Educatrices de jeunes enfants en grève pour l'égalité salariale

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


PETITION DES EJE EN GREVE RECONDUCTIBLE

Nous sommes 6 éducatrices de jeunes enfants en MECS (Maison d’Enfants à Caractère Social). Au sein de notre établissement nous effectuons tous-es le même travail, quelque soit la formation ES, ME, EJE (éducateur-trices spécialisé-ées, moniteurs-trices éducateurs-trices, éducatrices de jeunes enfants).
Cependant, nous percevons un salaire qui diffère selon nos formations, et la direction générale se cache derrière la Convention Collective Nationale 51 (qui est relativement obsolète pour justifier cette différence de rémunération) pour ne pas respecter le principe pourtant écrit dans le Code du Travail qui stipule « travail égal = salaire égal ».
Nous sommes plusieurs professionnels-elles (EJE et ME) à avoir questionné la revalorisation des salaires, depuis le 1er Janvier 2016. Après avoir éludé, nos questionnements et chercher à gagner du temps, la direction, suite à une menace de grève s’est engagée et a promis une formation pour les ME. En ce qui concerne les EJE, elle a indiqué revenir vers nous un peu plus tard, sur la question de nos revendications salariales. N’ayant pas de réponse pendant plusieurs mois, nous avons donc décidées de nous mettre en grève à partir du 15 mai 2018.
Depuis lors, nous avons eu plusieurs échanges avec notre direction pour entamer des négociations. Celle-ci se montre peu honnête ne souhaitant pas réellement aboutir à un compromis, se cachant derrière la DASES, en stipulant que tant que l’organisme financeur n’a pas donné sa réponse, la direction générale n’est pas en mesure de s’engager à accepter notre requête.
Finalement, une fois que la DASES a répondu négativement à notre demande, la direction a exprimé son refus de nous accorder la revalorisation de nos salaires, ne souhaitant pas déroger à la Convention Collective Nationale 51. Ne s’arrêtant pas là, elle nous fait subir également des diverses pressions, critiquant et remettant en cause notre éthique et notre conscience professionnelle, cherchant à nous culpabiliser en insinuant qu’à cause de notre mouvement de grève les enfants se portent mal etc. De plus, elle utilise le fait que le syndicat majoritaire CFDT ne se saisisse pas de l’affaire et ne nous soutienne pas en nous ignorant.
Enfin pour couronner le tout, elle engage des intérimaires de manière illégale pour nous remplacer ce qui est une entrave au droit de grève.

A ce jour, nous ne lâchons rien et heureusement, nous avons pu trouver du soutien dans différents secteurs en lutte (cheminots- ottes, postiers-ières,catacombes).
Malgré tout, cela ne fait toujours pas plier notre direction, donc il est temps d’informer de façon plus large et d’avoir plus de soutiens afin de faire en sorte que cela tourne en notre faveur.Notre victoire est importante car ainsi d’autres EJE vont pouvoir être motivées pour lutter pour leurs droits. C’est par le biais de cette multiplication des revendications et des prises de consciences que le changement de la Convention pourra s’opérer afin de faire connaître un métier trop peu connu alors qu’il manque cruellement de valorisation car c’est un métier en partie exclusivement féminin et dans le domaine social.
Noms Prénoms Professions Mail et où Tel Signatures

 



EJE en grève de la Société Philanthropique compte sur vous aujourd'hui

EJE en grève de la Société Philanthropique a besoin de votre aide pour sa pétition “Société Philanthropique: Educatrices de jeunes enfants en grève pour l'égalité salariale”. Rejoignez EJE en grève de la Société Philanthropique et 295 signataires.