Non à l’interdiction de stationnement des deux-roues motorisés à Genève !

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !


 

Le TCS Genève œuvre pour le bien-être des Genevois depuis sa création il y a plus de 120 ans. Et même si depuis 120 ans la mobilité a beaucoup évolué, une chose n’a pas changé au fil des années : le TCS Genève s’efforce toujours de prendre en considération toutes les formes de mobilité et d’être un partenaire fiable pour les personnes actives et en mouvement.

Aujourd’hui ce bien-être est menacé!

Et tout le monde est concerné, que vous vous déplaciez en voiture, transports publics ou deux-roues. Tout le monde. En effet, l'Association transports et environnement (ATE) souhaite mettre fin à la tolérance en matière de stationnement des deux-roues motorisés.

Pourtant, cette tolérance, qui est propre aux Genevois, facilite chacun de nos trajets urbains.

Effectivement, Genève est l’agglomération la plus encombrée de Suisse, elle est également très mal classée sur le plan mondial en prenant en compte la mesure du temps à l’arrêt par les GPS embarqués.

De plus, quand on sait que le nombre de places de stationnement pour deux-roues motorisés s’élève à 8’500, et que l’agglomération compte plus de 55’000 véhicules enregistrés, il est facile de se rendre compte que le bien-être des Genevois serait entaché par le vote d’une telle loi.

Comment faire que le bien-être des uns fasse le bien-être de tous?

C’est très simple, il suffit pour cela de signer cette pétition.

 

PÉTITION AU CONSEIL D’ÉTAT DE LA RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE

Pour le maintien de la tolérance en matière de stationnement des deux-roues motorisés

Vu l’art. 190 de la Constitution prévoyant que l’Etat doit faciliter les déplacements et viser la fluidité.

Considérant que Genève, la ville la plus encombrée de Suisse, est très mal classée sur le plan mondial en prenant en compte la mesure du temps à l’arrêt par les GPS embarqués.

Que dans ce contexte, l’Etat doit favoriser l’utilisation des deux roues-motorisés, qui occupent moins d’espace sur la voirie et diminuent les bouchons journaliers considérables existants.

Considérant toutefois que le nombre de places de stationnement disponibles pour ces véhicules n’est que d’environ 8'500 alors qu’ils sont 55'000 immatriculés à Genève et bien plus en comptant ceux venant de l’extérieur du canton mais y circulant.

Que par ailleurs la politique de la Ville de Genève et des communes suburbaines consiste à agrandir les trottoirs au détriment des places de stationnement et des voies de circulation.

Qu’ainsi la tolérance permettant aux deux-roues motorisés de stationner sur les trottoirs à la condition que subsiste un espace d’au-moins 1,5 mètre pour les piétons s’impose comme une évidence et une mesure de bon sens élémentaire.

Que l’article 41 al. 1 bis de l’Ordonnance sur les règles de la circulation routière dispose que des signaux peuvent autoriser expressément d’autres véhicules que les vélos à stationner sur les trottoirs, à condition que subsiste toujours un espace d'au moins 1,5 mètre pour les piétons.

Que de tels signaux n’existent toutefois pas en Suisse (Code suisse de la circulation routière commenté Bussy & Rusconi, 4ème éd. 2015, n. 1.1.2 ad art. 41 OCR), ne permettant ainsi pas de formaliser l’autorisation prévue par la loi.

Que dans ces circonstances, la tolérance pratiquée jusqu’à ce jour est parfaitement légale, comme l’a d’ailleurs confirmé l’Office fédéral des routes.

Soutenue par : Node 1922 et RouteGenève

Les signataires demandent au Conseil d’Etat de maintenir la tolérance permettant aux véhicules deux-roues motorisés de stationner sur les trottoirs à la condition que subsiste un espace d’au-moins 1,5 mètre pour le passage des piétons.



TCS Genève compte sur vous aujourd'hui

TCS Genève a besoin de votre aide pour sa pétition “TCS Genève: Non à l’interdiction de stationnement des deux-roues motorisés à Genève !”. Rejoignez TCS Genève et 5 709 signataires.