Soutien à Hélène pour que Justice soit faite

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


C'est une situation particulièrement difficile qui m'amène à lancer cette pétition. Je suis la fille d'Hélène, et j'ai longtemps hésité à porter cette douloureuse histoire sur la sphère publique, mais l'injustice des derniers faits m'y obligent.

 

Hélène est agricultrice. Seule depuis son divorce, elle continue de se battre pour faire vivre sa passion malgré les difficultés qu'elle à pu rencontrer par le passé.

Depuis le printemps 2016, Hélène subit un harcèlement moral virulent de la part de ses voisins : Insultes, menaces, diffamation, tentatives d'isolements... Ces personnes sont même allées jusqu'à menacer de tirer avec une arme  sur ces animaux à côté d'elle dans sa propre cours. A noter que le fusil n'était pas tenu cassé comme les règles de sécurité oblige, mais prêt à tirer).


Suite à tout ça, et à plusieurs reprise, Hélène c'est adressée à la gendarmerie locale pour porter plainte et essayer de se défendre un tant soit peu. La gendarmerie a toujours refusée de prendre sa plainte pour divers prétextes fallacieux, manquant à leur devoir (une circulaire du 14 mai 2001 est venue préciser que l'article 15-3 du code de procédure pénale fait obligation à la police judiciaire de recevoir les plaintes des victimes d'infractions). Par contre ils accepteront la (les ?) plaintes de l'autre partie pour "divagation de chien" (un fait beaucoup plus dangereux que le harcèlement n'est-ce pas ?) !!


Les voisins en questions seront "sermonnés" vite fait,  ce qui n'empêchera pas leur animosité de continuent de monter.

 

Jusqu'à ce qu'ils passent à l'acte le 13 septembre. Ils se mettent à deux pour venir l'agresser d'abord verbalement dans la cours de son domicile. Quand Hélène essaye d'utiliser le portable pour appeler les secours, ils commencent à l'attaquer physiquement, tapant sur ses mains pour l'empêcher d'appeler. Après avoir subit un violent coup de genoux dans la tête Hélène mordra un des ses agresseurs pour essayer de se défendre.

Au final ils seront à deux pour la frapper, l'un qui tiens, l'autre qui met des coups de poings, et la laisseront inconsciente sur le pas de sa porte.

Il en résultera 25 jours d'ITT, avec le port d'une minerve, des hématomes sur le menton, l'arcade et l’œil, le bras.

Et au jour d'aujourd'hui, même si elle n'a plus de minerve, elle à encore mal aux cervicales.

Il est à préciser que cette agression à eu lieu suite à une lettre envoyée en recommandé avec accusé de réception aux agresseurs, où je (fille de Hélène) leur demandait de cesser leurs comportements agressifs, sur une personne qui, ils le savaient, à des problèmes de santé (fragilité cardiaque). Je les prévenaient clairement et en toute honnêteté que s'ils continuaient à harceler ma mère jusqu'au point d'user son cœur, je les poursuivraient pour homicide volontaire. Ils savaient ce qu'ils faisaient en l'agressant, et ne peuvent pas nier être au courant de sa fragilité.

J'avais le même jour  envoyé un courrier à la brigade de gendarmerie leur enjoignant de jouer leur rôle de protecteur de la population, et leur demandant de ne pas laisser les choses empirer. En vain.

Suite à cette agression, les gendarmes ont enfin acceptés de prendre une plainte, mais SEULEMENT sur l'agression physique, refusant de prendre en compte tout le processus de harcèlement, et les diffamation précédentes.


 

Depuis l'affaire traîne. Une première médiation à été proposée par la partie adverse (qui a probablement compris après coup que leurs actes pouvaient avoir de lourdes conséquences, avec notamment des peines de prison et une inscription au casier judiciaire). Hélène l'a refusée, souhaitant que cette affaire soit jugée correctement. Il y a des choses que l'argent ne doit pas pouvoir acheter, et des comportements qui ne doivent pas rester impunis ou ignorés, et la violence en fait très certainement partie !

Nous sommes en février, et il vient d'être annoncée que la médiation est finalement IMPOSÉE. Pour éviter que l'affaire soit jugée. Là où il y a quand même eu une agression en réunion, en plus de tout le harcèlement avant. Le fait sont graves et méritent de passer devant un juge.  Et il est peut être possible de comprendre en plus  que après ce qui est arrivée, Hélène n'a pas envie de se retrouver dans la même pièce que ses agresseurs... 

 

Quel est le message que donne les autorités ainsi ? Qu'on peut venir agresser un femme seule et avec des problèmes de santé en toute impunité !? Que en versant quelques euros à la victimes, des fait de violence peuvent rester impunis ? Pourquoi forcer une médiation là où de toute évidence un tribunal devrait pouvoir juger ?

 

Mon inquiétude pour ma mère est grande. Tout le stress de cette situation porte atteinte à son intégrité physique, à sa santé, à sa vie. Plusieurs fois déjà, suites au divers rebondissements de cette mauvaise farce judiciaire, elle à fait des malaises et des spasmes cardiaques (qui peuvent s'aggraver en infarctus).

Nous recherchons auprès de vous un peu de soutien pour appeler l'appareil policier et Judiciaire à porter attention et secours là où c'est nécessaire.

Vos signatures permettront de donner du poids à nos voix qui pour l'instant semblent avoir été majoritairement ignorées. C'est à un tribunal compétent de juger ce qui doit advenir de ces individus, et non pas à de quelconques négociations. La justice ne doit pas se négocier au moyen de petits arrangements, opérés en sous main.



Céline compte sur vous aujourd'hui

Céline G a besoin de votre aide pour sa pétition “Soutien à Hélène pour que Justice soit faite”. Rejoignez Céline et 60 signataires.