Revoke legalizasyon pwostitisyon timoun, moun ak bèt, fanm ak fanm, gason ak gason....

Revoke legalizasyon pwostitisyon timoun, moun ak bèt, fanm ak fanm, gason ak gason....

0 have signed. Let’s get to 150,000!

Abdias Lallemand
Abdias Lallemand signed this petition

*Revoke legalizasyon pwostitisyon timoun, moun ak bèt, fanm ak fanm, gason ak gason, avèk ras kabrit nan peyi Dayiti*

*Renverser la légalisation de la Prostitution Infantile, l'Inceste, la Bestialité et de l'Homosexualité en Haïti*

*Reverse the legalization of Child Prostitution, Incest, Bestiality and Homosexuality in Haiti.*

LA POSITION DE L’EGLISE HAÏTIENNE SUR LES DIFFÉRENTS PROBLÈMES MORAUX ISSUS DES RÉCENTS DÉCRETS DU GOUVERNEMENT HAÏTIEN

Le gouvernement de la République a pris plusieurs décrets au cours des 4 derniers mois sur diverses questions qui ont provoqué des protestations de divers secteurs organisés et de simples citoyens de la société. Plusieurs points de ces décrets suscitent la colère de la majorité des Haïtiens qui les considèrent comme une série d'attaques du gouvernement contre la moralité de la société haïtienne, contre ses mœurs et sa culture, tout en ignorant les besoins réels de la population. Nous, l’Église haïtienne, avons la responsabilité de défendre la moralité de notre pays ; nous avons décidé de prendre position sur ces décrets immoraux.

Ainsi :

1.     Nous rejetons les articles 304 et 471 du nouveau Code Pénal qui abaissent subtilement l'âge du consentement ou de la majorité sexuelle à 15 ans.

2.     Nous rejetons l'article 468 du nouveau Code Pénal, qui favorise implicitement la consommation volontaire d'alcool chez les mineurs.

3.    Nous rejetons les articles 304 et 471 du nouveau Code Pénal qui introduisent et permettent indirectement la prostitution des mineurs de plus de 15 ans dans notre système de société.

4.     Nous rejetons l’article 305 du nouveau Code Pénal, qui favorise les pratiques sexuelles entre cousins et cousines, entre oncles et nièces, entre tantes et neveux, et vice versa.

5.     Nous rejetons l''article 301 du nouveau Code Pénal qui autorise même les relations sexuelles entre les humains et les animaux. La société haïtienne rejette ces pratiques dans son système moral, que ce soit du côté des chrétiens ou des non chrétiens. 

7.    Nous rejetons les articles 363 et 366 du nouveau Code Pénal qui punissent les prêtres, les pasteurs, les officiers de l'état civil préposés à la célébration de mariage. Lorsque le refus du service se produit dans un lieu public, ces officiers seront passibles d’une peine de 3 à 5 ans de prison, et d’une amende allant de 75 000 à 100 000 gourdes. L'article 366, mentionne des sanctions pour les « personnes morales », c'est-à-dire les institutions telles que les églises.

Recommandations :

Nous exhortons le gouvernement de la République à réviser tous ces articles qui violent la Constitution du pays, le code civil et qui sont contraires aux mœurs et à la culture de la société haïtienne.

Enfin, nous rappelons aux autorités politiques que « La justice élève une nation, mais le péché est la honte des peuples. » Proverbes 14.34.

Que Dieu bénisse Haïti !

 

POZISYON LEGLIZ AN AYITI SOU DIVES PWOBLÈM MORAL NOUVO DEKRÈ GOUVENMAN AYISYEN AN

Gouvènman Repiblik la pran plizyè dekrè, nan 4 dènye mwa sa yo, sou diferan kesyon ki pwovoke pwotestasyon plizyè sektè òganize ak senp sitwayen nan sosyete a. Plizyè pwen sa yo leve plim sou do pifò Ayisyen ki wè yo kòm yon seri atak gouvènman an fè sou moralite sosyete ayisyèn nan ak kilti li. Pandan ke li fèmen je’l sou bezwen reyèl pèp la. Nou menm Legliz Ayisyen nou gen yon reskonsablite pou’n defann moralite peyi nou. Nan sans sa, nou deside fikse pozisyon nou sou dekrè imoral sa yo.

