Soutien à Dehors Brut : en finir avec la répression inefficace de la préfecture de Police

Soutien à Dehors Brut : en finir avec la répression inefficace de la préfecture de Police

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
La Base - Association des usagers des lieux festifs et musicaux a lancé cette pétition adressée à Didier Lallement et à

Soutien à Dehors Brut : en finir avec la répression inefficace de la préfecture de Police

Nous, noctambules, souhaitons exprimer notre colère face aux fermetures administratives, mesures inefficaces et dangereuses prises par la Préfecture de Police lorsque surviennent des drames potentiellement liés à la consommation de stupéfiants dans des établissements nocturnes.


Dans la nuit du 1er septembre 2019, un jeune homme est mort plusieurs heures après avoir participé à une soirée dans un club parisien, Dehors Brut. Nous sommes tous endeuillés par cet événement, et apportons tout notre soutien à sa famille et à ses amis. Ce jeune homme aimait la fête, comme nous tous. Il nous ressemble. Et nous nous sentons tous concernés.


La réaction de la préfecture de Police ne s’est pas fait attendre : le 6 septembre, est décidé une fermeture administrative d'urgence du club pour 30 jours – période d’une longueur exceptionnelle. Si cette réaction donne l’apparence d’une mesure forte et punitive. elle ne révèle en réalité que l’impuissance voire l’hypocrisie des autorités publiques, qui ne font que réitérer une forme de répression qui n’a jamais fait ses preuves. Car ce n’est pas la première fois que des fermetures administratives sont prononcées à la suite d’événements similaires : Petit Bain en 2018, Nuits Fauves en 2019, etc. Or, toujours, le résultat est le même : rien ne change, aucune mesure réellement efficace n’est prise, et le danger est toujours là pour celles et ceux qui souhaitent s’amuser à Paris. 


En effet, le mode de répression choisi par la Préfecture de police n’a pas résolu les problèmes liés à la consommation de stupéfiants. Aucune mesure concrète n’a été prise pour éviter que des drames de ce type ne se reproduisent : pas de subventions pour les associations de réduction de risque indispensables à l’éducation des noctambules ; pas d’obligations ni d’incitations des organisateurs de soirées et des exploitants d’établissements nocturnes pour accroître la sensibilisation auprès de leurs usagers ; aucun moyen pour diffuser des avertissements sur les produits les plus dangereux et pour permettre aux noctambules de tester leur consommation avant de prendre des risques pour leur santé et celles des autres.


La fermeture administrative n’est qu’une mesure cosmétique et court-termiste. Bien plus encore, il s’agit d’une mesure injuste et vexatoire pour des organisateurs engagés et mobilisés pour la sécurité des noctambules, à l’instar des équipes de Dehors Brut, qui ne lésinent pas sur les moyens : poste de secours, campagne de réduction des risques, affichages, chartes. Il est illusoire d’imaginer que l’on pourra réduire à zéro la consommation de stupéfiants à l’intérieur d’un établissement. Il n’existera jamais un dispositif de fouille et de contrôle qui empêchera toute consommation.


La politique menée par monsieur le Préfet est vouée à l’échec. Elle n’empêchera pas de nouveaux drames. Nous, noctambules, appelons la Préfecture de police à abandonner ces postures inefficaces et à prendre ses responsabilités en main pour mener une politique de prévention et de réduction des risques digne de ce nom, seule à même d’éviter de nouveaux drames.  


Il est temps que le Préfet s’intéresse réellement à la protection des noctambules. Ce que nous voulons, ce dont nous avons besoin, c’est d’éducation et de pédagogie. Les associations existent, les acteurs sont prêts, donnez-leur les moyens.

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !