Des Assistants de Vie Scolaire pour les enfants handicapés de l'Essonne

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Madame la Secrétaire d’État chargée des Personnes Handicapées,
Monsieur Le Ministre de l’Éducation Nationale,
Monsieur Le Recteur de l’Académie de Versailles,

 

Citoyens de l’Essonne, c’est avec consternation que nous constatons dans notre département depuis septembre dernier le traitement infligé aux salariés « Auxiliaires de Vie Scolaire » et par ricochet aux enfants auxquels ils ont toujours su porter assistance dans leur scolarité.

En effet, on dénombre en Essonne de multiples contrats AVS non renouvelés, alors que les besoins effectifs au sein des établissements scolaires sont cruciaux. 
Nous avions pourtant pris acte cet été des propos du Premier Ministre M. Philippe, et de ceux du Ministre de l'éducation nationale, M. Blanquer, assurant que la prise en charge des enfants handicapés à l’École ne serait pas remise en cause par la suppression massive des Contrats Aidés.

Malheureusement, depuis la rentrée, nous constatons que de nombreux enfants ne bénéficient pas de l’encadrement et de l'aide indispensables dont ils ont besoin.

Parallèlement, la situation des Assistants de Vie Scolaire, déjà précaire, s’est encore aggravée. Soit leur contrat n’est pas renouvelé, soit il est d’autorité transformé en contrat d’Assistant pour Enfant en Situation de Handicap (AESH).
Or ce contrat suppose une qualification médicale supplémentaire pour laquelle ils ne reçoivent aucune formation.

Ces salariés ont parfois dû attendre un mois entier la transformation de leur contrat, les empêchant d''exercer leur mission et les privant ainsi de rémunération. Certains se voient privés de compensation sociale, le Rectorat leur donnant ordre de ne pas s’inscrire à Pôle Emploi, leur dossier « étant en cours de traitement ».

De plus, alors que le salaire net moyen d’un AVS est seulement de 790 euros par mois, on constate que le nouveau contrat d’AESH, imposé, prévoit un salaire inférieur de 140 euros par mois ! Comment vivre décemment  ? Comment maintenir une motivation pour exercer ce métier si essentiel aujourd’hui dans notre École ?
L’assistance, l’aide humaine aux enfants les plus fragiles valent-elles donc si peu aux yeux de l’État ?

Pendant de temps, nombre d'entre eux attendent encore depuis la rentrée de l’accompagnement dont ils ont besoin et auquel ils ont droit, selon les valeurs de notre Ecole Républicaine, qui garantit à chaque enfant le droit à l'Education et à l'Instruction.

Les angoisses des enfants privés d'assistance, ainsi que celles de leurs familles, des AVS et des enseignants sont fortes .
Nous citoyens , nous dénonçons avec force une telle situation et vous demandons de faire au plus vite le nécessaire afin de pallier la situation.

Nous demandons :
- Que tous les enfants handicapés ayant besoin d’un accompagnement humain spécifique dans leur scolarité au sein de notre département puissent en bénéficier immédiatement .
- Que cesse la précarisation de travailleurs dont l’activité est indispensable au sein de notre École Publique Républicaine, dont la première mission est d’offrir un droit à l’Instruction et à la Culture à chaque enfant.
- Que les contrats d’Assistants de Vie Scolaire soient pérennisés, et qu’un vrai statut au sein de l’Éducation Nationale, incluant un salaire décent et une vraie formation professionnelle, soit créé pour eux.
- Qu’une délégation composée d’AVS, AESH, de parents, d’enseignants, de syndicalistes, de citoyens de notre département soit reçue, afin de pouvoir dialoguer et de remédier au plus vite à cette situation inacceptable.

Vue l'urgence, nous souhaitons votre réponse positive à notre demande et nous vous prions, Madame La Secrétaire d’État, Monsieur Le Ministre, Monsieur Le Recteur, d’agréer l’expression de nos salutations respectueuses.



FI 91 compte sur vous aujourd'hui

FI 91 a besoin de votre aide pour sa pétition “Sophie Cluzel: Des Assistants de Vie Scolaire pour les enfants handicapés de l'Essonne”. Rejoignez FI 91 et 599 signataires.