est manifestement l’OMS qui est dans le vrai car seul un abaissement conséquent  de la limitation du niveau de la pollution chronique permettra  de réduire les pertes humaines.

L’association France Nature Environnement a pour sa part annoncé : «  Chaque année en France, 52.000 décès sont liés à la pollution de l'air, soit 145 personnes par jour. Pour couvrir le coût sanitaire (hospitalisations, consultations médicales, dépenses en médicaments, etc.), les Français doivent s'acquitter d'une facture médicale de 100 milliards d'euros. »

Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, Madame la Ministre de la Santé, Madame la Ministre de la Justice, nous vous demandons de bien vouloir répondre à la légitime indignation des signataires de cette pétition en les informant  du plan d’attaque  que vous envisagez  de lancer pour stopper au plus vite le déroulement de cette hécatombe perpétrée par la pollution de l’air par les particules fines. Cette pollution  tue 5 personnes par heure en France !

Pour les signataires, René HAMON, lanceur de la pétition.

PS : En double cliquant sur ce lien découvrez dans  l’annexe 2 à cette pétition, la description de l’attitude résolument « négationniste » prise par la DREAL (Direction Régionale de l'Environnement et de l'Aménagement),  grand service de l’ETAT, vis-à-vis du danger  présenté par la pollution de l’air par les   particules fines mortelles lors des concertations et l’Enquête Publique qui se sont déroulées à propos du projet autoroutier de Contournement Est de Rouen-Liaison A28-A13. La DREAL obéirait-elle à une obscure et barbare pression de sa hiérarchie qui exigerait  que les projets autoroutiers   soient réalisés quoi qu’il risque d’en coûter en vies humaines ?