Petitioning Ministre de la santé . Ordre des chirurgiens dentistes. Ordre des médecins

s.a.d.a.m le corps prisonnier ( névralgies, migraines dues aux mâchoires, dents, posture..)

Vous souffrez des mâchoires, des dents, du dos, de migraines, de vertiges, d'acouphènes, de névralgies dans les nerfs de la face ? Et si tout cela avait une cause? Et si cette cause était un Sadam?

Le Sadam ou syndrome algo-dysfonctionnel de l'appareil manducateur est une pathologie qui regroupe un ensemble de symptômes dont l’origine est un dysfonctionnement des articulations temporo mandibulaires découvert par un médecin ORL, le docteur Costen, en 1936.
C'est donc un problème de mâchoires. Qui peut être provoqué par des soins dentaires inappropriés, un choc reçu ou d'autres problèmes d'ordre physiques ou physiologiques.
Les conséquences peuvent être variées mais le corps étant un tout, on retrouve souvent chez ces patients des désordres posturaux et algiques.

Or, des milliers de gens souffrent de cette maladie et parfois sans même le savoir. Parfois rejetés (tout étant mis sur le compte du stress) ou tout simplement renvoyés vers des psychiatres.
Il est effectivement stressant de souffrir sans cesse et sans espoir de guérison.
Ces patients sont parfois aussi enfermés dans un diagnostique erroné de fibromyalgie ou de céphalée de tension.
Le Sadam n'est pourtant pas une maladie imaginaire.
Souvent, le Sadam est soignable, et lorsque dans de rares cas il ne peut l’être tout à fait, on peut au moins améliorer le sort des patients d’une façon significative par des traitements appropriés.
Tous ces malades ne souhaitent qu’une chose : pouvoir retrouver une vie normale et pour certains retourner au travail lorsque la maladie les en a éloigné.
Il n'y a à ce jour aucune reconnaissance adulte handicapé pour ce mal qui peut détruire une vie ni aucune réelle prise en charge pluridisciplinaire, sauf de très rares exceptions.

Il y a urgence à former les professionnels de santé pour qu'ils travaillent en équipe à trouver la cause de ces dysfonctions et les résoudre. (Médecins généralistes, prothésistes, dentistes, stomatologues, radiologues, posturologues, ostéopathes, Kinésithérapeutes ...)
Car le Sadam est une pathologie complexe avec des origines différentes et des conséquences qui peuvent aller du simple inconfort au handicap.
Les incapacités que ce problème peut engendrer sont suivant les personnes et les gradations de la pathologie : douleurs de type contractures musculaires (dos, nuque, trapèzes, visage, sphère orl, yeux..), problèmes posturaux, maux de dos, migraines, vertiges, douleurs neurologiques, insomnies...

La souffrance des personnes atteintes et leur désarroi quant au manque de prise en charge pluridiciplinaire de leur pathologie est réelle.

Les éléments communs chez les patients sont:
• Isolement
• Incompréhension de l'entourage et des professionnels de santé
• Repli sur soi
• Souffrances physiques
• Errance médicale
• Parfois perte d’emploi ou divorce

Les conséquences peuvent être graves.

Or, comme toute pathologie, il faut en chercher les causes et les soigner, ne plus se contenter de demander aux gens de survivre avec leur mal.
Il y a lieu de prendre en compte cette pathologie et la complexité des formes qu'elle peut recouvrir.
Il faudrait mieux former les professionnels de santé à ce réel problème encore mal connu qui peut toucher chacun d'entre nous y compris nos enfants. A ce jour, le Sadam est peu ou pas enseigné à nos praticiens, qu'ils soient médecins généralistes, stomatologues, dentistes, kinésithérapeutes, ophtalmologues, allergologues etc.

Nos praticiens ne peuvent répondre à l'obligation de moyens pour laquelle ils s'engagent, sans avoir été préalablement informés et/ou formés, or là encore, les mâchoires et l'occlusion dentaire sont les grands délaissés des formations médicales ou paramédicales.

