Retrait de la pétition contre le baccalauréat d'histoire-géo

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Depuis la tombée du sujet d'histoire-géo du baccalauréat 2017, nombre de lycéens se sont indignés de la non-alternance d'épreuve majeure-mineure. Pour rappel, l'épreuve d'histoire-géo en filière générale est divisée en deux : une majeure et une mineure, habituellement notées par les correcteurs respectivement sur 12 et 8 points. Pour obliger les élèves à devoir réviser les deux matières de l'enseignement d'histoire-géographie, si la majeure est un sujet de géographie, la mineure doit être un sujet d'histoire et vice-versa. L'année dernière, la majeure était en histoire et la mineure en géographie. 

Mais... Comment donc ? Alors que depuis des années les majeur-mineure alternent, comment pouvons nous accepter que les rédacteurs des sujets de bac aient méprisé ce qui est devenu par la force des choses une tradition scolaire et républicaine ? Qu'est-ce donc que cette république, où les jeunes élèves des lycées publics — à qui l'on a fait croire que l'impasse et le glandouillage, la flagornerie et l'assistanat, le luxe et la mollesse, étaient la règle générale — où ces élèves, disons-nous, doivent prendre l'infinie peine de contester un système injuste ? Que fait l'État ? Que font les citoyens ? Nous, rédacteurs de cette pétition, affirmons qu'il y a eu une volonté d'humilier la France. 

En signant cette pétition, vous ferez savoir que vous n'acceptez pas que les élèves dictent leurs conditions après d'un examen national : les professeurs sont tous formels, tous les sujets de l'année peuvent tomber, que ce soit en histoire-géographie, en philosophie, en littérature... etc. et c'est bien l'objectif du baccalauréat : contrôler le niveau de savoir et de compétence d'un élève qui est censé tout connaître de son programme.



Comité de Censure et de Consternation compte sur vous aujourd'hui

Comité de Censure et de Consternation a besoin de votre aide pour sa pétition “Retrait de la pétition contre le baccalauréat S d'histoire-géo”. Rejoignez Comité de Censure et de Consternation et 81 signataires.