Konsa :

1.     Nou rejte atik 304 ak 471 nouvo Kòd Penal sa ki bese anba chal laj pou moun dakò fè bagay a 15 zan.

2.     Nou rejte atik 468 nouvo kòd penal sa ki pèmèt ke timoun ki gen 15 zan e plis ka bwè tafia si yo vle.

3.     Nou rejte atik 471 nouvo Kòd Penal sa ki fofile pwostitisyon timoun ki gen plis ke 15 zan nan sistèm sosyete nou an.

4.     Nou rejte atik 305 nan nouvo Kòd penal la, ki sitire pratik seksyèl ant kouzen ak kouzin, ant tonton ak nyès, ant tant ak neve.

5.     Nou rejte atik 301 nan nouvo Kòd Penal sa ki otorize relasyon seksyèl menm ant moun ak bèt si yo pa fòse moun nan. Sosyete ayisyèn nan rejte pratik sa yo nan sistèm moral li, kit moun yo kretyen, ou pa.

7.     Nou rejte atik 362 ak 363 nouvo Kòd Penal sa ki pini tout pè, tout pastè, tout ofisye eta sivil ki ta refize bay sévis piblik ki kont konviksyon moral ak relijye yo. Ofisye sa yo ka pran prizon pou 1 a 5 lane ak peye 50,000 jiska 100,000 goud amann.  Atik 366 lan bay sanksyon enstitisyon yo, tankou legliz.

Kisa nou mande:

Nou mande gouvènman Repiblik la pou’l pase men sou tout atik sa yo ki vyole Konstitisyon peyi a, Kòd Sivil la epi ki kontrè ak bon mès ak kilti sosyete ayisyen nan.

N’ap fini pou nou fè otorite politik yo sonje: “Lè gen jistis nan yon peyi, sa leve peyi a. Men peche lenjistis se yon wont pou yon nasyon.” Pwovèb 14.34

Se pou Bondye beni Ayiti!

 

THE POSITION OF THE HAITIAN CHURCH ON THE DIFFERENT MORAL ISSUES STEMMING FROM THE RECENT DECREES PUBLISHED BY THE HAITIAN GOVERNMENT

The Government of the Republic has published several decrees in the last 4 months on various issues that have sparked criticisms from various organized sectors and simple citizens of society. Several points in the decrees drew the ire of the majority of Haitians who view them as a series of attacks by the government on the morality of Haitian society, on its customs and culture, while ignoring the real needs of the population. We, the Haitian Church, have the responsibility to defend the morality of our country; we have decided to take a stand on these immoral decrees.

Therefore :

1.     We reject the articles 304 and 471 of the new Penal Code which subtly lower the consensual age or sexual majority to 15 years.

2.     We reject the article 468 of the new Penal Code, which facilitates the consumption of alcohol in children above the age of 15.

3.     We reject the article 471 of the Penal Code which indirectly introduces child prostitution into our society since the adults who sexually approach minors above the age of 15 are not penalized.

4.     We reject the article 305 of the new Penal Code, which allows sexual practices between cousins and cousins, between uncles and nieces, between aunt and nephew.

5.     We reject the article 301 which even subtly authorize voluntary sexual relations between humans and animals while Haitian society rejects these practices in its moral system, Christians and non-Christians alike.

7.     We reject the Articles 362 and 363 of the new Penal Code which punish priests, pastors, civil registrars when they refuse to provide a public service which goes against their moral and religious conviction. These officers will spend 1 to 5 years in prison and get a fine ranging from 50,000 to 100,000 gourdes. The article 366 mentions sanctions for "legal persons", that is to say institutions such as churches.