Il faudrait à nouveau permettre l'accès à la reconnaissance adulte handicapé pour ce mal souvent confondu avec la fibromyalgie ou apparenté à la dépression.

Rendre les soins remboursables car à la détresse physique s'ajoute la détresse financière. Enfin rendre obligatoire l'interdiciplinarité des professionnels de santé car les malades devraient être pris en charge de A à Z, il est inadmissible et incohérent de devoir chercher soit même des solutions.

Il faut informer les patients des conséquences potentielles sur la posture et l'équilibre du corps de certains soins dentaires qui, si ils sont menés avec prudence ne doivent qu'apporter du mieux-être au patient.

Le Sadam peut détruire une vie.

Chacun d'entre nous est concerné, cela peut tous nous arriver, à tout âge.
L'errance diagnostique, la non reconnaissance et la non prise en charge de cette pathologie entraine parfois des conséquences graves sur la santé de tous, petits et grands, qui pourraient être évités si ils étaient correctement pris en charge par les différents praticiens acteurs de notre santé.

Il y a urgence à former les praticiens mais aussi à informer les patients pour préserver notre santé présente et future ainsi que celle de nos enfants et de nos familles.

Une nation en bonne santé et qui travaille ne coûterait-elle pas moins cher à notre système de santé?

L'errance diagnostique est-elle humainement encore acceptable de nos jours? N’est-elle pas un gouffre pour la sécurité sociale ?
Peut-on encore ignorer le Sadam, et ne pas le reconnaître comme une vraie pathologie ?

Essayons ensemble de préserver notre santé en envoyant cette requête à notre ministre de la santé et à nos praticiens.

Letter to
Ministre de la santé . Ordre des chirurgiens dentistes. Ordre des médecins
Je viens de signer la pétition suivante adressée à: Ministre de la Santé, Ordre des Chirurgiens-dentiste, Ordre des Médecins

Madame, Monsieur,
Veuillez trouver ci-après le texte de la pétition qui a été proposée au sujet du S.A.D.A.M.
Voici ce texte:

Vous souffrez des mâchoires, des dents, du dos, de migraines, de vertiges, d'acouphènes, de névralgies dans les nerfs de la face ? Et si tout cela avait une cause? Et si cette cause était un Sadam?

Le Sadam ou syndrome algo-dysfonctionnel de l'appareil manducateur est une pathologie qui regroupe un ensemble de symptômes dont l’origine est un dysfonctionnement des articulations temporo mandibulaires découvert par un médecin ORL, le docteur Costen, en 1936.
C'est donc un problème de mâchoires. Qui peut être provoqué par des soins dentaires inappropriés, un choc reçu ou d'autres problèmes d'ordre physiques ou physiologiques.
Les conséquences peuvent être variées mais le corps étant un tout, on retrouve souvent chez ces patients des désordres posturaux et algiques.

Or, des milliers de gens souffrent de cette maladie et parfois sans même le savoir. Parfois rejetés (tout étant mis sur le compte du stress) ou tout simplement renvoyés vers des psychiatres.
Il est effectivement stressant de souffrir sans cesse et sans espoir de guérison.
Ces patients sont parfois aussi enfermés dans un diagnostique erroné de fibromyalgie ou de céphalée de tension.
Le Sadam n'est pourtant pas une maladie imaginaire.
Souvent, le Sadam est soignable, et lorsque dans de rares cas il ne peut l’être tout à fait, on peut au moins améliorer le sort des patients d’une façon significative par des traitements appropriés.
Tous ces malades ne souhaitent qu’une chose : pouvoir retrouver une vie normale et pour certains retourner au travail lorsque la maladie les en a éloigné.
Il n'y a à ce jour aucune reconnaissance adulte handicapé pour ce mal qui peut détruire une vie ni aucune réelle prise en charge pluridisciplinaire, sauf de très rares exceptions.

