Retirez la statue de l'esclavagiste Mahé de La Bourdonnais de son piédestal à La Réunion !

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Depuis la loi du 21 mai 2001 dite "loi Taubira", la traite et l'esclavage sont officiellement reconnus crimes contre l'humanité.

La statue qui se trouve devant la préfecture de Saint-Denis de la Réunion représente Mahé de La Bourdonnais, gouverneur de l’île de France (Maurice) et de Bourbon (La Réunion) au cours du XVIIIème siècle.
Mahé de La Bourdonnais a activement participé à ce crime contre l'humanité :

- par la chasse aux esclaves marrons : « La Bourdonnais organisera la lutte contre les Noirs marrons qui représentent un danger constant pour les colons […]. La Bourdonnais va mettre sur pied de grandes battues. […] Le gouverneur leur portera l’estocade par la création de milices constituées des colons les plus valides. Mahé de La Bourdonnais sera aidé dans ce travail par François Mussard qui n’aura de cesse jusqu’à sa mort, de traquer les marrons » ( dans « Mahé de La Bourdonnais, Gouverneur des Mascareignes », Dureau Reydellet, 1994, page 49-50 )

- par le commerce des esclaves : « Vous mettrez deux cents Noirs à la disposition de la Compagnie […] Si après distribution faite, il reste des Noirs, on les vendra au prix taxé par la Compagnie » (dans « Mahé de La Bourdonnais, Gouverneur des Mascareignes », Dureau Reydellet, 1994, page 51-52, extrait d’une missive envoyée par Mahé de La Bourdonnais au commandant de Bourbon en 1736)

- par l'utilisation des esclaves pour des constructions publiques : « Ce fut pour faire des ouvrages très pressants et ordonnés par le ministère que, par une délibération du conseil de 16 août 1736, il fut arrêté que les habitants qui avaient des noirs en fourniraient un sur vingt. Cela fut exécuté, et ces noirs furent en effet employés à la construction de la batterie de Saint-Paul et de la loge Saint-Denis. » (dans « Mémoires historiques de B.F. Mahé de La Bourdonnais, gouverneur des îles de France et de Bourbon », Pélicier et Chatet, 1827)

Mahé de La Bourdonnais n'est pas un héro, c'est un criminel.
Ses méfaits devraient être connus de tous les réunionnais. Il ne devrait pas être glorifié comme actuellement sur l'espace public. Sa place est dans un musée, pas sur un piédestal.

Comme à Sainte-Rose (Guadeloupe, 2015), au Cap (Afrique du Sud, 2015), ou à la Nouvelle-Orléans (USA, 2017) :

À LA RÉUNION AUSSI, DÉBOULONNONS LES ESCLAVAGISTES !



Histoire Réunion compte sur vous aujourd'hui

Histoire Réunion a besoin de votre aide pour sa pétition “Retirez la statue de l'esclavagiste Mahé de La Bourdonnais de son piédestal à La Réunion !”. Rejoignez Histoire Réunion et 1 381 signataires.