Une antenne-relais haute de 36.24 mètres à moins de 3m des habitations (Villampuy 28)

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Le maire de Villampuy et ses conseillers ont voté le 30 mars 2017 l'autorisation du permis de construire attribué à la société FREE pour l'implantation d'une antenne-relais de téléphonie mobile à l'entrée de la rue du bois Robin sur presque 5m² au sol et d'une hauteur de + de 36 mètres !!

Le collectif de Villampuy contre lesdites antennes s'oppose fermement à cette implantation et l'a fait savoir dans un recours gracieux adressé au maire de la commune par LRAR le 13 juin dernier avec copie à Free, à monsieur VIGIER député de la 4è circonscription de l'Eure-et-Loir, au sous-préfet du département, à l'ATARC et au CRIIREM.

Si les risques sanitaires liés aux radio-fréquences ne semblent pas officiellement prouvés, la non toxicité de ces RF n'est pas prouvée non plus et leur crainte est bien réelle eu égard à toutes les mesures prises par le gouvernement. Dans ce quartier pavillonnaire réside 90% des enfants de la commune qui ont déjà été bercés par 3 antennes-relais installées sur le château d'eau. Nous aimerions leur éviter une espèce de triangulation de risques cancérigènes ! De plus l'école primaire et maternelle de Villampuy se situe à moins de 300 mètres de cette installation, nous craignons donc pour tous les enfants qui y seront exposés quotidiennement alors que de nouvelles normes ont été votées par notre gouvernement demandant à ce que le wifi en particulier soit éteint dès que les activités l'utilisant sont terminées.

Nous appelons également votre soutien compte tenu que cette antenne aura un rayonnement important dont le seuil sera à son apogée sur une distance de 250 à 1000 mètres, exposant ainsi fortement d'autres hameaux de Villampuy (Dessainville, Pareau, Juvrainville) abritant également des enfants mais aussi des personnes âgées et des personnes déjà malades, parfois atteintes de cancer.

Outre l'aspect sanitaire, nous voulions vous sensibiliser sur la pollution visuelle qu'apportera ce mât métallique de 36 mètres dans une commune rurale où nous sommes venus nous installer pour son paysage et sa tranquillité. L'antenne sera implantée entre les 2 premières maisons de la rue qui n'en compte qu'une petite dizaine entourées de champs.

Il est maintenant prouvé que la valeur des propriétés sera dépréciée par l'implantation de ces antennes, le manque à gagner en cas de vente s'élèverait à 15%, pourtant la voisine de l'antenne voit son estimation diminuée de 30% ! De nombreux propriétaires ne sont pas originaires de la Beauce, et s'ils veulent protéger sa nature, ils ne comptent pas pour autant y rester. Ils sont donc fortement lésés.

Enfin outre les risques sanitaires, la dénaturation de notre paysage et la dépréciation de la valeur de nos propriétés, nous, collectif de Villampuy contre les antennes-relais de téléphonie mobile, estimons que les règles d'urbanisme n'ont pas été respectées et qu'aucune transparence n'a eu lieu.

1) Le panneau d'affichage a tout d'abord été mis sur une palette qui était tombée avec le vent rendant sa visibilité et donc sa lisibilité possible qu'à partir du 30 avril ; en ce sens les délais de recours n'ayant commencé à courir qu'à partir de cette date, notre 1er recours est recevable en droit. D'autant que ce panneau est non conforme au code de l'urbanisme.

2) AUCUNE information à la population n'a été faite en amont. Nous ne demandions pas de concertation mais une réunion publique qui aurait dû avoir lieu conformément aux engagements pris par la charte signée par l'association des maires de France et l'association des opérateurs de téléphonie mobile. La mairie nous a inondés de mails et courriers concernant la fibre, nous leurrant quant à la destination du panneau d'affichage Free : nous pensions naïvement qu'il s'agissait de la fibre et surement pas d'une antenne haute de 36 mètres qui allait polluer notre santé.

3) Selon les dires devant témoin d'un conseiller municipal qui a voté pour le projet mais que nous espérons honnête malgré tout, le conseil aurait voté l'autorisation du permis sans réelle délibération mais surtout sans avoir les plans détaillés de l'implantation de ladite antenne. Le maire leur aurait présenté une antenne sur la route d'Orléans qui allait rapporter 3 000 € à la commune mais sans autre précision. Les plans ont été apportés à la réunion de conseil suivante, dévoilant une implantation non pas sur mais derrière la route d'Orléans, dans notre rue.

4) L'antenne, dont le socle a une superficie de 4.99m², sera installée à moins de 3 mètres de la limite séparative des maisons, de leur grillage donc. Alors que des déclarations préalables sont refusées pour des cabanes de jardin de 9m² car ne respectant pas ce principe imposé même en dehors de tout PLU, le maire aurait-il le droit, lui, d'en passer outre ?

5) Nous attendons encore la simulation de l’exposition aux champs électromagnétiques générée par l’installation concernée par le dossier, selon l'article R. 20-13-1 du code des postes et des communications électroniques, demandée lors du recours gracieux. Nous supposons par conséquence qu'elle n'a pas été faite, ni aucune étude d'impact environnemental.

6) D'autres emplacements auraient pu être choisis sur la route d'Orléans comme le terrain communal du stade de football limitant les aspects économiques et esthétiques, néanmoins l'impact sanitaire aurait été le même. Aussi l'implantation aurait pu se faire avec l'autorisation d'un agriculteur, bien plus loin sur ladite route, préservant ainsi totalement toute population, et l'antenne se serait même confondue avec les éoliennes.

7) L'attitude de monsieur le maire est fort décevante. Le maire d'une commune doit être le porte-parole de ses habitants, il se doit de les protéger, de les informer et de leur être loyal eu égard à la confiance qu'ils lui ont témoigné par les élections. Nous avons été bafoués dans nos droits à la communication, nous avons été bernés et nous seront terriblement lésés si cette antenne voyait le jour comme prévu cet été (quand les habitants seront en congés).

Nous appelons, par la présente pétition, l'intérêt public et le soutien de nos politiques afin de protéger les habitants de Villampuy et ses hameaux sur le plan de la santé, de l'environnement et de l'économie. Nous estimons que l'arrêté autorisant le permis de construire délivré à la société FREE pour l'implantation d'une antenne-relais de téléphonie mobile auprès du 2 rue du bois Robin 28200 VILLAMPUY, est entaché d'illégalité au vu des éléments exposés précédemment. Nous demandons donc à la société FREE de bien vouloir se rétracter et/ou à monsieur le maire de Villampuy d'expulser de l'ordonnancement juridique l'autorisation d'urbanisme précitée, conformément à l'article L424-5 du code de l'urbanisme et ce dans les onze jours qui lui restent pour le faire.

Respectueusement

 La pétition sera également envoyée par formulaire de contact à monsieur le Président de la République, monsieur le ministre de l'Éducation nationale et monsieur le ministre de la Transition écologique et solidaire



Collectif de Villampuy contre les antennes-relais de téléphonie mobile compte sur vous aujourd'hui

Collectif de Villampuy contre les antennes-relais de téléphonie mobile a besoin de votre aide pour sa pétition “Sauvons nos enfants et notre village : nous demandons l'annulation de l'autorisation délivré à FREE pour l'implantation d'une antenne-relais entre nos maisons à Villampuy 28”. Rejoignez Collectif de Villampuy contre les antennes-relais de téléphonie mobile et 202 signataires.