Petition update

La CIPR (référence internationale en radioprotection) reconnaît le modèle linéaire sans seuil

Florent PIROT
Valbonne, AL, France

Mar 4, 2018 — Le modèle linéaire sans seuil qui démontre la dangerosité de toute forme de contamination radiologique a été adopté par la Commission internationale de protection radiologique en 2006.

Pour citer le site canadien gouvernemental de référence sur la sûreté nucléaire, http://nuclearsafety.gc.ca/fra/resources/health/linear-non-threshold-model/index.cfm
"Par conséquent, le modèle LSS [linéaire sans seuil] présume que l'incidence de cancer, par rapport à la dose de rayonnement, fonctionne de la même façon qu'à doses plus fortes, c.-à-d. de façon linéaire.
Selon des rapports de la Commission internationale de protection radiologique (ICRP 99, 2006) et du U.S. National Research Council of the National Academies (BEIR VII, 2006), bien que des faits appuient d'autres modèles, le modèle LSS est celui qui correspond le mieux, en général, sur le plan de la radioprotection."

De toute façon quand on lit les textes du CEA sur les faibles doses (article "Effets des faibles doses, où en est la compréhension des mécanismes ?" dans la lettre d'info d'une unité du CEA), qui teste pourtant lui-même des obus à uranium appauvri à Gramat et qui a breveté des charges creuses avec ajout d'uranium appauvri mentionné sur le brevet, c'est simple, les armes à uranium appauvri n'existent tout simplement pas. (cf. la photo en illustration, extraite de cet article : on voit que ça ne fait simplement pas partie pour eux des pollutions artificielles - source de l'image http://www.cea.fr/drf/prositon/Documents/Prosinfo22.pdf l'image est en page 5/14)
Le brevet CEA est là, il date de la fin des années 1980 https://patents.google.com/patent/DE3724491A1 on voit que la DGA et le CEA sont codéposants, le brevet mentionne "Uran" (Uranium, en allemand) pour la masse déformable (le liner) de la charge creuse, ce qui, dans le contexte et compte tenu du fait que l'ajout d'uranium appauvri dans l'arsenal des armes lourdes "conventionnelles" (nucléaires, comme expliqué sur cette pétition et sur mon site www.depleteduranium.org) s'est fait en France dans les années 1980, correspond bien à la période de l'ajout de l'uranium appauvri dans les armes antiblindages. (lire aussi sur https://depleteduranium.org/2017/04/05/quand-le-commissariat-a-lenergie-atomique-se-mele-de-recherche-sur-des-armes-pretendument-conventionnelles-les-charges-creuses/ d'autres indications sur l'implication directe du CEA)
Le site de Moronvilliers est un autre site où le CEA a fait exploser de l'uranium appauvri et a contaminé gravement l'environnement avec les poussières des explosions. De même à Vaujours. La DGA a le site de Bourges près d'une usine MBDA où elle tire également des missiles et ne pas oublier le tunnel ferroviaire de Sauclières, duquel des obus (naturellement très chauds, + de 3000°C) se sont échappés parfois dans la nature, fondant leur petit trou dans la paroi métallique bloquant la sortie du tunnel... (un article rapporte en effet plusieurs petits trous de ce type dans la paroi)

Par contre précisons que si le gouvernement fédéral suisse s'est fendu d'un communiqué pour l'adoption du modèle linéaire sans seuil, et que le gouvernement canadien le cautionne également sur son site Web, la CRIIRAD n'a visiblement pas l'intention d'informer le public français.
Quand j'ai pointé à Roland Desbordes, par email, le fait que la Commission européenne a reconnu la dangerosité de l'uranium appauvri, sur la base de travaux reprenant le modèle linéaire sans seuil et le démontrant sur les données épidémiologiques de pays entiers, en rapport avec les variations de radioactivité naturelle, le fait aussi que la Suisse vient d'adopter ce modèle il y a quelques jours, Roland m'a répondu : "ça ne mérite pas un communiqué Criirad , on a tellement d'autres choses à dire et alerter !". Il refuse entre autres d'admettre le lien de l'exposition des parents avec les maladies héréditaires telles que l'autisme chez les enfants.
Roland Desbordes refuse également obstinément d'admettre l'évidence scientifique absolue de la fission nucléaire dans les charges creuses et autres projectiles militaires conventionnels (et donc la dimension criminelle de l'ajout d'uranium appauvri, inutile pour la fission). Il refuse donc aussi d'admettre que le ruthénium 106 (et les nombreux autres produits de fission radioactifs détectés en même temps dans les balises) venaient de Kalinovka en Ukraine.
Il démontre enfin parfois la limite de ses compétences scientifiques. Il m'a un jour affirmé que "le plutonium n'est pas pyrophorique". Et, récemment, que "la relation linéaire sans seuil est déjà écrite dans notre code de la santé publique depuis 2002, et dans la directive Euratom 96/29" (donc l'IRSN n'applique pas la loi française ? https://depleteduranium.org/2018/03/03/la-mauvaise-foi-de-lirsn-concernant-les-faibles-doses/ ) avant de se reprendre en disant que l'IRSN applique juste le "modèle linéaire", ce qui est malgré tout faux quand on regarde le graphique utilisé en illustration dans l'article IRSN sur les faibles doses, qui défend de facto très visiblement l'idée d'un seuil de tolérance du corps humain pour les faibles doses.


Keep fighting for people power!

Politicians and rich CEOs shouldn't make all the decisions. Today we ask you to help keep Change.org free and independent. Our job as a public benefit company is to help petitions like this one fight back and get heard. If everyone who saw this chipped in monthly we'd secure Change.org's future today. Help us hold the powerful to account. Can you spare a minute to become a member today?

I'll power Change with $5 monthlyPayment method

Discussion

Please enter a comment.

We were unable to post your comment. Please try again.