Recommendations:

We urge the government of the Republic to review and repeal all aspects of those articles and decrees that violate the country's Constitution, the Civil Code and which are contrary to the customs and culture of Haitian society.

Finally, we remind the political authorities that: “Righteousness exalts a nation, but sin is a reproach to any people. ” Proverbs 14.34.

May God bless Haiti!

LA POSICIÓN DE LA FEDERACIÓN DE PROTESTANTES DE HAITÍ EN RELACIÓN CON LA EMISIÓN DE LOS DECRETOS DEL CÓDIGO PENAL 2020 SOBRE LA MORAL

El Gobierno de la República ha publicado varios decretos en los últimos 4 meses sobre varios temas que han generado críticas de varios sectores organizados y ciudadanos comunes de la sociedad. Varios puntos en los decretos provocaron la ira de la mayoría de los haitianos que los ven como una serie de ataques del gobierno a la moralidad de la sociedad haitiana, a sus costumbres y cultura, mientras ignoran las necesidades reales de la población. La Federación Protestante de Haití (FPH), que tiene la responsabilidad moral de desempeñar el papel de luz y sal de la sociedad, ha decidido establecer la posición de la comunidad protestante sobre estos decretos.

Esta posición se basa en el análisis de los puntos principales de los decretos que provocaron críticas generalizadas de la sociedad, tales como: reconocimiento de la prostitución infantil, propuesta para que los niños tengan sexo libremente con quien quieran a partir de los 15 años, la legalización de las relaciones sexuales entre tíos y sobrinas, entre tías y sobrinos, entre primos, entre humanos y animales; matrimonio entre 

Otro punto que le parece muy extraño a FPH es el decreto que le permite al presidente perdonar a todo tipo de delincuentes, sin importar lo que hayan hecho y dado que el presidente los ha perdonado, tienen todo el derecho como ciudadanos de desempeñar cualquier papel en la sociedad, tales como participar en elecciones, ocupar cualquier posición importante en el gobierno, etc. El FPH aborda estos nuevos decretos en el contexto sociocultural, económico, político, social y moral de Haití y el nuevo orden mundial.

1.     La FPH rechaza los artículos 275, 277, 304, 305, 471 del nuevo Código Penal que reducen la edad para que los niños se conviertan en adultos a los 15 años, en contra de la constitución enmendada de 1987 que estableció la edad adulta en Haití a los 18 años. Incluso en un país desarrollado como Estados Unidos, los niños menores de 18 años no pueden conducir sin un conductor adulto a su lado. Cualquier adulto que tenga relaciones sexuales con un niño antes de los 18 años está sujeto a ser sancionado por la ley. ¿Qué esperanza habría para una sociedad frágil, miserable, desempleada y superpoblada, como Haití, que permitiría a los niños tener relaciones sexuales y tener hijos a la edad de 15 años, incluso antes de que terminen la escuela secundaria? ¿No es eso bandidaje social? ¿No es eso libertinaje?

2.     La FPH rechaza la idea del artículo 471 del nuevo Código Penal que condena a las personas que tienen relaciones sexuales con niños solo si los niños son menores de 15 años. Es una autorización para que los adultos exploten sexualmente a los niños, lo cual es contrario a la constitución del país, al código civil y al Código Penal legal de 1835. Incluso si el Código Penal de 1835 es antiguo, debe revisarse de acuerdo con la ética.

3.     La FPH rechaza el artículo 468 del Código Penal que penaliza a las personas que facilitan el consumo de alcohol para los niños solo si estos son menores de 15 años. Bajo este nuevo código penal, un niño en tercer grado puede beber alcohol libremente. ¿Cómo logrará este niño estudiar?

