La liberté de l'historien et la censure de Facebook France - Le cas de François Delpla

0 a signé. Prochain objectif : 500 !

Jacques EUTROPE
Jacques EUTROPE a signé la pétition

Mon ami, l'historien du nazisme Francois Delpla, vit sans Facebook depuis plusieurs semaines après que tous ses textes ont été supprimés sur Facebook, notamment tous les textes publiés dans le groupe d'études créé sur Facebook qui s'intitule ISSN - International Society for the Study of Nazism.

François n'a plus aucun accès à Facebook. Son adresse IP est surveillée ainsi que son numéro de téléphone portable.

Toute tentative de connexion depuis une autre identité est immédiatement interceptée et supprimée.

Tout cela a lieu comme si François Delpla était un promoteur du nazisme et de l'antisémitisme exterminateur. C'est ce que Facebook France lui reproche.

Évidemment cette mise à l'écart de Facebook n'a pas eu lieu en Chine mais en France. Elle est le fait de Facebook France qui agit sur dénonciation.

Cette dénonciation vient d'individus qui n'acceptent pas qu'un historien puisse écrire que Hitler était l'initiateur et le pilote du nazisme.

Il aurait fallu que François Delpla écrive, selon la doxa, que le nazisme était un mouvement de fond de la société allemande, que c'était un mouvement inéluctable et irrépressible.

Ce déterminisme historique est manifestement la seule thèse acceptable aux yeux de la plupart des individus et des groupes sociaux ou intellectuels qui font régner leur loi en France.

Ce déterminisme qui vise des causes essentiellement allemandes cohabite avec la thèse contradictoire de ceux qui défendent l'inéluctabilité du nazisme mais qui recherchent ses causes essentielles en France, avec la dureté du traité de Versailles, la responsabilité de l'Allemagne, les réparations et l'occupation de la Ruhr qui ont été voulues par la France, sans oublier ceux qui veulent que la France soit responsable d'Auschwitz, à cause des Lumières et de la Révolution française, et qui concluent par le nationalisme avec le boulangisme et l'affaire Dreyfus. Tout cela plus la brutalisation de la Guerre de 14-18 dont la France serait responsable, constitueraient les seules bases du nazisme à leurs yeux. Il y a même la thèse qui veut que la France ait initié et développé les pogroms à l’occasion de l’affaire Dreyfus et que Auschwitz en était la conséquence directe. Tous ceux-là ne connaissent pas ou n’ont pas lu la lettre à Gemlich dans laquelle Hitler explique, en 1919, son intention de rompre avec les pogroms pour une action radicale, totale et définitive.

Dans les deux sous-ensembles contradictoires de cette cause déterministe historique, un mannequin nommé Hitler aurait été placé au sommet du nazisme pour habiller l'ensemble comme un communiant est placé au sommet d'une pièce montée.

Aucun de ceux qui défendent ces thèses déterministes et contradictoires ne parviennent à expliquer sérieusement comment Hitler a été nommé chancelier le 30 janvier 1933.

Ils ne comprennent pas non plus Dunkerque, en mai 1940, puisqu’ils n‘ont jamais vu et assimilé que Hitler souhaitait au-delà de l’humiliation de la France, une entente avec les Anglais qui auraient eu le rôle de dominer les mers et les peuples « inférieurs » en laissant l’Europe continentale entre des mains allemandes et nazies.

Il convient que l’histoire du nazisme progresse et que François Delpla ne subisse plus cette censure totale et absolue sur Facebook.

J'ai saisi la DILCRAH qui est rattachée au Premier ministre et qui est dirigée par un préfet.

Je l'ai fait à plusieurs reprises et sans succès pendant le confinement. Hier j'ai pu parler à un des membres de la DILCRAH et je lui ai adressé, à sa demande, un récapitulatif de notre conversation.

Cela a été fait et j'attends le résultat de cette action.

Par avance je vous remercie tous d'un soutien public et privé que je vais organiser et dont je vais vous transmettre prochainement les moyens.

Le plus paradoxale est que pendant cette censure totale et absolue qui a été décrétée par Facebook France à l’encontre de François Delpla, il était l’invité du journal de CNews lors de la commémoration par Emmanuel Macron de l’action de De Gaulle à Montcornet en mai 1940.

Voir ci-après à partir de 22 minutes du début de cet enregistrement :

https://www.cnews.fr/emission/2020-05-17/le-carrefour-de-linfo-1ere-partie-du-17052020-957800