Signer la pétition pour sauver le monde du loisir

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !

Christophe SÉRY
Christophe SÉRY a signé la pétition

Amis commerçants, confrères du loisir , tout acteur,

Le 14 Mars, nous avons fermé nos entreprises sur décision du Premier Ministre, indispensable dans le contexte sanitaire que nous connaissons. Sur le plan économique, le gouvernement a pris des mesures qui sont pertinentes, nécessaires, mais insuffisantes au regard de l’arrêt total de nos activités.

Les Loisirs Indoor de proximité proposent des activités récréatives diverses, populaires et accessibles à tous, qui contribuent au bonheur et à l’équilibre des familles : parcs de jeux pour enfants, trampolines, laser-game, bowling, karting, escape-room, simulation, salles d’escalade, de fitness, foot en salle…

Face au contexte sanitaire actuel, la plupart d’entre elles ne pourront pas se relever sans une décision d’annulation des charges. Si rien n’est décidé, elles risquent de faire face à une vague de  liquidations judiciaires et de licenciements massifs

En 2019, le loisir indoor représentait près de 5000 entreprises, 30.000 salariés, pour 30 millions de clients  adultes et enfants, soit 43% de la population française. 

Pendant ce temps, et sans le moindre euro de chiffre d’affaires, les charges continuent de s’accumuler : loyers et  charges locatives qui représentent jusqu’à    30 % du Chiffre d’Affaires, électricité, assurances …etc

Et ceci, alors que les dirigeants de petites entreprises n’ont pas droit au chômage partiel non plus !

Les assurances souscrites pour couvrir la perte d’exploitation ne couvrent rien en  cas de pandémie, situation inédite depuis plusieurs générations !

Le report des charges n’est pas la solution car elle ne fait que retarder la mort de nos entreprises. 

Et je ne sais pas pour combien de temps. Ce temps-là, utilisons-le pour organiser et garantir la réouverture de nos établissements. La seule issue à cette crise économique, qui s’annonce fatale pour nombre d’entre nous : pousser le gouvernement à décréter l’état de catastrophe naturelle sanitaire afin que les assurances nous indemnisent.

Nous avons chacun appelé nos assureurs et chacun a reçu la même réponse. Mais rien n’est perdu car rien n’est écrit. La situation est inédite et nous nous devons de nous battre pour sauver nos établissements ! 

Emmanuel Macron l’a martelé : « C’est une crise sans précédent ! ». Alors, écrivons chacun et ensemble, indépendants, petites et moyennes entreprises, les lignes qui nous font défaut aujourd’hui !

Suis-je le seul à me demander pourquoi il n’a été mentionné à aucun moment le rôle des assurances ?

Serait-il juste que les assurances (220 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018) et leurs réassurances (234 milliards d’euros de CA en 2018) 

Amis, confrères, je vous appelle au combat pour la survie de nos métiers. Rejoignez le collectif ! J'invite chacun de vous à signer cette tribune avec moi. Montrons un front uni pour que le gouvernement et les assureurs nous entende ! 

Christophe Séry pour défendre l'intérêt du  loisirs ..........