4.     La FPH rechaza los artículos 38 y 471 del Código Penal que introducen la prostitución infantil indirectamente en el sistema convencional de la sociedad. Es una invitación del gobierno a los adultos para corromper a los niños en un país donde no hay escuelas o universidades clásicas y vocacionales para todos los niños y jóvenes de esa edad. Las personas en este grupo de edad tienen todo tipo de necesidades insatisfechas: alimentación, atención médica, educación, protección, ocio ... En un país donde más de 4 millones y medio de personas padecen inseguridad alimentaria, cualquier decisión de reducir la edad de consentimiento para los niños es una promoción de la prostitución infantil, que brinda a gays y lesbianas la oportunidad de seducir a los niños.

Estas decisiones son aún más graves si consideramos la difícil situación de muchos jóvenes mayores de 30 años que tienen un título tecnico o universitario pero que dependen de sus padres porque no tienen nada que hacer.

5.     La FPH rechaza los artículos 208, 248, 264, 275, 278, 298, 301, 305 del nuevo Código Penal, que fortalecen las prácticas sexuales entre personas del mismo sexo, entre primos, entre tíos y sobrinas, entre tías y sobrinos (artículo 305). Peor aún, estos artículos incluso establecen disposiciones legales para que los jueces sean encarcelados si se niegan a trabajar en el caso de una persona que practica tales comportamientos sexuales. El artículo 301 incluso legaliza las relaciones sexuales entre humanos y animales, siempre que no se vean obligados a hacerlo. Sin embargo, en la sociedad haitiana actual, las pocas personas que toman estas decisiones ni siquiera tienen el coraje de admitir su estilo de vida. Son conscientes de que representan una minoría. Y la sociedad haitiana rechaza estas prácticas en su sistema moral, tanto cristianos como no cristianos.

Los artículos 362 y 363 del mismo Código Penal pueden castigar a todos los sacerdotes, a todos los pastores, a todos los registradores autorizados por la ley para casar personas. Cualquiera que ofrezca un servicio abierto al público en general y se niegue a servir a esta categoría de personas (LGBTQ) puede pasar de 3 a 5 años en prisión y pagar entre 50,000 y 75,000 gourdes de multas. El segundo párrafo del artículo 363 menciona sanciones para las "personas morales", es decir, instituciones como las iglesias.

7.     El FPH está en contra de la decisión del Poder Ejecutivo de suprimir más de 30 textos penales sobre diversos temas sin ningún debate en la sociedad, en un contexto en el que el parlamento no funciona y todos los ciudadanos se están refugiando con sus familias para evitar ser asesinados por la pandemia de coronavirus. Peor aún, el Ejecutivo no celebró elecciones a pesar de tener una mayoría en ambas ramas del Parlamento.

8.     El artículo 215 del nuevo código penal otorga al Presidente de la República el derecho de indultar a las personas condenadas a nivel penal o correccional. El artículo 216 incluso establece que si una persona ha sido condenada por un delito, desde que el presidente la absuelva, esta persona retoma sus derechos civiles normalmente. Eso significa que un criminal que todos conocen puede convertirse en senador, representante de la cámara y hasta presidente, una vez que el presidente lo haya indultado.

2. Recomendaciones:

La FPH recomienda que el gobierno de la República adopte un nuevo decreto que anule todos los decretos que violen la constitución, el código civil y que sean contrarios a las costumbres y la cultura de la sociedad haitiana. Porque:

(a) Las leyes se hacen para proteger a una sociedad, para defender los intereses de una sociedad. No se hacen leyes contra una sociedad. Hoy, las necesidades de la sociedad haitiana son la seguridad, la justicia, la educación, la atención médica, el empleo, un medio ambiente limpio y el buen gobierno.

(b) Mientras no se haya cambiado la Constitución, no se pueden hacer leyes que sean contrarias a ella.

(c) Los cambios en las leyes sobre la composición de la familia, o sobre la reasignación de género, no se pueden hacer en un momento en que el Poder Legislativo, cuyo papel es hacer leyes, no existe. La gente seguramente puede hacer campaña por reformas significativas en el funcionamiento de una sociedad, pero depende de la población decidir si votar por estas reformas o no cuando se cumplen las condiciones para elecciones adecuadas.

La FPH insta a todos los profesionales del derecho, independientemente de su papel en el sistema, a todos los intelectuales patrióticos, a todos los líderes de la comunidad, a los representantes de la sociedad civil, a mantener debates públicos en los medios y otros espacios abiertos para ayudar a la población a comprender la importancia de estos cambios, para que puedan defender sus derechos.

El FPH exhorta a todos aquellos que creen en la familia de la manera en que Dios lo propuso, un padre, una madre y sus hijos, a que se pongan de pie para defender pacíficamente nuestras creencias. Del mismo modo, todos aquellos que creen que solo un hombre y una mujer deben casarse deben defender su convicción. Si se aprueba este nuevo Código Penal y este nuevo código civil, que se elaboraron a espaldas de la ley, la iglesia basada en la Biblia no podrá funcionar en Haití.

Finalmente, el FPH recuerda a las autoridades políticas que: “La justicia engrandece a la nación;
Mas el pecado es afrenta de las naciones.. ” Proverbios 14.34.

¡Que Dios bendiga a Haití!

 

Justification des points de notre Pétition

1.            Nous rejetons les articles 304 et 471 du nouveau Code Pénal qui abaissent subtilement l'âge de la majorité sexuelle à 15 ans.

 « Article 304.- Le fait par une personne, à des fins d’ordre sexuel, d’inviter, engager ou inciter une personne mineure âgée de quinze (15) ans au plus à la toucher, à se toucher ou à toucher un tiers, directement ou indirectement, avec une partie du corps ou avec un objet est passible d’un emprisonnement de un (1) an à trois (3) ans et d’une amende de 25 000 gourdes à 50 000 gourdes, ou de l’une de ces peines.

Article 471.- Le fait par une personne majeure de faire des propositions sexuelles à une personne mineure âgée de quinze (15) ans au plus ou à une personne se présentant comme telle en utilisant un moyen de communication électronique est passible d’un emprisonnement de six (6) mois à un (1) an et d’une amende de 50 000 gourdes à 75 000 gourdes. L’emprisonnement est de un (1) an à trois (3) ans et l’amende de 75 000 gourdes à 100 000 gourdes lorsque les propositions ont été suivies d’une rencontre. »

Pourquoi la loi fait-elle ici une exception dans la catégorie de mineurs pour lesquels ces actes sont sanctionnés ? Pourquoi ne punit-elle que les personnes qui essaieraient d’engager sexuellement les mineurs âgés de 15 ans au plus ? Il est ici implicitement exprimé qu’une fois le/la mineur(e) incité(e) par l’adulte aurait dépassé les 15 ans, la loi ne sanctionnera pas. Ce qui du coup expose nos adolescents à des dangers tels que le détournement de mineur, le tourisme pédophile, et tout autre débauche sexuel visant nos jeunes de plus de 15 ans. Nous voulons donc que la loi retire cette exception, et que cet article couvre et protège en bonne et due forme tous nos mineurs.

2.            Nous rejetons l'article 468 du nouveau Code Pénal, qui favorise implicitement la consommation volontaire d'alcool chez les mineurs.

Article 468.- Le fait de provoquer directement une personne mineure à la consommation habituelle et excessive de boissons alcooliques est passible d’un emprisonnement de six (6) mois à un (1) an et d’une amende de 25 000 gourdes à 50 000 gourdes. Lorsqu’il s’agit d’une personne mineure âgée de quinze (15) ans au plus ou que les faits sont commis à l’intérieur d’un établissement scolaire ou éducatif ou à l’occasion des entrées ou des sorties des élèves, aux abords d’un tel établissement, l’infraction définie par le présent article est passible d’un emprisonnement de un (1) an à deux (2) ans et d’une amende de 25 000 gourdes à 50 000 gourdes.

