Soutenons les bergers, gardiens de la montagne

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


A tous les amoureux de la montagne. 

Il est en France dans les Alpes du Sud un lieu unique : la Maison du berger. Les bergers sont les défenseurs et les gardiens de la montagne, des hommes et des femmes dotés d’une solide formation professionnelle. Sans les brebis que leur confient les éleveurs, pas d’entretien des alpages, appauvrissement de la qualité de l’herbe, un paysage qui se ferme, gagné par la reforestation, l’érosion qui s’aggrave, des risques d’avalanche, une montagne sans troupeaux et sans sonnailles.

Or les bergers avaient trouvé leur lieu. À Champoléon, dans les Hautes-Alpes près de Gap, la Maison du berger est, depuis sa création en 2007, le foyer où bergers et éleveurs peuvent se rencontrer, s’informer, communiquer leur savoir-faire et participer aux activités du lieu. Il est aussi, et c’est son originalité, un espace ouvert au public et un lieu de recherche scientifique avec une dimension internationale. Et cela, grâce à l’animation d’un important réseau de partenaires, professionnels et universitaires. Jusqu’ici sous la tutelle de la Communauté de communes du Haut-Champsaur, il dépend désormais d’un ensemble plus large, le Champsaur-Valgaudemar.

La Maison du berger propose de remarquables expositions autour du pastoralisme, édite ouvrages et catalogues, anime un site dédié à l’emploi pastoral (emploiberger.blogspot.com), gère un centre de documentation spécialisée, accueille des étudiants stagiaires, des scientifiques, des artistes en résidence, et offre de nombreuses animations dont le Festival de l’alpage en juillet (www.maisonduberger.com Depuis plus de dix ans, son équipe est fidèle à l’esprit de ceux qui en ont été à l’initiative : l’assistant-berger Pierre Mélet et le géoagronome de l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) Jean-Pierre Deffontaines, qui tous deux avaient un lien particulier à la vallée.

La Maison du berger est aujourd’hui en danger. Ses effectifs ont été réduits de moitié, son activité scientifique ignorée, alors qu’elle est un centre d’interprétation des cultures pastorales alpines unique en France.

Nous, chercheurs en sciences sociales, nous inquiétons vivement de l’avenir de ce lieu sans équivalent et auquel nous sommes fortement attachés. Nous demandons que la maison du berger reste fidèle à sa vocation première, dans le respect de toutes ses missions.

Françoise Dubost, Isabelle Magos, Nicole Phelouzat, Martin de la Soudière

 

Liste des premiers signataires de l’Appel

Pierre Alphandéry,  sociologue, chargé de recherche à l’INRA ; Igor Babou, sciences de l’information et de la communication, professeur à l'université Paris Diderot ; Christophe Baticle, socio-anthropologue, université de Picardie Jules-Verne, Amiens ; Jean-Paul Billaud, sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS ; Philippe Bonnin, architecte et anthropologue, directeur de recherche émérite au CNRS ; Dominique Bourg, philosophe, professeur à l’Université de Lausanne ; Serge Briffaud, historien, professeur à l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux ; Anne-Marie Brisebarre, ethnologue spécialiste de la transhumance, directrice de recherche émérite au CNRS ; Annie Chazal, écrivaine, membre de l’association Auteurs associés de la Savoie et de l’arc alpin ; Gilles Clément, créateur de jardins, écrivain ; Nadine Cretin, historienne et anthropologue ; Lucie Dupré, socio-anthropologue, chercheure à l’INRA ; Françoise Dubost, directrice de recherche honoraire au CNRS ; Agnès Fortier, anthropologue, chercheure à l'INRA ; Bernadette Lizet, ethnologue, directrice de recherche honoraire au CNRS ; Isabelle Magos, géographe et journaliste ; Michel Marié, sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS ; Nicole Mathieu, sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS ; André Micoud, sociologue, directeur de recherche honoraire au CNRS ; Martine Napoléone, zootechnicienne spécialiste du pastoralisme, INRA, Martyne Perrot, sociologue, chercheuse au CNRS et à l’EHESS ; Nicole Phelouzat, sociologue au CNRS et à l’EHESS ; Jean-Paul Potonet, cinéaste documentariste ; François Portet, ethnologue, conseiller à la DRAC Rhône-Alpes ; Jean-François Seguin, ancien chef du bureau des paysages au ministère de l'Écologie et du Développement durable ; Martin de la Soudière, ethnologue, chercheur au CNRS et à l’EHESS ; Michel Streith, anthropologue, directeur de recherche au CNRS, directeur-adjoint de la Maison des sciences de l’homme (MSH), Clermont-Ferrand.


Voulez-vous partager la pétition ?