Pour une revalorisation de l'enseignement artistique dans nos écoles

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Cher Monsieur Macron, Président de la République Française,
Cher Monsieur Blanquer, Ministre de l'Éducation nationale,

Écrivant ces mots, je suis consciente que d'autres problèmes en matière d'enseignement sont bien plus importants et urgents que ma requête.

Toutefois, je souhaite aujourd'hui être soutenue dans ma démarche, par tous les gens qui se sentent concernés par l'importance de l'enseignement artistique à l'école pour leurs enfants, petits-enfants, élèves, etc... et à l'impact positif qu'il peut générer dans leur vie scolaire et future.

- En France, nous dispensons dès la maternelle, des activités artistiques pour les enfants, et ce dans pas moins de trois domaines:
« arts visuels, domaine du son, domaine du spectacle vivant ", à savoir: "peinture, dessin, photographie, chanson, musique, danse et théâtre."
C'est une bonne entrée en matière qui permettra aux petits d'avoir accès pendant trois ans, à un panel important de disciplines artistiques, qui suscitera certainement de la créativité, de la spontanéité, de la confiance en soi, ainsi qu'un développement sensoriel et moteur. (Si tant est que toutes ces disciplines soient abordées, je recopie bêtement les informations du site internet du service public.)

- Lorsque l'enfant arrive à l'école élémentaire, il y a du changement.
On enseigne trois heures de sport par semaine et seulement deux heures d’artistique.Soit 36 heures de moins par année scolaire. Pourquoi ?
De plus, les deux heures consacrées à l'artistique en élémentaire sont-elles censées recouvrer la totalité des enseignements de la maternelle ? (peinture, dessin, photographie, chanson, musique, danse et théâtre)
Ça me paraît court pour deux heures de...cours.

- Lorsqu'on regarde ensuite l'enseignement au collège, c'est l'hécatombe.
Nous arrivons à une heure d'arts plastiques, une heure d'éducation musicale.
Où sont passés la photographie, le théâtre, la danse, etc.?
Sans budget, évidemment, pas possible de faire grand chose.
Cela dit, certains professeurs passionnés doivent très certainement regorger d'inspiration pour donner le goût artistique aux élèves, qu'ils pourront développer chez eux, par la suite.
De mon expérience personnelle, en quatre ans, je n'ai jamais eu un cours de dessin me permettant ne serait-ce que d'apprendre à esquisser un croquis (qui peut-être utile dans le monde du travail).
Entre un professeur qui perd mon dessin et m'inflige un zéro pointé, ou un professeur qui tourne dix ans sur les mêmes morceaux de flûtes à bec, j'avoue avoir éprouvé du désarroi face à la manière dont "l'art" a été abordé au collège.

Je pense à la nouvelle génération et espère que les heures d'arts plastiques et d'éducation musicale ne sont plus considérées comme "des heures de permanence". Je ne doute pas de la passion des enseignants, à aucun moment.
Mais je peux comprendre également la détresse de certains professeurs. Je pense qu'eux aussi doivent se sentir démunis par le manque de moyens et de sérieux face aux disciplines qu'ils enseignent, disciplines complètement déconsidérées.

- Au lycée, l'artistique passe en "enseignement d'exploration" parmi pléthore d'enseignements tout aussi intéressants les uns que les autres.
On suppose donc que le lycéen a pu déjà se faire une idée précise de ce qu'était l'artistique au cours de son cursus (les enseignements du collège : une heure de dessin, une heure de musique).

Dans le cycle terminal (première et terminale), dans les trois sections :
- En SES, il devient optionnel
- En section L, il devient un enseignement obligatoire au choix parmi d'autres choix tout aussi intéressants les uns que les autres, dur de choisir.
- En section S, il devient facultatif (c'est dommage, les bons "matheux" sont souvent doués en solfège)

Au vu de ces constats là, nous souhaitons que l'enseignement artistique soit revalorisé et ce dès l'école élémentaire. Pour résumer, il faudrait :

- Enseigner trois heures d'artistique à l'école élémentaire au lieu de deux. Puisque le sport est enseigné trois heures, pourquoi pas l'artistique?

- Des moyens financiers attribués aux professeurs de collège pour investir dans du matériel et une diversification des matières enseignées comme en maternelle, (photographie, théâtre, danse...) pour les cours qui passeraient eux aussi à trois heures par semaine.

- à continuer un enseignement culturel au lycée, peut-être sous forme d'un module obligatoire de la seconde à la terminale, appelé "Culture artistique" où quelque soit le cursus engagé par l'élève, il puisse avoir un minimum de connaissances en la matière.

Je ne prétends absolument pas vouloir révolutionner le système scolaire, il y a peut-être des erreurs ou des lacunes dans mon raisonnement, je suis consciente que bon nombre de personnes réfléchissent sérieusement à la façon dont l'enseignement doit être dispensé de la meilleure manière possible (hommes politiques, ou citoyens "lambdas", comme moi).

Cela dit, je pense qu'il faudrait davantage considérer l'impact positif que peut avoir l'enseignement des arts au sens large, dans l'évolution de l'élève, de la maternelle au lycée, et qui peuvent favoriser son épanouissement et sa curiosité tout au cours de son cursus d'études et tout au long de sa vie.

Bien cordialement.