Nous rejetons l’aspect subtil de cet article qui ne sanctionne que lorsque le mineur aurait été provoqué à cet effet, ce qui du coup ouvre largement une porte pour que nos mineurs consomment de l’alcool de leur plein gré, ou même se réunissent pour le faire ; la loi ne sanctionnera pas. Laisser cette ouverture dans le Code Pénal ne protège pas la société haïtienne d’une jeunesse livrée par elle-même à l’alcool car l’article dit seulement « attention, ne les forcez pas à boire !». Puisque ce Code a prévu une série de mesures adaptées aux personnes mineures comme l’admonestation judiciaire, mesures de protection, etc. (art. 114-117 par exemple) il est donc en mesure de protéger totalement nos mineurs contre la consommation alcoolique et il en a le devoir vu que la loi façonne la société. L’alcool consommé avant les 18 ans nuit grandement au développement normal du corps et du cerveau, pourtant cet article laisse au mineur le plein droit d’en consommer et de s'en procurer comme il l'entend. Nous appelons donc les responsables à pallier ce problème correctement, en reprenant cet article qui marque, en ce sens, une volonté pour la dépravation de la jeunesse haïtienne.

3.            Nous rejetons les articles 304 et 471 du nouveau Code Pénal qui introduisent et permettent indirectement la prostitution des mineurs de plus de 15 ans dans notre système de société.

Ces articles sont mentionnés dans notre point 1 de la pétition. Bien que le Code Pénal semblerait pénaliser la prostitution dans son article 384, cependant ces mêmes 2 articles, 304 et 471, en laissant à découvert nos mineurs de 15 ans, laisseraient encore la possibilité pour eux de se prostituer sans aucune forme de pénalisation. Nous réitérons avec véhémence notre demande auprès des leaders étatiques de couvrir et protéger l’ensemble global de nos mineurs contre ces menaces dépravantes, et de ne plus faire d’exception.

4.            Nous rejetons l’article 305 du nouveau Code Pénal, qui favorise les pratiques sexuelles entre cousins et cousines, entre oncles et nièces, entre tantes et neveux, et vice versa.

Article 305.- Commet un inceste quiconque, sachant qu’une personne est, par les liens du sang ou par adoption, son père ou sa mère, son enfant, son frère ou son demi-frère, sa sœur ou sa demi-sœur, son grand-père, sa grand-mère, son petit-fils ou sa petite-fille, selon le cas, a des rapports sexuels avec cette personne. Nul ne doit être déclaré coupable d’inceste si, au moment où les rapports sexuels ont eu lieu, il a agi par contrainte, violence ou crainte émanant de la personne avec qui il a eu ces rapports sexuels. Quiconque commet un inceste est passible de dix (10) ans à quinze (15) ans de réclusion criminelle.

Ici la loi nous redéfinit l’inceste et n’appelle plus incestueuse une relation entre cousins/cousines ou tantes/oncles- neveux/nièces. Nous voulons ramener le fait que la consanguinité présente dans ces genres de relations amène encore des risques de malformations et de maladies congénitales. Nous ne voulons pas laisser la voie, par cet article, pour qu’une nouvelle culture qui n’est du tout pas la nôtre s’installe dans notre pays et que la génération future en souffre les conséquences tant morales que génétiques. Nous appelons donc aux leaders concernés à qualifier d’autant incestueuses les relations entre cousins/cousines ou tantes/oncles- neveux/nièces jusqu’au degré de consanguinité raisonnable et salutaire pour le futur de notre société.

5.            Nous rejetons l''article 301 du nouveau Code Pénal qui autorise même les relations sexuelles entre les humains et les animaux. La société haïtienne rejette ces pratiques dans son système moral, que ce soit du côté des chrétiens ou des non chrétiens.

