Laurentian Solidarity Call to Action/Appel à l'action de solidarité de la Laurentienne

0 have signed. Let’s get to 1,000!


(La version française suit.)

Over the past three months, the University of Laurentian has been the first public institution to be ‘restructured’ under the Companies’ Creditors Arrangement Act (CCAA).  This act was designed for insolvent private companies, and its use against a public university sets a dangerous precedent for the future of public education and research and for all public institutions.
 
Laurentian University, in the northern city of Sudbury, Ontario, holds a groundbreaking tricultural mandate to provide 'an outstanding university experience, in English and French, with a comprehensive approach to Indigenous education’.  The University is in strong relationship with Indigenous, francophone, rural, and working class communities in Northern Ontario.
 
On February 1st, Laurentian declared insolvency when decades of underfunding and a series of financial missteps by the University’s Board and upper administration created an untenable financial situation.  The Board and upper administration had concealed the nature and extent of this situation from faculty and from established university accountability mechanisms, although the Minister of Colleges and Universities, Ross Romano, knew a year earlier and failed to act. 
 
When the situation was revealed to the Laurentian University community in February, the University opted not to follow the detailed procedures for financial exigency found in collective agreements that the University itself had negotiated.  These procedures outline how such a financial situation should be addressed in order to maintain the integrity of the university’s core mission of research and education and its collective agreement commitments.  Instead, with the tacit (at best) blessing of the provincial Ford government, the University’s Board invoked the CCAA, which had only ever been used in the private sector for businesses
 
This move initiated a secretive court-supervised insolvency process through which the University administration tried to satisfy creditors by slashing 58 of 107 undergraduate programs and 11 of 33 graduate programs; by defederating from its affiliated institutions, thereby denying them degree-granting privileges; and by terminating 110 of 361 faculty members and 41 staff members—that is, it cut half of its programs and one third of its faculty.
 
Because this process was conducted using the CCAA, these employees were not afforded their collective agreement protections.  They have been denied basic severance pay and have had their pensions frozen.  They were fired in group Zoom calls, and many were given only two weeks’ notice of their termination.  Faculty who were not terminated have accepted, under duress, a collective agreement with major concessions.  The CCAA process also meant that faculty were not able to assess the academic implications of these cuts for the University’s core mission as they normally would have through collegial governance mechanisms for any decision affecting academic matters.
 
Many students have had their program disappear in the middle of their degree.  Graduate students have lost their supervisors and dissertation committees mid-way through writing their dissertations.  Many graduate students have also lost thousands of dollars in external scholarships and fellowships disbursed through the university. 
 
As Laurentian is the third-largest employer in the city of Sudbury, the only university in Sudbury, and one of very few universities in Northern Ontario, this situation will be devastating for the region.  
 
We the undersigned commit ourselves to action to reverse these disgraceful cuts.
 
