Pour le retrait de la statue de Léopold II à l'université de Mons

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Je m'appelle Dusingize Marie-Fidèle et je suis une jeune étudiante afro-descendante de l'université de Mons. Je me présente en tant que porte-parole  des étudiants afro-descendant.e.s de l’université de Mons pour réclamer le définitif retrait de la statue de Léopold II qui séjourne dans les locaux de Warocqué à côté de la Salle académique.

En effet, exposer cette statue, c’est participer à la négation de l’Histoire. Permettre à la statue de Léopold II de séjourner à l’université de Mons, c’est occulter que la colonisation de la Belgique au Congo (en dehors de la conquête des terres) renvoie à des pratiques effroyables dont le GÉNOCIDE de millions de congolais, le TRAVAIL FORCÉ, les MUTILATIONS, les VIOLS, le PILLAGE DES RICHESSES et la DESTRUCTION des repères CULTURELS et SPIRITUELS de la communauté congolaise.

Aujourd’hui, la communauté des étudiant·e·s afro-descendant.e.s de l’université de Mons ne peut maintenir le silence face à cette propagande coloniale qui représente une véritable offense à notre mémoire et à notre identité d’ afro-descendant.e.s belges.

D’ailleurs, nous croyons au rôle éducatif et au rôle éthique de l’université Mons visant à protéger et assurer le bien-être de tous leurs étudiant·e·s et ceci, peu importe leurs origines ethniques, sociales, économiques et culturelles.  

À la lumière de ces arguments, nous demandons justice !  Nous demandons votre soutien en signant cette pétition visant à encourager cette initiative. Nous sollicitons donc les instances les plus hautes de l’université à assurer le retrait de cette statue.  Le but de notre initiative n’est pas d’effacer l’Histoire à travers le retrait de la statue mais recontextualiser le véritable rôle qu’a joué Léopold II dans la colonisation du Congo. Nous voulons aussi poser des actions concrètes.

Nous remercions tous celles et ceux qui se porteront volontaires pour joindre et soutenir notre initiative. Ensemble, obtenons justice. Décolonisons les espaces et les esprits !