Article 301.- Le fait de forcer une personne à commettre un acte sexuel avec un animal est passible d’un emprisonnement de cinq (5) ans à dix (10) ans et d’une amende de 50 000 gourdes à 100 000 gourdes.

Tout ce que la loi ne sanctionne pas est légalement autorisé. De ce fait nous rejetons l’aspect de cet article qui ne sanctionne que lorsque les relations sexuelles entre humains et animaux ont été forcées. La loi haïtienne ne peut se taire sur la bestialité, et nous ne pouvons accepter qu’elle le fasse. Nous demandons donc que les leaders et créateurs de ce Code sanctionne cet acte tant quand il est forcé que quand il est volontaire. Cet acte reste et demeure une violence humaine contre la nature et les animaux que nous devons protéger, et constitue une marque dégradante pour l’humanité de chercher son pareil sexuel en un animal quelconque. Il s’agit d’un vice que la société haïtienne ne tient pas à adopter et encore moins à autoriser subtilement dans ses lois.

« Toute personne ayant subi des changements morphologiques, fait la mise à jour y relative dans les deux (2) mois qui suivent ces changements au bureau de l’Office nationale d’identification. »

Proposition : que le gouvernement retire l’expression « changements morphologiques » qui justifierait plus tard le libertinage du changement de sexe et du transgenre dans notre société haïtienne. Il est suggéré que l’expression soit remplacée par « changements biométriques » qui ne toucherait que l’aspect mesurable qui permet d’identifier une personne telle que la distance entre les yeux et des éléments du visage, les empreintes etc.

7.            Nous rejetons les articles 362 et 363 du nouveau Code Pénal qui punissent les prêtres, les pasteurs, les officiers de l'état civil lorsque ceux-ci refuseraient de fournir un service public allant à l’encontre de leur conviction morale et religieuse. Ces officiers seront passibles d’une peine de 1 à 5 ans de prison, et d’une amende allant de 50 000 à 100 000 gourdes. L'article 366, mentionne des sanctions pour les « personnes morales », c'est-à-dire les institutions telles que les églises.

« Article 362.- Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race, une religion déterminée.

Article 363.- La discrimination définie à l’article 362, commise à l’égard d’une personne physique ou morale, est passible d’un emprisonnement de un (1) an à trois (3) ans et d’une amende de 50 000 gourdes à 75 000 gourdes lorsqu’elle consiste:

1º A refuser la fourniture d’un bien ou d’un service; »

Nous imaginons bien que nul ne peut refuser un bien et un service nécessaire à la vie ou à la survie d’un être humain quel qu’il soit, mais nous réalisons aussi un danger imminent dans le premier point de l’article 363 pour l’Église d’Haïti, en ce que nos leaders restent déprotégés et courent le risque d’emprisonnement si toute fois ils venaient à refuser de fournir un service public contraire à leur conviction morale et religieuse.

L'article 362 attribut une définition au terme discrimination en le qualifiant de *toute distinction* pour pouvoir justifier la sanction et imposer subtilement à l'église et à ses représentants la volonté des LGBT+.  Est-ce injuste de simplement distinguer ? Une discrimination répréhensible n’est-ce pas l'injustice dans l’inégalité des traitements exercés envers les individus ? ? Et si nous n'avons plus le choix de distinguer le vert du rouge, l'homme, de la femme dans leur essence et nature, sans injures ni persécutions, sans nous opposer à leur choix, faudrait-il pour autant qu’on nous impose le leur ? Où est le droit constitutionnel à la liberté de conscience pour l’Église et où est la démocratie ? Pourrait-on qualifier d’injustes les règlements internes des églises et les convictions chrétiennes de tenir à la morale et à leur conviction ? Nous demandons donc urgemment que l’état prennent les dispositions nécessaires et spécifiques pour protéger l’Église et les acteurs religieux contre ce point de l’article 363 et contre les articles 362 et 366.