Soutien à "ma" micro-crèche

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Suite à la lecture de la lettre ouverte ci-après à l'attention de la CNAF/GOUVERNEMENT, j'apporte également mon soutien à "ma" micro-crèche et à toutes les micro-crèches privées de France afin que le versement de la PAJE/ du CMG soit maintenu même si leurs portes sont actuellement fermées afin que ces dernières ne le soient pas définitivement, que nos enfants puissent à nouveau s'épanouir en retrouvant l'intégralité du personnel qui s'occupe d'eux et que ces établissements puissent tout simplement survivre à cette pandémie Covid-19.

"La France est en guerre"

Tous ensemble, unis et solidaires.

 

Lettre Ouverte en soutien à "ma" micro-crèche

"Madame la Directrice,

Suite à la crise sanitaire qui frappe notre pays, je me permets de vous adresser cette lettre ouverte et de vous prendre un peu de votre temps afin d'apporter un soutien à "ma" micro-crèche qui est, sans aucun doute, dans le besoin et sur la voie de la faillite.

Il est inutile je pense de vous exposer à nouveau tous les tenants et les aboutissants de cette situation actuelle, les informations du Gouvernement et des PMI qui se sont contredites, et du flou total dans lequel ont été noyés ces établissements de garde d'enfants que sont les micro-crèches privées.

Ce que je constate à ce jour c'est que "ma" micro-crèche qui m'a tenue très régulièrement informée, au compte-gouttes des informations qu'elle pouvait avoir, ne peut pas ouvrir alors que l'Etat lui permet. Elle ne peut pas ouvrir faute d'enfants à garder. Tous les parents sont comme moi, des citoyens qui suivent les instructions de notre Président notamment confinement et télétravail dans la mesure du possible.

Nous avons tous eu cette prise de conscience suite à ses diverses allocutions. Petit à petit nous avons commencé à réaliser l'importance des choses, la gravité de la situation suite aux différentes mesures prises par ce gouvernement qui est le nôtre.

Alors aujourd'hui, comme beaucoup de parents, je souhaite vaincre cette pandémie et restée confinée chez moi avec mon enfant afin de le protéger, de me protéger mais aussi de protéger tout le personnel de "ma" micro-crèche.

Mais alors, "ma" micro-crèche, comme toutes les autres en France se trouvent dans une situation économique très difficile. Elle perd son souffle au fur et à mesure et la question de survie se fait très vite ressentir.

La structure peut ouvrir mais n'a pas d'enfants à accueillir alors elle n'a pas de facturation à établir et n'a aucune rentrée d'argent.

Peut-être a-t-elle la trésorerie nécessaire pour subvenir à ses besoins un certain temps, peut-être ne l'a-t-elle pas.

Aucune aide n'a été annoncée pour ces micro-crèches du secteur privé. Qu'elle soit financière ou morale.

Notre pays est dans un état d'urgence sanitaire car "la France est en guerre".

Comment ferons-nous après cette crise ? Une fois que la vie aura repris son cours. Que ferons-nous si ces établissements sont obligés de mettre la clé sous la porte ? Nous n'aurons plus de garde d'enfants.

Pour régler la structure à la fin du mois nous possédons une aide qui est la PAJE/le CMG. Même si la micro-crèche ne peut pas nous facturer des heures de présence, ladite aide prévue au budget ne peut-elle pas tout de même leur être maintenue et versée ? Cette aide pourrait peut-être permettre aux micro-crèches d'avoir le minimum de trésorerie pour survivre et de nous retrouver à la fin de cet orage.

Je ne m'imagine pas une seule seconde être à leur place. Dans ce stress et cette incertitude. Alors oui, dans l'état actuel des choses nous sommes tous dans l'incertitude, mais c'est seulement ensemble, solidaires et unis que nous pourrons vaincre ce virus Covid-19.

Aujourd'hui, je suis solidaire de "ma" micro-crèche. Je veux qu'elle continue de pouvoir accueillir mon enfant à la fin de cette guerre, et mes enfants à venir. Je me bats pour elle. Pour que la crèche de mon enfant perdure. Arrive à affronter cet obstacle. Mais cet obstacle, elle ne pourra pas le surmonter sans moi, sans nous parents, sans vous, sans aide…

Espérant que ma lettre retiendra toute votre attention.

Une maman dans la peur mais plus combative que jamais."