Sauvons les rivières Pyrénéennes

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !

Vincent PEDERIVA
Vincent PEDERIVA a signé la pétition

Monsieur le Président de la Fédération nationale de la pêche en France,  Monsieur le Directeur de l'Agence Française pour la Biodiversité,   

La période extrêmement difficile que nous traversons relègue les questions d’écologie bien loin de nos occupations premières, cette conjoncture nous obligeant même à suspendre la pêche de loisir.

Cette trêve est d’ailleurs, dans notre belle région pyrénéenne, un répit pour les quelques poissons sauvages rescapés de la dernière saison de pêche et seul capable de survivre à un étiage interminable, et à des crues-éclair de plus en plus violentes.

Comme vous le savez, le réseau hydraulique des Pyrénées subit de plein fouet les effets d’un changements climatiques qui s’accélère et qui modifie certainement comme partout en France l’état de nos cours d’eau : dans bien des régions (Bretagne, Massif Central, Franche-Comté...) les fédérations départementales pêche par le biais des AAPPMA (Association Agrée de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique)  s’engagent depuis longtemps, prenant des décisions, certes parfois contestées, mais dans le souci de faire évoluer les idées pour préserver et maintenir au mieux une ressource piscicole de qualité…

Cependant sur le versant français des Pyrénées très rares sont les AAPPMA qui ont pris des décisions tenant compte de ces évolutions désastreuses : ce manque de discernement est une faute lourde de conséquences pour la protection et la préservation de la population inestimable de nos salmonidés.

En  40 années de permis de pêche, je n’ai connu hélas aucun engagement, ni aucune décision qui auraient pu freiner la récession écologique qui nous frappe et à laquelle nous assistons aujourd’hui.

Pour exemple la réglementation en vigueur qui permet encore le pillage des rares ruisseaux encore en eau de nos bassins par le prélèvement de 10 truites par jour et par pêcheur : ces poissons autochtones venu se reproduire sont prélevés dès 18 cm souvent avant même qu’ils aient pu correctement perpétuer la vie !

Il est certain qu’en additionnant les 3 paramètres, baisse des débits + réchauffement de l’eau + prélèvement irraisonné, le résultat ne peut qu’être catastrophique et les dégâts irréversibles. D’autant plus que la seule réponse des fédérations départementales est le déversement de tonnes de poissons issus de pisciculture, polluant par leurs présences et leurs comportements les rescapées de la dernière glaciation, et incapables de gagner les zones de fraie pour se reproduire : ces pauvres animaux, réduits aux rangs d’amusement, favorisent une pêche que je qualifierais « d’artificielle » et « d’éphémère » cloisonnant les pratiquants sur des parcours qu’ils leurs sont réservés suivant qu’ils sont débutants, moucheurs, ou compétiteur !

L’enlisement de nos instances dans une gestion commerciale de la pêche basé sur le volume annuel des permis vendus, a relégué bien loin leur mission première de protection du milieu aquatique.

Cette situation interpelle de nombreux pratiquants attentifs à l’état actuel de nos cours d’eau : il est nul besoin de sortir de grandes écoles, seule la bonne foi suffit pour constater le bilan catastrophique de ce type de gestion.

Comprenez, Messieurs, que la situation actuelle demande une attention toute particulière car nous ne pourrons pas espérer une amélioration sans un changement radical impulsé par l'Agence Française pour la Biodiversité et la Fédération Nationale de Pêche que vous représentez : nous devons à nouveau avoir confiance en la Nature et parier sur son pouvoir de régénération !

Le confinement et ses bienfaits sur l’environnement en sont la preuve : en Inde des régions entières revoient les sommets enneigés de l’Himalaya disparus depuis plus de trente années sous la pollution…

Pour que nous soyons entendu et pour que le réseau hydraulique des Pyrénées soit considéré a sa juste valeur, que son patrimoine piscicole soit enfin défendu et géré comme il se doit, afin que les fédérations départementales de pêche concernées prennent des vrais décisions pour la protection et la préservation de l'eau et des milieux aquatiques signez et transmettez cette pétition... 

Vincent PEDERIVA                                                                                                        Citoyen et pêcheur Pyrénéen