We recognize:
·      Universities are public goods, not businesses.  Universities have a unique mandate to educate, foster public debate, and conduct research in the public interest.  Like other public institutions, they should be publicly funded and cannot be judged by the same criteria as businesses, which seek to make a profit. 
·      Laurentian University has a specific commitment to francophone education, Indigenous Studies and meeting the needs of Sudbury and Northern Communities.  These commitments are rooted in historical obligations, and their value cannot be judged based on their ability to generate revenue.  These and similar commitments have been undermined at other institutions for years as well, despite administrations’ professed commitments to reconciliation, and to Equity, Diversity, and Inclusion. 
·      The cuts have included termination of the Indigenous Studies program, which was part the University of Sudbury, the founding institution with which Laurentian University was affiliated.  Started in 1991, this was one of the original Indigenous Studies programs, in deep relationship with Indigenous communities in northern Ontario, and the site of essential research and expertise.  Cutting this program undermines universities’ obligations following the Truth and Reconciliation Commission and the special standing of Indigenous-run and community-accountable education given the long and ongoing history of white settler colonialism on campuses and in the production of knowledge.
·      The cuts at Laurentian are a particular attack on francophone educational rights and the francophone community in Northern Ontario.  Laurentian is not only a bilingual university; it is also a unique cultural hub, sustaining and building Franco-Ontarian culture in the region through music, theatre, literature, and more.  The CCAA process cut programs based on enrolment numbers and revenue generation, not their quality or broader significance, resulting in the elimination of a disproportionate number of French-language programs, which may have had lower (but sufficient) enrolment but had far broader community value.  Universities are more than balance sheets.  
·      The Companies’ Creditors Arrangement Act (CCAA) was designed to circumvent workers’ collective agreements, favouring the business needs of creditors over workers’ hard-won collective bargaining rights.  Its use for the first time at a public institution sets a precedent that puts the collective agreements of all public employees at risk.  Such an attack on collective bargaining should not be allowed in any sector, public or private. 
·      Firing tenured faculty is a direct attack on the tenure system and on the academic freedom it protects.  Tenure allows faculty to pursue long-term, community-embedded, exploratory, and critical research; to develop alternative and community-engaged pedagogies; and to participate fully and critically in the public sphere as part of the service that their jobs require—all without fear of retribution should politicians, creditors, or university funders dislike their analysis of climate change or criminal justice policy, for example.  Academic freedom has been eroded for many years, including through the 79% increase in the number of contract faculty in Canada from 2005 to 2015, as precarious faculty cannot exercise the full extent of their academic freedom.  Attacks on academic freedom harm the quality of research, education, and public engagement in a society.  The tenure system is critical to the mission of universities and must be protected. 
·      This process is a direct attack on universities’ long-standing, legislated autonomy.  Universities have unique status, legislated autonomy to prevent political interference and partisan control over research and teaching.  University autonomy is central to academic freedom and was established through the 1906 Flavelle Commission, which led to the bicameral governance structure universities have today to ensure their separation from government.  Laurentian is the latest in a series of attempts by the Ford government to obstruct the autonomy of the university sector and attack post-secondary education—including the Student Choice Initiative and the granting of university status to Canada Christian College.  The Ford government is using the fiscal crisis at Laurentian as an opportunity to exercise more control over the university sector.
·      This process undermines students’ equitable access to quality post-secondary education.  A disproportionate number of humanities and social science programs were cut, along with STEM programs like mathematics and physics, leading to the criticism that Laurentian has been turned into a vocational feeder-school for corporate industry.  Laurentian has slashed equity-oriented programs that offer a crucial place within the university for students from equity-seeking groups.  These cuts destroy the rich disciplinary mix crucial to an expansive university education.  Many students are embedded in their communities and cannot move their lives XX km to the next closest university.  Access to quality, comprehensive local post-secondary education is vital.
·      There is enough money to fund public universities.  If there is one thing we have learned through the COVID-19 pandemic, it is that public services are essential, and funding can be found for them where there is a political will.  When universities are chronically underfunded, they turn to unsustainable revenue-generating mechanisms like rising tuition—including exorbitant international student fees—excessive capital investments, and over-reliance on contract labour.  Premier Ford and his government have failed to provide emergency funding to Laurentian or to stop the CCAA process—once again putting profit over people in this province.  Likewise, the Trudeau federal government has failed to step in to honour its commitments to francophone and Indigenous education or increase directed transfer payments.  Ontario universities receive the lowest government funding per student of any province.     
 
Therefore, we demand that the CCAA process be stopped and that the cuts and terminations at Laurentian be reversed through an emergency rescue package from the Province of Ontario and the Government of Canada.
 
We commit to participating in the province-wide Solidarity Action on April 30 to mark the last day of employment for many terminated workers at Laurentian.
 
We will bring this call to action to our campus unions, student unions, and community organizations to broaden support for an escalating campaign of faculty, students, university workers, and university communities uniting within and across campuses to reverse the cuts and terminations at Laurentian—and those that occur at any other university in this province or beyond.
 
