HAUTE-SAVOIE - Un accueil digne pour les handicapés mentaux au Centre LAVY

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Accueil des handicapés mentaux – Stop aux suppressions d’effectifs !

  • 10% de réduction d’effectifs
  • Suppression des éducatifs pour les pensionnaires mineurs
  • Suppression des infirmières de nuit veillant les enfants gravement malades (épilepsie sévère, troubles pulmonaires)
  • Réduction des sorties extérieures

Voici ce que réserve le Centre Arthur LAVY à ses résidents.

Pourquoi des centres pour handicapés mentaux ? Les enfants qui souffrent de handicap mental profond ne peuvent pas être accueillis à l'école de façon traditionnelle. Il s'agit ici d'enfants qui ont des difficultés motrices, souvent ne peuvent pas marcher, généralement ne parlent pas, ne sont que rarement propres, ne savent pas se nourrir seuls, se mettent en danger, sont assez souvent épileptiques. Ils ne sont autonomes pour aucun geste courant.

Il s'agit donc de les assister en permanence et de les protéger contre eux-mêmes et de protéger les autres enfants d'éventuels actes inadaptés. L'école et les autres enfants ne peuvent que rarement s'adapter à eux. Quand cela est possible, il manque souvent de budgets pour des AVS, Assistant(e)s de Vie Scolaire. Dans tous les cas, après l'école maternelle, la scolarisation traditionnelle s'arrête.

Ces enfants ne peuvent pas participer aux activités sportives, associatives, culturelles proposées aux autres enfants. Ils sont dépendants des seules activités que leurs parents peuvent leur proposer. Pour les parents, c’est un combat au quotidien, une activité à plein temps.  Pour ces enfants l’inclusion dans la société est une illusion.

A l'âge adulte, parce qu'ils ne sont pas autonomes, ils restent à la charge de leurs familles. Les parents ne sont d'ailleurs généralement plus en mesure de gérer des situations qui demandent une surveillance et une attention permanente : les habiller, porter, laver, changer de position, changer leurs couches, leur donner à manger. Il s’agit d’une prise en charge comme celle que l’on porte à un nouveau-né de taille adulte. Il faut être capable d’opérer des efforts physiques difficiles, et se consacrer uniquement à ces personnes.

Nombreux parents tentent alors de faire accueillir leurs enfants, dans les structures destinées à les prendre en charge, les IME, Instituts Médico-Educatifs. Puis à l'âge adulte dans les structures qui sont sensées assurer cet accueil, les Foyers d'Accueil Médicalisés ou les Maisons d'Accueil Spécialisées. Les parents qui y parviennent s’estiment alors chanceux alors que de nombreux enfants restent sur liste d’attente, gérés 24h/24 par leurs parents.

Un accueil indigne. En Haute-Savoie, le Centre Arthur LAVY dispose de ces trois structures. Sa Maison d'Accueil Spécialisée, destinée aux Adultes est en partie insalubre. La direction même de l'établissement confirme lors des CVS du 25/04/2018 et CVS IME du 11/07/2018 que les locaux ne respectent pas les bonnes pratiques avec par exemple 3 résidents adultes dans une seule chambre ou des salles de bains vétustes sur les murs desquels sont mis des "pansements". L'Agence Régionale de Santé (ARS), « responsable » de façon contradictoire du financement et de l’inspection, n'a pas répondu à la demande d'inspection de ces locaux, jusqu'au jour de la publication de cette pétition. La réponse reçue le 10/07/2018 indique un refus d'inspection. Pourquoi ?

Les parents d’adultes, parfois âgés ont peur que cette structure, même délabrée, ne ferme. Nous, les représentants des parents des enfants sommes solidaires avec les parents des Adultes mais refusons que rien ne change. Les familles d’enfants et d’adultes handicapés ont trop longtemps accepté ce chantage.

L'ARS pointe du doigt une mauvaise gestion du Centre. Mais c'est elle qui nomme les directions. Une bonne gestion veut-il dire la mise en place de la maltraitance organisée ?

Les installations telles que la piscine de balnéothérapie, importante pour des résidents parfois immobiles, a été fermée en 2015 et ne sera plus ouverte faute de moyens. Les résidents ont eu temporairement accès à une balnéothérapie dans un autre centre, équipement désormais fermé également. L’an passé des réductions  d'effectifs ont conduit notamment à la suppression d'une partie des activités éducatives des enfants ainsi que le sport adapté, toujours chez les enfants. Début 2018, des locaux ont dû être abandonnés, la toiture menaçant de s'effondrer.

L’État décide l’augmentation d’indice des agents fonctionnaires sans allouer de budget complémentaire. En 2018 ceci mène à la suppression de personnel pour l’équivalent de 800.000 Euros.

Le 26/04/2018, un plan de retour à l’équilibre est voté par le Conseil d’Administration. Environ 10% des effectifs sont supprimés ou réalloués pour de nouveaux résidents, impliquant notamment la suppression des infirmières de nuit à l'IME, entre autre pour les enfants épileptiques. En effet comme indiqué lors du Conseil de Vie Sociale (CVS) du 25/04/2018, seules les infirmières étaient en mesure d'administrer de l'oxygène de façon autonome, en cas de besoin. En outre, comme confirmé lors du CVS-IME du 11/07/2018, les conséquences du plan sont la suppression de l'accueil éducatif pour les enfants pensionnaires, la réduction des équipes pour les enfants et les adultes et par conséquent la disparition quasi totale des quelques sorties qui existaient encore. Le matin avant 09h et le soir après 16h, les personnels pourraient être 2 pour 9 enfants et 2 pour 11 chez les adultes.

Le médecin du Centre, les représentants du personnel et les parents, ont voté contre ce plan.

Les politiques, majoritaires, le soutiennent : Mme Valérie GONZO-MASSOL (Adjointe au Maire d’ANNECY - Conseillère départementale), M. Christian ANSELME (Maire de FILLIERE), M. Raymond BARDET (Conseiller départemental), M. François EXCOFFIER (Conseiller départemental).

Lors du CVS du 25/04/2018 la Directrice de l'établissement nous indique que "ce plan est indispensable car le Centre est menacé d'un défaut de paiement. Il serait alors mis sous tutelle."

Autrement dit, l’État ne donne pas les moyens nécessaires, acceptez ces conditions dégradées sinon, vous devrez vous débrouiller. Nombreux parents sont touchés et impuissants face à cette menace.

Que devons-nous faire de nos Enfants ? Chaque jour des médecins tentent des exploits pour sauver la vie de nouveaux nés qui rencontrent de graves difficultés, parfois sans informer les parents sur l’existence terrible qui est promise à ces enfants. Nous ne sommes pas coupables d'avoir des enfants handicapés.

Nos enfants et nos familles ont droit à un vie digne. Les salariés du Centre ont droit à des conditions de travail qui ne mettent pas en danger leur santé physique et psychique. Aidez-nous s’il vous plaît à leur donner un avenir plus serein.



CVS IME - Arthur LAVY compte sur vous aujourd'hui

CVS IME - Arthur LAVY a besoin de votre aide pour sa pétition “Sophie Cluzel: HAUTE-SAVOIE - Un accueil digne pour les handicapés mentaux au Centre LAVY”. Rejoignez CVS IME - Arthur LAVY et 3 801 signataires.