Droits sociaux : Tous égaux face au Congé parental !

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Monsieur le Président de la République, Madame la Ministre des Armées, Madame la Ministre des affaires sociales,

objet : Réforme Congé Parental pour les militaires de gendarmeries 

Dans le cadre de la réforme de 2013, voté au Sénat, un secteur à été particulièrement oublié et lésé : les militaires de gendarmerie !

Impossible, aujourd'hui à l'aube de 2018, pour un parent exerçant le dur métier de gendarme, de pouvoir bénéficier du congé parental, comme c'est le cas pour tous les autres secteurs professionnels.

En effet, le parent exerçant le métier de gendarme, qui souhaiterait bénéficier, du Congé parental, se verrait dans l'obligation de quitter son logement LCNAS (logement concèdé par nécessité absolue et obligatoirement celui occupé par les militaires Gie, qui n'ont pas le choix de vivre hors du logement de fonction lorsqu'ils sont en services).

En plus de la perte de salaire (comme dans le civil), ils devront donc faire face à la recherche d'un logement et accepter ensuite le changement d'affectation de brigade, puisque leur poste aura été donné à un autre gendarme qui aura pris possession de l'ancien logement ! 

Combien de personnels masculin ou féminin ont pris ou osent prendre leur congé parental ?

Quand un personnel décide de prendre ce congé, dès la date de prise d’effet de celui-ci, il doit quitter son NAS ( pour un arrêt maladie supérieur à six mois…)
La raison se comprend, car pour ne pas léser la brigade, il faut le remplacer à l’effectif et donc loger son remplaçant.
Le souci, où va loger ce personnel, durant son congé parental? Dans sa maison ? Cela pourrait effectivement être une solution....à condition qu’il en ait une ! Comment payer le crédit ou le loyer de celle-ci avec un revenu de 500 euros pour congé parental ? Le conjoint peut peut-être assumer le manque à gagner... Oui mais combien de conjoints de gendarmes ont un emploi sûr qui permettrait de prendre ce risque ? Étant eux même soumis aux changements de postes suite aux mutations de leur conjoint gendarme, rares sont ceux qui occupent un emploi stable et non précaire. 

A la fin de son congé parental anticipé ou en fin de droit, le militaire est à nouveau affecté dans une unité, mais pas dans sa brigade d'origine, avant le départ en congé. Il lui faut accepter une nouvelle unité sans avoir le droit de choisir sa nouvelle affectation.

Le congé parental du personnel de gendarmerie, semble tellement compliqué, qu’il n’existe pas ou très peu, de personnel qui puisse avoir le plaisir, de pouvoir pour un temps, bénéficier du droit, d’élever ses enfants comme d'autres, et lorsqu'on connaît les difficultés de l'emploi et les risques liés, le nombre d'heures effectuées, on comprend l'importance d'un équilibre familial sain et stable pour ces forces de l'ordre au service de leur pays et de leurs concitoyens. 

C'est pourquoi aujourd'hui, Monsieur Le President, Madame et Monsieur les ministres, vous êtes sollicités, afin d'offrir égalité, liberté et fraternité à nos militaires de gendarmerie qui vont jusqu'à donner leur vie chaque jour sur le terrain, pour la tranquillité de nos concitoyens français. 

 

 



Collectif Citoyens compte sur vous aujourd'hui

Collectif Citoyens REVELOIS a besoin de votre aide pour sa pétition “Solidarité : Tous égaux face au Congé parental !”. Rejoignez Collectif Citoyens et 71 signataires.