Signed

//

Au cours des trois derniers mois, l'Université Laurentienne a été la première institution publique à être " restructurée " en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC).  Cette loi a été conçue pour les entreprises privées insolvables, et son utilisation contre une université publique crée un dangereux précédent pour l'avenir de l'éducation et de la recherche publiques et pour toutes les institutions publiques.
 
L'Université Laurentienne, située dans la ville septentrionale de Sudbury, en Ontario, est investie d'un mandat triculturel novateur qui consiste à offrir " une expérience universitaire exceptionnelle, en anglais et en français, avec une approche globale de l'éducation autochtone ".  L'Université entretient des relations étroites avec les communautés autochtones, francophones, rurales et ouvrières du Nord de l'Ontario.
 
Le 1er février, la Laurentienne s'est déclarée insolvable après que des décennies de sous-financement et une série de faux pas financiers de la part du conseil des gouverneurs et de piètres décisions prises par la haute administration de l'Université aient créé une situation financière intenable.  Le conseil des gouverneurs et les administrateurs avaient caché la nature et l'étendue de cette situation au corps professoral et aux mécanismes de reddition de comptes de l'Université, bien que le ministre des Collèges et Universités, Ross Romano, qui l'aurait su un an plus tôt, ait choisi de ne pas agir. 
 
Lorsque la situation a été révélée à la communauté de l'Université Laurentienne en février, l'Université a choisi de ne pas suivre les procédures détaillées relatives à l'urgence financière qui se trouvent dans les conventions collectives que l'Université a elle-même négociées.  Ces procédures décrivent la façon dont une telle situation financière doit être traitée afin de maintenir l'intégrité de la mission fondamentale de l'Université, à savoir la recherche et l'éducation, ainsi que les engagements pris dans le cadre de la convention collective.  Au lieu de cela, avec la bénédiction tacite (au mieux) du gouvernement provincial Ford, le conseil des gouverneurs de l'Université a invoqué la LACC, qui, jusqu'à présent, n'avait été utilisée que dans le secteur privé pour les entreprises. 
 
L'administration de l'Université a tenté de satisfaire ses créanciers en supprimant 58 des 107 programmes de premier cycle et 11 des 33 programmes de deuxième cycle, en se défaisant de ses établissements affiliés, leur refusant ainsi le privilège de décerner des diplômes, et en licenciant 110 des 361 membres du corps professoral et 41 membres du personnel - autrement dit, elle a supprimé la moitié de ses programmes et le tiers de son corps professoral.
 
Comme ce processus a été mené par le biais du CCAA, ces employés n'ont pas bénéficié des protections de la convention collective.  Ils se sont vus refuser l'indemnité de départ de base et leurs pensions ont été gelées.  Ils ont été licenciés dans le cadre d'appels collectifs Zoom, et beaucoup n'ont reçu qu'un préavis de deux semaines que leur poste allait être aboli. Les professeurs qui n'ont pas été licenciés ont accepté, sans en avoir eu le choix, une convention collective comportant des concessions importantes.  Le processus de la LACC signifie également que le corps professoral n'a pas été en mesure d'évaluer les implications académiques de ces coupures pour la mission fondamentale de l'Université, comme il l'aurait normalement fait par le biais des mécanismes de gouvernance collégiale pour toute décision touchant les questions académiques.
 
De nombreux étudiants ont vu leur programme disparaître au milieu de leur cursus.  Des étudiants diplômés ont perdu leurs superviseurs et leurs comités de thèse à mi-chemin de la rédaction de leur thèse.  De nombreux étudiants diplômés ont également perdu des milliers de dollars en bourses d'études et de recherche externes versées par l'Université. 
 
Comme la Laurentienne est au troisième rang des employeurs qui comptent le plus d'employés dans la ville de Sudbury, la seule université à Sudbury et l'une des très rares universités du Nord de l'Ontario, cette situation sera dévastatrice pour la région.  
 
Nous, les soussignés, nous engageons à agir pour renverser ces coupures scandaleuses.
 
