STOP aux gros travaux le long de la cour de l'école Malala Yousafzaï à Aubervilliers

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


En tant que parents d’élèves, nous dénonçons les conditions matérielles inacceptables de l'école Malala Yousafzaï, 6 rue Henri Murger à Aubervilliers, dans laquelle nos enfants en REP +, disposant du dispositif 100 % réussite, étudient.
 
Nous ne sommes pas des citoyens de seconde zone, nos enfants ont le droit d’avoir les mêmes conditions de réussite.
 
Historique : la mairie d’Aubervilliers n’a pas anticipé le nombre d’élèves dans ce quartier du Landy en rénovation. Les immeubles d’habitation se multiplient, promoteurs et OPH construisent à tour de bras, mais aucune école n’est prévue. Faute de place dans le groupe scolaire intercommunale Casarès-Doisneau (St-Denis/Aubervilliers), il a donc fallu trouver une solution en urgence et provisoire pour accueillir tous les enfants du quartier. Des bureaux ont été aménagés en école en 2015 en attendant la construction d’une école digne de ce nom, qui ne sera finalement livrée qu’en 2021 malgré les demandes incessantes des habitants… Du provisoire qui va durer 6 ans…
 
L’école Malala, qui compte 5 salles de classe, n’a donc pas été pensée en tant qu’école, les élus ont fait avec les moyens du bord avec les locaux déjà disponibles, résultat :
-       La cour de l’école est toute petite : 270 m2 environ pour 105 élèves. La petitesse de la cour est une grande source de tensions entre les enfants. De plus, il n'y a quasiment pas de place quand il pleut et pas d'ombre quand il fait chaud. Il n’y a aucune végétation dans la cour, c’est du 100 % goudron. Beaucoup d'enfants vivent déjà chez eux dans un appartement petit et l'école ne leur offre pas d'espace pour jouer, se détendre.
Quand il pleut, les enseignants dont les classes sont au rez-de-chaussée sont obligés de les ouvrir pour faire la récréation.
Dans le document « Normes de construction des bâtiments scolaires » (normes applicables à tous les bâtiments en cas de travaux de construction ou de réhabilitation), publié en 2013, le ministère de l’Éducation nationale recommande pour la cour 5 m2environ par élève avec un minimum de 700 m2 (200 m2pour la première classe et 100 m2par classe suivante), nous sommes donc déjà très loin de ces recommandations ! Il est aussi recommandé d’avoir un préau d’une superficie de 0,8 m2par enfant, soit 85 m2environ !
 
-       Les élèves n’ont pas suffisamment d’heures d’éducation physique. Ils bénéficient seulement d’un créneau d’1 h 20 dans le gymnase intercommunal. La cour est bien sûr trop petite pour accueillir des activités sportives
 
-       Il n’y pas de salle pour la RASED, le maître E intervient dans la salle des maîtres qui est toute petite.
 
 
À ces conditions déjà difficiles, à partir de l’automne 2018, vont s’ajouter pendant 18 mois de gros travaux de construction de deux immeubles d’habitation de 5 étages jouxtant la cour qui va encore être réduite d’1 m 50 + d’un périmètre de sécurité sur toute sa longueur pour accueillir des échafaudages !
Ces travaux vont occasionner beaucoup de bruit et de poussière, les enfants ne pourront étudier et aller dans la cour dans des conditions décentes.
 
Nous, parents, sommes très inquiets concernant les travaux d’un ensemble d’habitations en bordure de cour pour des questions évidentes de sécurité... et les pollutions sonores et atmosphériques engendrées par le chantier ainsi que du nombre d’engins de chantier empruntant cette rue. À quelques centaines de mètres de là, un chantier rue du Landy engendre déjà une grosse pollution atmosphérique (dégagement d’air toxique), problème toujours pas réglé à ce jour.
 
En tant que parents d’élèves, nous demandons :
-      Un arrêt total des travaux en bordure de la cour de récréation pour des raisons évidentes de sécurité et de pollution (atmosphérique et sonore) pour les enfants. Dans le même document « Normes de construction des bâtiments scolaires » diffusé par le ministère, il est indiqué que les écoles doivent être situées à au moins 400 m des nuisances : odeurs, fumée, poussière, bruit.
 
-      Une solution transitoire pour agrandir cette cour et aménager un préau en retardant les travaux de construction qui jouxtent la cour et en utilisant provisoirement cet espace vide jusqu’à livraison de la nouvelle école en 2021 ;
 
-      Aménager la cour avec de la verdure (bacs de fleurs, grands pots avec des arbres, potager…) et la rendre moins minérale, les chercheurs ont pu démontrer un lien entre le niveau d’exposition à la verdure et le niveau de développement des fonctions cognitives (mémoire de travail et concentration) ;
 
-      Une solution pour que nos enfants puissent avoir 3 h d’éducation physique comme spécifié dans les programmes dès la rentrée 2018 ;
 
-      Une salle de RASED, nous sommes en REP +….
 
Nous sommes dans un quartier difficile qui connaît de nombreux problèmes de sécurité (rodéos à motos, trafic de drogue, mécanique sauvage….) et qui compte très peu d’espaces verts, l’école est souvent le seul espace de calme et de ressources pour les enfants. Il est URGENT d’intervenir.
 
Nous demandons à la mairie de prendre ses responsabilités, les enfants et l’équipe enseignante n’ont pas à subir les conséquences d’une mauvaise anticipation d’aménagement du territoire.
À l’heure où le ministre insiste sur la réussite pour tous, et ce particulièrement dans les zones REP+, il est inconcevable que nos enfants étudient dans de telles conditions, et que le bien-être des élèves et leurs capacités d’attention passent après les constructions immobilières.
 
NON, nos enfants ne peuvent correctement étudier avec un chantier de construction d’immeuble à moins de 20 mètres donnant sur leur petite cour de récréation qui sera encore amputée pour les besoins du chantier !

LES PARENTS D'ELEVES DE L'ECOLE MALALA YOUSAFZAI



Collectif compte sur vous aujourd'hui

Collectif PARENTS D'ÉLÈVES DE L'ÉCOLE MALALA a besoin de votre aide pour sa pétition “STOP aux gros travaux le long de la cour de l'école Malala Yousafzaï à Aubervilliers”. Rejoignez Collectif et 106 signataires.