Il y a urgence à former les professionnels de santé pour qu'ils travaillent en équipe à trouver la cause de ces dysfonctions et les résoudre. (Médecins généralistes, prothésistes, dentistes, stomatologues, radiologues, posturologues, ostéopathes, Kinésithérapeutes ...)
Car le Sadam est une pathologie complexe avec des origines différentes et des conséquences qui peuvent aller du simple inconfort au handicap.
Les incapacités que ce problème peut engendrer sont suivant les personnes et les gradations de la pathologie : douleurs de type contractures musculaires (dos, nuque, trapèzes, visage, sphère orl, yeux..), problèmes posturaux, maux de dos, migraines, vertiges, douleurs neurologiques, insomnies...

La souffrance des personnes atteintes et leur désarroi quant au manque de prise en charge pluridiciplinaire de leur pathologie est réelle.

Les éléments communs chez les patients sont:
• Isolement
• Incompréhension de l'entourage et des professionnels de santé
• Repli sur soi
• Souffrances physiques
• Errance médicale
• Parfois perte d’emploi ou divorce

Les conséquences peuvent être graves.

Or, comme toute pathologie, il faut en chercher les causes et les soigner, ne plus se contenter de demander aux gens de survivre avec leur mal.
Il y a lieu de prendre en compte cette pathologie et la complexité des formes qu'elle peut recouvrir.
Il faudrait mieux former les professionnels de santé à ce réel problème encore mal connu qui peut toucher chacun d'entre nous y compris nos enfants. A ce jour, le Sadam est peu ou pas enseigné à nos praticiens, qu'ils soient médecins généralistes, stomatologues, dentistes, kinésithérapeutes, ophtalmologues, allergologues etc.

Nos praticiens ne peuvent répondre à l'obligation de moyens pour laquelle ils s'engagent, sans avoir été préalablement informés et/ou formés, or là encore, les mâchoires et l'occlusion dentaire sont les grands délaissés des formations médicales ou paramédicales.

Il faudrait à nouveau permettre l'accès à la reconnaissance adulte handicapé pour ce mal souvent confondu avec la fibromyalgie ou apparenté à la dépression.

Rendre les soins remboursables car à la détresse physique s'ajoute la détresse financière. Enfin rendre obligatoire l'interdiciplinarité des professionnels de santé car les malades devraient être pris en charge de A à Z, il est inadmissible et incohérent de devoir chercher soit même des solutions.

Il faut informer les patients des conséquences potentielles sur la posture et l'équilibre du corps de certains soins dentaires qui, si ils sont menés avec prudence ne doivent qu'apporter du mieux-être au patient.

Le Sadam peut détruire une vie.

Chacun d'entre nous est concerné, cela peut tous nous arriver, à tout âge.
L'errance diagnostique, la non reconnaissance et la non prise en charge de cette pathologie entraine parfois des conséquences graves sur la santé de tous, petits et grands, qui pourraient être évités si ils étaient correctement pris en charge par les différents praticiens acteurs de notre santé.

Il y a urgence à former les praticiens mais aussi à informer les patients pour préserver notre santé présente et future ainsi que celle de nos enfants et de nos familles.

Une nation en bonne santé et qui travaille ne coûterait-elle pas moins cher à notre système de santé?

L'errance diagnostique est-elle humainement encore acceptable de nos jours? N’est-elle pas un gouffre pour la sécurité sociale ?
Peut-on encore ignorer le Sadam, et ne pas le reconnaître comme une vraie pathologie ?

Messieurs et Mesdames les professionnels de santé n'avez-vous pas fait le fameux serment de soigner vos patients?
Madame le ministre de la santé, savez-vous combien de gens souffrent et combien cela coûte au gouvernement ?
En l'espoir de votre bienveillante lecture et de votre compréhension de ce sujet sensible et douloureux, je vous adresse mes respectueuses salutations----------------

Cordialement,