"TOUCHE PAS AUX TERRES DU PHARE DES MAMELLES"

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


Construit en 1864 par les colons français, soit un an avant le port, le phare des Mamelles sert depuis lors de repère aux navigateurs. Tous les soirs, son faisceau blanc apparaît dans le ciel à la tombée de la nuit à raison d'une rotation toutes les cinq secondes, il est visible à une distance de 53 km.

Le phare des Mamelles est un phare situé sur la presqu'île du Cap-Vert, à environ 4 km au sud-est de la pointe des Almadies — l'extrémité occidentale du continent africain — dans la ville de Dakar (Sénégal), sur la plus occidentale et la plus grande des deux collines volcaniques coniques nommées les Mamelles.

Le  phare c’est un point de repère pour les marins et les grands bateaux   

Le phare des Mamelles est le premier phare d’atterrissage de cette partie de l’Afrique. Son histoire est donc très liée à celle de toute la zone de l’Afrique de l’Ouest ouverte sur l’océan atlantique.

Servant de repère aux bateaux et aux avions dans toute cette partie de l'océan atlantique, le phare  est alors un patrimoine historique à préserver et à défendre pour les générations futures, mais aussi pour la sécurité aérienne et maritime. Un accord gouvernemental a placé le Service des phares et balises du Sénégal sous la responsabilité du Port Autonome de Dakar.

Le site géologique des Mamelles est inscrit à la liste des sites et monuments historiques classés ; il fait ainsi l’objet d’une protection règlementaire particulière et est ainsi « non aedificandi ».
Rare espace vert encore non encore totalement détruit par l’urbanisation sauvage et l’occupation anarchique du littoral  de Dakar il fait cependant l’objet de bien des convoitises de la part de promoteurs immobiliers et autres responsables privilégiés.

Aujourd'hui, ce patrimoine est menacé par des promoteurs véreux soutenus par des complices sans civisme ni patriotisme à l'intérieur de certains services administratifs. Un site classé Patrimoine mondial, n’appartient plus seulement au Sénégal ; et moins encore à des bénéficiaires privilégiés.

Le phare est menacé par différents actes que sont l’exploitation des pierres par un système d’explosifs ; mais aussi par des constructions immobilières et hôtelières juste aux flancs du phare. Le danger est là lorsque l'on veut creuser sous un volcan. "SAUVONS LE PHARE POUR SAUVER LE LITTORAL !!!!"

SIGNEZ ET FAITES SIGNEZ CETTE PETITION DU COLLECTIF TOUCHE PAS AUX TERRES DU PHARE- LE POUMON DU LITTORAL!!