Nous reconnaissons que :
·      Les universités sont des biens publics, et non des entreprises.  Les universités ont le mandat unique d'éduquer, de favoriser le débat public et de mener des recherches dans l'intérêt du public.  Comme toutes les autres institutions publiques, elles doivent être financées par le public et ne peuvent être jugées selon les mêmes critères que les entreprises, qui cherchent à faire des profits. 
·      L'Université Laurentienne a un engagement spécifique envers l'éducation francophone, les études autochtones et la satisfaction des besoins des communautés de Sudbury et du Nord.  Ces engagements sont ancrés dans des obligations historiques, et leur valeur ne peut être jugée en fonction de leur capacité à générer des revenus.  Ces engagements et d'autres engagements semblables ont été sabotés dans d'autres institutions pendant des années, malgré les engagements professés par les administrations en faveur de la réconciliation, de l'équité, de la diversité et de l'inclusion. 
·      Les coupures ont notamment mis fin au programme d'études autochtones, qui faisait partie de l'Université de Sudbury, l'institution fondatrice à laquelle l'Université Laurentienne est affiliée.  Créé en 1991, il s'agissait de l'un des premiers programmes d'études autochtones, qui entretenait des relations étroites avec les communautés autochtones du nord de l'Ontario et qui était le lieu de recherches et d'expertise essentielles.  La suppression de ce programme porte atteinte aux obligations des universités découlant de la Commission de vérité et de réconciliation, ainsi qu'au statut particulier de l'éducation gérée par les autochtones et responsable devant la communauté, compte tenu de la longue histoire du colonialisme blanc qui se poursuit sur les campus et dans la production de connaissances.
·      Les coupures à la Laurentienne constituent une attaque particulière contre les droits à l'éducation des francophones et la communauté francophone du Nord de l'Ontario.  La Laurentienne n'est pas seulement une université bilingue ; c'est aussi un centre culturel unique, qui soutient et développe la culture franco-ontarienne dans la région par la musique, le théâtre, la littérature, et plus encore.  Le processus de la LACC a coupé des programmes en fonction du nombre d'inscriptions et de la génération de revenus, et non de leur qualité ou de leur importance plus large, ce qui a entraîné l'élimination d'un nombre disproportionné de programmes de langue française, dont le nombre d'inscriptions était peut-être plus faible (quoique suffisant pour que les programmes soient maintenus), mais qui avaient une valeur communautaire beaucoup plus étendu.  La valeur d'une université ne se mesure pas uniquement d'après les états de compte financiers. 
·      La Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) a été conçue pour contourner les conventions collectives des travailleurs, favorisant les besoins commerciaux des créanciers au détriment des droits de négociation collective durement acquis par les travailleurs.  Son utilisation pour la première fois dans une institution publique crée un précédent qui met en danger les conventions collectives de tous les employés publics.  Une telle attaque contre la négociation collective ne devrait être autorisée dans aucun secteur, ni public ni privé. 
·      Le licenciement de professeurs permanents est une attaque directe contre le système de postes menant à la permanence et contre la liberté académique qu'il protège.  La permanence permet aux professeurs de poursuivre des recherches exploratoires et critiques d'envergure, ancrées dans la communauté. Cela permet également de développer des pédagogies alternatives et engagées dans la communauté et de participer pleinement et de manière critique à la sphère publique dans le cadre du service que leur emploi exige - tout cela sans crainte de représailles si les politiciens, les créanciers ou les bailleurs de fonds universitaires n'apprécient pas leur analyse du changement climatique ou de la politique de justice pénale,  titre d'exemple.  La liberté académique est érodée depuis de nombreuses années, notamment par l'augmentation de 79 % du nombre de professeurs contractuels au Canada entre 2005 et 2015, car les professeurs précaires ne peuvent pas exercer la pleine mesure de leur liberté académique.  Les attaques contre la liberté académique nuisent à la qualité de la recherche, de l'éducation et de l'engagement public dans une société.  L'obtention de la permanence est essentielle à la mission des universités et doit être protégé. 
