Non à la dictature des ronds-points, oui à la loi républicaine.

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Face à une crise sans précédent en France, il est temps de dire NON à ce qui se passe, cautionné par des medias complices et un personnel politique archaïque  et tétanisé.
Au delà des souffrances réelles, et de revendications disparates  des rassemblements en France, revenons sur le procédé médiatique, sur les chiffres et sur les comportements.

1.     La « marque » gilets jaunes  a bénéficié d’un lancement sans précédent des chaînes d’information en continu et des médias sociaux, qui a emporté toute raison dans tous les autres supports et jusqu’à la presse écrite. Ce lancement on l’a eu avant, pendant, après (acte I, Acte II, etc…) avec un bourrage de crâne jusqu’à saturation. Une pseudo  sympathie  de 84% de français...  est la conséquence de ce matraquage.

2.     Seul 0,7% du corps électoral (les inscrits) était sur les ronds points : en effet, au plus fort, le samedi 17 novembre on dénombrait 290.000 gilets jaunes mobilisés, à rapporter sur 67,6 Millions de français et 42,5 M d’inscrits au 1er tour des législatives de 2017. Et même, puisqu’une partie des présents s’affirmaient « ne pas voter », si on le rapporte aux seuls 22,7 M de votants, on monte à 1,3%...

3.     Les revendications  et la discussion face aux gros bras et à la menace : partout on a vu des comportements paisibles et des discussions, mais partout aussi on a vu des menaces, des  entraves inacceptables, des injures, des violences. Jusqu’à ce 2 décembre, avec des individus insultant, menaçant, tabassant, pillant, brulant, caillassent les pompiers venus éteindre leurs incendies, et pour couronner le tout, les « représentants » des gilets jaunes qui avaient affiché leur volonté de sortie de crise et de discussions avec Matignon, menacés de mort sur les réseaux, jetant l’éponge…

4.     Ceux qui brisent les statues à l’Arc de Triomphe ont les procédés de Daesh : il faut le dire et le répéter, sans l’idéologie religieuse, leur nihilisme est le même. Cette frange de personnes, qui ne représente qu’une fraction radicalisée des gilets jaunes, soit bien moins de 1% des adultes en France,  a pour principes que  la force prévaut sur le droit, que l’anti-société est norme, avec le non respect de valeurs communes, l’individualisme forcené, et la non protection des faibles qui n’auront qu’à se taire.

ET BIEN, REFUSONS DE NOUS TAIRE, ET D’ETRE COMPLICE DE CETTE BARBARIE.

Les appels aux « insoumissions » aux « insurrections », à se « dresser contre l’état » de personnels politiques désuets en mal de révolution sont des crimes. Les modérés qui se sont tus et les ont les laissé faire ont été massacrés pendant la Terreur ou pendant tous les autres mouvements de foule de ce type, et ceux qui ont cru soit aux arrangements, soit  à leur place dans la société sont morts en camps pendant la guerre, et encore après.

NOUS REFUSONS QUE MOINS DE 1% DE LA POPULATION DICTE SA LOI.

NOUS VOULONS QUE LA LOI REPUBLICAINE S’APPLIQUE, GARANTISSANT LES LIBERTES INDIVIDUELLES, DONT CELLE D’ALLER ET VENIR, LES BIENS ET LES PERSONNES, ET QUE CELLE CI  SE DETERMINE PAR LES URNES, PAS PAR LA FORCE.

POUR CELA SIGNEZ CETTE PETITION MASSIVEMENT, DEPASSONS VITE LE MILLION, MONTRONS QUE LA MAJORITE DE FRANÇAIS CHOISIT LES URNES ET LA LOI PLUTOT QUE LES BARRES DE FER ET LA DICTATURE DES RONDS POINTS.

ET S’IL LE FAUT NOUS DEFILERONS PACIFIQUEMENT POUR MONTRER CETTE MAJORITE SILENCIEUSE.

Merci

Un travailleur depuis l’âge de 20 ans qui se lève tôt, vote et paye ses impôts dans un pays où on a des hôpitaux et des services publics avec des gens raisonnables qui discutent.

 

 


Voulez-vous partager la pétition ?