Fair judgment for the "Trial to Protect Children from Irradiation" in Fukushima

0 人が賛同しました。もう少しで 1,500 人に到達します!

françoise POUZET
françoise POUZETさんが賛同しました

Please sign!
(Le texte en français se trouve après le texte en anglais).

There are two parts in the "Trial to Protect Children from Irradiation": the "Children’s Rights Trial " and the "Parent-Child Trial". In the case of the first trial the defendants are the local governments. The plaintiffs demand the recognition of the right of primary and secondary school students of Fukushima Prefecture to enjoy education in a healthy environment. The second trial requires the recognition of the responsibility of the central and prefectural governments for not having taken the necessary protective measures and thus for unnecessarily exposing the children to radiation. The civil party, consisting of children and their parents who were residents in the Fukushima Prefecture when the Fukushima Daiichi nuclear accident occurred, seeks compensation from the Fukushima prefectural and Japanese central governments.

The Japanese government totally underestimates the health risks associated with low-dose radiation exposure, and with internal radiation from the soil, water or air, or from contaminated substances. As a result, many children are exposed to the radiation they could have avoided. According to the thyroid examinations performed on children and adolescents under the age of 18 at the time of the nuclear accident, as of December 25, 2017, the number of cancers diagnosed was 193 cases. However, the government continues to consider that there is no link between this fact and irradiation, and has not undertaken research to find out the cause of the greatly increased frequency*. We must protect children from radiation. Since the government refuses to take action, it is our deepest wish that the judiciary would make a reasonable judgment taking reality into account.

La 3e Pétition pour demander une délibération et un jugement justes pour « Procès pour protéger les enfants de l’irradiation »

Affaires civiles du Tribunal de district de Fukushima

Il existe deux volets dans le « Procès pour protéger les enfants de l’irradiation » : le « procès pour les droits de l’homme chez les enfants » et le « procès des parents-enfants ». Le premier demande la reconnaissance du droit des écoliers et des collégiens du département de Fukushima de jouir de l’éducation dans un environnement sain. La demande s’adresse aux gouvernements locaux. Le second demande la reconnaissance de la responsabilité des exécutifs de ne pas avoir pris des mesures nécessaires et ainsi d’avoir exposé les enfants aux radiations inutilement. La partie civile composée des enfants et de leurs parents, qui étaient résidents dans le département de Fukushima lors de l’accident nucléaire de Fukushim Daiichi, demande des indemnisations à l’Etat et au département de Fukushima.

L’exécutif japonais sous-estime totalement les risques sanitaires liés à l’exposition aux faibles doses de radioactivité et à l’irradiation interne due à la contamination de l'environnement (notamment du sol) ou aux aliments contaminés. Du ce fait, de nombreux enfants subissent une irradiation qu’ils auraient pu éviter. D’après les examens de la thyroïde pratiqués sur les enfants et adolescents âgés de moins de 19 ans lors de l’accident nucléaire, à la date du 25 décembre 2017, le nombre de cancers diagnostiqués s’élève à 193 cas. Toutefois, l’exécutif persiste à considérer qu’il n’y a pas de lien entre ce fait et l’irradiation, et n’a pas ordonné d'enquête pour identifier la cause de la fréquence élevée des cancers. Il est urgent de protéger les enfants de l’irradiation. Puisque l’exécutif refuse de prendre des mesures en ce sens, c’est notre souhait profond que le pouvoir judiciaire rende un jugement se fondant sur le bon sens et tenant compte de la réalité de l'exposition aux éléments radioactifs.

Trois ans et six mois après avoir intenté l’accusation, le procès entre dans la phase où seront examinés les conséquences de l’exposition aux faibles doses ainsi que le risque d’irradiation interne du à la contamination de l'environnement (notamment du sol) ou aux aliments contaminés. Nous demandons au Tribunal du district de Fukushima une délibération et un jugement soignés, rapides et justes, par égard pour la situation et l'inquiétude des enfants et des parents qui ont été brutalement plongés dans un environnement radioactif.