Sauver France 4

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Le public de la télévision vieillit. Ce n'est pas un mythe, c'est un fait. Entre 2010 et 2016, le téléspectateur a pris sur TF1 en moyenne +3,7 ans (pour une moyenne de 51,8 ans), +2,8 ans sur France 2 (à 59,4 ans), +4,3 ans sur France 3 (à 62,4 ans)... et on pourrait continuer comme ça éternellement.

Côté télévision publique, à l'échelle du groupe France Télévisions, il y a fort à parier que cela va s'accélérer suite à l'annonce de la suppression de France 4, chaîne fourre-tout jeunesse qui a non seulement subi depuis des années l'absence de vision de ses décisionnaires, mais en plus a pris dans sa face sans cesse les ricanements des politiques qui ont plus de 60 ans et qui sont bien incapables d'avoir un projet pour la création audiovisuelle à l'égard des jeunes, déjà qu'ils ne comprennent même pas ce qu'est un jeu vidéo.

Sauf que, malgré une identité éditoriale vacillante (le fait de l'obliger à jongler en permanence entre les programmes enfants et programmes jeunes adultes par exemple), France 4 est certainement la première chaîne de la TNT en matière de création hors documentaire, et de très loin. Même si la dynamique avec son équivalent web, Studio 4, n'a jamais porté aussi loin les programmes qu'espéré, aucune autre fenêtre existant sur le hertzien ne permettait à la science-fiction ou au fantastique français de se construire, se révéler, se bonifier.

La problématique principale de la création audiovisuelle, quel que soit le pays, quelle que soit la plateforme, est celle de la diversité, sociale, de genres, de formats, de protagonistes, d'histoires. Aujourd'hui, en condamnant France 4 à disparaître dans les limbes d'internet - car ce n'est pas 150m€ qu'il va falloir mettre pour espérer exister en cet endroit, mais bien plus -, France Télévisions, dans son lien hiérarchique pesant avec l’Élysée, contrevient à cette mission prioritaire de la diversité qui réussit tant à d'autres. Mais pire, cette décision abime le lien déjà très étroit que le groupe public entretient (ou plutôt essaie de conserver) avec la jeunesse française.

Vous voulez mimer la BBC ? Pourquoi ne souhaitez-vous pas vous intéresser au système réglementaire anglais (leurs quotas) par exemple ? Pourquoi n'envisagez-vous pas d'offrir à France Télévisions une réelle indépendance budgétaire, comme c'est le cas de l'autre côté de la Manche ? Voilà deux pistes qui seront bien plus efficaces, et sur les programmes, et sur le public touché.

Ou alors peut-être que la seule chose qui vous intéresse est d'affaiblir France Télévisions ?



Manuel compte sur vous aujourd'hui

Manuel Raynaud a besoin de votre aide pour sa pétition “Sauver France 4”. Rejoignez Manuel et 249 signataires.