Pour la sauvegarde de l’École Municipale de Musique de Simiane-Collongue

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Ce document, adressé à Monsieur le Maire de Simiane-Collongue, concerne les élèves, parents d'élèves et amis de l'Ecole Municipale de Musique de Simiane ainsi que tous les Simianais.

Monsieur le Maire de Simiane-Collongue,

L’école de musique municipale de Simiane a plus de 30 ans d’existence. Elle a offert à plusieurs générations l’opportunité d’apprendre la musique et rythme la vie du village en permettant à tous de se retrouver autour des événements gratuits organisés.

Depuis plus d’un an, vous vous êtes engagés dans la remise en question de ses modes de fonctionnement, imposant en particulier aux professeurs titulaires de travailler pendant les vacances scolaires (plusieurs recours sont engagés auprès du tribunal administratif).

Il y a 6 semaines, ce sont tous les professeurs vacataires de l’école municipale de Musique de Simiane-Collongue qui ont reçu des services municipaux un courrier leur signifiant la fin de leur mission au 30 juin.

Avec ces départs ce sont les deux tiers des élèves de l’école qui perdraient leurs professeurs.

Depuis ce courrier, des échanges encourageants ont eu lieu entre les professeurs et la mairie et vous nous avez confirmé le 29 mai 2019 - par courrier adressé à tous les parents d'élèves et élèves adultes - votre volonté de créer les conditions pour la poursuite de leur activité à l'école.
Cependant à ce jour les professeurs sont toujours en attente d’une proposition écrite précise de la municipalité.

Dans ce contexte et à quelques semaines de la fin de l’année scolaire, nous – parents d’élèves, élèves adultes et amis de l’école municipale de musique de Simiane-Collongue – vous exprimons à travers cette lettre ouverte :

- L’urgente nécessité d’un courrier officiel et explicite indiquant à chaque professeur concerné les nouvelles modalités d’emploi et la rémunération (nette et brute) qui leur sont proposées.

      o Concernant les modalités d’emploi, la régularisation de leur contrat nous parait l’option préférable, en particulier pour mettre fin aux recours actuels auprès du tribunal administratif. L’hébergement par une association serait selon nos informations illégal.

- L’exigence, si des remplacements de professeurs étaient nécessaires, d’un processus de sélection des nouveaux professeurs qui garantisse des compétences d’enseignement musical suffisantes et évaluées par la Directrice de l’école de Musique.

- Notre attachement au maintien du fonctionnement actuel de l’école, en particulier l’application du règlement des études (incluant une offre globale avec formation musicale et pratique collective) et de la convention tripartite avec les écoles de musique de Cabriès et des Pennes-Mirabeau.

- Notre besoin d'éclaircissement vis-à-vis de la nouvelle exigence de préinscription en mairie mentionnée dans votre courrier du 29 mai, dans la mesure où le dispositif en ligne duonet qui permet les préinscriptions depuis plusieurs années est à la fois plus efficace, plus rapide et moins coûteux.

En vous remerciant par avance pour l’attention que vous porterez à ce courrier, nous vous adressons nos respectueuses salutations.