·      Ce processus est une attaque directe contre l'autonomie légiférée de longue date des universités.  Les universités ont un statut unique, une autonomie légiférée pour empêcher l'ingérence politique et le contrôle partisan sur la recherche et l'enseignement.  L'autonomie des universités est au cœur de la liberté académique et a été établie par la Commission Flavelle en 1906, qui a mené à la structure de gouvernance bicamérale dont disposent aujourd'hui les universités pour assurer leur séparation du gouvernement.  L'affaire de la Laurentienne est la dernière d'une série de tentatives du gouvernement Ford pour entraver l'autonomie du secteur universitaire et s'attaquer à l'éducation postsecondaire - y compris l'Initiative de la liberté de choix des étudiants et l'octroi du statut d'université au Canada Christian College.  Le gouvernement Ford profite de la crise financière à la Laurentienne pour exercer un plus grand contrôle sur le secteur universitaire.
·      Ce processus nuit à l'accès équitable des étudiants à une éducation postsecondaire de qualité.  Un nombre déséquilibré de programmes de sciences humaines et sociales ont été supprimés, ainsi que des programmes de STIM comme les mathématiques et la physique, ce qui a donné lieu à des critiques selon lesquelles la Laurentienne a été transformée en une école d'alimentation professionnelle pour les entreprises.  La Laurentienne a sabré dans les programmes axés sur l'équité qui offrent une place cruciale au sein de l'Université aux étudiants issus de groupes en quête d'équité.  Ces coupures détruisent le riche mélange de disciplines essentiel à une formation universitaire étendue.  De nombreux étudiants sont ancrés dans leur communauté et ne peuvent pas déplacer leur vie à XX km de l'université la plus proche.  L'accès à un enseignement postsecondaire local complet et de qualité est vital.
·      Il y a suffisamment d'argent pour financer les universités publiques.  S'il y a une chose que la pandémie de COVID-19 nous a permis de comprendre, c'est que les services publics sont essentiels et qu'il est possible de les financer lorsqu'il existe une volonté politique.  Lorsque les universités sont chroniquement sous-financées, elles se tournent vers des mécanismes de génération de revenus non viables, comme l'augmentation des frais de scolarité - y compris les frais exorbitants des étudiants étrangers - les investissements excessifs en capital et la dépendance excessive à l'égard de la main-d'œuvre contractuelle.  Le premier ministre Ford et son gouvernement n'ont pas réussi à fournir un financement d'urgence à la Laurentienne ou à mettre fin au processus de la LACC - ce qui, une fois de plus, fait passer le profit avant les gens dans cette province.  De même, le gouvernement fédéral Trudeau n'est pas intervenu pour tenir ses engagements envers l'éducation francophone et autochtone ou pour augmenter les paiements de transfert dirigés.  Les universités ontariennes reçoivent le plus faible financement gouvernemental par étudiant de toutes les provinces.    
 
Par conséquent, nous exigeons que le processus de la LACC soit arrêté et que les coupures et les licenciements à la Laurentienne soient annulés par un plan de sauvetage d'urgence de la province de l'Ontario et du gouvernement du Canada.
 
Nous nous engageons à participer à l'action de solidarité à l'échelle de la province le 30 avril pour marquer le dernier jour d'emploi de nombreux travailleurs licenciés à la Laurentienne.
 
Nous transmettrons cet appel à l'action aux syndicats de nos campus, aux syndicats étudiants et aux organismes communautaires afin d'étendre le soutien à une campagne de plus en plus importante du corps professoral, des étudiants, des travailleurs universitaires et des communautés universitaires qui s'unissent à l'intérieur et à l'extérieur des campus pour renverser les coupures et les licenciements à la Laurentienne - et ceux qui se produisent dans toute autre université de cette province ou ailleurs.
 
Signé



Today: Honor is counting on you

Honor Brabazon needs your help with “Those responsible for the CCAA process at Laurentian: Laurentian Solidarity Call to Action/Appel à l'action de solidarité de la Laurentienne”. Join Honor and 864 supporters today.