Construisons la Bretagne en Commun ! Savomp Breizh asambles !

0 a signé. Prochain objectif : 200 !


Construisons la Bretagne en Commun !

Les élections régionales de mars 2021 sont l'occasion d'affirmer notre volonté de construire la Bretagne en commun. La pandémie du COVID-19  a mis au jour les fragilités de la puissance publique centrale et, surtout, la nécessité de renforcer la capacité de décision et d'action des municipalités et régions. L'idée que nous pourrions faire mieux et plus rapidement face à une crise sanitaire en maitrisant les politiques publiques de santé à l'échelle de la Bretagne apparait désormais comme une évidence.

 

Cette capacité de pilotage local va être d'autant plus cruciale dans la crise économique et sociale qui s'annonce. La Bretagne, de Brest à Clisson est un espace cohérent pour impulser des politiques publiques qui prennent à bras le corps la transition écologique, en soutenant une Bretagne agricole qui produise mieux et différemment tout en générant des emplois nombreux et de qualité sur tous nos territoires. Une agriculture qui favorise des cultures de meilleure qualité, plus respectueuses de la santé humaine, de la biodiversité, de la qualité des sols et de l'eau, et qui rompe avec un modèle intensif aussi destructeur qu'obsolète. Cette inflexion s'inscrit dans une perspective globale de lutte contre le réchauffement climatique et de solidarité avec la paysannerie à l'échelle planétaire. L'urgence climatique nous contraint à ne pas attendre 2040 pour trouver des alternatives concrètes et rapides pour sortir des importations de soja transgénique et des OGM et à refuser le désastre annoncé que sont les fermes usines du plan volailles.

Il est tout aussi urgent de repenser la relation entre les métropoles de la péninsule armoricaine et les villes et territoires de l'intérieur, notamment ruraux, afin de répartir harmonieusement l'accès à la santé, à la culture, aux transports, à l'éducation et à la formation, et bien sur au logement, à l'emploi et aux services publics. 

Au regard de ses compétences actuelles et de celles que nous devrions maîtriser pour répondre aux exigences portées par les mouvements sociaux, la Bretagne doit être aussi un espace d'exemplarité pour promouvoir l'égalité femmes-hommes, l'économie solidaire basée sur l'utilité sociale et non la recherche de profit à court terme, la diversité linguistique bretonne, l'éducation contre les LGTBphobies, la solidarité intergénérationnelle et la fraternité avec les migrants. A l'heure où l'idée d'une Bretagne dotée de compétences nouvelles fait son chemin, il nous semble fondamental d'en faire d'abord un espace de référence pour une démocratie participative en impliquant chacun et chacune. Les Bretonnes et les Bretons doivent pouvoir se saisir du débat pour librement se déterminer par voie référendaire sur le périmêtre de la Bretagne et le degré d'auto-gouvernement législatif et fiscal qu'ils souhaitent exercer eux-mêmes. 

Derrière les belles performances des listes écologistes et citoyennes les dernières élections municipales ont permis de faire émerger une envie de renouveau démocratique qui doit trouver un prolongement et une traduction politique dans les scrutins de mars 2021.

Cette initiative doit aussi devenir le réceptacle naturel de la soif de justice sociale portée par celles et ceux qui se mobilisent pour la défense du système de retraites par répartition, la réduction du temps de travail, la hausse des salaires et des minimas sociaux, la prise en compte de la pénibilité des emplois ouvriers. Cela ne pourra se faire qu'à travers la construction collective d'une dynamique et d'un programme permettant de rallier les électeurs et électrices ne se retrouvant pas dans le bilan, les ambiguïtés et les compromis de la majorité sortante. Cette coalition à la fois multicolore et gwenn-ha-du doit rassembler au-delà des égos, des formations politiques traditionnelles et des logiques d'appareils parisiens. Ce sera la clef du succès pour proposer et construire la Bretagne en commun de demain et pour offrir une réelle alternative démocratique. Ce faisant, nous refusons de laisser le champ de la contestation politique locale au Rassemblement National, qui aura beau jeu de souligner le peu de nuances existant entre les autres listes en présence.

L'enjeu est de taille, il est enthousiasmant : en tant que signataires du présent texte nous vous invitons à y participer en y apposant votre signature et en invitant ainsi les forces politiques concernées à se donner les moyens de concrétiser ces possibles.

Premiers signataires :

Lionel Henry, Maire de Montreuil-Le-Gast, Florence Lescoffit, conseillère municipale, Ploemel,Primael Petit Conseiller Nantes Métropole et conseiller municipal Saint Herblain en Commun,Laetitia Fitamant, militante pour le droit au logement et pour la langue bretonne, Douarnenez,Eric Bainvel , Conseiller municipal St Herblain en Commun,Christine Georges, Conseillère Municipale Cintré en Commun,Brieg Guerveno, musicien, Iffendic,René Louail Paysan, Ecologiste Saint Mayeux, Nil Caouissin, Enseignant en langue bretonne, Plouha, Anton Burel, Conseiller municipal Cintré en Commun, Montserrat Casacuberta, Conseillère Rennes Métropole, Gael Roblin, Conseiller Municipal Guingamp en Commun, Fabrice Cadou, Enseignant en langue bretonne, Morlaix Trefina Kerrain, Auxiliaire de vie, Conseillère municipale à Lannion et Lannion Tregor Communauté, Kristian Le Mener, Responsable associatif à Morlaix, Jef Monnier, auxiliaire de vie, Conseiller municipal à Rennes et Conseiller Rennes Métropole, Herve Le Gal, Coordinateur associatif, Rochefort-en-Terre, Jerom Bouthier, militant de la langue Gallèse, Rennes, Lus Bimont-Chauveau enseignant bilingue du service public éducation Morlaix, Martial Méaude, Maire adjoint de la commune Déléguée de Château-du-Loir (Sarthe), Gael Briand Conseiller municipal Lorient En Commun, Alan Ar Rouz Enseignant Pommerit Quintin...