Petitioning Carrefour, Système U, Cora, Leclerc, Auchan, Intermarché, Casino

Cessez de commercialiser de la viande de chevaux en provenance des Amériques


129,690
Supporters

Deux ans d'enquête menée en 2012 et 2013 au Canada, aux Etats-Unis, au Mexique, en Argentine et en Uruguay et un constat implacable : c'est le cauchemar pour les chevaux en fin de carrière. Considérés comme inutiles ou encombrants, ils sont bradés pour la boucherie.

Et le dernier voyage est un enfer :

- des chevaux vieux et malades en attente dans d'immenses feedlots, exposés aux rudes conditions climatiques, sans aucun soin,

- des chevaux épuisés par des transports de plus de 24h, pendant lesquels ils ne reçoivent ni soins, ni eau, ni nourriture,

- des chevaux tombés à terre dans les bétaillères, piétinés par les autres, - des coups, des morsures, des chocs électriques,

- des chevaux agonisants abandonnés à même le sol des abattoirs,

- des chevaux paniqués poussés vers le box d'abattage par des ouvriers brutaux.

Ceux qui ont résisté ont le crâne percuté par un matador à l'abattoir, ils s'écroulent, meurent et beaucoup viennent garnir les rayons des supermarchés en France. Plus de 60% de la viande chevaline importée en France provient du continent américain, soit plus de 9000 tonnes.

Aidez nous à stopper le calvaire des chevaux en signant et diffusant cette pétition pour que la grande distribution cesse de cautionner les maltraitances et la cruauté qui s'exerce sur les chevaux en Amérique.

Letter to
Carrefour, Système U, Cora, Leclerc, Auchan, Intermarché, Casino
M.Plassat (Carrefour), M.Papin (Système U), M.Delhaize (Cora), M.Leclerc (Leclerc), M.Mulliez (Auchan), M. Manzoni (Intermarché), M.Naouri (Casino)

Messieurs,

En 2013, les associations L214, Tierschutzbund Zürich, Animals Angels USA, Eyes On Animals et GAIA se sont rendues dans 5 des plus grands pays fournisseurs de la grande distribution française en viande chevaline : Canada, USA, Mexique, Argentine et Uruguay.

L'enquête réalisée sur plusieurs mois et couvrant la filière d'exportation vers la France depuis les centres de rassemblement de chevaux jusqu'aux abattoirs a permis d'exposer de nombreuses et sérieuses carences en matière de protection des animaux, de traçabilité et de sécurité sanitaire.

Il ressort de cette enquête documentée :

- des enclos en surdensité, boueux et insalubres, sans protection contre les intempéries ou les fortes chaleurs,

- des conditions de transport considérablement moins exigeantes à celles en vigueur dans l'Union européenne,

- des animaux malades, blessés, mourants, laissés sans soin dans les enclos, - des personnels mal formés recourant à des pratiques brutales,

- l’utilisation de traitements à la phénylbutazone ou d'autres substances dangereuses interdites dans l’UE,

- une traçabilité lacunaire et un historique médicamenteux des chevaux reposant sur la seule déclaration écrite des maquignons...

Messieurs, nous vous demandons de cesser de commercialiser de la viande de chevaux en provenance des Amériques. L’importation de viande de cheval contribue à maintenir le système en place et à faire subir aux animaux des traitements cruels, d'ailleurs illégaux en Europe.

Nous vous prions d'agréer, Messieurs, nos respectueuses salutations.