Sauver le refuge des Évettes, une construction de Jean Prouvé à 2594m d’altitude

Sauver le refuge des Évettes, une construction de Jean Prouvé à 2594m d’altitude

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !
Quand elle atteindra 2 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !
jean-françois LYON-CAEN a lancé cette pétition

Sauver le refuge des Évettes,

une construction de Jean Prouvé à 2594m d’altitude 

Un « monument » de l’architecture du XXème siècle menacé de destruction : le refuge des Évettes, la construction la plus haute au monde réalisée avec une charpente tridimensionnelle (procédé Prouvé-Pétroff).

 

• Le refuge des Évettes, une architecture contemporaine en altitude

Situé en Haute-Maurienne (Savoie) à 2 594 mètres d’altitude, le refuge est implanté face au spectaculaire cirque glaciaire entouré par les séracs du glacier des Évettes et les sommets de l’Albaron (3637 m d’altitude) et de la Grande Ciamarella (3676 m d’altitude).

La construction a été édifiée par le Club alpin français et réalisée en 1970 par Guy REY-MILLET, architecte (Atelier d’architecture en montagne à Chambéry), également alpiniste et skieur, en employant le système constructif PROUVÉ-PÉTROFF que ces derniers venaient de mettre au point : caissons en barres triangulées qui, assemblés, forment une résille tridimensionnelle permettant de couvrir des surfaces dégagées de tous points porteurs, ceux-ci étant reportés en périphérie.

Les qualités constructives et architecturales de la structure métallique ont été jugées particulièrement adaptées à la construction en altitude soumise à des contraintes particulières de temps et de transport, autant par le Club alpin français (CAF) que par les architectes et les ingénieurs, dont Jean PROUVÉ.

À tel point que le CAF commandera un second refuge avec le même système constructif l’année suivante qui sera édifié au col de la Vanoise (altitude 2518m).

Le refuge des Évettes est un témoignage du développement de la construction modulaire en haute altitude adoptée pour répondre à la demande d’hébergements en montagne liée à l’essor des courses d’alpinisme et de la randonnée pédestre dans des espaces jusque-là délaissés, à partir des années 60.

La simplicité constructive liée à un système structurel performant et à des matériaux de faible poids, illustre l’étendue et les capacités des procédés industriels dans la conception architecturale retenue ici pour des réalisations d’altitude, pourtant soumises à des aléas climatiques rudes. 

 

• Le refuge des Évettes, un patrimoine de l’œuvre de Jean Prouvé et de Léon Pétroff

Le refuge est une des rares réalisations qui témoigne encore de l’emploi du système constructif PROUVÉ-PÉTROFF,conçu en 1968, adopté pour la conception de maisons individuelles, de bureaux ou d’équipements comme la maison Jaoul à Ablis, les bureaux des établissements publics d’aménagement de villes nouvelles (Rives de l’Étang de Berre à Vitrolles, Melun-Sénart, Évry) ou la bourse du travail de Corbeil-Essonnes. 

 

• Le refuge des Évettes menacé de destruction

L’étude de la réhabilitation du refuge lancée en 2021 par la Fédération française des clubs alpins et de montagne (FFCAM) conclut à la destruction du refuge et la construction d’un bâtiment sur deux niveaux composé d’un socle maçonné surmonté d’une structure utilisant partiellement des composants PROUVÉ-PÉTROFF.

Aucun diagnostic architectural et patrimonial préalable n’a été mené sur le refuge existant alors qu’il est en bon état de fonctionnement, étant régulièrement surveillé par les équipes de la FFCAM qui effectuent les entretiens nécessaires.

Cela n’empêche pas le maître d’ouvrage de prévoir :

- La réalisation d’un socle béton de 250 m3, soit 550 tonnes à acheminer par camions et hélicoptères, imposant plus de 600 rotations d’hélicoptères, ainsi que l’extraction de pierres sur le site pour habiller le béton.

- La dépose et l’évacuation de la façade rideau, les « panneaux Matra », pour les remplacer par une ossature bois recouverte d’aluminium.

