Traçage numérique #StopCovid, soutenez une solution Indépendante et Démocratique !

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Le traçage (“contact tracing”) numérique semble donner des résultats dans la lutte contre le Covid-19, notamment à Singapour, Taiwan, et en Corée du Sud. La France réfléchit à un projet similaire du nom de StopCovid.

Cette application a le potentiel de devenir une solution pour endiguer la propagation du virus et nous aider à sortir du confinement généralisé.

Un tel outil de collecte de données pour le bien commun est une première dans notre pays et posera probablement les bases de la relation entre notre société, le numérique et nos vies privées.

Quelque soit notre niveau de confiance dans le gouvernement actuel, une telle concentration de données personnelles entre les mains de l’État et d’acteurs lucratifs constituerait un changement de paradigme brutal, à même de créer un dangereux précédent.

L’actualité nous démontre sans cesse les risques de dérive vers un État policier et vers la marchandisation de nos données (surveillance de masse aux USA et en Chine, répression des lanceurs d'alerte, scandale Cambridge Analytica, vente de données médicales en Grande-Bretagne, ...).

Cependant, nous pouvons protéger nos concitoyens sans mettre en danger notre vie privée, en respectant des principes inviolables :

  - Indépendance vis à vis de l’État et d'intérêts lucratifs : il est indispensable que l’application soit sous la responsabilité d’une organisation multi parties prenantes et sans but lucratif (Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) ou Coopérative Européenne) 

  - Gouvernance démocratique : le partage des décisions doit être opéré par collèges de vote (entre 10% et 50% de droits de vote par collège, 1 personne = 1 voix au sein de chaque collège), comprenant à minima : 
. des associations (protection de la vie privée, inclusion numérique, démocratie, Communs, ...)
. des scientifiques (virologie, épidémiologie, psychologie sociale, sécurité informatique, …)
. des soignants
. des représentants des citoyens (État via le Secrétariat au Numérique et le Ministère de la Santé, collectivités, ...) 

  - Transparence : la finalité du projet et des algorithmes doit être claire, tous les codes générés doivent être Open Source, et la liste des dirigeants et prestataires impliqués doit être publique.

  - Protection de la vie privée dès la conception (“privacy by design”) : un ensemble de garde-fous techniques devront garantir l’anonymat des données.

Le respect de ces principes permettra l’adhésion du plus grand nombre, et ainsi une meilleure efficacité de l’application.

Il montrera la voie pour le futur en termes d’utilisation collective de nos données dans l’intérêt commun.

 

Co-rédacteurs :

Mathieu Castaings, Entrepreneur et expert-comptable coopératif, accompagnateur des 2 premières SCIC associant l’État au capital

Nicolas Guillaume, Nicolas Galland, Lomig Coulon : citoyens engagés dans le monde du numérique et des médias