- Le démontage de la structure métallique d’origine PROUVÉ-PÉTROFF (poteaux et charpente en modules de résille) suivi du remontage des mêmes éléments sur le socle avec « encoffrement » des éléments métalliques dans du béton, afin de répondre à la réglementation incendie des édifices à plusieurs étages.

- La pose d’une charpente en bois à double inclinaison, supportant la couverture et la pose de panneaux solaires, et coiffant la charpente métal faite des modules en résille réassemblés.

- La modification du cloisonnement intérieur à l’issue de laquelle les « panneaux Rousseau » d’origine seraient employés pour décorer le refuge.

La démolition aura également pour effets de faire disparaître le mobilier et les agencements intérieurs en bois conçus par Guy REY-MILLET en lien avec l’architecture du bâtiment, maintenus intégralement jusque-là.

 

• La protection Monument historique du refuge des Évettes garantira sa pérennité 

Le refuge témoigne d’une adéquation réussie entre paysage, programme, chantier et durabilité. Apprécié pour sa localisation qui le rend accessible à tous publics, les Évettes est connu également par son architecture représentative des expérimentations conduites au cours des années 60-70 : l’emploi d’éléments techniques préparés en atelier qui garantissent économie et simplicité dans leur mise en œuvre au cours du chantier et une conception du refuge caractérisée par une sobriété des espaces et une gestion simplifiée. Ce qui a permis jusque-là un usage polyvalent, reposant sur une forme de « rusticité contemporaine ».

Mais pour répondre aux besoins actuels du refuge (modernisation des sanitaires, augmentation de l’espace affecté aux gardiens, création de locaux techniques…), un projet associant la réhabilitation du bâtiment dans le respect intégral des dispositifs architecturaux et constructifs, et la réalisation d’un bâtiment complémentaire doit pouvoir être étudié, selon trois directions

- La conservation de la construction originelle grâce à des travaux de réhabilitation et de renforcement du confort thermique mis en œuvre avec des techniques simples, habituelles et économiques. Ces travaux assureront la pérennité de l’ouvrage et préserveront l’architecture du refuge, tout en étant conformes à la réglementation incendie propre « aux refuges de montagne existants ».

- La préservation du refuge des Évettes permettra de concevoir sa réhabilitation et d’engager son entretien, non seulement en limitant le coût financier des travaux, mais aussi et principalement en visant un bilan « carbone » beaucoup plus performant que celui qui résulterait d’une démolition suivie d’une reconstruction.

- La réalisation d’un édifice complémentaire à concevoir selon une architecture contemporaine, dessinée avec simplicité, édifiée avec les matériaux et les composants à disposition aujourd’hui, et à inscrire ainsi dans une ambition novatrice comparable à celle initiée il y a plus d’un demi-siècle par les concepteurs et le maître d’ouvrage.

 

• Nous demandons la protection aux Monuments historiques qui garantira la pérennité du refuge, l’édifice comme le mobilier et l’agencement qui ne peuvent pas être dissociés.

****

Photographies : Le refuge des Évettes en 2018 - Photographies : Franck Trabouillet© Région Auvergne-Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel, 2018

voir article complémentaire : https://www.sitesetmonuments.org/refuge-des-evettes-2590m-d-altitude-un-monument-du-patrimoine-architectural-du-xxeme-siecle-menace

• Pétition soutenue par 

Sites & Monuments (SPPEF)

39 avenue de la Motte-Picquet - 75007 Paris - 01 47 05 37 71

Email : contact@sppef.org 

Internet : https://www.sitesetmonuments.org/refuge-des-evettes-2590m-d-altitude-un-monument-du-patrimoine-architectural-du-xxeme-siecle-menace

Twitter : https://twitter.com/SPPEF

Docomomo France

1 place du Trocadéro - 75116 Paris

Internet : https://www.docomomo.fr/batiment/refuge-des-evettes

Twitter : https://twitter.com/DocomomoF

 

 

             

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !
Quand elle atteindra 2 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !